Le Manifeste des cyclistes européens

L’ECF (Fédération européenne des cyclistes) a réalisé un manifeste en 10 points pour que plus de personnes utilisent plus fréquemment le vélo en Europe. Environ 250 millions d’Européens sont déjà des cyclistes, et nous voulons faire en sorte que ce nombre soit encore plus important. Ce programme d’ECF pour les élections du Parlement Européen liste 10 domaines clés dans lesquels ECF recommande des actions décisives dans les cinq prochaines années.

1. Des fonds européens pour des projets vélo

De meilleures conditions pour le vélo encourageront davantage de citoyens à utiliser ce moyen de transport plus fréquemment. L’ECF estime que 10% du budget des transports devrait être affecté au vélo. Dans l’UE, cela se traduirait par un investissement de 6 milliards d’euros pour les projets vélo au cours de la période 2014-2020. Lors de la précédente programmation financière de l’UE (2007-2013), ce sont environ 600 millions d’euros (cad 0,7% de cofinancement européen) qui ont été affectés à des projets d’infrastructures cyclables issus d’un budget d’infrastructures de transports de 82 milliards d’euros.

2. Soutien à EuroVélo, le réseau européen des véloroutes

EuroVelo, le réseau européen des véloroutes, est un réseau de 14 véloroutes longue distance qui connectent l’ensemble du continent européen. EuroVelo est coordonné à l’échelle européenne par l’ECF avec l’appui de Centres nationaux de coordination qui organisent la réalisation des véloroutes à l’échelle nationale. Ces organismes travaillent ensemble pour compléter le réseau pour 2020. La contribution européenne à ce projet devrait se traduire par l’affectation de financements du RTE-T pour la réalisation d’infrastructures EuroVelo et par la mise à disposition d’une assistance technique et financière pour la coordination et la promotion du réseau à l’échelle européenne.

3. Des véhicules motorisés moins dangereux pour les piétons et les cyclistes

Près de la moitié des accidents mortels en milieu urbain impliquent des piétons et des cyclistes. Etant donné que la vitesse et les collisions avec des véhicules motorisés sont les plus meurtrières, des mesures devraient être prises de façon urgente pour améliorer la sécurité. L’Intelligent Speed Adaptation (ISA) s’est révélé un outil efficace et rentable pour mettre en place des limites de vitesse. A cause de la forme carrée des cabines des camions et de la position haute des conducteurs, de nombreux angles morts existent dans le champ de vision des conducteurs. Un changement de la législation européenne devrait obliger les fabricants de camions à améliorer la conception des cabines de camion.

4. Des règles du jeu équitables pour les vélos face aux autres modes de transport

Les embouteillages sont l’un des défis principaux du système des transports européens, en particulier aux heures de pointe. Beaucoup de régimes fiscaux nationaux incitent à des transports peu durables avec une mise à disposition de voitures de fonction et d’entreprise à des conditions très attractives pour les employés. En conséquence de quoi, les voitures des entreprises représentent environ 50% de l’ensemble des ventes de voitures neuves dans l’UE. L’UE devrait encourager les Etats membres à introduire des mesures fiscales incitatives pour le vélo et à supprimer les barrières pour les trajets domicile-travail à vélo. ECF veut aussi que les Etats aient la possibilité d’appliquer un taux de TVA réduit sur la vente de vélos.

5. Une meilleure qualité d’air en Europe

La pollution de l’air a causé plus de 400 000 décès prématurés en 2010. 90% des habitants sont exposés à au moins un des polluants de l’air les plus néfastes à des niveaux jugés dangereux par l’OMS. L’ECF veut que l’UE renforce ses limites relatives à l’air ambiant en alignant la Directive sur la qualité de l’air ambiant (AAQD) sur les recommandations de l’OMS. Afin d’améliorer la qualité de l’air, le vélo doit être priorisé par rapport aux modes de transport motorisés individuels. Les moteurs des véhicules circulant en milieu urbain – deux roues et trois roues motorisés, voitures, camions – doivent par ailleurs devenir plus propres.

6. Transports et santé: Prise en compte de la dimension sanitaire des transports et des bénéfices du vélo dans les politiques de santé

Les transports et la santé publique sont extrêmement liés. Le manque d’activité physique constitue la plus grande menace pour la majorité des maladies liées au mode de vie et la plus grande dépense pour les systèmes de santé européens. La mobilité active peut réduire considérablement ces coûts car la prévention est bien moins chère que le traitement. Des analyses comparables de coûts/bénéfices sur les transports ont montré que l’investissement en faveur du vélo livre des ratios coûts/bénéfices plus élevés que l’investissement en faveur du transport individuel motorisé, principalement grâce aux bénéfices sanitaires du vélo. Par conséquent, l’UE devrait recommander aux Etats membres d’inclure les bénéfices du vélo dans les politiques de santé et intégrer la dimension sanitaire à l’évaluation des transports. Si l’infrastructure de transport est construite avec des financements européens, la dimension sanitaire doit y être intégrée.

