« Spleen en Berry »

La rubrique « faits divers » des journaux, même quand elle n’est pas écrite à Tulle par le jeune localier Tillinac, lève un peu le voile sur la mystérieuse vie provinciale. La page 4 de la Nouvelle République du 15 mars 2016 (édition Indre Ouest) est, à elle seule, une chronique de la « banalité » affectant la trame rurale de notre pays, loin des pôles urbains, objets de toutes les sollicitudes.

On y lit un premier article :
« Un homme de 46 ans meurt dans une collision frontale
Saint-Christophe-en-Boucherie. Un accident a coûté la vie à un automobiliste de 46 ans, hier soir. Un autre est très grièvement blessé.
Les gendarmes présents hier soir sur la RD 940, à hauteur du lieu-dit « Feuilletin », à Saint-Christophe-en-Boucherie, n’ont pas eu de difficultés à déterminer les circonstances de l’accident qui a coûté la vie, hier soir, à un homme de 46 ans, originaire de Saint-Christophe-en-Boucherie, et blessé très grièvement un autre, âgé de 31 ans, originaire de Saint-Florent-sur-Cher (Cher).
Choc d’une extrême violence
Pour une raison inconnue, l’homme de 46 ans qui venait de Saint-Christophe-en-Boucherie, a vu son véhicule se déporter sur la file de gauche, dans une grande courbe. Il n’a pu éviter la collision avec un autre véhicule qui arrivait en face.
Le choc a été d’une extrême violence. À leur arrivée sur place, les pompiers ont porté les premiers secours aux victimes qui ont dû être désincarcérées pendant plus d’une heure. Malheureusement, l’une d’entre elles n’a pu être ranimée. La seconde, très grièvement blessée, a été héliportée par le Samu au centre hospitalier de Châteauroux.
Les pompiers de Saint-Août, La Châtre, Neuvy-Saint-Sépulchre et Châteauroux se sont rendus sur place, ainsi que cinq patrouilles de gendarmerie pour sécuriser les lieux. »
(On apprendra deux jours plus tard dans le même quotidien que le « conducteur décédé roulait à 160 km/h au lieu de 70 km/h. »)

Puis, tiens, une brève, en haut, dans le coin à droite :
« Châteauroux – Cycliste renversé
Samedi à 22 h 50, un cycliste qui circulait rue Jean-Nicaud a été touché à un coude par un automobiliste qui arrivait derrière lui. Déséquilibré, il est tombé et s’est plaint de douleurs au coude, au dos et aux cervicales. L’automobiliste ne s’est pas arrêté suite au choc. La police mène l’enquête auprès de divers témoins pour tenter de le retrouver. Le cycliste, blessé, a été transporté par les pompier de Châteauroux au centre hospitalier. »
– À 22 h 50, un cycliste qui circulait ? La police mène l’enquête… –

On poursuit et on peut lire au milieu de la page :
« Piéton renversé, grièvement blessé
Cluis – Un homme de 50 ans a été très grièvement blessé, dimanche soir, après avoir été renversé par une voiture. Il a été transporté au CHU de Poitiers.
Les circonstances de l’accident ne sont pas encore clairement établies. Les faits ? Un homme de 50 ans rentrait chez lui, au lieu-dit « Neuville », en empruntant, à pied, la D38, route qui mène à la commune d’Orsennes. C’est alors qu’un véhicule l’a fauché et très grièvement blessé.
« Les conditions de circulation n’étaient pourtant pas défavorables, au regard de la météo, note Claude Minet, maire de Cluis. Le conducteur du véhicule a-t-il été aveuglé par une autre voiture arrivant en face de lui ? Tout est envisageable… »
La victime était habillée en noir et n’aurait pas porté de vêtements réfléchissants, ce qui pourrait expliquer pourquoi le conducteur de la voiture ne l’a pas vu. Mais ce sont les enquêteurs de la gendarmerie qui sont chargés de déterminer avec précision ce qui s’est passé. La victime a été immédiatement transportée par les pompiers vers le centre hospitalier de Châteauroux, où son état a justifié, par la suite, un transfert vers le CHU de Poitiers. »
– La victime était habillée en noir ? La gendarmerie mène l’enquête… –

Quelle sombre série !

