Le village automobile

Pour contrecarrer nos projets de « ville sans voitures », les professionnels de l’industrie automobile lancent un nouveau concept d’urbanisme: le village automobile.

Le village automobile, quésako?

Non, ce n’est pas un projet de village « drive-in » où on peut entrer dans les boulangeries, les cafés ou les buralistes en voiture! D’ailleurs, cela existe déjà (du moins, pour les boulangeries drive-in…). En fait, il s’agit de rassembler toutes les concessions automobiles et tous les métiers du secteur automobile d’une même agglomération, en l’occurence Montpellier, dans la même zone au doux nom de « village automobile ».

Qui a eu une idée aussi géniale? Rendons à Speedy César ce qui appartient à César: c’est Jacques Améras, pilote de rallye montpelliérain et concessionnaire automobile depuis 36 ans qui a eu la révélation (un soir, dans les embouteillages…).

Et le concept est simple comme tout ce qui est génial: un immense parking autour duquel se concentreraient toutes les activités du secteur automobile. On a vu plus accueillant comme « village », mais le principe consiste d’abord à garer sa voiture sur cet immense parking pour ensuite faire ses achats automobile… à pied!

En gros, un fois garé, vous pourrez déambuler dans le parking village pour aller acheter une tête de Delco, puis 4 pneus neige et enfin un pare-choc avant. Le tout, sans avoir à prendre sa voiture! C’est magique… En fait, il s’agit plutôt d’un « parking sans voiture », mais les concepteurs ont du penser que « village automobile » sonnait mieux à l’oreille, surtout pour des automobilistes en quête de pièces détachées…

Plus sérieusement, le concept est quand même assez intéressant. En reléguant l’ensemble des activités liées à la voiture dans une même zone, cela participe d’une certaine forme de ghettoïsation de l’automobile. Cela libère de la place ailleurs pour d’autres activités moins polluantes. Mais surtout, cela crée des zones spécifiques un peu sales dédiées à la pratique automobile. Les automobilistes pourront s’y rendre un peu comme des drogués, pour assouvir leur dépendance et acheter leur dose de matériel automobile… On pense ici aux fanas du tuning et autres amateurs de volants en peau de chameau.

Bon, il y a quand même un inconvénient de taille, cela condamne une immense zone de l’agglomération qui sera désormais un lieu de non-droit pour les piétons et les cyclistes, une zone hostile où l’homme non-motorisé ne pourra guère s’aventurer. Mais à vrai dire, pourquoi pas?

Et le concept semble en fait tellement intéressant qu’on pourrait même envisager de l’étendre à la France entière. Pourquoi ne pas condamner carrément une ville entière comme par exemple Lyon ou Clermont-Ferrand (c’est pratique, c’est au centre de la France) pour créer une « ville automobile » qui concentrerait toutes les concessions automobiles et tous les métiers du secteur automobile pour toute la France?

Et le reste de la France serait enfin sans voitures…

Source: http://www.20minutes.fr/article/843694/pres-odysseum-projet-village-automobile

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

14 commentaires sur “Le village automobile

  1. Rems

    Ouf, j’ai cru au début au village drive-in, au moins on aurait parqué tous les nocs ensemble !

    Au final, c’est peut-être ça la solution… de même qu’on enterre nos déchets nucléaires, on parque nos boîtes de sardines ambulantes au même endroit.

  2. apanivore

    Tiens si au lieu d’obliger les gens à aller faire leur course en ville en allant de commerce en commerce pour acheter leur pain, fruits et légumes, viandes ou poissons … on regroupait tout au même endroit et on appelait ça « supermarché » ou « centre-commercial ». Ce serait super, les gens n’auraient plus qu’à faire des kilomètres pour trouver ce qu’ils avaient tout près de chez-eux avant.
    Et du coup comme tout le monde va aller au même endroit, si on construisait moult parkings, rocades et carrefours giratoires histoire que tout le voisinage devienne invivable.

    C’est une réinvention du supermarché, une idée bien française, je trouve ça stupide.

