Dans les parkings souterrains de Lyon, les vélos prennent la place des voitures

Au détour d’un reportage de France Info, on prend conscience de la révolution en cours en matière de mobilité dans les villes françaises. À Lyon, le principal gestionnaire de parkings souterrains s’adapte en effet au nombre croissant de cyclistes en transformant une partie des emplacements jusqu’ici réservés aux voitures, en espaces sécurisés pour les vélos et notamment les fameux « cargos » de plus en plus plebiscités. Face à la demande, 900 places supplémentaires vont être créées d’ici 2022. Lire la suite…

Que feriez-vous de 10m² en bas de chez vous ?

Et si nous pouvions enfin lâcher la main de nos enfants dans les rues parisiennes? Ne plus longer des parkings à ciel ouvert au cœur de nos quartiers lorsque nous sortons de chez nous? La Ville de Paris lance une grande concertation pour transformer la moitié des places de stationnement à Paris. Il est en effet question de supprimer 70.000 places de parking, soit la moitié de la capacité totale de la capitale, d’ici 2026. Des mètres carrés soudain libérés. La transformation de ces espaces s’accélère: quelles solutions pour les réaménager? Lire la suite…

La dictature du parking

Un article du journal Libération explique pourquoi les logements neufs sont petits et mal fichus. Les pièces sont de plus en plus petites et leur distribution de plus en plus contrainte. En dix ans, la surface moyenne des logements a diminué et la qualité de ce qu’ont proposé les promoteurs a été assez inégale. Cette évolution tient à des facteurs surprenants, parmi lesquels la « nécessité » de garer les voitures dans les parkings souterrains des immeubles en ville… Lire la suite…

Alléluia sous l’Open Sky!

Des investisseurs visionnaires et des social-capOtalistes métropolitains au service du peuple de Rennes prévoient l’augmentation du pouvoir d’achat, l’emploi utile et l’abondance du pétrole et de l’électricité -ce rêve des gilets jaunes – pour les années à venir en donnant leur feu vert à la construction d’un méga centre commercial paradisiaque à Pacé, d’ores et déjà appelé « Open Sky. » Prions le Dieu de la croissance pour que les bagnoles tombent du ciel sur ce nouveau parking de 1400 places autour de ce nouveau temple de la consommation de 9 hectares! Lire la suite…

Recettes du stationnement en ville : un business ultra-rentable pour… les sociétés privées

L’argent que les automobilistes dépensent pour se garer finit-il dans les caisses des communes ? Dans la plupart des cas, non. Sur le million de places de stationnement réglementées que compte la France, plus de la moitié sont gérées par des entreprises privées, le plus souvent au détriment des finances publiques. Il arrive même que les villes payent pour que les entreprises privées puissent s’enrichir en toute quiétude, voire même augmentent les tarifs de stationnement pour les habitants dans le but de se renflouer. C’est ce que révèle l’ouvrage Services publics délégués au privé : à qui profite le deal ? , d’Isabelle Jarjaille, publié ce mardi 27 mars par les éditions Yves Michel, et dont Basta publie ici un extrait. Lire la suite…

12 000 vélos en gare d’Utrecht

La gare d’Utrecht (311.000 habitants) est un nœud de correspondance important aux Pays-Bas. On y vient déjà beaucoup à vélo et les 12.000 places actuelles ne suffisent plus. Objectif: 33.000 places en 2020, pour que la majorité des voyageurs puisse arriver à la gare à vélo, dans le meilleur parking qui soit. Lire la suite…

Le stationnement dans les écoquartiers

Le stationnement automobile privé constitue un produit coûteux et non rentable. C’est notamment le cas des dispositifs de stationnement enterrés, dont le coût peut représenter de 10 à 15% du coût de construction d’un bâtiment, selon le bureau d’études ARCH’URBA. En outre, dans la quasi totalité des cas, ces places doivent être vendues en-dessous de leur prix de revient aux ménages qui en font l’acquisition. Lire la suite…

Un guide du Parklet / Placattoir pour Montréal

Lorsqu’on décide d’utiliser le stationnement à d’autres fins qu’à l’entreposage d’automobiles, les idées fourmillent et la ville se réinvente. Certains y voient le prolongement du chez-soi, d’autres y voient des nouveaux lieux de rencontre, de pique-nique, de terrasses et de placettes. En échange de quelques voitures immobilisées: des bancs, de la végétation, des êtres humains, une nouvelle appropriation de la ville, et surtout plus de vivre-ensemble! Lire la suite…