Pour en finir avec la 3ème Guerre Mondiale

Qu’est-ce qui provoque chaque jour 3.600 morts et 55.000 à 137.000 blessés? Vous avez deviné… les accidents de la route dans le monde, responsables de 1,3 million de décès par an et qui font, en outre, entre 20 et 50 millions de blessés chaque année.

Un véritable bilan de guerre mondiale. Sauf que les deux premières guerres mondiales ont eu une date de début et une date de fin. La troisième guerre mondiale a bien une date de début (l’apparition de la voiture), mais pas de date de fin… Sur la décennie écoulée (2000-2010), on peut estimer le bilan à environ 13 millions de morts et des centaines de millions de blessés. Depuis les années 50, période de généralisation de l’automobile individuelle, on peut estimer le bilan à environ 60 millions de morts, soit un pays comme la France rayé de la carte. C’est beaucoup plus que la première guerre mondiale et c’est au moins autant que la seconde guerre mondiale.

Et tout ceci ne tient bien évidemment pas compte des décès et des malades liés à la pollution automobile… Que ce soit à l’échelle française, européenne ou mondiale, les experts reconnaissent que la seule pollution liée à la circulation fait au moins autant de morts que les accidents de la route… Autrement dit, vous pouvez doubler tous les chiffres précédents pour avoir une idée de la mortalité totale liée au système automobile. Mais là encore, on ne tient pas compte des maladies liées au bruit routier ou des problèmes de santé liés à la sédentarité automobile (obésité, maladies cardio-vasculaires, etc.).

En outre, tout ceci ne tient pas compte non plus de tous ceux qui meurent ou qui vont mourir de faim, des inondations ou des tempêtes du fait du réchauffement climatique dont une partie est causée par l’automobile et du fait du développement massif des agro-carburants destinés à remplir les réservoirs des voitures au détriment des cultures vivrières. Dans ce domaine, il n’y a plus de chiffres, que ce soit l’ONU ou l’OMS, personne n’est en mesure de chiffrer ce bilan macabre, sauf qu’au bout du compte, il y a bel et bien des gens qui meurent et qui vont mourir!

Revenons à notre 3ème guerre mondiale de l’insécurité routière. L’ONU lance la Décennie mondiale pour la sécurité routière 2011-2020 afin de « sauver 5 millions de vies et éviter 50 millions de traumatismes graves en dix ans« . Car, si rien n’est fait, les experts estiment que les accidents de la route entraîneront 1,9 millions de décès par an d’ici 2020, soit plus de 5.200 morts chaque jour!  Et au passage, cela représente une augmentation de 50% en 10 ans!

Dans son Plan mondial pour la Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) égrène donc toute une panoplie de mesures destinées à limiter ce fléau à l’échelle mondiale. Rien de vraiment bien nouveau, on sent toute l’impuissance d’un organisme mondial dont l’objectif principal est la santé des gens et qui, face à la mortalité routière, n’a aucune solution viable puisque cet organisme se refuse à voir la cause essentielle de ce carnage, à savoir la massification de l’automobile individuelle à l’échelle mondiale!

Bien pire, parmi les mesures proposées par l’OMS, il y a des mesures destinées à améliorer le financement des politiques de sécurité routière. Et devinez quoi, des « mécanismes novateurs de financement sont envisagés, par exemple un régime facultatif par lequel, pour chaque vente d’un véhicule neuf, les constructeurs automobiles verseraient 2 dollars dans un fonds en faveur de la sécurité routière dans les pays en développement. On pourrait ainsi réunir au moins 140 millions par an« .

La voilà, la solution pour faire diminuer le nombre de morts sur les routes! Autrement dit, l’OMS propose de conditionner l’augmentation des fonds pour lutter contre l’insécurité routière au développement des ventes de voitures! C’est un peu comme si les fonds pour lutter contre le tabagisme étaient prélevés sur la vente des paquets de cigarettes: plus on vend de paquets de cigarettes et plus on obtient de fonds pour lutter contre le tabagisme! Cherchez l’erreur…

C’est l’exemple typique de l’aveuglement généralisé de notre société: pour ne pas aborder le cœur du problème, à savoir le développement massif de l’automobile à l’échelle mondiale, les organismes internationaux comme l’OMS mettent en place des mesures conditionnées par ce contre quoi elles prétendent lutter!

Bon, rassurons quand même les constructeurs de voitures! Non seulement l’OMS propose une mesure complétement inadaptée, mais elle n’a même pas le courage de toute manière de chercher à la faire appliquer: il s’agit en effet d’un mécanisme qui est seulement « envisagé » (=on y réfléchit) et qui sera de toute manière « facultatif » si un jour il est mis en place (= les constructeurs feront bien ce qu’ils veulent).

