La SNCF lance Ouivélo pour remplacer ses trains

Après Ouigo, le TGV low-cost, et Ouibus, les bus de la SNCF destinés à remplacer les trains, le PDG de la SNCF Guillaume Pépy souhaite « aller encore plus loin dans le démantèlement de la SNCF » en proposant aujourd’hui Ouivélo, un nouveau service de mobilité ferroviaire. Il a souhaité présenter son nouveau concept en exclusivité pour le site de Carfree France.

Guillaume Pépy: Comme vous êtes leader d’influence pour tous les trucs bizarres qui tournent autour du vélo et du train, j’ai souhaité vous expliquer en primeur notre nouvelle démarche commerciale pour renflouer les caisses de la SNCF. On s’est beaucoup creusé la tête et après plusieurs mois de réflexions, on s’est dit qu’il fallait créer un service qui s’appellerait Ouivélo, vu qu’on avait déjà utilisé Ouigo et Ouibus.

Carfree: Si on comprend bien, vous proposez de faire circuler des vélotrains sur le réseau ferroviaire de la SNCF?

Guillaume Pépy: Pas vraiment des vélotrains, cela demanderait de construire du matériel ferroviaire couteux et on n’a plus d’argent. En fait, on va utiliser des cyclo-draisines, parfois appelées aussi vélo-rail, en modèles deux ou quatre places. Pour commencer, on a racheté un vieux stock aux vélorails de l’Ardèche et du Larzac. Si ça marche, on proposera aux clients de fabriquer eux-mêmes leur cyclo-draisine à partir de leur propre vélo.

Carfree: On ne comprend pas bien où est votre plus-value dans la démarche Ouivélo?

Guillaume Pépy: Aucune plus-value! De toute façon, à la direction de la SNCF, nous n’avons plus que des cadres commerciaux, et plus aucune expertise technique. On a un réseau ferroviaire qui nous coûte une blinde à entretenir et une dette phénoménale. On essaye de couler le train depuis des années, mais il y a encore trop de gens qui le prennent. C’est pourquoi, les clients de la SNCF qui voudront continuer à utiliser notre réseau ferroviaire devront se mettre au Ouivélo.

Carfree: Comment vous comptez articuler votre Ouivélo avec Ouigo et Ouibus?

Guillaume Pépy:
Pour résumer, il y aura les TGV Ouigo pour notre clientèle CSP+++ et Ouivélo pour tous les autres. Et ceux qui ne sont pas contents prendront nos bus Macron Ouibus.

Carfree:
Vous comptez donc supprimer les TER et les TEOZ?

Guillaume Pépy: Les clients qui prennent ces trains se plaignent sans arrêt qu’il n’y a pas assez de place pour mettre leur vélo. Avec Ouivélo, on règle le problème. Les clients pédalent, c’est bon pour la planète et pour notre porte-monnaie. On nous accuse aussi de supprimer les trains de nuit, mais je suis prêt à étudier la faisabilité d’un Ouivélo de nuit!

Carfree: Concrètement, comment cela se passe en termes de maintenance, de personnel, de coûts, etc.

Guillaume Pépy: Aucune maintenance et donc aucun personnel, des frais en moins, plus de syndicalistes et donc plus de grèves. On ne garde plus que la direction commerciale. Pour les coûts, à titre d’exemple, les clients paieront 30 euros un aller-simple Clermont-Ferrand-Lyon en 10h30.

Carfree: C’est quand même assez cher comparé à votre offre Ouibus à 1 euro sur certains trajets.

Guillaume Pépy: Pour Ouibus, c’est différent, on est obligé de le faire pas cher pour que les gens le prennent. C’est un sujet sensible suivi au plus haut niveau à Bercy. Pour Ouivélo, on s’en fout complétement, on fait ce qu’on veut. De toute manière, que les gens le prennent ou pas n’a aucune importance. L’important, c’est qu’il n’y ait plus de trains et plus de salariés. Toutes nos primes sont basées là-dessus. Avec Ouivélo, nous allons encore plus loin dans le démantèlement de la SNCF.

