New York lance une campagne choc contre la vitesse automobile

Dans le cadre de la décennie d’action mondiale pour la sécurité routière, la ville de New York lance une campagne choc pour le respect des limites de vitesse.

Une étude de Transportation Alternatives a pu en effet montrer que 39% des automobilistes new-yorkais conduisent au-delà de la limite de vitesse fixée à 50 km/heure dans la ville. Les accidents de la circulation liés à la vitesse ont provoqué à New-York en 2009 la mort de 71 personnes et en ont blessé 3.739 autres.

C’est pourquoi la ville de New-York a lancé cette campagne intitulée “That’s Why It’s 30″. Pour info, rappelons que 40 mph (miles per hour) équivalent à 64,37 km/heure et 30 mph équivalent à 48,28 km/heure.

Selon les chiffres de la ville de New-York, un piéton heurté par une voiture roulant à 50 km/heure aurait donc une probabilité de 80% de survivre à la collision, tandis que la probabilité de survivre tomberait à 30%  lorsque le véhicule roule à 65 km/heure.

Ces chiffres peuvent paraître étranges en Europe, où la probabilité d’être tué avec de telles vitesses est beaucoup plus importante, du moins selon le Bureau Suisse de Prévention des Accidents (BPA):

Probabilité d’être tué d’un piéton dans une collision avec une voiture de tourisme

Source : BPA – Bureau Suisse de Prévention des Accidents

On constate ainsi qu’une collision entre une automobile et un piéton à 70 km/heure ne laisse aucun chance de survie au piéton, la probabilité d’être tué du piéton est alors de 100%!

En outre, même avec une vitesse de l’automobile de 50 km/heure (vitesse pourtant autorisée en milieu urbain), la probabilité de mourir du piéton est encore d’environ 70%. Selon la ville de New-York, la probabilité de mourir du piéton est alors seulement de 20%…

Qui dit vrai? Le Bureau Suisse de Prévention des Accidents ou la ville de New-York?

En tout cas, cette campagne choc a le mérite d’alerter sur le danger mortel de la vitesse en ville, et même pour des vitesses que l’on considère habituellement comme « normales »…

Source: www.streetsblog.org

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

7 commentaires sur “New York lance une campagne choc contre la vitesse automobile

  1. Jean-Marc

    « Qui dit vrai? Le Bureau Suisse de Prévention des Accidents ou la ville de New-York? »

    Je suppose qu’ils n’ont pas tirés leurs chiffres de nulle part
    => Sans doute les 2…
    mais avec des données différentes.

    explication :
    Pour NY :

    Soit 2 voitures, roulant 1 à 30 et l autre à 40 avant l accident.
    Après, parfois, la voiture a ralenti avant l accident, le choc ne s est pas fait, au moment de l’impact à 30 et 40, mais a peut-etre… 13 et 32 (vitesse approx, des taux de mortalité de 20/70 du graphe suisse)

    Le 30 diminue bien plus, par le freinage, or c est tout à fait normal :
    La voiture à 30 a beaucoup moins d energie cinétique à dispeser, car l energie cinétique dépend du carré de la vitesse : la chute de vitesse est bien plus rapide si on part d’une faible vitesse (lois de la physique (1/2 de mv^2 et ses conséquences sur les distances de freinage et sur les diminutions de vitesse à une distance donnée))

    Ainsi, peut-etre qu’à NY ils ont pris la vitesse du véhicule roulant (*), et pas la vitesse lors de l’impact; et en suisse, la vitesse lors de l impact.

    *voire, peut-etre les statistiques de survie/mort lors d accidents dans des quartiers/villes à 30 et 40mph.

  2. Pim

    Pour info, cette campagne d’affichage n’est pas nouvelle. J’avais photographié la meme il y a 3 ans en Ecosse…
    Ceci dit, c’est une chose très positive qu’elle soit diffusée un peu partout.

  3. Joshuadu34Joshuadu34

    1ere mesure : arreter les possesseur de porsche, à priori (bon, je sais, la blague est facile, mais j’ai pas pu m’en empêcher…)

  4. COVATO

    touriste francaise renversée par une voiture sur un passage piéton à TIMES SQUARE. De retour en FRANCE 24 heures apres.A qui dois je m’adresser contre ce chauffard dont j’ai la photo qui m’a roulé sur le talon droit et qui prenait la fuite et a été arrété par les piétons.

  5. LEGEOGRAPHE

    Bonjour COVATO.

    Bon, votre message est vieux, je n’avais pas internet pendant un mois.

    Questions :
    Avez-vous fait un constat d’accident ? Avec le chauffard ? Sans le chauffard ? Faire un constat d’accident peut se faire au commissariat, sans le chauffard. Mais je ne sais pas exactement comment fonctionne le Royaume-Uni sur ce genre d’affaires.
    Si vous n’avez pas fait de constat d’accident, ça complique (un peu) les choses, mais ce n’est pas perdu (surtout s’il y a un paquet de témoins).
    En France, le constat d’accident doit être fait dans les 5 jours qui suivent l’accident, NORMALEMENT.

    Ensuite, porter plainte. Pour ceci, en France, on a trois ans pour porter plainte contre un chauffard. 3 ans à partir du méfait. Mais plus on porte plainte tôt, et plus c’est pris au sérieux (l’absence de constat d’accident peut ne pas aider, aussi).

    Les témoins sont importants. Avez-vous leurs contacts ? Leur avez-vous parlé de votre révolte et de votre envie de poursuivre le chauffard ?
    Toutes les photos aussi, j’imagine.

    À quelles associations s’adresser pour avoir une aide juridique et un soutien moral (important) dans les tempêtes juridiques ?
    J’ai fait une rapide recherche… Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin au lien suivant :
    https://www.google.fr/search?q=defense+des+victimes+de+la+route&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a

    Le fait que ce soit passé au Royaume-Uni peut changer des choses juridiquement.

    Enfin, je vous souhaite du courage, de la persévérance et de l’écoute autour de vous.

    Vous pouvez toujours me poser des questions, j’essaierai d’y répondre (mais je ne suis pas dans le droit !).

  6. Legeographe

    Autre chose : il faut aussi, s’il y a eu un constat d’accident (et même d’ailleurs s’il n’y a pas eu de tel constat d’accident), récupérer des factures de tous les soins et radios effectués dans les centres médicaux, les hôpitaux, les consultations chez votre médecin et qui concernent votre corps (talon droit, mais aussi toute la jambe et le bassin si nécessaire) et ledit accident.

Les commentaires sont clos.