On sent déjà les constructeurs d’automobiles trembler dans leurs usines d’assemblage aux 4 coins de la planète…

La seule véritable information que l’on peut tirer de cette proposition de l’OMS, c’est qu’en escomptant obtenir 140 millions de dollars par an en prélevant 2 dollars par voiture neuve, on peut estimer la production mondiale de voitures neuves à 70 millions par an…  qui viennent s’ajouter à un parc mondial composé déjà de plus d’un milliard de voitures… En bref, à ce rythme, dans 15 ans le parc automobile mondial aura doublé. Les accidents de la route aussi?

Télécharger le Plan mondial pour la Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020

Source: Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

7 commentaires sur “Pour en finir avec la 3ème Guerre Mondiale

  1. JiBOM

    Les solutions de l’OMS me font penser aux mesures compensatoires accompagnant les projets d’infrastructures. Il ne s’agit, ni plus ni moins, que de droits à polluer.

    Ici, en ne remettant pas en cause le système automobile, on se donne bonne conscience grâce à des mesurettes sécuritaires sans que cela éradique en profondeur la mortalité routière. Sauf que, c’est toujours la même rengaine : tout est organisé pour fonctionner selon ce système alors on préfère voir les choses par le petit bout de la lorgnette :
    -« Mais tu t’rends pas compte, j’peux pas vivre sans ma voiture, t’as vu où j’habite ! »
    -« Ah bah on voit bien que t’as pas d’enfants toi ! »
    -« Et pour les courses, comment je fais pour tout ramener ? »
    -« Avec la pluie et le froid, le vélo, c’est pas la peine ! »
    -« De toute façon, faut vivre avec son temps ! »
    T’inquiète, ma grosse, avec nos dirigeants (politiques et économiques) actuels, tu pourras encore tuer du monde pour assurer, la conscience tranquille, ta misérable vie bien ordonnée.

    C’est pathétique, autant de mauvaise foi et si peu d’imagination ! Ce ne peut être que le résultat d’une propagande bien réussie !

  2. apanivore

    Je ne pense pas que les accidents de la route augmentent mécaniquement avec le nombre de véhicules en circulation.
    Plus il y a de voitures, moins elles roulent vite parce qu’engluées dans des bouchons permanents. Par contre les décès liés à la pollution eux vont augmenter très certainement.

    J’ai aidé une asso de cycliste à tenir un stand dernièrement, et l’argument des enfants m’a été avancé à plusieurs reprises. « Tu verras dès que t’auras un gosse tu achèteras une voiture ». C’est bizarre, ce sont souvent les jeunes parents qui viennent voir l’asso, préoccupés par la santé de leurs enfants, mais ils voient la voiture comme un mal nécessaire. Ils n’imaginent pas s’en passer. Je rejoins Jibom sur le manque d’imagination de la plupart des gens et instances dès qu’il faut trouver une alternative à l’automobile. L’effort de réflexion est trop intense, c’est quand même plus facile de signer un chèque chez le concessionnaire que d’utiliser ses neurones, et que dire de ses jambes.

    Je croise au moins quasi-quotidiennement une mère avec ses 2 enfants dans un Bakfiets (vélo cargo). ça fait quand même pas beaucoup par rapport au nombre de fois ou je me retrouve derrière des voitures en double-file qui dépose leurs gosses. De la maternelle au lycée. D’ailleurs pour le lycée j’en suis sur le Q. A leur âge se faire traîner à l’école en voiture par papa-maman c’est quand même la honte. Aucun amour propre les jeunes.

  3. Gilles ChomelLÉCOLOMOBILE

    Ironie du sort: le regain actuel d’accidents est du aux « beaux jours » d’avril 2011 (et de mars et de mai…). On peut donc affirmer que le réchauffement climatique, causé beaucoup par les voitures, contribue à l’insécurité routière.

    L’argument d’Apanivore selon lequel les voitures sont « engluées » dans les embouteillages doit-être nuancé par le fait que les chauffeurs sont rendus tellement impatients que dès que l’occasion se présente d’une voie libre devant eux, ils appuient sur le champignon !