7. Pleine intégration du cyclisme dans les systèmes de transport multimodaux

L’accès à la mobilité plutôt que la possession d’une voiture individuelle va devenir la solution naturelle de l’économie du partage du 21ème siècle. Le vélo doit accompagner ce processus. Si l’UE doit financer le développement de planification de trajets multimodaux, les informations sur les réseaux cyclables, l’accès aux systèmes de vélos en libre-service et les stationnements vélo doivent y être intégrés. De même, les systèmes de vélo en libre-service doivent faire partie des systèmes intégrés de billetterie. En train, le transport des vélos non démontés doit être autorisé sur toutes les lignes longue distance et la régulation européenne sur les droits et obligations des passagers (EC 1371/2007) doit être amendée en ce sens.

8. Récolte de données et de statistiques sur l’utilisation du vélo.

Les données font les politiques. Elles servent à justifier les choix d’investissement dans les infrastructures de transport. Alors que certains Etats membres collectent d’importantes données sur l’usage du vélo à l’échelle nationale, d’autres ne le font pas. Par conséquent, Eurostat ne publie pas de données sur l’usage du vélo. Afin de disposer de données de qualité sur le comportement des cyclistes, l’ECF recommande à la Commission de convoquer des groupes d’experts et d’évaluateurs pour identifier un ensemble de mesures pour l’usage du vélo. Sur la base de ces recommandations, l’UE et les Etats membres devraient être sommés de collecter des données sur l’usage du vélo.

9. Un plan directeur européen pour la promotion du cyclisme

Le vélo peut être associé à de nombreux domaines d’intervention des politiques européennes. Cela appelle à une action horizontale pour dépasser les mesures fragmentées des différentes Directions générales de la Commission. 11 Etats membres de l’UE ont adopté une stratégie nationale vélo, se fixant des objectifs, des outils et des résultats attendus, donnant ainsi un signal fort aux autres collectivités concernées par le vélo. La Commission européenne devrait suivre l’exemple de ces Etats et développer et publier un Plan européen pour la promotion du vélo au plus tard pour 2019.

10. Un objectif européen de répartition modale des transports pour 2030

L’EU s’est fixée des objectifs très concrets dans de nombreuses politiques, dont celle sur les transports et sur la mobilité urbaine. Par exemple, la Commission veut progressivement supprimer l’usage de voitures à carburant conventionnel dans les villes pour 2050; et atteindre une gestion logistique sans CO² des villes dans les principaux centres urbains pour 2030. Bien que les objectifs de mobilité urbaine de la Commission soient à saluer, l’ECF estime qu’il est crucial d’y ajouter un objectif de répartition modale des transports. Si les véhicules à carburant conventionnel des villes sont remplacés par des véhicules au carburant non-conventionnel, c’est-à-dire des véhicules électriques, il n’y aura pas pour autant d’amélioration de la qualité de l’espace public urbain, de remède au manque de stationnement dans les centres villes ou d’augmentation de l’activité physique des citoyens européens. Au moins 6 Etats membres de l’UE ont fixé des objectifs de part modale vélo précis.

Source: http://www.ecf.com/manifesto/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

17 commentaires sur “Le Manifeste des cyclistes européens

  1. Vincent

    > Près de la moitié des accidents mortels en milieu urbain impliquent des piétons et des cyclistes.

    Phrase mal tournée : il faut continuer à lire pour comprendre que, bien sûr, ça ne veut pas dire que la moitiés des accidents mortels en ville sont entre des piétons et des cyclistes.

    > Ce programme d’ECF pour les élections du Parlement Européen liste 10 domaines clés dans lesquels ECF recommande des actions décisives dans les cinq prochaines années.

    Bizarrement, il manque un point très important : la dépendance énorme et bientôt totale de l’Europe au pétrole importé, ce qui n’est pas un problème mineur à la fois sur le plan financier et politique.

    On continue à faire comme si on avait du pétrole abondant et bon marché.

    « Evolution de la production domestique de pétrole de la zone Europe (Union à 27 + Norvège), en rose, et des importations de la même zone (aire verte). On voit facilement que la production de la Mer du Nord est en déclin rapide désormais, après un maximum historique en 2000. »
    http://www.manicore.com/documentation/petrole/pic_futur_graph3.jpg

  2. Jack A

    « les voitures des entreprises représentent environ 50% de l’ensemble des ventes de voitures neuves dans l’UE »

    Voila une information importante dont je n’avais pas idée. Il y a donc au niveau des entreprises un gros travail a faire aussi..