  3. Anartoka

    C’est typiquement dans la logique de zonalité de l’aménagement du territoire. Logique aujourd’hui largement révolue mais il faut le temps que ça redescende au niveau des politiques…

  4. wombie

    pas mal, y’aura plus qu’à oublier une seule bombe à effet électromagnétique dans une camionnette et on neutralise 10 à 15000 véhicules d’un coup…
    Bon, y’aura bien quelques effets collatéraux tels que les infarctus de personnes incapables de faire plus de 12 m à pied mais tous les autres redécouvriront les joies de la marche à pied (par contre, les renégats ayant planqué un Brompton dans leur coffre seront condamnés à tourner à vie dans le dit village, on ne peut tolérer qu’ils profitent des avantages de tous les modes de locomotion)

  5. Denis la Menace

    Si l’on tient compte de la superficie actuellement occupée par toutes les entreprises « automobiles », et que l’on regroupe le tout ensemble, il y aura une ÉNORME partie de la France ( plusieurs centaines de km2, non ?)qui ne sera plus disponible pour la circulation vélo ou piétonne.
    Faudra-t-il un véhicule pour se déplacer à l’intérieur de ce « Village » ?-)

  6. alain

    Pas de quoi s’affoler, les nouvelles sont bonnes:
    – Saab est en faillite.
    – PSA vire 6000 personnes en Europe et annonce maintenant la suppression de 500 interimaires.
    – Scania prevoit une baisse de 15% de son activite.
    – renault abandonne 5 modeles en Angleterre et envisage d’y fermer 1/3 de ses concessions.
    – Un ancien de l’AIE parle de tensions tres fortes sur le petrole a partir de 2013/2015 et de tres gros soucis entre 2015 et 2020.

    Presentement, je suis au Quebec: toujours plein de grosses voitures, toujours autant de pubs pour des voitures, et encore si peu de velos que je ne pense pas que l’avenir se trouve en Amerique du Nord.

  7. Jean-Marc

    Petit avantage d’un tel centre, c’est qu’il pourra y avoir une redensification des lieux qu’ils quittent (anciens magasins auto devenant autre chose : magasin, logement, bureau ou autre)…
    Autre avantage hypothétique, celà fera un seul lieu à fermer puis réhabiliter, quand l’essence sera 4 fois plus chère ^^
    Mais bon, malheureusement, en attendant, celà fera surtout une zone commerciale de plus, favorisant encore l’étalement urbain…


    J ai recherché une des infos d’Alain, dont je n avais pas entendu parler :

    http://blogautomobile.fr/renault-epuration-gamme-grande-bretagne-135543#axzz1hDHnNIKg
    explication :
    renault UK : -60% de ventes (en volume) entre 2006 et 2011 + modèles spécifiques (conduite à gauche) -> suppression des modèles les moins vendus (5 carosseries, 9 modèles).

    Au passage, mon lien m a permi de découvrir un « nouveau » modèle, vendu depuis 2010 : la renault wind… Découverte au moment où elle est retirée d’UK. Dingue qu’une telle renault fasse aussi peu parler d’elle en france (suffit de se rappeler les pubs à la chaine pour le coupé-cabriolet peugeot, il y a qq années…) -> sa sent le sapin, s’ils n’ont pas jugé bon d’investir dans une grosse campagne spécifique pour la promouvoir ^^

  8. Allegra

    @ alain : Saab en faillite j’appelle pas ça une bonne nouvelle… C’est triste pour les salariés.

  9. Jean-Marc

    @Allegra
    Bah… faut savoir, un moment, reconnaitre que le roi est nu…
    Saab, c est un peu comme d autres marques « prestigieuses » de taille et prestige moyens :

    Celà fait 20 ans que bcp d’entre elles sont chroniquement déficitaires, voire en faillite
    (autre ex. : jaguar, et d’autres marques UK : jaguar a été temporairement racheté par ford, avant d être racheté par Tata (qui a aussi racheté land rover))

    saab : ils étaient en pseudo faillite depuis des années… sauvés années après années par scania, leur division poids lourd…. puis GM les a racheté, pour une opération d’image.
    saab-GM n a jamais été rentable… résultat, quand les sous ont manqué (GM en faillite en 2008), l’investissement, jugé trop cher pour le peu d’image apporté, a cessé :
    re-seul, saab est encore non-rentable… mais n a plus personne (pour l’instant?) prêt à le re-racheter pour une question d’image.

    Autre exemple, du même pays : volvo, d abord racheté par ford, puis, depuis 2010, racheté par le chinois Geely : pas assez rentable pour rester indépendant; racheté pour sa techno, son savoir-faire + pour entrer autrement que par le low cost, dans un marché difficile d accès… (l europe).