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

19 commentaires sur “La SNCF lance Ouivélo pour remplacer ses trains

  1. hdkw

    Enfin un peu d’honnêteté a la direction de la SNCF ca fait plaisir! 🙂

    Le passage le plus logique du monde:

    « Guillaume Pépy: Les clients qui prennent ces trains se plaignent sans arrêt qu’il n’y a pas assez de place pour mettre leur vélo. Avec Ouivélo, on règle le problème. »

    Bwahaha!

     

  2. Pédibuspedibus

    Marcel pédégé du Système Nocif Complètement Foutraque!

     

     

    et viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite…

     

     

     

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  3. GIRROY Jean-Marie

    Ca c’est la France ! le pays de la bricole. Tout pour les lignes à grande vitesse et pour ceux qui on les moyens de se le payer, les miettes pour les lignes secondaires où de proximité pour les petites gens. Ils se foutent vraiment de notre gueule.

     

  4. alain

    Le pire ennemi du vélo, c’est la voiture: 3 jours de balade avec des amis sur des petites routes, voir très petites routes. Des voitures qui foncent comme des tarées, klaxonnent pour dire qu’elles arrivent et qu’il vaut mieux se mettre sur le coté, ne ralentissent pas une seconde pour te dépasser à plus de 100 à l’heure. Idem, pour celles qui viennent en face: a fond les manettes et comme y’a la place pour passer, pourquoi ralentir un tant soit peu pour 4 cyclistes à la con qui feraient mieux de prendre leur voiture plutôt que de nous faire chier sur nos petites routes ou…. enfin… on peut foncer sans avoir peur des flics.

    Le deuxième ennemi, c’est le train: horaires à la con, 4 places vélos pour 7 vélos (à une heure à la con compatibles avec leur horaires à la con). Imaginez si les horaires n’étaient pas à la con.
    Année après année, c’est de pire en pire. Des trains acceptant les vélos les prennent toujours mais c’est devenu payant (Intercités). De moins en moins de TER, de plus en plus de TGV. Certaines lignes n’ont même plus de train: c’est taxi ou bus.

     

    Aujourd’hui, j’ai parlé avec une touriste belge sur le trajet de St Jacques de Compostelle: elle a trouvé des portions de la route cyclable complétement pourri (10 kms de chemin empierré). Elle a trouvé certains villages tristes et morts (merci la voiture et les supermarchés qui ont tué la vie). Son bilan n’était pas très bon. Elle m’a parlé de la Flandre et des vélos là bas ce qui n’a strictement rien à voir avec ici.

  5. usercentric

    @ Jean-Louis : une interview aussi explosive, c’est comme les décrets impopulaires y a qu’au mois d’août qu’on peut les passer 😉

  6. emmp

    Bonjour à tous,

    Vincent, merci pour ce lien. Je suis sous le choc et, après un petit moment en service de réanimation d’urgence, je me pose une question : les voies de couleur violet rose, ponctuées de chiffres encerclés, ne figurent pas dans la légende. À quoi correspondent-elles ? S’agit-il de rues ou routes partagées, de voies réservées aux vélos, ou bien… ? Ça me paraît tellement gigantesque que je suis allée regarder sur d’autres cartes, et il n’en paraît pas autant sur gogole, ni sur geovelo.  Éclaire-moi, je te prie, pour que je ne déménage pas trop vite après cette première impression…

    Quant aux relations entre la sneusseuf et les vélos, je ne puis que confirmer ce qui est dit plus haut : une corvée ou un cauchemar, rarement mieux.

