L’écologie, c’est Batho !

Francois Hollande nous a écouté! Nous disions ici-même que Nicole Bricq n’avait rien à faire à l’écologie, étant plus spécialisée dans l’environnement concurrentiel que dans l’environnement tout court… Bricq-au-marchė hérite donc, sans doute pour le plus grand bien de l’écologie, du ministère du commerce extérieur. Le problème, c’est qu’elle est remplacée au ministère de l’écologie par Delphine Batho, qui réussit la performance de s’y connaître encore moins bien dans le domaine environnemental…

Mais d’abord, un petit mot d’adieu ému à Nicole Bricq qui au bout du compte nous a surpris. Cette spécialiste de la fiscalité, remerciée par Hollande après un CDD d’un mois seulement, avait réussi à faire quelque chose d’assez incroyable au ministère de l’écologie, à savoir de l’écologie! Car, en moins d’un mois à ce ministère, elle a trouvé le moyen de suspendre tous les forages de prospection pétrolière en France. C’était la semaine dernière et toutes les compagnies pétrolières en sont restées sur le cul. Enfin, pas longtemps, car Total, Shell et consorts sont vite montées au créneau élyséen. Résultat: des ordres ont été donnés aux préfets pour que les forages reprennent illico-presto…

Pour beaucoup, l’histoire des forages a signé l’arrêt de mort de Nicole Bricq. Rendez-vous compte, on se retrouvait avec une ministre de l’écologie qui avait le culot de faire de l’écologie! Faut pas déconner non plus…

Dès lors, deux options s’offraient à François Hollande: la suppression du ministère de l’écologie ou le remplacement de Nicole Bricq par une marionnette. Comme la suppression du ministère de l’écologie aurait sans doute fait un peu tâche, je vous laisse deviner quelle option a été retenue…

Les pétroliers n’ont qu’à bien se tenir! La nouvelle ministre de l’écologie va mettre au pas les PME pétrolières comme Total et Shell. L’environnement va revenir au coeur du débat politique, vous savez, le climat, la sixième extinction des espèces, la pollution généralisée, etc. Grâce à qui?

Delphine Batho, c’est cela… Que dire? Spécialiste des questions de sécurité, elle était logiquement nommée il y a à peine un mois au ministère de la justice sous l’autorité de Christiane Taubira.

Aux dernières nouvelles, elles ont passé un mois à se tirer la bourre et on a évité de peu l’intervention du GIGN pour les séparer… La France attendait impatiemment une solution pour la Justice et François Hollande a donc statué: Delphine Batho aura une promotion et passera du rang de secrétaire d’état au rang de ministre à part entière, en l’occurrence de l’écologie mais c’est ici un peu accessoire.

En fait, on nous refait le coup de Borloo en 2007! Après une grosse gaffe sur la TVA sociale, Jean-Louis Borloo était muté d’office à l’écologie. Aujourd’hui, c’est Delphine Batho qui est mutée d’office à l’écologie parce qu’elle a fait rien que des méchancetés à sa camarade Christiane…

On connaissait l’écologie punitive, voici maintenant le ministère punitif. À la moindre connerie, vous êtes muté à l’écologie! La honte, quoi!

C’est pourquoi, c’est assez coton de faire un portrait de Delphine Batho sous l’angle écologique. Même en étant un pro de Google, vous aurez du mal à trouver la trace du moindre fait d’arme de Batho en matière environnementale. L’environnement est une vaste page blanche…

Comment vous dire, mettre Delphine Batho au ministère de l’écologie c’est un peu comme mettre Nadine Morano dans un gouvernement!

Mais au fait, qui est vraiment Delphine Batho? Wikipédia nous dit que c’est une femme politique française, née le 23 mars 1973 à Paris 12e. Ancienne leader dans les mouvements syndicaux lycéens, elle passe ensuite une grande partie de sa courte carrière à SOS Racisme puis devient « spécialiste de la sécurité au Parti socialiste ». Le lien entre SOS Racisme et la sécurité n’est pas forcément évident, malgré ce que pense sans doute Nadine Morano…

Wikipédia nous apprend qu’elle est « politiquement influencée par Daniel Balavoine, Coluche et Pierre Desproges ». C’est quand même vraiment n’importe quoi Wikipédia!

Première information d’importance, elle fait ses classes au lycée Henri-IV à Paris, « sur les mêmes bancs que Mazarine Pingeot ». Delphine Batho a donc posé son séant très près de celui de Mazarine Pingeot, c’est le genre de proximités qui forge un destin politique.

Très vite, « elle est repérée par Julien Dray » lors du mouvement étudiant de 1990. A ce stade, on ne sait pas encore si c’est très bon pour sa carrière… D’autant plus que Julien Dray est alors en plein dans sa période « montres de luxe »…

Le baccalauréat en poche en 1992, elle s’engage dans des études d’histoire à Jussieu qu’elle abandonne. C’est dur de faire à la fois des études et du syndicalisme étudiant! Alors qu’elle vient de quitter l’organisation lycéenne, elle devient vice-présidente de SOS Racisme en septembre 1992.