On ne pourrait pas sortir de notre hébétude si la page 4 ne se concluait par ce petit article, en bas à droite :
« Stage – Récupérer des points du permis
L’Automobile-Club Formations propose des stages de récupération de points du permis de conduire. Prochaine session, lundi 11 et mardi 12 avril, à partir de 8 h 30, à l’Agence développement économique de l’Indre, à Déols. Inscriptions : tél. … … …« 

Boris D

A propos de Boris D

Contributeur de Carfree France

12 commentaires sur “« Spleen en Berry »

  1. marmotte27

    Ca pourrait être pire, certes le piéton fauché à eu le tort de porter des vêtements sombres, en somme, de ne pas se déguiser en clown, mais au moins on n’accuse pas le cycliste renversé de ne pas avoir protégé son coude, son dos et ses cervicales par un casque. A moins qu’il ne s’agisse d’un oublie de la part du journaliste? En fait, qu’est-ce qu’un cycliste faisait dehors dans la rue à 22h50?

    En ce qui me concerne, encore ce matin deux dépassements bien trop près  par des automobilistes. J’en ai assez. Je ne voudrais pas un jour alimenter le gernre d’article ci-dessus, comme une autre petite note de bas de page dans la grande histoire de la circulation automobile.

  2. Alain

    Pour écarter les automobilistes rien de tel que des bâtons de rando (pointe vers la chaussé). Il y a quelques temps, lors d’une rando, je devais suivre une grosse nationale sur 500 m en sortie de village. Trouvant que les voitures passaient trop près, j’ai mis mes bâton à l’horizontale, dépassant de 30 à 40 cm.

    La réaction n’a pas tardé, 3 coups de klaxon !!

    Mais rayer la carrosserie est un risque bien plus grand qu’accrocher un piéton, toutes les voitures ont laissé au moins 1 mètre de plus en dépassant.

  3. Vincent

    marmotte27 > En ce qui me concerne, encore ce matin deux dépassements bien trop près  par des automobilistes. J’en ai assez. Je ne voudrais pas un jour alimenter le gernre d’article ci-dessus, comme une autre petite note de bas de page dans la grande histoire de la circulation automobile.

    Déménager en NL/Flandres belge?

    http://www.openstreetmap.org/#map=8/51.327/4.853&layers=C

    Alain > Pour écarter les automobilistes rien de tel que des bâtons de rando (pointe vers la chaussé). Il y a quelques temps, lors d’une rando, je devais suivre une grosse nationale sur 500 m en sortie de village. Trouvant que les voitures passaient trop près, j’ai mis mes bâton à l’horizontale, dépassant de 30 à 40 cm. La réaction n’a pas tardé, 3 coups de klaxon !

    Très bonne idée.

    À compléter par un panneau fluo:
    http://www.bikinglasvegas.com/images/its-the-law.jpg

  4. SeptentrionalSeptentrional

    « La victime était habillée en noir et n’aurait pas porté de vêtements réfléchissants, ce qui pourrait expliquer pourquoi le conducteur de la voiture ne l’a pas vu.»

    Ce qui est singulier dans cette phrase, d’abord, c’est qu’elle tient lieu de certitude au milieu des hypothèses du paragraphe d’explication. Ensuite et plus encore, cela montre une fois de plus la stupidité crasse des automobilistes et de la morale accusatrice. Depuis quand un piéton, qui est un être humain qui se déplace le plus naturellement du monde, et rappelons que de marcher est une action des plus simples et pour cela même elle exprime un caractère de liberté que beaucoup ont abdiqué, devrait s’outiller pour se déplacer. Dès lors, c’est absolument dégueulasse que de mettre en cause l’habillement des piétons comme cause d’un accident. N’oublions pas que les automobiles sont le danger et qu’elles doivent par conséquent être équipées de phares fonctionnels, l’attention étant aussi requise (malgré tout cela les morts se comptent par centaines).

    Cela met une fois de plus en évidence que malgré toutes les solutions techniques et les mesures de prévention, on sait qu’il y aura quand même des morts causés, je souligne le mot, par l’existence de l’automobile. Pour moi, cela est une raison suffisante pour militer contre la voiture.