  4. Jean-Marc Sérékianjms

    Je pense qu’il faut aller plus loin dans la critique de l’OMS et de son texte.
    En premier lieu, il est faux de croire que cette institution est une « organisation mondiale de la santé ». Si tel était le cas il faut d’emblé dire qu’elle a échoué dans tous les domaines de la santé. Tuberculose, Paludisme, Sida, Méningites Grippes de tous types et mille et une autres maladies infectieuses sont autant de symptôme de sa totale inefficacité pour ne pas dire sa nuisance coupable dans le domaine de la santé.
    Mais pire encore, les choses s’aggravent et émergent régulièrement à la surface des médias. Les scandales itératifs, les conflits d’intérêts et ceux récents sur la grippe et les vaccinations ont largement montré que la « Santé » des hommes n’était pas le souci de l’OMS.
    Cette « noble institution » occupe à plein temps une caste sacerdotale de scientifiques « très compétente » pour produire en continu un discours de vœux pieux, de bonnes paroles, un chappeler intarissable de poncif pour une occupation permanente du terrain idéologique. Devant le désastre évident de l’ère industrielle mondialisée et de la marchandisation mondiale de la santé, des millions de pages des tonnes de rapports très bien documentés s’accumulent pour alimenter un discours, mettre en scène dans des conférences mondiales une caste d’expert en gargarisme scientifique.
    Cette « noble institution » fonctionne en définitive comme un « atelier protégé » pour scientifiques. Sans elles des milliers de belles « tête bien pleines et bien pensantes » produite par le système scolaire et non utilisé par les transnationales de la santé et du médicament, seraient sans emploi.
    Pour ce qui est du désastre automobile, le rapport est réitéré avec une périodicité quinquennale. Sa fonction est de sublimer la voiture de la laver de son désastre pour accompagner son développement. L’insécurité routière, intrinsèque à ce mode de transport, est métamorphosée en discours sécuritaire pour perpétuer le développement du monde de la circulation automobile.
    En définitive des centaines de chercheurs, épidémiologistes et statisticiens sont encore mobilisés par l’OMS dans le vieux et démagogique domaine sécuritaire de voiture. En cela on peut dire qu’ils affichent un retard considérable par rapport aux publicitaires qui eux excellent déjà dans son greenwashing.

  5. Gigi

    La messe est dite concernant cette troisième guerre mondiale. D’abord,la production de véhicule génère évidemment beaucoup d’emplois.Des sidérurgistes au recyclage des aciers plastiques et autres métaux. Et puis la manne pétrolière rapportent énormément aux Etats. De plus les millions de morts annuels et blessés rapportent au commerce de la mort, aux hôpitaux, aux ferrailleurs, aux banques…Alors, l’OMS, Organisation Mondiale du Sabotage, inutiles privilégiés, laisse faire ou plutôt ne peut rien faire. Tant les lobbies des constructeurs automobile est puissant et la conscience collective noyée dans l’eau tiède des publicités, facteurs de dissociation psychique. Pour faire simple, on est trois milliard de trop sur cette planète et des variables d’ajustement
    sont considérées par nos « élites » comme un mal nécessaire.
    La voiture, la moto, armes létales, contribue à cet enlisement organisé.
    L’économie de marché est devenue Reine. Seul compte les intérêts, les dividendes, les profits. Alors, comme solution à cette hécatombe annuelle, la répression est de mise. Mais surtout le courage politique manque. A quand les limiteurs de vitesse obligatoires sur tous les véhicules, à quand l’abaissement de toutes vitesses autorisées actuelles réduites de 20 km/h. A quand le 0g/l en taux d’alcoolémie.
    A quand la suppression à vie du permis de conduire pour les grands excès de vitesse, à quand la prison significative pour les meurtriers récidivistes de la route…la confiscation du téléphone portable, sauf la puce, avec six points en moins…la limite en âge du permis de conduire pour nos séniors, mais ce ne sont que des mesures impopulaires, pas électoralistes pour deux sous…Il faut bien faire avancer l’humanité!

  6. Yôm

    Merci Marcel pour ce texte qui nous délivre comme à l’habitude du bon mortier, de l’argumentaire lourd à balancer sur le champ lexical de bataille.
    J’ajoute souvent au cours de discussions sur le sujet le fait que le suicide et les accidents automobiles sont en France en tête et à égalité dans la course aux facteurs de mortalité des 15-45ans.
    Toujours valable quand une collègue tente d’en convaincre une autre vivant à moins de 200m de son lieu de travail de s’y rendre en voiture car elle risquerait de se faire agresser.
    Sûr qu’on a de la salive à brasser avant de contrebalancer la propagande télévisuelle…
    La taxation des constructeurs automobiles pour lutter contre la violence routière, est révélatrice du principe qui régit notre société mondialisée.
    Tout s’achète. Rien ne change mais tout s’achète.
    Si au moins l’amende était en mesure de neutraliser une pratique voir une classe nuisible ou de rétablir une justice alors que règne l’inégalité…
    Non, l’argent n’est qu’un moyen pour les puissants de faire taire les pauvres bien obligés de grailler et les idiots incapables d’imaginer le bonheur sans posséder.
    Mais les arbres, les oiseaux, le ciel et la terre… que peuvent-ils bien faire de quelques billets verts?

  7. Legeographe

    « D’ailleurs pour le lycée j’en suis sur le Q. A leur âge se faire traîner à l’école en voiture par papa-maman c’est quand même la honte. Aucun amour propre les jeunes. »

    Tellement vrai. Aucun amour-propre, vraiment ! Hé ho ! Les jeunes ! On vous traite de grosses feignasses. Réveillez-vous, levez-vous et faites ce devant quoi vos parents se sont véritablement émerveillés dans vos premiers mois : vos premiers pas !

Les commentaires sont clos.