Le stationnement en double file à Nice

On ne sait pas vraiment qui a inventé le stationnement en double file, mais les niçois sont devenus peut-être les spécialistes mondiaux du phénomène. A tel point qu’une étudiante de géographie vient de leur consacrer un mémoire de Master.

Le stationnement en double file, tout le monde connaît. Il n’y a pas de places pour se garer ou alors c’est trop loin (« je ne vais quand même pas faire 300 mètres à pied!« ), alors je me gare en vrac, en double file, parfois avec clignotants allumés voire même les warning histoire de dire que je reviens bientôt… ou pas!

C’est une forme de stationnement qui réussit le tour de force de gêner à la fois les véhicules déjà garés sur une place « normale » de stationnement (car ils ne peuvent plus sortir) et les véhicules qui circulent car le stationnement en double file a la particularité de confisquer une file de circulation qui n’est pas a priori destinée au stationnement des voitures.

On connaît bien cette pratique dans la plupart des grandes villes. A vrai dire, cela ne gène pas vraiment la circulation des piétons et des cyclistes, mais surtout les voitures. Ceci dit, cela participe de l’engorgement bagnolesque dont souffrent les villes. Il y a déjà des voitures partout, en particulier des rues remplies de voitures en stationnement, mais cela ne suffit pas, il faut en plus que les voitures se garent en double file!

En fait, cela démontre surtout une fois de plus l’inefficacité intrinsèque de l’automobile en terme de mode de déplacement. Une voiture passe environ 95% de son existence à l’arrêt, en situation de stationnement. Or, une voiture occupe grosso modo un espace de 10m². Multipliez par le nombre de voitures en circulation et vous avez une idée de la place nécessaire pour stocker tous ces véhicules.

Le problème, c’est que l’espace urbain n’est pas extensible à l’infini. Une ville est composée de bâtiments entourés par des rues d’une certaine largeur… Quand on regarde la répartition spatiale des rues, on constate que la quasi-totalité des surfaces est déjà affectée à la voiture. Sauf à détruire le tissu urbain existant et à créer des artères de 100 mètres de large entre chaque façade, il faut faire avec l’espace disponible.

Une autre solution, plus réaliste, consiste à repenser le système dans sa globalité, en limitant fortement la place de la voiture en ville, en développant les voies piétonnes, les pistes et bandes cyclables, les transports en commun et les parking-relais. C’est la solution la plus efficace dans les vieilles villes européennes.

Le problème, c’est qu’il y a des vieilles villes européennes dirigées par des élus qui ont une conception américaine de la mobilité (une bagnole pour tous et tous en bagnole).

C’est le cas par exemple à Nice, dirigée par l’ex-motoministre Christian Estrosi. Dans cette ville, il n’est pas question d’alternative à la voiture. Donc, on se retrouve avec toujours plus de voitures qui viennent engorger le centre sans aucune solution viable de stationnement.

C’est là que ça devient intéressant. A Nice, les automobilistes pratiquent donc massivement le stationnement en double file, comme ailleurs sans doute, mais avec une spécificité qui fait l’objet d’un mémoire de Master en géographie.

Les Niçois ont en effet mis en place de façon tout à fait informelle un système pour rendre le stationnement en double file acceptable (par tous les automobilistes). Le fautif place systématiquement un papier sur son pare-brise avec son numéro de téléphone portable. Comme ça, en cas de problème, l’automobiliste bloqué peut appeler le fautif qui vient bouger sa voiture.

En langage scientifique, on appelle cela un système auto-organisé. Les automobilistes se prennent en main de manière non concertée et mettent au point un système permettant de gérer la pénurie de places de stationnement, le tout avec l’accord tacite de la municipalité qui tolère très largement le stationnement en double file.

Et si la municipalité tolère ce qui est pourtant un système reposant sur l’infraction généralisée de tous, c’est qu’elle n’a rien de mieux à proposer. Aucune proposition alternative pour limiter le nombre de voitures, ou développer l’usage des transports en commun ou du vélo par exemple.

D’ailleurs, on plaint les niçois car ils semblent ne même pas avoir de pistes cyclables sur lesquelles ils pourraient garer leur voiture! Ils sont obligés de se garer en double file! Si c’est pas la misère…

Et certains automobilistes qui pratiquent le double-filisme à Nice ont des discours complétement ahurissants qui apparaissent au bout du compte très drôles, même si la situation générée par le tout-bagnole à Nice est elle par contre moins drôle.

Olivier Razemon, du journal Le Monde, a relevé cette perle:

« Ainsi, ce médecin généraliste, « 45-50 ans », qui se gare en double file lors des visites effectuées à domicile. « C’est impossible de se garer, le stationnement en double file est une particularité de Nice », déclare-t-il. L’homme, qui conduit une Audi, n’a « presque jamais été embêté » par la police, même s’ « il y a des abrutis », déclare-t-il à Mme Aldoma en évoquant apparemment les fonctionnaires de police. En-dehors de ses heures de travail, ce médecin dit ne pas utiliser le stationnement en double file, « sauf, comme tout le monde, pour aller acheter le pain ». »

Magnifique contradiction qui en dit long sur le mode de pensée de l’automobiliste moyen.

Par contre, ce que ne dit pas le mémoire de géographie en question, c’est l’inanité d’un tel système. Il est présenté comme un système servant de palliatif aux insuffisances de la municipalité, une « solution optimale » pour garer le maximum de voitures dans un espace contraint.

Sauf que ce système n’est pas viable sur la durée. Car, en matière automobile, toute nouvelle offre, légale ou pas, génère intrinsèquement les conditions de sa future congestion.

C’est comme pour les routes; si vous construisez une nouvelle route pour doubler une route existante saturée de voitures, cela crée une amélioration temporaire. Donc, les gens ont encore plus intérêt à prendre la voiture, ce qui finira par saturer la nouvelle route et posera la question de créer une nouvelle troisième route…

En stationnement, c’est identique, si vous offrez plus de places de stationnement en ville, vous améliorez provisoirement la situation, mais cela crée très rapidement un appel d’air pour toujours plus de voitures qui viendront en ville en quête de places de stationnement. Résultat: plus aucune place de disponible.

Conclusion, le développement du stationnement en double file est une solution auto-organisée temporaire qui permet de garer encore plus de voitures à nombre de places constant. Au bout d’un certain temps, si aucune alternative à l’automobile sérieuse n’est proposée, tout le système sera bloqué: les places de stationnement seront occupées de manière quasi-permanente, les places en double file aussi, et les autres voitures tourneront en ville à la recherche d’une place de stationnement…

C’est alors que se développera le système du stationnement en triple-file…

Stationner en double file à Nice : analyse d’un système issu d’une solution individuelle
Aldoma A.
Mémoire de Master 1 – 27/09/2012, Frédéric Audard (Dir.), Sébastien Oliveau (Pres.)

Stationner en double-file sans risquer le PV, Olivier Razemon, Le Monde.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

3 commentaires sur “Le stationnement en double file à Nice

  1. bikeman

    C’est clair, bon article!
    En tous cas, paye ton addiction aux technologies polluantes : voiture + téléphone portable…
    En vélo, pas besoin de tout ça!
    Et le discours du médecin… no comment…

  2. Ils sont forts à Nice! Ils ont réussi à transformer la gare des chemins de fer vers Digne en parking!!!!, et ont ainsi déplacé cette gare de 500m!!! ce qui rend la correspondance entre la gare principale SNCF et cette gare complètement pourrie! bravo….

Les commentaires sont clos.