  3. Vincent

    Ça serait d’ailleurs intéressant d’étudier l’utilisation de ces flottes de véhicules (distances, quels trajets, à quelle vitesse) et de voir si une partie sensible pourrait être remplacée par des vélos, au moins des VAE bien équipés pour un usage professionnel.

  4. Pédibuspédibus

    Vivent les véloroutes!

    Qu’on les finance à l’échelle de l’UE avec une taxe assise sur les ressources des autoroutes pour créer au plus un maillage et un réseau digne des préoccupations socio environnementales du moment.

    Et qu’on évince franchement l’automobile en zones denses urbaines européennes – >5000 hab. par km2 par exemple – pour respecter les propres programmes européens pour la qualité de l’air comme CAFE :
    http://ec.europa.eu/environment/archives/cafe/general/keydocs.htm

  5. Gari

    Je cite l’article :

    « 3. Des véhicules motorisés moins dangereux pour les piétons et les cyclistes

    […] A cause de la forme carrée des cabines des camions et de la position haute des conducteurs, de nombreux angles morts existent dans le champ de vision des conducteurs. Un changement de la législation européenne devrait obliger les fabricants de camions à améliorer la conception des cabines de camion. »

    Je me pose la question depuis quelques temps, mais je ne suis pas allé jusqu’à vérifier.
    Les camions blindés de transport de fonds (type Brinks) ont, il me semble, des rétroviseurs un peu différents des camions classiques. Je me suis dit que ce devait être pour pouvoir couvrir les fameux angles morts, de manière à pouvoir « surveiller » un maximum le camion en prévision d’une éventuelle attaque.
    Si c’est bien le cas, cela signifie qu’il existe *déjà* un système efficace pour faire disparaître les angles morts…

    Peut-être qu’on pourrait utiliser ce système pour résoudre le problème ? Le rendre légalement obligatoire ?

    Bon j’enfonce peut-être une porte ouverte et/ou je raconte une grosse connerie : je n’ai pas du tout vérifié si c’était effectivement le cas. Si un expert passe dans le coin…

  6. Jean-Marc

    de Vincent, sur les véhicules achetés par des sociétés :

    1-« Ça serait d’ailleurs intéressant d’étudier l’utilisation de ces flottes de véhicules (distances, quels trajets, à quelle vitesse)  »
    2-« et de voir si une partie sensible pourrait être remplacée par des vélos,
    3- au moins des VAE bien équipés pour un usage professionnel. »

    1 et 2 : tout à fait

    3 « usage professionnel » ?

    une majorité de ces voitures ne sont pas des voitures à usage professionnel = des voitures de commerciaux ou d artisans-techniciens venant chez les clients faire les ventes/travaux,
    mais de simples voitures de fonction (berline classique, gros SUV noir classique), permettant de faire maison-boulot et boulot-maison et quasi que cela.

    Cas emblématique de la belgique, championne, avec plus de 60% des ventes de VOITURES neuves (pas des camionnettes ou de camions) faites comme avantage en nature pour les collaborateurs suffisamment hors gradés d’une entreprise (ils peuvent même avoir l assurance, les frais d entretien et le carburant « gratuits » = payés par la boite)

    Par contre, pour avoir un vélo de fonction, il ne faut pas rêver : c est bcp trop cher….

  7. Vincent

    Par « bien équipés pour un usage professionnel », je pensais par exemple à une jupe pour protéger le bas en cas de pluie, de grosses sacoches derrière voire un long john pour les pro qui ont besoin de trimbaler des échantillons, etc.

    De toute façon, ça revient beaucoup moins cher à une boîte d’acheter des VAE, même super haut de gamme, que d’acheter une flotte de bagnoles.

    Et encore plus si on prend en compte le temps gagné dans les embouteillages + parking.

    Vite, l’essence à 10€ le litre.

  8. Gros

    Bah rien sur l’intégration du vélo avec les TEC? Parkings dédiés, rames de métro / train adaptées, rampes, etc. ?
    J’ai peut-être mal lu, mais sinon c’est un sacré pan de la mobilité vélo qui est ignoré, car l’interface ville / suburbia est un sacré morceau d’incohérence transportatoire et de congestion pollutionnelle! (je mets des mots qui sonnent technocrato-politique, ça fait bien)

  9. Gros

    PS : Bien vu Gari.
    Mais sur cette question (de modification des véhicules pour la visibilité), j’opposerai la notion que plus on adapte, plus les gens font n’importe quoi : grosse bagnole solide avec airbag : on fonce! Voiture électrique ou hybride, on fonce!(s’acheter une conscience écologique greenwashée), bornes d’alimentation électrique privées sans redevance, on fonce! (se faire plumer par les Bolloré).
    Dans le même ordre d’idée, les défenseurs de la bagnole arguent que les routes les plus sûres sont celles qui sont « bien équipées », que la sécurité est donc un pb d’équipement. Alors qu’on a testé et retesté : le seul véritable moyen de faire ralentir les voitures et faire prendre conscience aux conducteurs qu’il y a des usagers fragiles, c’est de supprimer les feux, les marquages au sol, et les trottoirs. En plus c’est gratuit, c’est des dépenses en moins!
    Mais comme ça a pu être observé par des économistes, pour qu’une solution forte soit adoptée par des politiques, il faut que ça coûte cher! Et que ça rapporte aux copains bien sûr! Prime à la casse et bagnole électrique à 2€ par mois (comme un forfait free illimité) pour tout le monde, youpie!

