Monsieur Ghosn reconnaît enfin que son industrie fait fausse route depuis plus d’un siècle

En effet, le PDG de Renault, s’apprête à donner une conférence aujourd’hui, 10/04/2010, à la Sorbonne dont l’intitulé est : Industrie automobile : se réinventer pour durer. Cette conférence s’inscrit dans le colloque la Cité de la Réussite qui se tient les 10 et 11 avril 2010 à la Sorbonne.

C’est bien que Monsieur Ghosn en personne ait conscience que le commerce automobile n’a pas d’avenir en l’état: depuis plus d’un siècle, le niveau de conscience sociale n’a cessé de s’élever et il est grand temps que le principal industriel du secteur automobile comprenne que le vent tourne et que la nouvelle sensibilité écologique ne peut plus se satisfaire des arguments commerciaux de performance, de violence, de stress, de puissance et d’intimidation servis par la publicité automobile.

L’heure est à la sobriété, à la douceur et à la discrétion. Alors Monsieur Ghosn, à quand des voitures légères? lentes? silencieuses? sobres? frugales? discrètes? furtives? molles et intelligentes? Par « intelligentes », j’entends des voitures capables de vous guider jusqu’à la place de stationnement libre la plus proche de votre destination, capables de dissuader l’autosolisme, le stationnement sauvage, le transit en ville ou les itinéraires superposables aux transports en commun.

Reconnaissons à la marque Renault sa volonté de prendre l’initiative de la nécessaire mutation d’un secteur économique dans l’impasse.

GC,
Les voies vertes en 06-ouest:
www.LecoLomobiLe.fr
Labo d’idées sur l’auto du futur:
www.LACPA.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

8 commentaires sur “Monsieur Ghosn reconnaît enfin que son industrie fait fausse route depuis plus d’un siècle

  1. CarFree

    Je te trouve bien optimiste Gilles… selon moi, « se réinventer pour durer », cela veut dire « comment changer pour ne rien changer »: greenwashing, pédowashing, véhicules abusivement appelés « zéro émission », et pour finir un beau 4×4 tout neuf au moment même où on franchit le pic de hubbert…

  2. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Je le prends au pied de la lettre 😎

    Renault fait de l’affichage pour sa réelle initiative des voitures électriques: ses 4 modèles électriques dont la Zoé. Elle se positionne comme à la tête de l’initiative en matière d’innovation. Tu connais ma thèse selon laquelle l’électronisation (et l’électrifiation) des voitures les périme.

  3. roudou

    C’est au moins de la double pensée à la sauce Orwell ça.
    Publier un article « Dacia-Renault termine la semaine du développement durable en commercialisant le Duster », puis annoncer « Renault reconnait faire fausse route », et en déduire que le constructeur vire sa cuti c’est à mon avis faire preuve d’un inébranlable optimisme.

  4. Minoumoitié minou - moitié raton

    Il faut rappeler aux optimistes que la bagnole, ce n’est pas qu’une « bagnole ». C’est tout ce qui va avec. C’est l’asphaltage à l’infini. C’est l’agression visuelle qui ne choque plus. Que voit un gamin -qui mesure un mètre- quand il se promène sur le trottoir? Bagnole, bagnole, bagnole, bagnole…à perte de vue. C’est obsédant, toujours le même objet. Nausée!

    N’oublions jamais nos arguments: la voiture enlaidit, la voiture détruit tout et crée un ensemble de dépendances qui donnent des excuses à Monsieur Tout-le-monde: « Tout seul, je n’ai pas la possibilité de changer, c’est à l’État et aux industriels de le faire. »

    C’est aussi valable pour le problème des autres objets jetables, particulièrement en plastique. Bien sûr que les principaux responsables sont les commerçants, les industriels, les hommes politiques, les publicitaires. Résultat? Des continents de plastiques qui ne sont la faute à personne, car chacun est soumis à un supérieur responsable qui est le seul vrai décideur. La faute au destin? Ce qui advient ne pouvait qu’advenir?

    N’empêche, si aujourd’hui j’ai acheté une bouteille en plastique, je sais que le bouchon finira dans le ventre d’un albatros. Les décharges en plein air existe toujours, ainsi que le vent. Une grande partie de nos déchets ne partent ni à la benne à ordure, ni à l’incinérateur. Il ne faut pas se voiler la face. Alors nous pouvons un peu agir. C’est chiant, mais ça devient une habitude: manger des fruits et légumes de saison non emballlés, du riz de Camargue non emballé qui ne coûtent pas plus cher (parfois moins cher qu’en grande surface)…

    Depuis quelques temps, j’ai décidé de jeter mes déchets organiques (épluchures, pelures…) sur un petit îlot de terre situé devant un garage souterrain. Résultat? Les gens ne sont pas choqués par le garage et ses immondes bagnoles qui puent, mais par des trognons et des restes de repas sur un monticule de terre. Très bien, alors je vais continuer à les jeter sur les parebrises du haut de ma fenêtre.

    Ce n’est toujours pas choquant que ce soit des énormes camion-diesel qui ramasse les déchets. Quand le sera-ce? Quand ne serais-je plus un extraterrestre, un fou, un criminel? Comment finira cette somme d’absurdités? La mort d’un albatros -après avoir avalé 300 grammes de bouchons en plastique- est-elle tragique ou absurde? Je n’arrive pas à trouver cela tragique. Ce n’est pas possible. Avant notre époque, il y a toujours eu des morts bêtes, ridicules, indignes, mais pas à une telle échelle. Pas à une échelle industrielle. Nous avons perdu jusqu’au caractère tragique de notre mort, la seule beauté qui restait dans la douleur, la seule beauté qui permettait de la magnifier, de l’accepter, de la désirer ou de la supporter.

  5. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Le journal Les Echos est partenaire de ce colloque et a publié 2 interview de Carlos Ghosn antérieures de quelques jours à sa conférence:

    http://www.lesechos.fr/info/france/020468061223.htm

    Une de ses phrases me choque particulièrement: « Reprenons quelques chiffres simples. Il y a aujourd’hui 600 millions de voitures en circulation dans le monde. En 2050, sous l’effet de la montée en puissance des pays émergents, il y en aura 2 milliards… »

    Ça fout la frousse…

  6. Sandro Minimo

    À quand des voitures lentes et intelligentes? Bof, à titre personnel, je poserais plutôt la question essentielle : « à quand la reconversion de Renault dans la fabrication de transports en commun et de vélos? »

    Parce que même intelligente, furtive et silencieuse, tant que ça reste une bagnole : je dis non merci!

    Dommage de lire ce genre d’articles sur « carfree »…

  7. CarFree

    @roudou et sandro, le site carfree est volontairement ouvert à toutes sortes d’opinions, parfois divergentes ou même contradictoires, mais c’est ce qui fait avancer le débat. vos contributions sont les bienvenues.
    sandro, ton site n’est plus à jour depuis de nombreux mois, c’est dommage car il était vraiment intéressant.

Les commentaires sont clos.