  5. Jean-Marc

    J approuve ce que tu dis, Septentrional, sauf cette partie :

    « N’oublions pas que les automobiles sont le danger et qu’elles doivent par conséquent être équipées de phares fonctionnels, l’attention étant aussi requise (malgré tout cela les morts se comptent par centaines) »

     

    je dirai plutôt :

    « N’oublions pas que les automobilistes sont le danger,

    et qu’ils doivent par conséquent être équipées de cerveaux fonctionnels et responsables,

    l attention du conducteur étant particulièrement requise. » (malgré le permis qui certifie cette responsabilité théorique, les morts se comptent par milliers)

     

    Les automobilistes pensent déjà à mettre leurs phares, en particulier, de jour (comme de 7 à 8h ou de 17 à 19h, actuellement, alors qu’il fait jour), en ville, là où leur présence augmente le danger (les phares éclairent 30m loin devant, droit devant; mais hors autoroute, comme en ville, les autres personnes arrivent surtout latéralement (intersection, mais aussi sorties bateaux, sorties de parking sur chaussée, piéton descendant d’un trottoir,..): nos phares allumés attirent notre regard loin devant, rendant les parties latérales invisibles, par contraste lumineux, alors qu’il faudrait l exact inverse).

    Leur parler des phares, alors que c est leur cerveaux qu’ils doivent allumer,

    c est avoir la certitude qu’ils vont les allumer, tout en continuant à téléphoner, fouiller dans leur porte-document, ou à se retourner pour parler à leur passager/leur enfant :

    il est essentiel de focaliser sur le point primordial, prioritaire,

    sinon, ils continueront à faire n’importe quoi, et  continueront à tuer des gens quotidiennement.

     

    Ainsi, de nuit, hors zone urbaine éclairée, c est leur vitesse à la faible visibilité, qu’ils doivent adapter, avec une attention plus grande, afin d avoir le temps de réagir quand une personne deviendra visible, à très faible distance de son capot.

     

    En cas de brouillard, quand des voitures peuvent leur rentrer dedans, ils savent ralentir…

    mais, la nuit, quand c est eux qui peuvent rentrer dans des piétons, bizarrement, ils ne savent plus adapter leur vitesse..

    c.f. le commentaire d’Alain :

    Vu qu’ils n adaptent pas leur vitesse aux circonstances, à la visibilité, prendre le risque de tuer qq un ne les gène aucunment,

    c est risquer de rayer leur carosserie qui est insupportable..

     

    Remarque : outre leur carrosserie, risquer de prendre un point de permis les gène aussi :

    ils vont frôler 10 piétons, en les klaxonnant, en forçant le passage,

    mais ils resteront 20 secondes à attendre à un feu piétons, car ils ont le rouge, alors qu’il n’y a plus aucun piéton : ils respectent les feux, mais pas les vies humaines.. on voit leur logique totalement pervertie…

    (bien sûr, le code de la route, les écoles de conduite, la « sécurité » routière, les pouvoirs publics, les urbanistes planteurs de feux de circulation et de panneaux de signalisations, les ont conduit progressivement à avoir cette logique pervertie, mortelle, assassine; cependant, ils sont majeurs, et devraient ré-évaluer la primoté des vies humaines sur les feux, par eux-même).

  6. Florent D

    Totalement d’accord avec toi Jean-Marc !
    Hier soir, retour de réunion du conseil d’administration de mon asso cycliste locale.
    J’approche à vélo d’un carrefour où j’ai la priorité. Je sais que mon président est quelques dizaines de mètres derrières moi.
    Je m’apprête à passer le carrefour… une voiture me coupe la route, sa conductrice a pourtant vaguement regardé vers moi mais est passé sans sourciller… Heureusement, j’ai pillé suffisamment tôt pour l’éviter. Pas de signe d’excuse rien. Juste un regard vide tout en passant…

    Je m’arrête juste après le carrefour et je regarde derrière. Mon président s’apprête lui aussi à passer ce carrefour…
    Bis repetita… une voiture lui coupe la route…
    Décidément !
    En fait, ce carrefour est traitre car là où nous allions, c’est une voie de bus (avec vélos autorisés). Donc, si c’est pas un bus qui arrive et qui fait sonner sa clochette (parce que les chauffeurs de bus ont pris cette désagréable habitude à cet endroit), les automobilistes se disent que rien d’autre ne peut croiser leur route…
    Et évidemment pas un cycliste !
    Alors ils passent. Et quand bien même ils regardent dans notre direction, on a comme qui dirait l’impression d’être totalement transparent !
    C’est la réflexion qu’on s’est faite tous les deux: « nous sommes transparents »
    (note: nous portions tous les 2 un gilet jaune et nous étions tous les 2 très bien éclairés, et l’éclairage public à cet endroit rend la rue presque aussi lumineuse qu’en plein jour…)
    Oui, ras le bol…

  7. Jean-Marc

    Malheureusement,

    vu qu’ils ne pensent même pas que des cyclistes peuvent arriver, cela va continuer pendant un certain temps. Le temps qu’ils en voient défiler de plus en plus sur les routes, et que cela s’imprime dans leurs cerveux.

