Et si les solutions du Sommet de Copenhague étaient à trouver… à Copenhague?

copenhague-velo

Le Danemark est un pays fabuleux. Non seulement il ne possède pas d’industrie automobile, mais il taxe très lourdement l’achat des voitures neuves. Si vous souhaitez acheter une voiture neuve au Danemark, vous devrez en effet vous acquitter d’une taxe d’immatriculation de 180%! Pour une voiture neuve d’une valeur de 10.000 euros, vous débourserez au total la somme de 28.000 euros!

Cette taxe d’immatriculation s’ajoute en outre à la taxe de circulation, l’équivalent de feu notre ancienne vignette supprimée en France il y a quelques années… Cette taxe de circulation annuelle est variable selon le poids des voitures: plus la voiture est lourde, et plus vous payez… Et l’essence est aussi très lourdement taxée (taxes pour la protection de l’environnement).

Le résultat est évident : au Danemark, le nombre moyen de voitures par personnes correspond à celui en cours aux Etats-Unis en 1967… Et le vélo est le mode de déplacement favori des danois.

Ainsi à Copenhague, 23% des déplacements se faisaient à vélo en 2006, ils sont maintenant 36% à se faire à vélo, selon l’«ambassade danoise du vélo», un nouvel organisme créé pour répondre aux nombreuses demandes venues de l’étranger…

Car le Danemark peut se permettre de montrer l’exemple à ses voisins sur de nombreux points. Ainsi, on peut se baigner dans le port de Copenhague, la capitale danoise (à quand un plongeon dans la Seine ?) et 60% des danois vivent à 15 minutes à pied d’un espace vert, d’un lac ou de la mer… (Source: www.groupechronos.org)

Objectifs de la ville pour 2015

Mais Copenhague ne s’arrête pas là et a déjà un plan pour 2015. Dans ce plan, le vélo est une fois de plus au centre des préoccupations danoises:

• 50% des déplacements, vers lieux de travail ou études, effectués en vélo, contre 36% aujourd’hui
• Pas plus de 100 accidentés graves en vélo, contre plus de 100 en 2007
• 90% des copenhagois pouvant atteindre, à pieds et en moins de 15 minutes, un parc, une piscine naturelle ou une plage, contre 60% aujourd’hui

Au mois de décembre de cette année se tiendra à Copenhague le Sommet de l’ONU sur le climat. Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique mondial fondé sur un constat scientifique objectif et ainsi donner une suite au protocole de Kyoto…

Et si les solutions du Sommet de Copenhague étaient à trouver… à Copenhague?

Crédit Image: heloise

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

3 commentaires sur “Et si les solutions du Sommet de Copenhague étaient à trouver… à Copenhague?

  1. Florent Durrey

    Grand adepte du vélo, je ne peux que être d’accord avec cet article: taxation des voitures neuves « au poids », de la circulation, des carburants, etc.
    Je reconnais que sur ce point, les efforts du Danemark sont impressionnants et devraient être un modèle à suivre.
    Il n’en reste pas moins que le Danemark est et reste un des gros contributeurs des émissions de GES (par habitant!) en Europe, faisant moins bien que la moyenne (http://www.ifen.fr/uploads/media/effetserre4b.pdf).
    De gros progrès ont été fait mais malgré les milliers d’éoliennes, la forte proportion de cyclistes, etc, le niveau d’émission par habitant est encore très haut (centrales à charbon, fort niveau de consommation, etc)
    Dans le panel des pays à haut niveau de revenu mais modèles en termes d’émission de GES, on pourrait plutôt citer la Suède par exemple qui n’a que très peu d’éoliennes mais où le nombre de vélo est également très important !
    Quelques détails supplémentaires/sources:
    http://angers.environnement.free.fr/?p=107
    http://www.manicore.com/documentation/serre/GES.html
    Amicalement

  2. Yôm

    Bon résultat.
    A défaut d’être la règle pour tous, la taxe ne prive que les plus pauvres et laisse aux plus riche le loisir de choisir entre le vélo et la voiture.
    Plutôt une loi qui règlemente la circulation des autos en fonction de leurs services rendus au public.
    Réduire oui mais mieux si de façon égalitaire.
    Cette situation confère tout de même un avantage au bon peuple Danois: S’il s’avisaient de renverser la ploutocratie, ils n’auraient qu’à cramer les voitures avec leurs occupants…

  3. Vélo électrique

    « Non seulement il ne possède pas d’industrie automobile, mais il taxe très lourdement l’achat des voitures neuves » -> En fait, ça va ensemble. Comme ils n’ont pas d’industrie automobile, ils n’ont pas non plus de lobby automobile et peuvent donc passer de vraies lois qui bénéficient à l’ensemble de la société sans se faire mettre des bâtons dans les rayons.

    Pauvre France…

Les commentaires sont clos.