Vétérinaire à domicile… et à vélo!

Après des ambulanciers à vélo, des infirmiers à bicyclette, et des médecins cyclistes, focus sur une vétérinaire à vélo. Le Dr Claude Lefrançois, vétérinaire dans la région de Montréal (Québec), effectue l’intégralité de ses consultations à domicile… et à vélo!

Vétérinaire à vélo

Tout débute en 2010, lorsque Claude Lefrançois décide de réaliser, un jour par semaine, des visites à domicile et à vélo. Et le vélo, elle connaît bien: cette spécialiste de la médecine vétérinaire féline et canine pédale tous les jours jusqu’à son cabinet, au sein d’une clinique vétérinaire. En 2014, elle décide d’abandonner la clinique pour se consacrer à plein temps à Vétérinaire à vélo.

L’intégralité de son « cabinet » (matériel de consultation, pharmacie, dossiers…) tient désormais dans une remorque attelée à son vélo, son Panse-bête. Elle propose ainsi les examens d’usage à domicile: vaccins, suivis d’allergie, contrôle de l’obésité… Examiner ses « patients » dans leur environnement, outre le fait qu’il évite à l’animal le stress du transport, permet à Claude de travailler davantage le côté préventif, en observant le cadre de vie de l’animal. Cet environnement familier est également important pour ses clients: Claude est d’ailleurs régulièrement sollicitée pour des euthanasies à domicile.

À côté des aspects « santé » et « écologie », Claude voit aussi dans son moyen de transport un avantage financier, par rapport aux frais engendrés par une voiture ou un cabinet fixe. Son attelage ne passe en tout cas pas inaperçu dans les quartiers qu’elle sillonne à vélo: une visibilité qui, pour elle, constitue la meilleure des publicités!

Florine Cuignet
Source: http://www.gracq.org/

Gracq

A propos de Gracq

Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens (Gracq) en Wallonie et Bruxelles

9 commentaires sur “Vétérinaire à domicile… et à vélo!

  1. Vincent

    > L’intégralité de son « cabinet » (matériel de consultation, pharmacie, dossiers…) tient désormais dans une remorque attelée à son vélo,

    Étape suivante : le vélo-cargo, plus pratique qu’une remorque, comme le Yuba Mundo ou le Bullit.

    http://pariscargobikes.org/cargo-bike/

    > son Panse-bête.

    Joli.

  2. just des rigolos

    quand on voit le prix d’un vélo-cargo, c’est un frein…les travers du vélo-business

    l’idéal c’est de trouver un bon soudeur bricoleur dans votre entourage pour vous fabriquer un vélo-cargo adapté à votre pratique et à vos goûts…

     

  3. Pédibuspedibus

    Une bonne nouvelle québécoise qui ringardise vachement – meuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh – les voaaaaaaaaaatures de fonction et de société…

    J’ai filé le lien à une coiffeuse qui compte lâcher son salon pour exercer à domicile, chez ses clientes,  à Bordeaux : vecteur de pub garanti, c’est clair, comme le dit la véto.

  4. Jean-Marc

    « quand on voit le prix d’un vélo-cargo, c’est un frein…les travers du vélo-business »

    La plupart des « trucs à domicile« , comme les infirmiers/ières à domicile, le sont en voiture :

    cela leur permet d avoir plus de clients par jour (quoique.. à part en heures creuses, j’ai cru voir des bouchons en ville, hier, avant-hier, et avant-avant-hier..), mais plus de frais, et donc d avoir besoin de plus de clients pour réussir à payer leurs frais fixes et frais d’usage élevés.

    (même pb que les taxi face aux vélo-taxi : quasi chaque centime de course d’un vélo-taxi est un gain, alors qu’il faut 100 clients par mois (ou 20, ou 50 ou 200.. je ne sais pas..), pour que le taxi commence seulement à gagner de l argent = au 90ième, bien qu’il ait bcp travaillé, il risque de finir le mois en négatif..).

    Et, autre corps de métier, ces dernières années, du fait du zonage des villes, et de la mono-activité des zones, il y a eu une explosion des truck-food (ils vont dans les zones de bureaux, (ou zones industrielles), où il n y a pas de restos).

