Un Airbus A320 s’écrase tous les deux jours en Europe

Un Airbus A320 s’écrase tous les deux jours en Europe: c’est le triste bilan réalisé par la Commission européenne en matière d’insécurité routière.

Ces jours-ci, tous les médias focalisent leur attention sur le crash de l’Airbus A320 de Germanwings qui s’est écrasé dans les Alpes du Sud mardi matin. Vous pensez, 150 morts d’un coup, c’est une véritable catastrophe. Nous avons donc droit à une multitude d’articles de presse, de reportages télévisés ou radiophoniques, sans compter le défilé des politiques, ministres européens des transports, président de la république, chancelière allemande, etc.

Hasard du calendrier, le même jour, à savoir le mardi 25 mars 2015, la Commission européenne publiait sur son site internet un communiqué de presse intitulé: « À quel point vos routes sont-elles sûres? Les statistiques de la Commission sur la sécurité routière ne révèlent qu’une légère amélioration en 2014. »

Et ce communiqué de presse nous apprend qu’il y a eu un total de 25.700 tués sur les routes en 2014 dans l’ensemble des 28 États membres de l’Union Européenne. 25.700 tués, cela représente 70 morts par jour sur les routes en Europe.

On peut donc dire qu’un Airbus A320 s’écrase tous les deux jours en Europe, quasiment sans bruit, dans un silence médiatique à peu près complet. Sur une année, cela représente environ 180 Airbus qui se crashent sur les routes européennes… Et on ne parle même pas des blessés graves, bien plus nombreux encore.

La comparaison avec les statistiques européennes de l’insécurité routière paraît intéressante car le crash de l’avion en question est véritablement « européen ». Au départ de l’Espagne, il rejoignait l’Allemagne en passant par la France.

Certains trouveront peut-être indécent de comparer ainsi les morts d’un accident d’avion et les morts liés aux accidents de voiture. Mais, où est véritablement l’indécence quand les médias et les politiques se mobilisent ainsi pour un crash ponctuel d’avion ayant fait 150 morts alors qu’ils sont bien silencieux quand il s’agit de la mort de 70 personnes tous les jours sur les routes européennes…

On l’a vu récemment en France, l’insécurité routière est un sujet complètement abandonné par les politiques. En particulier, Ségolène Royal, « dont l’inexistence dans ce débat est flagrante, » s’est empressée de venir (en hélicoptère!) dans les Alpes du Sud suite au crash de l’A320.

C’est le propre de la société du spectacle dans laquelle nous vivons. Il faut que les médias et donc les politiques alimentent au jour le jour la grande broyeuse médiatique. Tous les jours un nouveau sujet pour occuper l’espace médiatique, qui sera aussi vite oublié qu’il est apparu.

70 morts sur les routes européennes « chaque jour », cela ne constitue pas un sujet digne d’intérêt pour la broyeuse médiatique. La répétition même du phénomène et sa régularité prédictive en font un sujet banal du quotidien. Tout au plus aura-t-on droit à un bref sujet une fois par an au moment de la sortie officielle des chiffres de l’insécurité routière.

C’est le lot de certains types de mortalité, comme la mortalité routière, mais aussi les morts liés au diesel ou les morts liés à la pollution de l’air dans son ensemble. Il meurt tellement de gens chaque jour que cela n’a plus aucun sens, ni d’en parler ne de s’en préoccuper. On est au-delà de l’évènement médiatique exceptionnel propre à provoquer une émotion savamment calculée.

Ce qui est bien pratique, car cela évite aux médias et aux politiques d’avoir à se saisir réellement du problème en posant pour une fois les bonnes questions.

Télécharger l’affiche sur Flickr

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

18 commentaires sur “Un Airbus A320 s’écrase tous les deux jours en Europe

  1. Loic

    C’est faux !

    C’est beaucoup plus , car en terme de communication sur la voiture on ne parle que des morts , et encore ceux qui meurent rapidement. (après quelques jours c’est pas l’accident qui les à tué mais suite à leurs blessures)

    Bref en plus des 70 morts il faut ajouter 7 fois plus de blessés qui seront mutilés à vie. soit 70+(70*7)= ????