  10. Yoann

    6. transport santé blabla :
    Des analyses comparables de coûts/bénéfices sur les transports ont montré que l’investissement en faveur du [b] vélo [/b] livre des ratios [b] coûts/bénéfices plus élevés [/b] que l’investissement en faveur du transport individuel motorisé.

    N’est pas le contraire car si coût sur bénéfice supérieur alors le coût est plus important que les bénéfices en comparaison…. Donc vive les voitures ou alors il faut corriger ceci !

  11. Jean-Marc

    Yoann : « des ratios coûts/bénéfices plus élevés »

    1- c est les balises, qu’il faut utiliser :
    «  »

    2- tu as raison.. et tort :

    sur la logique, tu as raison, cela ne colle pas,
    et donc
    il y a bien une erreur, mais ce n est pas supérieur//inférieur,

    car dans la pratique, tu n as pas trouvé la bonne cause :
    c est le ratio, dont le numérateur//dénominateur ont été inversés :

    bénéfices/coût :
    – 10 (AVC/10 000 personnes en moins) / 100€ de piste cyclable

    – 20% d obèses en moins / 100km de vélo/semaine

    (arf, mes bénéfices sont tous négatifs, ce qui complique la compréhension….)

    – [+20% de volume musculaire (et -15% de volume adipeux)] visibles / (20km de vélo/jours)

    p.s. tous ces exemples sont bidons, non sourcés et nn vérifiés :
    ils ne sont là que pour illustrer le principe

  12. Pédibuspedibus

    De Gros :  » […] Alors qu’on a testé et retesté : le seul véritable moyen de faire ralentir les voitures et faire prendre conscience aux conducteurs qu’il y a des usagers fragiles, c’est de supprimer les feux, les marquages au sol, et les trottoirs. En plus c’est gratuit, c’est des dépenses en moins! »

    Qu’on me permette d’exprimer mon désaccord, ou alors il est possible que je n’ai pas trop le sens de l’humour…

    Dans ces « zones de rencontre apaisées cosmétisées a minima » ce qui prime c’est l’habitude et l’adaptation automobiliste : 20Km/H le jour de l’inauguration, 50 six mois plus tard ou à l’heure de l’allumage des réverbères…

    Qu’on se fasse ou se défasse son opinion :

    http://carfree.fr/index.php/2013/04/09/regard-critique-sur-le-concept-despace-partage/

  13. BromptonAddictBromptonaddict

    Ce n’est pas le sujet de l’article, mais je n’ai pas trop envie de créer un article pour ça. Il y a une consultation la mairie de Paris sur le plan vélo 2020. Si vous avez quelques minutes:
    http://www.paris.fr/planvelo

  14. Jean-Marc

    de Gros :  » […] Alors qu’on a testé et retesté : le seul véritable moyen de faire ralentir les voitures et faire prendre conscience aux conducteurs qu’il y a des usagers fragiles, c’est de supprimer les feux, les marquages au sol, et les trottoirs. En plus c’est gratuit, c’est des dépenses en moins! » De Pédibus : « Qu’on me permette d’exprimer mon désaccord, [..] Dans ces « zones [..] ce qui prime c’est l’habitude et l’adaptation automobiliste : 20Km/H le jour de l’inauguration, 50 six mois plus tard ou à l’heure de l’allumage des réverbères… »de moi :ce que tu dis, Pédibus, est vrai en général, pour les zones de rencontres classiques sans séparation chaussée-trottoirs.Mais là, il y a un point essentiel qui diffère :l absence de feux aux carrefours = l automobiliste va se retrouver au pas, à guetter les autres, et donc, contrairement à une zone de rencontre avec des feux, où, dès qu’il a le vert, l automobiliste peut foncer,là, pour protéger sa belle carrosserie (qui, au vu de son comportement, compte bien plus à ses yeux que la vie de quelques piétons…) il sera contraint de rouler à une vitesse décente à l approche de chaque carrefour = +/- tout le temps.

  15. Yoann

    Jean Marc,bien sûr ! La cause évoquée était ironique afin de mettre en exergue l’erreur, j’espère qu’il ne s’agit que d’un brouillon et non du texte officiel !! »b » Merci pour l’astuce des balises « /b »

Les commentaires sont clos.