Les fabricants d’avertisseurs de radars se révoltent


Image qui tourne sur internet… comme si, au passage, la sécurité des automobilistes (et les infrastructures) n’étaient pas financées par l’ensemble des citoyens….

Les nouvelles mesures pour renforcer la sécurité routière agacent: plus d’une semaine après les annonces du gouvernement, la grogne a conquis les professionnels du secteur, des associations d’automobilistes et certains députés de la majorité.

La suppression des panneaux avertisseurs de radars fixes et l’interdiction des dispositifs avertisseurs de radar cristallisent le mécontentement. Plusieurs entreprises de détecteurs de radars ont décidé de réagir. Elles viennent de créer l’Afftac, l’Association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d’aide à la conduite.

Voici leurs trois arguments en faveur des avertisseurs de radar :

-Ils contribuent à assurer plus de sécurité sur les routes car ce sont de véritables assistants pour une conduite plus sûre.
-Ces appareils permettent de maîtriser sa vitesse grâce à l’affichage permanent de la limitation à respecter, d’être prévenu des zones à risques et des aléas de la route en temps réel.
-Ils améliorent la vigilance de chaque conducteur en aidant à lutter contre les risques de somnolence grâce au signal sonore qu’ils émettent régulièrement.

Au vu des arguments, il est clair qu’ils ont perdu d’avance. Ce n’est pas les bons. En effet tout chantage avec l’État se fait sur le salariat et les bénéfices. Leur premier argument aurait du être que l’interdiction va mettre x personnes aux chômages et faire perdre x €uros d’impôts. Le hic, c’est que les usines ne sont pas en France… et que les bénéfices doivent être bien gras et donc indécents à publier…

Revenons à leurs trois arguments.

Le premier nous apprend que conduire une voiture sans avertisseurs de radar est dangereux. Il fallait oser! Tous les moyens sont bon pour vendre…

Le deuxième argument nous apprend qu’un automobiliste est un automodébile qui ne sait pas regarder son compteur de vitesse et encore moins l’environnement qui l’entoure. Quant aux zones à risques, c’est à mourir de rire, tant les avertisseurs de radar ne préviennent pas de la localisation par exemple, des établissements scolaires ou des zones accidentogènes. Avez vous déjà entendu un GPS dire « Attention, depuis 1970, 25 personnes ont trouvé la mort dans le prochain virage. Soyez vigilant ».

Le troisième argument est dans la même trame que les deux premiers. Sans un avertisseur de radar, vous êtes un automodébile dangereux. Si conduire provoque une somnolence autant l’interdire… ou mettre la radio… ou faire des pauses comme le préconise la sécurité routière.

Pour conclure, les trois arguments peuvent être comblés avec n’importe quel GPS sans que celui ci ne donne les positions des Radars…

En réalité, l’Afftac ne donne AUCUN argument puisqu’ils n’en ont qu’un seul: Prévenir des radars pour freiner à leur approche et accélérer une fois dépassé.

Rappelons quand même que selon l’ADEME un trajet sur 2 fait moins de 3km et que la moyenne est de 35km par jour (prend en compte les professionnels : taxis, poids-lourds, etc..)

Mais un avertisseur de radar, ça ressemble à quoi ? Voici trois modèles…

La critique sur le site de vente en ligne est juste magnifique : « Si le Navirad se révèle efficace, il rencontre plusieurs points négatifs. D’un point de vue pratique, le Navirad signale des radars situés à proximité du véhicule même s’ils ne sont pas sur la route empruntée par le conducteur« . Trop dur la vie, faut rouler à la vitesse réglementaire même si il n’y a pas de radar !

Source: http://ablogm.com/velorution14/

Vélorution

A propos de Vélorution

La Vélorution (mot-valise mêlant vélo et révolution) est un mouvement dont l'un des buts est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, planche à roulettes).

5 commentaires sur “Les fabricants d’avertisseurs de radars se révoltent

  1. stefanopoulos

    Ils n’ont qu’à se recycler dans la fabrication de limitateurs de vitesse…Aucune imagination, vraiment !

  2. stefanopoulos

    ou « limiteurs » de vitesse (en français dans le texte) 🙂

  3. BAHN

    C’est sur qu’il suffit de respecter les limitations de vitesse, ce qui n’est pas très difficile en soit (sauf le 30, car un petit coup d’accélérateur suffit pour être à 40).

    Le côté que je trouve utile à ces appareils, c’est surtout l’indication de la vitesse maxi surtout sur l’autoroute et nationale/départementale.

    Je sais qu’il suffit de regarder les panneaux, le principe est facile, mais selon les situations (panneau caché par un camion que l’on double, etc…) on peut louper un changement de vitesse ( de 130 à 110 qui peuvent être fréquent selon les tranches d’autoroute) et aussi pour les nationales/département qui peuvent être à 70km/h.

Les commentaires sont clos.