Elle adhère ensuite au Parti socialiste en 1994 et devient membre du courant la Gauche socialiste avec Julien Dray, tiens tiens, aux côtés de qui elle commence à travailler les thèmes de la sécurité.

Puis, c’est l’escalade vers les sommets… Lors du congrès de Grenoble de 2000, elle entre au Bureau national du PS. En 2003, lors de l’éclatement de la Gauche socialiste, elle reste fidèle à Julien Dray, toujours, dont elle est alors l’employée au conseil régional d’Île-de-France… chargée des questions de sécurité.

Elle rejoint la motion de François Hollande au congrès de Dijon (mai 2003) et devient l’année suivante, secrétaire nationale, chargée de la sécurité, encore, dossier sur lequel elle travaille depuis 1998. Elle défend alors la ligne « prévention sanction » parfois aussi appelée « carotte et bâton »…

En 2006, elle suit les cours comme auditrice à l’Institut national des hautes études de sécurité. C’est toujours bien de faire de la formation continue pour développer ses compétences…

Ségolène Royal, candidate à l’élection présidentielle de 2007, intègre ses réflexions en matière de sécurité dans le concept d' »ordre juste » (le bâton sans la carotte). Dès lors, Delphine Batho est parmi les proches de la candidate et la conseille.

Delphine Batho est aussi à cette période vice-présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale chargée de… la sécurité.

Responsable du projet de Ségolène Royal lors des Primaires citoyennes de 2011, Delphine Batho devient, après la victoire de François Hollande aux primaires, l’un des quatre porte-parole du candidat socialiste pour l’élection présidentielle de 2012.

Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre déléguée à la Justice dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault, auprès du garde des Sceaux, Christiane Taubira.

Suite à sa nomination au gouvernement, elle annonce qu’elle va quitter, comme le réclamait au nom de l’exemplarité depuis l’automne 2009 la Régie immobilière de la ville de Paris, son logement intermédiaire de 108 m2 dans le 19e arrondissement de Paris, loué pour 1 524 euros par mois, qu’elle occupait depuis 2001, par le biais du 1% patronal comme salariée à l’époque du conseil régional d’Île-de-France.

Ouf, tout va bien!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

14 commentaires sur “L’écologie, c’est Batho !

  1. vesania

    Disons que Mme Batho est la digne successoresse de Mme Kosciusko.
    Ce ministère est intéressant car il permet de fournir un emploi à 75 000 personnes. Mme Batho a certes elle-même déjà un job (de députée), mais peut-être que ce boulot d’appoint lui permettra de mettre quelques sous de côté, et de sortir la tête de l’eau, peut-être même de trouver un logement salubre.

  2. bruno le hérisson

    En gros une apparatchik qui a fait toutes ses classes dans le système PS avec comme mentor Juju les combines, mais qui ignore tout de la vie sur terre.

    Je crois que nous pouvons dire que la zécologie est entre de bonnes mains et que celle ci ne va pas nuire au sacro-saint productivisme.

    Nous aurons toutes les mesurettes zécologiques façon développement durable de la croissance verte, procès d’intention de la part d’un hérisson ou perte des illusions face à des politiques qui n’ont rien compris des enjeux du 21 ème siècle ?

  3. MOA

    Cette masacrade autour de l’écologie était attendu, non?

    Le parti « socialiste « est un parti productiviste et capitaliste.

    Il a donc besoin de se goinfrer d’énergie pour satisfaire la production et donc le capital.

    Se goinfrer d’énergie est 300% incompatible avec l’écologie autrement dit, cela entraine des problèmes graves sur la biosphère. Et ça, le parti « socialiste » le sait parfaitement. Mais comme le parti »socialiste » est un parti productiviste et capitaliste, du coup, il fait le choix d’en avoir rien à foutre de l’écologie… sauf d’un point de vue électoraliste.

    Bon… vu le niveau de prise de conscience de mes concitoyens concernant la question écologique (éteindre la lumière en sortant, éteindre le robinet en se brossant, toussa), l’électorat en a rien à foutre de l’écologie donc je reformule : le parti « socialiste » en a rien à foutre de l’écologie y compris d’un point de vue électoraliste.

    ….. et ca va forer !

  4. kolo

    Z’avez rien compris, c’est pas pour son passé professionnel qu’elle est devenue ministre mais tout simplement pour son nom….

    Oui, la mer, la plage, les bateaux, c’est écolo tout ça, non ?

  5. MOA

    Ca me fait penser, plutôt qu’un ministère de l’écologie dont ils n’ont rien à foutre, il vaudrait mieux créer le Ministère de la Géo-Ingénierie et le Ministère du trans-humanisme.