     

    Le pb, c est que, même quand ils voient les cyclistes, quand ils ont conscience de leur présence,

    ils sont tellement habitués à forcer le passage vis à vis des piétons (qui peuvent s’arrêter, avancer, reculer, faire un pas à gauche ou à droite, alors qu’un cycliste peut juste accélérer ou freiner), et donc à se croire prioritaires en toutes circonstances,

    qu’ils se comportent en prioritaires :

    +/- le même carrefour que toi, mais, au lieu d’une voie bus+vélo à droite d’une voie autos circulant dans le même sens; une bande cyclable le long d’une voie autos circulant dans le même sens.

     

    Un feu : 2 cyclistes arrêtés au feu, l un derrière l autre (moi derrière l autre)

    plusieurs voitures arrêtées, dont la 1ere (ou la 2eme ?) a le clignotant à droite, informant que le chauffeur veut faire une manoeuvre de changement de direction, qu’il souhaite tourner au carrefour.

    Par définition, vu qu’il manoeuvre, vu qu’il a un clignotant allumé (ce qui est exceptionnel lors d’une manoeuvre.. pour une fois qu’un automobiliste fait qq chose de pas trop mal..), vu qu’il tourne, il n est pas prioritaire.

    Les 2 cyclistes, nous allons tout droit, sans changer de file.

    Au feu, au lieu d attendre que nous soyons partis avant de tourner, il manque de me renverser, puis m insulte car je ne l ai pas laissé passer alors qu’il avait son clignottant qui m informait qu’il fallait le laisser passer.. (oui, c est ce qu’il m a dit..)

     

    Chose importante,

    Je l ai alors rejoins et bloqué, et je lui ai expliqué sa totale erreur de l’interprétation du code de la route :

    mettre son clignottant ne vous rend pas prioritaire :

    les autres, prioritaires, décident OU PAS de vous laisser manoeuvrer,

    et c est à vous d attendre qu’on vous laisse manoeuvrer, et le faire uniquement quand vous le pouvez, en toute sécurité.

     

    Malheureusement, je ne suis pas 100% sûr qu’il ait compris qu’il était en tort.

    (il a compris que je le pensais.. mais, au vu de sa réaction, je crois qu’il considère encore qu’il avait raison, et qu’il a et aura toujours raison, quoi qu’il fasse, face à un cycliste, et qu’il sera tjrs prioritaire).

    Par contre, le fait que je l ai rejoins, que j ai tenté de lui expliqué, reste important :

    quand un automobiliste me double en me frôlant, je lui fait de grands gestes de la main, pour que lui dans ses rétros, et les automobilistes qui nous suivent en vues directes, voient bien qu’il s est passé qq chose d anormal.

    Afin qu’une prochaine fois, lui et/ou ses suiveurs, au lieu de me frôler d encore plus près, voire d arriver au contact, s’écartent un tout petit peu plus.

     

    => les automobilistes français actuellement sur les routes n’ont pas appris (ni lors du code, ni lors des leççons de conduite de leur permis, ni –encore moins, si c est possible de faire moins que zéro– lors de leur pratique quotidienne depuis) que les cyclistes existaient.

    Malheureusement, c est donc à nous de leur parfaire la formation, afin de nous protéger.

    (on pourrait attendre que les policiers, les écoles de conduite et la sécurité routière le fassent, mais on risque de mourir de vieillesse avant que cela n arrive)

     

     

    N.B. si de nombreux piétons utilisaient la méthode d’Alain, en se baladant avec une canne horizontale, ou un morceau de bois, ou autre, et en avançant d’un pas décidé,

    cela ferait des années que les automobilistes, en ville, auraient appris à ralentir, à anticiper, et à se tenir éveillés, attentifs aux autres.

    (pour préserver leur carrosserie, pas pour nos vies..

    mais ce résultat collatéral, indépendant de leur volonté, serait aussi là..).

  8. zit

    En vélo horizontal, j’ai une manche à air jaune fluo sur un mât, si je repère un pétrozaure qui ne fait pas mine de s’écarter et ne met pas le clignotant pour prévenir qu’il a l’intention de le faire dans le rétro, je me met à dandiner, et le mât se met à osciller : même effet que le bâton susmentionné, gros écart pour ne pas risquer de rayer la carrosserie ;o).

