Mackinac, la ville américaine où la voiture est interdite depuis 1898

Neuvième épisode d’une série consacrée aux îles sans voitures. Vous souhaitez passer des vacances réellement sans voitures? Vous voulez voir comment la vie sans voitures est possible? Visitez les îles sans voitures! Aujourd’hui: L’île de Mackinac aux Etats-Unis.

Aux États-Unis, le pays par excellence de la voiture, il existe encore une ville qui résiste à l’automobile et qui n’a toujours pas levé son interdiction depuis 1898. Il s’agit de la ville de Mackinac située sur l’île du même nom dans l’État du Michigan.

Lorsque les premières voitures automobiles sont arrivées sur la scène mondiale à la fin du 19e siècle, peu de personnes auraient alors imaginé qu’elles allaient conquérir le monde. En fait, certaines villes ont trouvé le bruit et les gaz d’échappement de ces nouvelles « voitures sans chevaux » si rebutants que les premières voitures ont même été interdites dans certains endroits.

Entre temps, bien sûr, les restrictions ont été levées et la voiture est vite devenue omniprésente à travers le pays – mais il y a encore un endroit aux États-Unis, qui n’a pas encore changé d’avis. Bienvenue sur l’île de Mackinac, où les voitures sont interdites depuis 1898.

Située juste au large du Michigan, dans le lac Huron, l’île de Mackinac et sa ville éponyme ont longtemps été un lieu de prédilection pour les escapades relaxantes. Ainsi, lorsque les voitures ont commencé à arriver, beaucoup plus bruyantes, crachant de la fumée, il est vite devenu évident pour les habitants de l’île que cette nouvelle invention n’était pas pour eux.

Un résident de l’époque appelait d’ailleurs ces voitures des « monstres mécaniques », ce qui n’apparaît pas comme une critique spécialement élogieuse.

Naturellement, en 1898, le conseil du village de Mackinac décide alors d’interdire les voitures avant que ces monstres n’assaillent leur île.

Une telle législation peut sembler étrange et un peu vieux jeu, mais sur Mackinac, elle n’a pas encore été abrogée. Alors, quelle est la vie dans un endroit où l’une des inventions les plus révolutionnaires de l’histoire a été proscrite? Eh bien, c’est très agréable, en fait.

Bien que la petite île est la résidence permanente de seulement 500 personnes, en été ce nombre grossit jusqu’à 15.000 personnes. Mis à part deux véhicules ambulanciers, il n’y a toujours aucune voiture. Les déplacements sur Mackinac se font à pied, avec des chariots tirés par des chevaux et à bicyclette, ce qui contraste agréablement avec la société du tout-voiture située en-dehors de l’île de Mackinac.

« L’air est plus propre et les accidents sont moins nombreux », écrit Jeff Potter, qui a publié un article sur l’île de Mackinac: «Les habitants de l’île sont en meilleure santé grâce à l’exercice. Il y a un égalitarisme important puisque tout le monde se déplace de la même façon. Ils économisent aussi une énorme quantité d’argent. »

Et pourtant, se déplacer sur l’île est un jeu d’enfant. Mackinac abrite d’ailleurs la seule route d’État du pays sans voitures, la M-185 offrant un accès facile à ses 13 kilomètres de côte, débarrassés des parkings ou autres stations d’essence.

Les visiteurs de l’île décrivent leur expérience comme s’ils remontaient dans le temps, avant le vacarme constant de la circulation et les gaz d’échappement caractérisant la vie quotidienne en Amérique.

Mais plus qu’un simple vestige du passé, peut-être que l’île de Mackinac nous offre plutôt un aperçu d’une autre histoire, celle d’une vie sans voitures avant que les monstres mécaniques nous aient si bien apprivoisé.

Source: Treehugger.com
Photos: CC BY 2.0 cletch, marada, tvanhoosear


Îles sans voitures
22 îles, 26 cartes, 168 photographies

Consulter ou commander le livre

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

12 commentaires sur “Mackinac, la ville américaine où la voiture est interdite depuis 1898

  1. jeanf

    Mackinac, son aéroport…, ses golfs…, ses commerces…
    L’écologie pour les bobos (p’tet même qu’illes mangent bio !)

  2. apanivore

    @jeanf : la voiture n’a pas été bannie de Mackinac pour des raisons écologiques. Mais parce qu’elle emm*rdait les habitants et les touristes. Il n’est jamais question d’écologie ou de protection de l’environnement dans l’article.

    Quand les voitures sont bannies d’une rue, c’est pour la tranquillité des riverains et la sécurité sur la voie publique.

  3. Laurent

    Si on vit mieux à Mackinac sans voitures ,avec une population multipliée par 30 l’été on ne peut pas faire autrement !
    Bon exemple pour toutes les métropoles engorgées mais aussi les campagnes où il est hors de question de flâner les nez au vent au milieu des routes si on tient à la vie.

  4. stephan

    JEANF, un petit tour sur Wikipédia vous aurait permis de constater que l’environnement de l’île est protégée grâce à son statut de parc national, que la moitié des côtes sont intégrées à une réserve marine d’Etat,

    D’autre part, il est assez navrant de ressortir le cliché épouvantail du bio bobo. L’expérience suffit à démonter un tel mécanisme si l’on se sait se passer des ajouts de sucre et des gras saturés de la grande distribution, on mange mieux donc moins avec moins de problème de santé, résultat sur le portefeuille quasi nul.

  5. Vincent

    Outre l’île de Porquerolles, quasiment vide de voiture, Venise est une autre île connue pour l’absence de voiture. Expérience intéressant : passer une journée à Venise puis se rendre sur le continent (Mestre). C’est là qu’on réalise l’emprise de la voiture sur nos vies de citadin en terme de bruit et de stress (obligé de faire constamment attention).

  6. RANDOLET M.

    Dans le même genre,il y a des villes(sur tous les continents)où la circu
    lation des véhicules Diesel est interdite,comme à Tokyo;à Kyoto,c’est
    le stationnement sur la voie publique qui est interdite…pour dissuader les
    habitants de rouler voiture dans la ville et de contribuer à la dégradation
    des bâtiments historiques par la pollution atmosphérique…D’ailleurs,si l’au
    tomobile était réservée aux seuls transports en commun et services pu
    blics,aux personnes handicapées,aux besoins professionnels,cela oblige
    rait le développement de milliers d’emplois…

  7. anne marie

    wOw mais dites-moi il y a du travail chez vous et si oui qu y a t il de disponible est haute saison

    Merci de votre réponse

Les commentaires sont clos.