L’enfumage écologique français…

Dans un article en date du 25 mars 2008 je dénonçais le scandale écologique et humanitaire occasionné par la culture intensive du palmier à huile. Pour résumer, c’est en Asie que ce genre de pratique est la plus répandue puisque l’on peut citer en premier le ravage de la déforestation indonésienne pour laquelle étaient mises en cause des multinationales, entre autres : Nestlé.

En effet, depuis cinquante ans, on a assisté au saccage de plus de 72% de la forêt tropicale humide, la bagatelle de 28 millions d’hectares, dont une partie encore en forêts primaires et en tourbières à l’écosystème fragile, et qui occasionne une émission énorme de gaz à effet de serre (GES) lorsque l’on modifie ce biotope ; d’autant plus qu’est utilisé le « paraquat » dans les plantations, pesticide neurotoxique particulièrement virulent et interdit en Europe. Saccage perpétré pour planter du palmier à huile afin de produire, à Riau en Malaisie, des huiles à bas prix pour cosmétiques, ou alimentaires, et aussi des agro-carburants.

Ces imprécations furent peines perdues et se noyèrent dans le flot des articles des gens sensés dénonçant cette nouvelle entorse productiviste à l’encontre de l’équilibre écologique précaire de la planète. On en a pour preuve l’accentuation de la consommation des huiles de palmes dans l’agro-alimentaire et les cosmétiques, mais surtout dans les agro-carburants, le dada des inconscients, des incapables technocrates et irresponsables politiques européens.

Alors, afin que la France ne soit pas en retard dans la déforestation de la Malaisie, dans le déplacement de ses peuplades indigènes, elle a ouvert des négociations par l’intermédiaire de son conseil régional du Languedoc-Roussillon pour l’implantation à Port la Nouvelle d’une usine d’importation, de stockage, de transformation de cette huile. On en connaît la raison, c’est que l’on assiste à un détournement massif de la production d’huile de colza et de tournesol pour la production d’agro-carburant, l’huile de palme sera donc le palliatif incontournable pour l’agro-alimentaire quand elle n’ira pas elle aussi dans le réservoir des bagnoles transformée de fait en éthanol.

Par conséquence, une fois de plus on va dévaster la planète car d’ici vingt ans il n’y aura plus de forêt primaire en Indonésie grâce au productivisme automobile. Et n’oublions pas que les terres cultivables détournées au profit des véhicules thermiques (y compris les hélicoptères des « hélicolos » tartufes du style Yann Arthus Bertrand) sont des surfaces en moins pour nourrir les individus sur une terre où l’on compte pourtant déjà 1 milliard de délaissés souffrant de la faim.

Avec l’autorisation contestée, donnée par Borloo, de la recherche en gaz de schiste, c’est avec l’usine à huile de palme la confirmation que l’écologie n’intéresse nullement le gouvernement actuel qui n’a pondu le Grenelle de l’environnement que pour la façade électoraliste ; le pire c’est que de prétendus verts aient participé à cette mascarade, c’est sans doute là le summum de l’enfumage politique.

On devrait d’ailleurs demander à Madame Joly, présidentiable de la nébuleuse Europe-Ecologie, ce qu’elle pense de tout cela, elle qui n’y connaît rien en écologie et qui n’est là que pour se faire une carrière politique, ce qui lui était plus difficile auprès de Bayrou.

Ne parlons pas des socialistes du Languedoc-Roussillon tant leur incompétence écologique apparaît de plus en plus au grand jour…

Source: http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com

A propos de Michel Mengneau

Administrateur du site Le Ragondin Furieux

4 commentaires sur “L’enfumage écologique français…

  1. georges

    ce qui impose à quiconque possédant une véritable envie de s’opposer à ce carnage de BOYCOTTER tranquillement les produits comportant de l’huile de palme dont le Nutella qui contient 15% de qui est appelée pudiquement sur l’emballage « huile végétale »

  2. MOA

    Oui, Georges et allons même au delà, boycottons les super/hyper marchés ou autre MesFesses market -qui comencent un peu trop à pulluler dans les centre villes- et qui incite au travers de leurs méthodes infâmes à l’utilisation massive de l’huile de palme dans la moindre des merdes alimentaires ou cosmétiques qu’ils revendent.

  3. georges

    depuis deux mois j’ai décidé de ne plus remettre les pieds dans le carrefour market à 50 mètres de chez moi, en effet, pollution à tous les niveaux et perte de temps, promotion permanente du sur-consumérisme.
    j’essaie de tenir un régime quasi végétarien en achetant des fruits et légumes chez le primeur du quartier (loin d’être plus cher qu’au supermarché)

  4. Pim

    Tout à fait d’accord pour le boycott.
    Par ailleurs, de plus en plus de produits estampillés ‘bio’ issus de l’industrie agro alimentaire contiennent de l’huile de palme bio!
    Un foutage de gueule total, puisqu’on a déforesté de grandes parcelles de forêt tropicales (et donc aussi fait fuir voire massacré la faune résidente) pour y planter des palmeraies ‘bio’!!!! huile de palme que l’on transporte ensuite jusqu’en France qui brule du petrole etc. etc.
    Qu’il est beau le capitalisme vert!

Les commentaires sont clos.