  7. Ludovic Brenta

    Les voies violettes et roses avec des chiffres encerclés sont des voies réservées aux cyclistes, piétons et cavaliers, pour la plupart entièrement séparées des voiries où les bagnoles sont autorisées ou, à défaut, dans des zones 30. Les chiffres encerclés sont les « points-noeuds ». À chaque « point-noeud », un panneau porte une petite carte des environs et indique les directions des points-noeuds voisins. Pour se diriger il suffit de noter à l’avance la suite de points-noeuds à traverser et de suivre les panneaux. De Tourcoing à Courtrai, cela donne par exemple: 27, 28, 11, 08, 14, 38, 30, 62, 54, 92, 89. Avec comme on peut le voir quelques détours, hélas, pour éviter des obstacles comme par exemple des autoroutes.

    Plus d’informations en néerlandais sur le site flamand des points-noeuds: http://www.fietsnet.be.

    Le réseau des points-noeuds couvre tous les Pays-Bas, toute la Flandre, un bon tiers de l’Allemagne et une petite partie de la Wallonie (qui est en progrès). À Bruxelles, les pistes et itinéraires cyclables sont indiqués différemment.

    Encore plus d’informations ici: http://www.provelo.org/fr/rd/centre-de-documentation/points-noeuds-balisage-un-reseau-cyclable

  8. alain

    J’ai parlé aujourd’hui avec une dame du vélo et de la sncf. Elle m’a dit que c’était lamentable et qu’en plus, ils étaient de mauvaise foi (cf: leur plaquettes où apparait tjs un vélo). J’avoue avoir hate que la Deutch Bahn débarque en France.
    En revenant d’un périple vélo l’année dernière, par courrier électronique, j’ai été en contact avec un cadre du syndicat CFDT de la SNCF sur les pbs de vélos dans les trains. Il ne s’est jamais positionné sur ce sujet et a très vite botté en touche.

  9. Ludovic Brenta

    Alain, depuis quand la CFDT est-elle au service des clients de la SNCF? Poser la question, c’est y répondre…

  10. alain

    Bonjour Ludovic:

    Lorsque que je suis rentré en contact avec ce syndicat, c’est quand j’ai vu dans le journal local que la CFDT critiquait la gestion des vélos dans les trains, sans dire si ils étaient pour ou contre les vélos dans les trains. 3 courriels plus tard, la position pour/contre n’avait pas avancée d’un iota mais moi, j’étais devenu le méchant critiqueur du syndicat qui devenait au fil des courriels super écolo…
    Direction minable, cadres imbéciles et syndicats blaireaux… Vraiment pas de quoi faire une SNCF amie des vélos.
    Vivement la privatisation et la Deutche Bahn.
    Un peu comme les vélos:
    Vélos français= decathlon, Gosport, Topbike,sous-marques de supermarchés….99% de merdes pour 1% de qualité.
    Vélos allemands=Winora, Victoria, Focus, Kalkhoff, Pegasus…

  11. Gabriel GERLAND

    Nous serions le 1er avril, nous pourrions nous dire : Ok, encore une bonne blague de journaleux! Mais nous sommes le 19 août. C’est triste à pleurer. Cela devient vraiment un pays de m…. comme disait un ancien 1er Ministre.

  12. Pédibuspedibus

    vivement les Chuisses et Car Postal, pour virer Bigleux et son caransérail d’X ponts, pontes toujours en pointe pour un benchmarck avec un service aérien imaginaire, techno-déconno-centrés, à friser le mur du çon en permanence…

    quand à la CFDT, courroi de transmission du MEDEF, encore un acronyme qui a toute ma sympathie, comme celui de Seneukeufeu-tchouk-tchouk-tuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit…

    je vous l’avais bien dit moaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa:

    Système Nocif Complètement Foutraque…

     

    BOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

  13. maperraud

    Il est intéressant de noter que Google s’est mis au parfum. Désormais, quand vous recherchez un itinéraire en train entre deux villes, Google maps vous propose Ouibus.

    Alors, de deux choses l’une : ou bien la SNCF a passé un accord avec Google pour écarter les itinéraires en TGV, ou bien il existe quelque part un paramètre dans mon profile Google qui choisit Ouibus plutôt que TGV.

Les commentaires sont clos.