    Comme on est en période de crise de croissance on peut par souci d’économie (pour préserver les rémunérations d’actions spéculatives) regrouper les 2 ministères dans un seul portefeuiile.
    Le Ministère de l’Adaptation Technologique de la Terre et de l’Homme (à vivre sur une planète dégradée avec des ressources limitées).

    En plus, grâce au business que ca va générer, on règle du coup le problème de la croissance.

  6. Corinne

    bonjour
    bah pourquoi qu’il la pas mise au ministère de l’intérieur avec ses compétences!!
    Sale temps pour l’écologie,va falloir reprendre les banderoles car les élites ont une vision de l’écologie assez libérale.

  7. MARSEILLAISEN4X4

    c’est bon pour le 4×4
    c’est bon pour le 4×4
    c’est bon pour le 4×4
    c’est bon pour le 4×4
    c’est bon bon
    c’est bon bon
    c’est bon bon
    c’est bon bon
    ……
    sur l’air de : c’est bon pour le moral »

  8. FRANCE

    Merci de continuer à nous ouvrir les yeux, même si de toute façon on ne peut rien y faire.

  9. sof

    et les rigolos d’Europe nécrologie-les vers en ont vus d’autres et pis, ils zont un groupe à l’assemblée pour bêler avec le troupeau…
    déjà, à tours, où ils représentent « l’exemplarité environnementale », leurs suivisme est confondant…
    On a du boulot !
    rendez-vous au forum des grands travaux inutiles à Notre Dame des Landes cet été

  10. alain

    Ce gouvernement, c’est pire que Sarko (parce que Sarko, au moins, on savait ce qu’il ferait):
    – L’écologie, rien à battre: on fout n’importe qui et surtout des gens qui n’y connaissent rien.
    – Les auto-entrepreneurs: bof, des anti-concurrentiels. formule décrétée par une ministre qui n’a jamais travaillé et connu pour passer ses journées à taper des textos sur ses portables. Bref, question système concurrentiel, elle connait, mais pas vraiment de près.
    – Haro sur les clients des prostituées. Tiens, pourquoi pas les proxos que tout le monde connait? Ben, parce que c’est la mafia qui, comme tout le monde sait, arrose la politique. Alors, ne faisons rien et attaquons, si j’ose dire, les petits porteurs. Comme à la Bourse, où les gros touchent les sous sans rien craindre et les petits trinquent.
    – Tu manifestes pour les sans papiers? contre les lignes THT? Avec Nicolas, t’avais droit à ton coup de matraque et à ta garde à vue. Avec le président normal, aussi.
    Ca fait à peine un mois, moi, ca me gave déjà. Et lire est à venir…

    Et les europe-Ecologie? Ils sucent, me rappelant le mix de Spicy Box: « c’est le consensus: tout le monde suce ».

  11. Daphne

    Bonjour,

    Mme Batho est ma députée (et oui j’habite un petit village des deux sevres) depuis déjà quelques années… et j’avoue ne rien avoir a en redire.
    Je la trouve compétente, bosseuse et tenace, de plus elle serait plus du coté ecolo que du cote pollueur.

    Aussi j’avoue ne pas etre decue de sa nomination a ce ministere et pense qu’elle peut faire des grandes choses (elle en a la carrure) si on lui en laisse les moyens (et ca c’est pas gagné).

    Pour cela, je suis un peu étonnée du proces d’intention qu’il lui est fait : ok, c’est pas une écolo pur et dur mais ca aurait pu etre bien pire je trouve.

    Je pense qu’il serait bien d’attendre et de voir avant de juger cette nouvelle ministre.

  12. tichit

    Pour seulement un mois et demi de présidence « normale » ça commence à faire beaucoup de foutages de gueule. Je suis content d’avoir voté blanc, et encore plus de ne pas avoir voté pour les verts, ce parti n’aura plus aucune crédibilité tant que des Duflot et des Placé le dirigeront.
    Diantre fichtre foutre!

  13. bruno le hérisson

    Daphné, c’est plus du scepticisme qu’un procès d’intention, cela fait des années que nous sommes menés en bateau par les ministres de l’écologie verte mais pas trop. Avec à chaque fois des mesurettes en marge de l’écologie par rapport à la réalité de la destruction de la nature par l’activité humaine

  14. Florence Rivière

    Si DELPHINE BATHO était une « spécialiste de la sécurité » (C’est quoi au juste une « spécialiste de la sécurité »??) on l’aurait laissé au ministère de l’Intérieur. En fait tout le monde sait que cette nana n’est spécialiste en rien du tout. On a nommé celle qu’on surnomme BAC+0 à un des ministères qui requiert le plus de connaissances techniques et scientifique, bonne chance à l’écologie….

Les commentaires sont clos.