BMW Greenwashing Tour

Dans la boite mail de Carfree France, on reçoit parfois de petites pépites. Ainsi, nous avons été récemment les « invités privilégiés » d’une conférence de presse donnée par BMW pour parler de ses « recettes de vie en ville » et de la façon dont le constructeur de voitures allait « révolutionner l’automobile en associant plaisir de conduire et développement durable« . Lire la suite…

High Tech et vieilles combines

Les géants américains des nouvelles technologies (Apple, Google, Facebook) croulent sous les dollars tout en se présentant comme les nouveaux apôtres de l’écologie. Ils se construisent actuellement de nouveaux bureaux en Californie qui se veulent le nec plus ultra de l’écologie. Lire la suite…

Novlangue en auto : « Clim’ est saine ».

WAR IS PEACE, écrit George Orwell dans son roman d’anticipation dépassée 1984. La novlangue est un bon moyen d’être acoquiné à des idées, sans les penser vraiment. L’écoblanchiment (greenwashing) est totalement dans ce registre. Le garage AD proposait donc, il y a peu encore, un forfait « qualité de l’air » pour 59 euros ; mais en quoi consiste-t-il donc, ce pack air pur ? Lire la suite…

Interdiction de la publicité automobile au programme?

Je ne suis ni anti-nucléaire, ni anti-OGM ni même anti-gaz-de-schiste. Disons plutôt que je suis « anti-manichéisme » et je me suis toujours senti mal-à-l’aise dans ces grandes campagnes de dénigrement systématiques qui s’appuient sur la notion du principe de précaution. Je sais que cette position n’est pas très compatible avec EELV (Europe Ecologie Les Verts) et c’est pourquoi il n’y a aucune raison que je vote pour ce parti. Lire la suite…

Ne soyons pas des écologistes benêts

Dans les années 60 et 70, les précurseurs de l’écologie étaient dénigrés, tournés en ridicule par les firmes et autorités politiques. Il ne fallait surtout pas les prendre au sérieux, ces lanceurs d’alerte trop subversifs (1). Mais progressivement, devant des périls environnementaux de plus en plus prégnants, les dirigeants ont arrêté de se voiler la face. Alors les pollueurs ont massivement investi dans l’écoblanchiment, les médias ont évoqué les menaces, et les gouvernements ont pris en main la question. L’écologie banalisée a été vidée de toute critique trop radicale. « Il ne s’agit plus de se désintéresser du discours écologiste, mais de l’intégrer, de le digérer, pour continuer à faire le même business, la bonne conscience en plus. » (2)  Lire la suite…

Dire « merci » quand on ne peut plus rien dire d’autre

Publicité automobile: l'ours polaire qui dit merci à l'automobiliste !
Publicité automobile: l’ours polaire qui dit merci à l’automobiliste !

Les signes de la délégation du pouvoir d’organiser la cité aux forces économiques, qui elles-mêmes ne jurent que par la sacro-sainte liberté du consommateur, se laissent à voir dans les remerciements, spatialement distribués, pour l’un ou l’autre comportement considéré comme « bon ». L’automobiliste qui respecte le seuil de vitesse autorisé, se verra signaler la qualité de sa démarche par un message automatique le remerciant de rouler à la vitesse permise ; durant les nombreux pics de pollution, les sociétés de transport remercieront les usagers d’avoir opté pour leur service ; lors de leur achat, les individus-consommateurs seront gratifiés pour avoir choisi les produits du « commerce équitable »… Lire la suite…

Du tramway au PLU, épilogue politique

Le préfet a déclaré « d’utilité publique » l’élimination de la trame arborée de la ville véhiculée par le tramway municipal et rejeté l’option de tram-train présentée par le front de convergence. Ces deux aspects de la problématique révélés par la population et les associations puis argumentés et défendus par le front de convergence ont donc été annihilés par la « déclaration d’utilité publique » du représentant local de l’État. Lire la suite…

Le juteux business des sociétés d’autoroutes

Malgré les promesses du Grenelle de l’environnement, près de 1.000 kilomètres d’autoroutes supplémentaires vont être construits. Et plus de 8 milliards d’euros investis par l’État pour ces futurs projets. Une bonne nouvelle pour les géants du BTP et sociétés d’autoroutes, qui cultivent secrets tarifaires et bénéfices juteux. Enquête sur un jackpot qui profite à quelques entreprises. Lire la suite…