    Calculez pas ça fait 4 (quatre) A320 tout les jours.

  2. ZFred

    Si on prend les stats sur le monde entier, on en est a 23 Airbus A320 par jour (1.3 millions de personnes par an -> 3500 personnes par jour)…

    Sans compter les blesses et les morts indirectes

  3. Vincent

    Loic > on ne parle que des morts , et encore ceux qui meurent rapidement. (après quelques jours

    30 jours.

  4. Howell

    Avec ce crash, 1 personne en a tué 149. Combien de jours faut-il en Europe pour avoir 149 victimes d’une autre personne ? Les automobilistes ont une bonne tendance à d’abord se tuer eux-même, c’est une petite justice.

  5. Sous-Citoyen

    Le changement ne se fera pas grâce aux politiques, je suis toujours étonné de voir qu’on s’en remet toujours à eux comme si on priait dieu pour exaucer nos prières, comme si on demandait aux politiques de trouver un boulot à notre place. La prise de conscience est personnelle, c’est elle qui fait changer les mentalités. Hélas l’automobiliste est jusqu’au-boutiste et à mon avis il consommera la dernière goutte de pétrole comme il abattra le dernier arbre sur terre, il parcourra le dernier kilomètre de sa vie, coûte que coûte, le cul dans sa voiture. De plus, l’homme a perdu la faculté de penser par lui même, c’est pas possible autrement.

  6. Justice

    du grand n’importe quoi cet article, on ne peut pas comparer des crash aérien avec des accidents de la route, sinon il n’y aurait plus de compagnie aérienne. De plus il y a moins de pilote d’avion que d’automobilistes.

     

    Avant d’écrire un article pareil, merci de réfléchir plutôt que de vouloir créer « le buzz »

  7. Loic

    Ben non justement, si tous les 2 mois on avait nos politiques qui venaient se lamenter sur la catastrophe de perdre 150 vies sur les routes.On avancerait bien plus efficacement pour lutter contre la violence routière.

    Par exemple décider que oui sur les routes départementales passer à 80km/h est une bonne solution.

    Que oui développer le transport par trains ferait baisser la mortalité sur les routes…

    Bien entendu l’article est dérangeant, mais accepter la politique actuelle de la voiture reine l’est aussi.

  8. Sylvain

    Je partage l’avis de Justice,cet article n’a pas sa place sur Carfree c’est du n’importe quoi.comparons ce qui est comparable svp.

  9. Jean-Marc

    Sylvain et Justice, j aimerai pouvoir vous comprendre :

     

    une vie d’un piéton vaut moins, selon vous, qu’une vie d’un passager d’un avion ?

    s’il crève, ce n est pas grave ?

     

    Loïc, dans son commentaire après celui de Justice, a très bien répondu.

     

    Là, il va y avoir 10 (20, 30?) enquêteurs,

    et, il y aura sans doute des modif sur les avions  (impossibilité de lancer l avion vers le bas, si le pilote + le co-pilote ne le font pas en même temps, impossibilité de se vérouiller à l intérieur du cockpit, si le pilote + co-pilote ne le font pas en même (retour du radio (ne rêvons pas))

    En cas d’un accident mortel sur une route, sur laquelle il y a deja eu des plusieurs morts, dans les 10 ans précédent, il n y a AUCUN changement de chaussée, de rétrécissement, ralentisseur, chucane ou autre.

    c est « normal » : « les gens » meurent sur les routes, et il ne faut rien faire…

     

    les rues les moins mortelles sont cependant les rues piétonnes => rien que rajouter qq 10aines de mètres de rues piétonnes dans une ville, celà sauve des vies.. même si c est de façon diffuse, celà peut se mesuter en tendance, en cumulant les morts sur plusieurs décenies.

  10. Ledian

    Tout à fait d’accord avec Marcel.

    Pour élargir les statistiques au niveau mondial, d’après l’OMS : entre 1 et 1,5 millions de morts par an, + autant d’handicapés lourds, + 10 fois plus de blessés graves (dont certains garderont des séquelles à vie plus ou moins invalidantes) et au final entre 25 et 50 millions de blessés chaque année.

