Auto-intoxication

L’Histoire naturelle des sottises est un livre de Bergen Evans, traduit et publié en français par Plon en 1961. Dans ce livre, un chapitre intitulé « Auto-intoxication » analyse sous tous les angles les conséquences de l’invention de la voiture sur la société, le paysage et le mode de vie, l’écologie, la corruption…

L’auteur mène une attaque frontale, et il s’efforce de chercher la qualité que l’on trouve à la voiture pour y sacrifier tant de vies et de moyens. Il s’exprime sur un ton parfois ironique mais ses arguments sont solides.

Voici donc le document, que vous pouvez télécharger au format pdf. Comme vous pourrez le voir, en ce temps-là on n’hésitait pas à développer ses idées !

Télécharger Auto-intoxication au format pdf (5,28 Mo)

Emmanuelle

A propos de Emmanuelle

Contributrice de Carfree France

13 commentaires sur “Auto-intoxication

  1. Vincent

    Quelqu’un connaît le titre original de ce chapitre?

    « Here’s Looking at You 3
    1 Adam’s Navel 5
    2Great Guns and Little Fishes 15
    3 High Thought on a Low Plane 29
    4 Birds in Their Little Nests 46
    5 The Furred Folk 57
    6 The Lower Orders Mute 74
    7 Wolf! Wolf! 86
    8 Preconceptions 100
    9 Hark, From the Womb! 113
    10 Rigors of Mortis 126
    11 The Sorry Scheme of Things 142
    12 The Inside Story 156
    13 Never Mind 172
    14 The Skin Game 189
    15 Nothing to Crow About 201
    16 Some of My Best Friends 216
    17 Lesser Breeds and Latin Lovers 228
    18 Lo, the Poor Indian! 239
    19 A Tale of a Tub 258 »

  2. Fred

    Dingue, ce document garde tout son sens aujourd’hui, alors qu’il a plus de 50 ans.
    J’espere sincerement que d’ici 50 ans on aura pris conscience de tout ca.

  3. Jean-Marc

    « Quelqu’un connaît le titre original de ce chapitre? »

    Je ne suis pas bien sûr d avoir compris à quoi fait référence ta question.

    Mais, si c est le pdf en lien, alors il s agirait du
    chapitre 26 auto-intoxication (pp 302 à 319)
    chapitre faisant partie de « les techniques »

    en intro, il est précisé qu’il s agit de la fusion de 2 livres (traduction approx « L’histoire naturelle des sottises » + « la trace des fantômes »), d’où des numéros de chapitres allant plus loin que les tiens.

    (tu as mis le sommaire de la version d origine?)

    Cependant, si tu as la version d origine, et s’ils ont changé l ordre des chapitres, lors de la fusion,
    il s agit peut-être du chapitre 10 « Rigors of Mortis » pp126-141

  4. Vincent

    Merci mais apparemment ce chapitre se trouve dans « The Spoor of Spooks » dont je n’ai pas trouvé le PDF.

  5. Vincent

    « D’une manière plus générale nos accidents de la route, eh bien, nous aimons ça : il n’est plus possible d’en douter. »

    N’importe quoi. Encore un agité du bulbe.

  6. fred

    Agité du bulbe?

    Il y a quelques années, un ami clamait haut et fort qu’il regardait la formule un « mais juste le départ, car c’est là où il y a les accidents »
    Plus près de nous, il suffit de regarder les millions de vues que génère la moindre vidéo d’accident sur youtube pour s’en persuader. OUI nous aimons ça, ou la grande majorité des gens tout au moins, inutile de se mentir.

  7. Pédibuspedibus

    Merci pour ce chapitre sur le « gagne temps » à roulettes, bien coûteux au final, et dont les « amoureux » ne débandent pas, si on se fie aux observations de tous les jours…

    Après tout, comme disait mon grand-père :
    « c’est pas une raison, parce que tu n’aimes pas la m…, d’en dégoûter les autres… »
    Qu’ils continuent donc à s’en repaître, et adviendra ce que l’on craint tous…

  8. emmp

    En réponse à Vincent ;
    ce texte est tiré de The Spoor of Spooks (1954), pp. 178 sqq.
    À ma connaissance, la version originale n’est pas disponible sur internet. La liste des chapitres que tu as copiée est celle de The Natural History of Nonsense, l’autre ouvrage de base de la version publiée en France.

  9. Sébastien

    A propos du soi disant gain de temps de la voiture, quelques chiffres :
    Une auto coûte annuellement 4300 euros (carburant, entretien, achat, amendes, parking etc).
    Le salaire moyen est de 2128 euros (25536 euros/an).
    Un salarié travaille 1600 heures/an.
    Une heure de travail rapporte 15,96 euros.
    Donc une auto coûte 269 heures/an.
    Un salarié à temps plein travaille 226 jours/an.
    Par conséquent, au temps de trajet journalier qu’un salarié effectue pour se rendre au travail, il faut rajouter le temps de travail que lui aura nécessité les dépenses de son auto soit 1h11mn.

    C’est effrayant de constater un tel degré de folie chez les automobilistes

  10. Legeographe

    Et encore, Sébastien, vous considérez aussi le salaire moyen. « Le salaire médian », en France, est de 1500 euros. Il faut encore plus de temps de travail pour se payer sa voiture…

Les commentaires sont clos.