  10. alain

    Allegra:
    Autrement dit, on peut aussi se rejouire des guerres vu que ca cree du boulot?
    Les temps changent, des metiers naissent et d’autres meurent donc pas de quoi pleurer sur Saab

  11. GG

    Non, on ne peut pas se réjouir de ces licenciements ! Les salariés de ces entreprises n’ont absolument pas « choisi » de bosser pour une industrie polluante. Contrairement à ce que tu dis, alain, les métiers ne « naissent » et ne « meurent » pas : ils évoluent. L’ouvrier qui verse du métal en fusion dans un moule pour fabriquer des moteurs, peut le lendemain fabriquer des turbines sous-marines… L’industrie automobile c’est un concentré de savoir-faire qui correspond à un couple productivité-qualité bien spécifique. différent par exemple de celui des jouets en plastique (meilleure qualité) et de celui de l’aéronautique (meilleure productivité). Ce qui est scandaleux dans notre système, c’est que les firmes automobiles se défaussent de leurs erreurs sur les salariés en les licenciant, alors que leurs compétences pourraient être utilisées pour faire autre chose.
    Si tu veux décrocher les salariés de la logique productiviste, il faut que tu leur offre une alternative : dans une économie basée sur le bien commun et non sur le profit, les entreprises qui fabriquent les bagnoles auraient été nationalisées et reconverties dans des industries nouvelles

  12. Christophe Fagot

    Etant de Montpellier, je suis plutôt content que plus ça va et plus on cantonne les voitures à l’extérieur. Un zone réservée au marché automobile irait de paire avec le fait que le centre de Montpellier est vidé de la grande majorité des voitures et est devenue une gigantesque zone piétonne. Et plus ça va, moins la circulation en voiture est possible dans le centre de Montpellier.

  13. Jean-Marc

    GG : l’usine ford près de bordeaux (toulouse?) fabrique des éoliennes, et il y a surement d’autres reconversions partielles.

    Le pb, c est que l argent public sous chirac-sarko ne sert pas à ces reconversions utiles pour l’avenir, servant à conserver des savoir-faire. Mais il sert à des primes très coûteuses de maintien du niveau des ventes* (primes à la casse, bonus-malus avec un malus ne couvrant qu’une faible part des cadeaux du bonus), primes dont ont surtout bénéficiés les importations (twingo, 206 ou C2 ne sont pas fabriqués en france : seules petites fabriquées en france, la C1, 106 ou smart), ou à des cadeaux très coûteux pour des projets irréalistes (voiture élec).
    Là, les constructeurs (renault, PSA et bolloré), se mettent à ressembler aux plus gros « agriculteurs » français (prince albert, reine elisabeth) ou à certains « producteurs » militaro-industriels (dassault par ex) : ils ne sont plus vraiment producteurs locaux, mais chercheurs de primes.

    Sinon, sur l avenir auto, ce lien, d’une personne qui a cependant un discours pro-auto :
    http://palim-psao.over-blog.fr/article-fin-du-conte-de-fees-pour-l-industrie-automobile-par-robert-kurz-87833912.html
    résumé :
    « pour une éco en croissance, il faut un tissu indus fort, pour un tissu indus fort, la voiture, et la croissance de la voiture sont idéales.
    problème : la croissance auto montre des signes d essouflement, deja actuellement dans les pays riches, mais celà commence aussi en chine (prévisions mondiales en baisse en 2012), où les ventes ont une structure fragile. »

    *tenter de sauver le dinosaure a déjà été fait (sur fonds publics…), par ex, avec la sidérurgie (c.f. le creusot) : résultat : la famille wendel (le baron Seillière) en est sortie enrichit… mais les emplois ont quand même été perdu : il s agit d’un combat perdu d avance…

    Cependant, la fin des dinosaures a permis l explosion de diversité des mammifères :
    L’état devrait aider à la création de nouveaux emplois, de nouvelles entreprises, au lieu du maintien à tous prix de « l’excellence » de qq uns, proches du pouvoir, au détriment de tous (différence entre le france et les USA : en france, les plus grosses entreprises ont plus de 100 ans… aux USA, google (1998) ou FB ont 10 ans voire moins [apple (1976) et microsoft (1975), à moins de 40 ans, font figure d’anciens…)] .

    Bien sûr, les USA ont parfois une pratique française, par ex avec les mega-contrats d’armements de boeing, en favorisant les SUV ou en sauvant chrysler et GM en 2008…
    Mais ces aides/tentatives de sauvetages illustrent surtout qu’il s’agit d’industries qui s’en sortent de moins en moins par elles-même…

Les commentaires sont clos.