    Si on fait le total de tous ces chiffres depuis les débuts de la voiture, cela donne le tournis (par exemple, on dépasse vraisemblablement le milliard de blessés).

    Mais les chiffres de l’accidentologie ne sont qu’une petite partie des dommages de la voiture.

    Il faut ajouter les millions d’animaux écrasés chaque année.

    Il faut ajouter l’impact écologique du système voiture (routes + pétrole + concessionnaires + réparateurs + assurances + hopitaux +… +… ), et sanitaire (40 000 morts prématurés en France)…

    C’est la guerre.

  11. Pédibuspédibus

    Quel produit industriel pourrait prétendre à d’aussi bons résultats sans risquer de se voir retirer du marché? Quand on aime on ne compte pas…

  12. Romano78

    Eh mais il faut bien mourir de quelque chose, d’ailleurs l’espérance de vie et la population humaine continuent leur envolée. Ce qui m’interpelle c’est le statut du mort dans notre société et là c’est vrai que c’est de plus en plus absurde quand les catas s’enchainent. A quand un panthéon pour les morts de l’aérien, ces braves gens qui passent leur temps à polluer en zinc ou en hélico et qui se crashent un beau matin sans avoir rien demandé. C’est injuste et en plus ça arrive souvent à des gens connus, pourquoi?

  13. Jean-Marc

    « Eh mais il faut bien mourir de quelque chose »

     

    c est vrai : pour chacun de nous, le %age de risque de mourir arrive à 100%, quand la période de temps de l étude s agrandit.

    Ainsi, un acteur de 90 ans, quand on ne le voit plus pendant 3-4 ans, on soupçonne qu’on a loupé sa mort (Jean Rochefort, JP Marielle et Philippe Noiret sont tjrs en vie ? à… pas Philippe ? snif, tant pis.. => on ne demande même pas de quoi il est mort : sa mort, que ce soit pas la grippe, dans son lit, ou n’importe comment d autre, semble normale et attendue)

    pb : les accidents de la route ne font pas que tuer (outre qu’ils créent des blessés et de très nombreux malades chroniques)

    ils tuent ULTRA-prématurément.

    Ainsi, ils tuent des enfants de 0 à 18 ans, et des adultes de 18 à 118 ans.

    Mais… la tranche d âge où il tuent le plus, c est les 16-25 ans, en particulier les garçons de 16-25ans.

    Ni le cancer, ni le sida, ni les AVC, ACV ou autres causes prédominantes de morts non accidentelles dans les pays riches, ne tuent aussi bien les jeunes gens.

    Les enfants, passager de la voiture de leur parent, qui meurent, est malheureusement aussi un classique.

    Les siège-auto enfants ont été rendu obligatoires, pour réduire leur mortalité, mais ils ne les ont pas fait disparaitre…

    Si, en plus de balader leur enfant en voiture, ses parents ont une piscine dans leur jardin, ils cumulent = ils augmentent très fortement le (faible) risque de le voir mourir avant sa majorité.

  14. cent_glands

    Ce qui fait ch… avec l’aérien, c’est qu’on nous en parle dans les médias à chaque journal pendant 20mn chaque jour pendant 1 semaine au moins.

    Les morts sur la route n’ont pas droit au même succès médiatique, c’est donc que c’est moins grave (cela se traduit dans les esprits) et dans l’appréhension du risque du mode de transport.

    Vous remarquerez aussi qu’un ferry qui coule sur le Mékong avec 400 personnes, ça fait pas beaucoup de vagues, si je puis dire.

    Bonne nuit,

  15. Loic

    Attention, vous avez aussi l’hélicoptère.

    hoooolala dangereux , même le président de la république a fait sa larme. Bon disons, que c’était pas des morts mais des sportif(vedettes) et à la télé.

    Ce qui est triste c’est que ces  prises de conscience ne se font pas sur la réalité du drame mais au regard de l’impact médiatique.

    Là coco tu peux faire de l’audience!

    Et nos journalistes ne sont pas toujours à la hauteur!

Les commentaires sont clos.