Diminuer sa consommation de viande ou arrêter la voiture?

Sandrine Rousseau, que nous connaissons bien sur Carfree France pour ses positions anti-vélo, n’en finit plus de susciter la polémique. En ce moment, c’est le barbecue qui est sur le grill comme instrument viriliste de domination du patriarcat. Mais, elle est allée plus loin en déclarant que « diminuer sa consommation de viande » était le geste le plus efficace « devant la voiture » pour lutter contre le réchauffement climatique…

FranceInfo a tenté de décrypter cette déclaration en se basant sur les propres sources fournies par Sandrine Rousseau.

Si on résume le problème en une phrase, cela donne cela: quel est le mieux pour l’environnement, moins de viande ou moins de voiture? Pour Sandrine Rousseau, la députée Europe Ecologie les Verts de Paris, la réponse est toute trouvée: « Diminuer sa quantité de viande, c’est le geste le plus efficace face au dérèglement climatique d’un point de vue personnel. Dans les gestes à faire, c’est celui qui est le plus efficace, même devant la voiture, » a-t-elle dit sur LCI.

Pour vérifier la déclaration de Sandrine Rousseau, la cellule « Vrai du faux » de Franceinfo a analysé les données sur lesquelles elle se basait, à savoir une étude d’un cabinet de conseil spécialisé dans l’adaptation au changement climatique. Au passage, il s’agit du cabinet fondé par Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean. Le document en question liste et évalue une douzaine de gestes pour faire baisser sa consommation de CO2. Cela va de mettre des ampoules LED chez soi, à passer au zéro déchet ou encore à ne plus prendre l’avion. Et sur l’ensemble de ces gestes, c’est vrai, la consommation de viande est le geste qui, pour ce cabinet d’étude, a le plus d’impact. Mais à quelques conditions près, qui ne sont pas précisées pas Sandrine Rousseau…

Par exemple, la députée parle de consommer moins de viande alors que l’étude se base sur un Français qui déciderait de devenir carrément végétarien, en éliminant viande et poisson, ce qui n’est pas exactement la même chose. Concernant l’usage de la voiture, l’étude prend pour hypothèse un Français qui déciderait de faire systématiquement du covoiturage. Un Français qui arrêterait complétement la voiture pour se mettre par exemple aux transports en commun, au vélo ou à la marche aurait probablement une baisse de ses émissions encore plus forte. On le voit, entre ce que dit Sandrine Rousseau et les hypothèses prises en compte par l’étude, il y a une légère différence, sachant que les hypothèses de l’étude sont jugées elles-mêmes comme plutôt caricaturales par les auteurs de l’étude…

Lire aussi :  Le monde selon Hulot

Pour avoir d’autres données que cette étude sur l’impact environnemental de la viande et des voitures, on peut se tourner vers les chiffres du Citepa, l’organisme qui calcule les émissions de gaz à effet de serre en France. D’après eux, c’est bien la voiture qui pollue plus, notamment les véhicules qui roulent au diesel.

Cependant, pas très loin derrière, on retrouve l’élevage bovin qui est une source très importante de pollution notamment parce que les animaux consomment beaucoup d’eau et de nourriture. On peut rajouter aussi le méthane produit par les vaches. D’ailleurs le GIEC lui-même estime que manger moins de viande est bien un levier efficace, mais pas autant que ceux liés aux transports.

A vrai dire, le mieux pour le climat et la santé, c’est probablement de limiter à la fois sa consommation de viande et sa pratique de la voiture…

Source: FranceTVInfo