    Or ces véhicules passent leur temps à l arrêt : des VAE-bouffe existent, et remplieraient aussi bien la fonction, mais ils sont, actuellement, bcp moins répendu

    (en sachant que la bonne réponse pour la société, n’est même pas les VAE-bouffe, qui sont juste un moindre mal, mais -comme toujours- une réponse d’urbanisme = arrêter avec le zonage mono-usage, mais revenir à une ville multi-activités, avec des habitations, des commerces, des bureaux et des restos dans chaque quartier)

    Pourtant, une voiture ou un food-truck coûtent bcp bcp plus chers à l achat, puis à l usage, qu’un vélo-VAE et qu’un VAE-bouffe. Et là, bizarrement, les gens ne semblent pas trouver cela cher :

    Autour de 4K d’un coté (par ex) puis 0.01€ du km, contre, pour la voiture/le camion, plus de 12k/30k de l autre, et plus de 0.40€/1€ du km et des frais d’assurance, je ne vois pas où le vélo-cargo neuf est cher..

    Malheureusement, la loi, et surtout la loi fiscale, n’aident vraiment pas à ces bonnes pratiques :

    les frais réels, font que,

    soit 3 infirmières, l’une à vélo, l autre en voiturette à permis M1, et la 3eme en Humer (ou autres SUV/berlines) : si une matinée, les 3 font 3 patients, qui leurs rapportent autant (même prix des actes),

    la 3eme va avoir des frais fixes (amortissement du véhicule, assurance, loyer du garage) et d usage (essence, usure des pneus,..) bien plus élévés, donc elle devrait gagner, en bénéfices, bcp bcp bcp moins. MAIS elle va avoir une déduction fiscale bien plus grande que les 2 autres, si bien qu’elle n a (quasi) aucune incitation financière pour un usage moindre de la voiture :

    La non-rentrée d argent, donc l argent des autres contribuables, payent la majorité du coût de son usage de sa voiture de fonction : sans compter les pollutions de son usage de la voiture, mais, rien que directement, par non-rentrée d argent public, cette 3eme infirmière coûte cher à la société, aux autres contribuables, qui payent pour elle.

    (s’il faut 1000€ pour les services publics minimums pour 10 contribuables; chacun payent 100, si une a un remboursement de 999€, chacun va payer 200 si on veut maintenir les même services OU on va réduire les services (et donc les autres contribs, recevront moins de services, donc recevront moins (moindre remboursement sécu), ou paieront ces services au privé, sur leurs argent perso), et elle va « payer » 100-999=-899..)

     

    Le jour où les impôts feront des frais de distance, des frais d’éloignement, des frais de parcours, qui tiennent moins compte ou -le mieux- qui ne tiennent plus comptent de la motorisation ni de la machine utilisée (comme pour les frais de nuit, d’hotel lors des déplacements, où on peut dormir chez un ami, sans aller à l’hotel), où le véhicule de 13CV fiscaux, de 3 CV fiscaux et le vélo auront le même chèque, alors les vélos-professionnels se multiplieront :

    La loi est un énorme facteur multiplicatif, c’est un puissant levier.

     

    Pour l’instant, seuls les convaincus, seuls les militants, font le pas. Mais le jour où la loi évolue, par ex, avec l’IKV obligatoire (une sacrée opportunitée loupée, voire sabordée, quand on voit son évolution entre sa proposition initiale, et ce qu’elle est devenue), les remboursements des frais kilométrique à vélo, alors, de plus en plus de personnes auront un fort intérêt financier pour modifier leur pratique, et donc, le vélo-pro explosera :

    Soit ils le feront, soit leurs concurrents le feront; concurrents qui feront alors, malgré éventuellement moins de clients , malgré éventuellement un chiffre d’affaire plus faible, des bénéfices et marges très largement supérieures.

    (éventuellement moins de clients, s’ils ont de grandes distances à 70km/h ou 90km/h à faire.. Sinon, vu la vitesse réelle moyenne en ville, et le gain de temps pour se garer, ils peuvent même gagner du temps de trajet de porte à porte; le passage du 50 au 45, et la multiplication des zones 30 et des rues piétonnes autorisées aux vélos-cargos, ferait qu’un pédélec (A.E. jusqu’à 45km/h), un VAE (A.E. 25km/h) ou un vélo deviendraient encore bien plus efficace qu’une voiture qu’ils ne le sont déjà aux heures pleines : même en heures creuses, ils deviendraient bien mieux)

    Et comme la survie et l investissement d’une asso/d’une entreprise dépend plus de ses marges et bénéfices, que de son chiffre d affaire, leurs concurrents vélorisés s’en trouveront économiquement valorisés.