  9. Pédibusnaturenville

    petrozaure…

    bagnolozaure…

    homicidibiliste…

    autocentré à roulettes…

    mon vieux Marcélou il est temps de lancer un concours international sur nos ondes, en direction des francophones, pour trouver de quoi bien situer nos chers bagnolards dans le système sémantique et faire mouche à coup sûr…!

    et évidemment dans l’exercice il faudrait bien préciser que tous les coups sont permis, particulièrement en visant au-dessous de la ceinture, en l’honneur de Rabelais et d’autres auteurs tru-cul-lents…

    après quoi on pourra s’essayer – avec ou sans porte-voix – à faire à plusieurs de la déclamation, genre capitaine Haddock,

    http://omnilogie.fr/images/O/d6753f000c1f222f41c0363ec0c378e0.gif

    http://www.tintinmilou.free.fr/images/haddock1.jpg

    http://pecheur.info/wp-content/uploads/2012/12/haddock-insulte.jpg

    et pour kekchose de plus exhaustif voir *

    en égrenant nos trouvailles dans les esgourdes du premier « automobiliste » pris en flagrant délit d’acte antisocial, du genre stationnement sur trottoir et – ou piste cyclable…

    En attendant à vos synapses…!!!

     

    *http://fredotravaille.e-monsite.com/pages/references/recueil-de-textes-de-qualite-a-garder-en-tete/les-insultes-du-capitaine-haddock.html

     

