Quand le tramway va remplacer une autoroute…

Signe des temps, dans la région parisienne, un tramway va bientôt remplacer une autoroute…

Depuis le 29 mai 2019, l’A186 est définitivement fermée en vue de réaliser la future avenue paysagère qui accueillera le prolongement de la ligne de tramway T1. Avec le réaménagement de six stations existantes, la création de 15 nouvelles stations et de 7,7 kilomètres de tracé, le T1 promet à terme de nombreuses améliorations pour le quotidien des habitant·e·s de Bobigny, Noisy-le-Sec, Romainville, Montreuil, Rosny-sous-Bois et Fontenay-sous-Bois.

Ce projet, financé par l’État, la région, le département de la Seine-Saint-Denis et le département du Val de Marne, prolongera le Tram 1 depuis le terminus actuel de Noisy-le-Sec (93) jusqu’à la gare du Val-de-Fontenay. Il permettra non seulement d’améliorer les conditions de transport dans l’Est Parisien pour mieux relier les villes entre elles, mais le réaménagement autour de son tracé apportera une amélioration du cadre de vie pour les habitants.

Les travaux de terrassement ont été engagés sur l’A186 à Romainville et à Montreuil dès le début du mois de juin, pour environ un an et demi. La destruction de l’autoroute, véritable coupure urbaine, a débuté par la démolition du pont de l’A186 en juin dernier. Dans un second temps, les travaux d’aménagement de voirie et de la plateforme permettront d’insérer le tramway sur cette nouvelle avenue paysagère. Afin de minimiser les impacts auprès des riverain·ne·s, le chantier sera organisé de manière progressive, les portions d’autoroute seront démolies une à une.

Cette autoroute existait depuis 1969 et va désormais laisser la place à un tramway. C’est un retournement de situation assez intéressant. Car, il faut se rappeler que le dernier tramway à circuler en région parisienne a disparu en 1938 (1957 à Versailles). A l’époque, le tramway devait laisser la place à la voiture triomphante. L’ironie de l’histoire, c’est que les encombrements routiers ont provoqué ensuite le retour du tramway, aujourd’hui considéré comme un mode de transport moderne et écologique. En 1992, la première ligne du tramway moderne (T1) est ouverte entre Saint-Denis et Bobigny. C’est cette même ligne qui est prolongée aujourd’hui.

L’autoroute laisse-t-elle la place au tramway triomphant? Quand on voit le projet « d’avenue paysagère », on mesure l’avancée majeure. Enfin, un espace où piétons, vélos, tramways, voitures devraient pouvoir cohabiter…

Sources:
http://www.ville-romainville.fr/actualite/865/895-prolongement-du-t1-fermeture-definitive-de-l-a186.htm
http://www.t1bobigny-valdefontenay.fr/wp-content/files/T1-Infos-lettre_n7-juin-juillet-2019-CG93.pdf
http://www.driea.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/lancement-des-travaux-du-prolongement-du-tram-1-de-a5649.html

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

2 commentaires sur “Quand le tramway va remplacer une autoroute…

  1. Pédibuspedibus

    …on ne pourra donc que se féliciter d’un « juste retour des choses » pour ce tronçon de tram après la période sombre de sa disparition ; la RN3 mériterait également un sérieux relifting, en abandonnant sa géométrie autoroutière pour laisser place à une ligne nouvelle de tram depuis la staion de métro  Bobigny – Pantin – Raymond Queneau :

    c’est encore une occasion de réduire l’offre d’infrastructure pour l’automobile et de s’engager rapidement sur l’autre versant du peak car…

     

    Quant aux grosses agglos régionales il faudra que leurs édiles, houspillés par les acteurs d’avant-garde, se grouillent à développer leur réseau de tram sur les grosses infrastructures routières et autoroutières centrales pour désengorger les lignes actuelles, lancées prudemment à l’époque sur des tracés en baïonnette… précisément pour gêner a minima les bagnolards… :

    résultat on y observe une vitesse commerciale très modeste et une saturation sur un petit nombre de lignes prévues pour desservir un maximum de pôles générateurs de mobilité… C’est le cas de toutes les grosses agglos à réseau de tram : Strasbourg, Grenoble, Nantes (3 lignes seulement pour une agglo de plus de 640.000 hab.), Montpellier, Bordeaux (3 lignes seulement pour une agglo de près de 920.000 hab., et de plus radiales, donc non maillées, avec une quatrième à la fin de l’année, toujours avec ce travers…)…

     

    Il suffit de fouiller sur gougoule maps (OSM transports ne distingue pas le réseau viaire principal des lignes de transports publics, de même couleur rouge…) et de constater l’existence de méga tuyaux à bagnoles « vierges » de tout TCSP ;

    ainsi par exemple à Strasbourg, avec au N l’axe Wilson-Poincaré- Clémenceau-Vosges, véritable super délestage entre gare centrale et E de la ville, pour alléger les lignes saturées du centre-ville… :

    https://www.google.com/maps/place/Observatoire/@48.5854371,7.7538401,15.25z/data=!4m13!1m7!3m6!1s0x4796c8495e18b2c1:0x971a483118e7241f!2sStrasbourg!3b1!8m2!3d48.5734053!4d7.7521113!3m4!1s0x4796c8fcf236ee9f:0xfa6fa8004cc3ac51!8m2!3d48.5813025!4d7.769115

    Idem à Bordeaux avec les boulevards qui ceinturent la ville du N au S de la Garonne :

    https://www.google.com/maps/@44.8422373,-0.5759666,14.08z

    Actuellement et depuis mai dernier un incendie de parking souterrain coupe la ligne de tram qui passe dessus et dessert la gare centrale, et ce au moins jusqu’à novembre prochain :

    quand les bagnoles ont cramé la température a atteint un niveau tel que la structure en béton armé a flué sur plusieurs niveaux… Depuis noria de bus articulés englués dans la circulation le long des quais, comme au bon vieux temps…

    Idem à Nantes… :

    https://www.google.com/maps/place/Bretagne/@47.2194745,-1.553944,13.65z/data=!4m13!1m7!3m6!1s0x4805ee81f0a8aead:0x40d37521e0ded30!2sNantes!3b1!8m2!3d47.218371!4d-1.553621!3m4!1s0x4805eea73d101b8b:0xf339aa4e8e8ffdcf!8m2!3d47.217167!4d-1.5583715

    Un arc au N enchaîne, de l’aval à l’amont de la Loire, les boulevards Liberté, Egalité, Fraternité, Anglais, Lelasseur, Orrion, Orieux, Belges, Poilus, Doulon et Seattle… :

    la voirie y est très large – vingt mètres – et le stationnement souvent en épi, avec un alignement d’arbres centenaires :

    un sens unique bagnole et la suppression du stationnement laisserait la place à une ligne de tram pour les mêmes besoins qu’à Strasbourg ou Bordeaux.

     

    En conclusion :

    autoroute, pénétrante, route nationale ou  boulevards, autant d’aubaines en cas de requalification viaire pour que les transports publics reprennent de dessus, avec l’assurance d’une bonne qualité du service pour l’ensemble du réseau de tram quand il existe et est développé suffisamment.

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.