     

    Remarque :

    En info, il existe le même pb légal que les frais kilométrique et la faiblesse de l’IKV pour la voiture/le vélo, avec la vente liée des license d’OS :

    Tant que l’OS est « offert » d office avec la bécane, il n’y a aucune incitation financière à utiliser un OS libre et gratuit.

    Pourtant, la vente liée est interdite en france, donc la loi est bien faite (contrairement aux frais réels/à l’IKV..), mais cela reste trop souvent un (mini) parcours du combattant pour se faire rembourser => pour 40€ (x10 bécanes, ou x100 bécanes..), une entreprise ne perd pas du temps d’un employé, qui coûterait 10 fois plus en salaire et charges, à s’amuser à ne pas payer les licenses (et donc, puisqu’on a les licences et l’OS, après, on ne perd généralement pas son temps à installer un autre OS, même s’il nous espionnerait moins, et répondrait mieux à nos attentes)

    Seuls des particuliers, sur leur temps libre, le font.

    Mais, si certains « s’amusent » à aller en procès (des assos de libristes, par ex), des fortes condamnations pour non affichage des 2 prix, pour difficultés à se faire rembourser, pourraient faire évoluer les choses dans cet autre domaine.

  5. Louis

    @ Vincent :

    Trop long peut-être (c’est subjectif, pour ma part, ce n’est pas si long; la « longueur » permet également de développer les arguments), mais intéressant !

    Je me déplace beaucoup à / en vélo dans mon activité libérale, et je n’avais pas envisagé tous les développements mis en exergue par Jean Marc.

    Je vais copier coller son texte et envoyer cela à mon AGA qui râleà cause des 3500€  que m’ont coûté mon vélo sur mesure…

  6. georges

    je me permets de rebondir sur ce que dit jean marc, étant moi même prof à domicile, et le faisant en vélo, il est clair qu’en tant qu’entrepreneur individuel je ne peux déduire aucun frais kilométrique à vélo ce qui est proprement scandaleux quand on voit que les pollueurs bénéficient de grandes largesses fiscales depuis des décennies

    en revanche, tout le reste peut être mis dans les charges, tout comme la voiture: l’achat du vélo, l’entretien, l’équipement vestimentaire, la bouffe supplémentaire? (non faut pas rêver!)

    au final vu le temps gagné pour ne pas être dans les bouchons et ne pas stationner (je suis en petite couronne), il est bien plus rentable de faire les déplacements à vélo (je parle d’un bénéfice au final supérieur de 30% minimum)

    donc c’est bien un problème de préjugé culturel (on en revient toujours au même point: sueur, pluie, danger, fatigue, tout le faux argumentaire recurrent!) et non financier (bien au contraire) qui fait que nombre de travailleurs à domicile utilisent encore leur voiture en croyant fort naïvement pour certains que la pub qu’ils vont coller sur leur carroserie leur permettra d’avoir plus de clients!

  7. Jean-Marc

    @ Georges :

    Après en avoir fait les démarches auprès de l Urssaf et de ton règlement intérieur, très facile si tu es un indépendant (ce n est pas ton CA, des gens extérieurs à toi, qui doivent le voter, et qu’il faudra alors convaincre), tu peux faire déduire des achats de vélo, pièce, équipement, entretien, sur tes cotisations URSSAF

    c.f. http://www.mdb-idf.org/spip/spip.php?article520

     

    Vu qu’il s agit d’un usage professionnel, à toi de faire des propositions à l Urssaf/de leur demander ce qu’ils t autorisent, sur des tarifs d entretien pro par des pro, pour savoir ce qu’ils acceptent, comme, par ex,

    – une révision annuelle chez un vélociste, jusqu’à un plafond de.. 60,

    – des pièces d’usure, comme chaine, pneus, plateaux, cassettes, à hauteur de.. 250 par a (c.f. le prix d’un groupe shimano XT voire XTR)

    – de l ‘équipement (sacoches, remorque, outils, habits..) amortis sur qq années (pour la remorque), à hauteur de Z € / an)

  8. Sam

    @ Jean-Marc

    Ce qui signifie que les coursiers à vélos salariés et auto-entrepreneurs peuvent se faire rembourser tout ces frais par l’Urssaf ??!

    Baaaaaaaaaamm c’est génial je roule m’acheter un bullitt !

     

    @ Georges

    as-tu fais ces démarches ? Qu’en est-il devenu ?

Les commentaires sont clos.