    Accapareur Amphitryon Anacoluthe Analphabète Animal Anthropophage Anthropopithèque Apache Arlequin Astronaute d’eau douce Autocrate Autodidacte Aztèque Bachi-Bouzouk Bande de jeunes effrontés Bande de Ku-Klux-Klans Bande de rats Bande d’ectoplasmes de tonnerre de Brest Bande d’emplâtres Bandes de sauvages Bandit Barbare Bayadère de carnaval Boit-sans-soif Bougre d’amiral de bateau-lavoir Bougre de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson Bougre de mouchard Bougre de petit cornichon Bougre de sauvage d’aérolithe de tonnerre de Brest Bougre d’extrait de cornichon Bougre d’extrait d’hydrocarbure Bougre d’olibrius Bougre de faux jeton à la sauce tartare Bougre de jet d’eau ambulant Bougre de malappris Bougre de marchand de guano Bougre de méchant Blanc Bougre de phénomène Bougre de zouave d’anthropopithèque Bougre d’ectoplasme à roulette Bougre d’extrait de crétin des Alpes Bougre d’ostrogoth Brigand Brontosaure Brute Bulldozer à réaction Buveurs d’eau minérale Cachalot Calamité Canaille Canaque Cannibale Cannibale emplumé Casse-pieds Catachrèse Cataclysme Cataplasme Catastrophe Cercopithèque Chauffard Chenapan Choléra Cloporte Clown Coléoptère Coloquinte Concentré de moule à gaufres Coquin Cornemuse Cornichon Cornichon de zouave de tonnerre de Brest Cornichon Diplômé Corsaire Coup de Jarnac Crème d’emplâtre à la graisse de hérisson Crétin de l’Himalaya Crétin des Alpes Crétin des Balkans Cyanure Cyclone ambulant Cyclotron Cyrano à 4 pattes Démon Diablesse Diplodocus Doryphore Dynamiteur Écornifleurs Écraseur Ectoplasme Emplâtre Énergumène Épave Esclavagiste Escogriffe Escroc Espèce d’anacoluthe Espèce d’analphabète complet Espèce d’analphabète diplômé Espèce d’anthropopithèque Espèce d’apprenti dictateur à la noix de coco Espèce de bachi-bouzouks Espèce de Bibendum Espèce de Boit-sans-soif Espèce de canaques Espèce de cannibale Espèce de catachrèse Espèce de chauffard Espèce de chouette mal empaillée Espèce de cigare volant Espèce de cloporte Espèce de cornichon Espèce de coupe-jarret Espèce de cow-boy de la route Espèce de Cro-Magnon Espèce de faux jeton Espèce de grand escogriffe Espèce de logarithme Espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille tonnerres de Brest Espèce de marchand de guano Espèce de petit analphabète Espèce de petite tigresse Espèce de phénomène Espèce de porc-épic mal embouché Espèce de projectile guidé Espèce de satané bazar de … Espèce de trafiquant de chair humaine Espèce de vieille marmotte Espèce de vieille perruche bavarde Espèce d’ectoplasme Espèce d’équilibriste Espèce d’iconoclaste Espèce d’olibrius Espèce d’ours mal léché Espèce d’anacoluthe Espèce de babouins Espèce de Bachi-bouzouks Espèce de Bachi-Bouzouk des Carpates Espèce de coloquinte à la graisse de hérisson Espèce de kroumir Espèce de macaque Espèce de mérinos mal peigné Espèce de patagon de zoulou Espèce de sombre brute Espèce de tête de mule Espèce de Vercingétorix de carnaval Espèce d’ectoplasme Espèce d’emplâtre Espèce d’imitation de chameau Extrait d’emplâtre Fieffé menteur Fielleux Flibustier Flibustier de carnaval Forban Fourbe Fourbi de truc Frères de la côte Froussard Gaillard Galopin Gangster Garde Côte à la mie de pain Gargarisme Garnement Gibier de potence Graine de chenapan Graine de vaurien Grand escogriffe Grand lâche Gredin Grenouille Gros plein de soupe Grotesque polichinelle Gyroscope Hérétique Hors la loi Hurluberlu Hydrocarbure Iconoclaste Incas de carnaval Invasion barbare Invertébré Ivrogne Jeune chenapan Jeune impertinent Jocrisse Judas Jus de réglisse Lâches Lascars Lépidoptère Lisette Macaque Macrocéphale Malappris Malotru Mamelouk Manœuvre à la graisse de hérisson Maquignon Maraud Marins d’eau douce Maudite bête Mégacycle Mégalomane Mercanti Mercenaire Mille sabords Mille tonnerres Misérable ectoplasme Misérable iconoclaste Misérable Mitrailleur à bavette Monstre Moujik Moule à gaufres Mufle Mussolini de carnaval Naufrageur Négriers Noix de coco Nyctalope Olibrius Ophicléide Ornithorynque Oryctérope Ostrogoth Pacte À Quatre Paltoquet Pantoufle Papou des Carpates Papou Paranoïaque Parasite Patagon Patapouf Patate Peau rouge Péronnelle Perroquet bavard Petit choléra Phlébotome Phylloxera Pignouf Pirate d’eau douce Pirate Pleurnichard Polygraphe Poussière Profiteur Protozoaire Pyromane Pyrophore Rabat-joie Rapace Rat Ravachol Renégat Rhizopode Rocambole Sacripant Sajou Sale bête Saltimbanque Sapajou Satrape Sauvage Scélérat Schizophrène Scolopendre Scorpion Sémaphore Serpent Sinapisme Sombre oryctérope Soûlographe Souris neurasthénique Sous-produit d’ectoplasme Tas de sauvages Tchouck-tchouck-nougat Technocrate Terroriste Têtes de lard Tonnerre de Brest Tonnerre de tonnerre de Brest Topinambour Tortionnaire Traîne Potences Traître Troglodyte Trompe-la-mort Vampire Vandale Végétarien Vermicelle Vermine Ver de terre Vingt mille sabords Vipère Visigoth Vivisectionniste Voleur d’enfants Zapotèque Zèbre Zigomar Zouave interplanétaire Zoulou…

     

    boaaaaaaaaaaaaaaa

  10. zit

    Ce matin, deux parmi une dizaine de gros cars de gendarmes étaient garés sur la piste cyclable avenue d’Italie, je passe sur le trottoir où un croise quelques gars en uniforme à qui je pose gentiment la question au sujet de ma voie de circulation obstruée « On travaille, nous » m’a-t-il été courtoisement répondu…

    Tant que ceux qui sont là pour faire respecter la loi seront les premiers à la bafouer en totale impunité, comment voulez vous que le schmilblick avance en pédalant…

  11. Florent

    Ah ça ! Le « je travaille, moi! » je l’ai aussi entendu bien souvent !

    Souvent, je réponds « Ah bon ! Désolé, moi, j’allais juste cueillir des pâquerettes, excusez-moi… »

  12. wombie

    Moi c’est systématiquement : « Et moi, je vous donne l’impression d’aller aux p… ? »

    mais bon, jamais eu a/osé essayé avec un gendarme

Les commentaires sont clos.