Le climato-scepticisme est un négationnisme

Aujourd’hui, malgré les preuves accumulées concernant le réchauffement climatique et la multitude d’études convergentes sur l’origine humaine de ce réchauffement, on parle de plus en plus de « climato-scepticisme » et on donne de plus en plus la parole aux « climato-sceptiques » dans les médias.

Le « climato-scepticisme » n’est rien d’autre qu’un négationnisme en ce qu’il constitue une négation de l’ampleur et de la portée d’un phénomène désormais accepté par l’ensemble de la communauté scientifique sérieuse.

Attardons-nous d’abord sur la définition du négationnisme. Selon Wikipédia, « Le terme négationnisme désigne, dans sa signification première, la négation de la réalité du génocide pratiqué par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale contre les Juifs, c’est-à-dire la négation de la Shoah. (…) Par extension, le terme est régulièrement employé pour désigner la négation, la contestation ou la minimisation d’autres faits historiques, en particulier ceux qu’on pourrait qualifier de crimes contre l’humanité. »

Si on considère que le réchauffement climatique, causé par l’homme et pouvant être limité par l’homme par le biais de mesures appropriées, a déjà un impact terrifiant et mortel pour des centaines de millions de personnes dans le monde, ce que l’on peut appeler le climaticide en cours et projeté, on peut tout à fait ranger le réchauffement climatique dans la catégorie des « crimes contre l’humanité ».

Or, pour ce qui concerne la Shoah, il ne viendrait à personne l’idée de qualifier un négationniste de « génocido-sceptique ». Et pourtant, pour ce qui relève du climat, on doit supporter dans les médias les « climato-sceptiques ».

Cette position reflète à n’en pas douter une certaine forme de « révisionnisme climatique ». Comme dans le cas de la solution finale, certains ont souvent tenté de minimiser l’ampleur de la Shoah afin de ne pas défendre trop ouvertement une position négationniste pure et dure.

Le problème, c’est que d’un point de vue historique, le révisionnisme relève du négationnisme. Ainsi, selon Wikipédia, « la plupart des historiens utilisent le terme de négationnisme, alors que les négationnistes se désignent eux-mêmes par le terme de « révisionnisme ». »

Autrement dit, vouloir minimiser ou relativiser la nature et la portée du réchauffement climatique, être par conséquent « climato-sceptique », relèverait du négationnisme climatique.

Le climato-scepticisme est donc bel et bien un négationnisme et la complaisance des médias à donner la parole aux « climato-sceptiques » entretient une certaine forme de négationnisme de la réalité du réchauffement climatique.

Les négationnistes de la Shoah avaient porte ouverte dans les médias avant qu’une loi ne pénalise leurs propos et en finisse, du moins ouvertement, avec l’étalage de propos haineux, révisionnistes ou négationnistes sur la place publique. Car les médias sont toujours avides de propos scandaleux, par nature polémiques, et qui promettent de belles audiences.

C’est pourquoi, tant qu’on ne pénalisera pas le négationnisme climatique comme on a pu pénaliser le négationnisme de la solution finale et des chambres à gaz, les médias offriront leurs plus belles tribunes à une brochette de climato-cyniques qui ne sont rien d’autre que des négationnistes climatiques.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

23 commentaires sur “Le climato-scepticisme est un négationnisme

  1. CarFree

    La référence de Jancovici est, comme souvent, particulièrement éclairante sur ce sujet et apporte effectivement de nombreux compléments.

  2. MinouMinou

    Merci Guillaume pour la lettre ouverte de Jancovici. C’est simple, clair et précis. Si seulement les journalistes prenaient le temps de la lire ! Mais cela reviendrait à supposer que la majorité d’entre eux n’est pas incurable…

  3. MinouMinou

    Est-ce vrai que la « taxe carbone » de Jancovici n’est pas autre chose qu’un droit à polluer ? Où puis-je trouver un article intéressant sur la taxe carbone ? son principe me semble louche…

  4. Joshuadu34joshuadu34

    on a nié la portée des massacres liés au colonialisme ! on a nié et on nie toujours le fait que la majorité de la population humaine de ce monde crève pour le bien être d’une minorité ne représentant pas 20 % de la population mondiale ! On consomme, on surconsomme, on se baffre au delà de la faim, au delà des besoins, on fait de ce mode de vie humanicide un plaisir, un bonheur ! « Soit heureux et consomme » ! « Mange, mon petit, ne laisse rien, pense que, dans le monde, certains ont faim ! », et oui, et c’est même la majorité, qui a faim, faim, déjà, de ce que nous avons, dans nos pays dits « développés »… Jusqu’à quand pensent-ils pouvoir fermer leurs frontières, jusqu’à quand pensent-ils pouvoir empêcher cette majorité, qui, elle, n’a rien à perdre, de venir cogner à notre porte pour réclamer, elle aussi, sont droit au bonheur consummériste ? Leurs positions sont hallucinantes, parce que totalement déconnectées de la réalité du monde, parce que totalement individualistes et irréfléchies !

    Mais voilà ! Avec, en plus des pillages que nous commetons, en plus du fait que, pour satisfaire leur bonheur du toujours plus, gardés par les chienchiens que nous sommes, ils laissent les autres mourir, en nous observant nous baffrer avec envie, voilà qu’on leur hôte, par notre comportement, par nos pollutions, à nous, bons occidentaux, la possibilité même de seulement survivre ! Voilà qu’on fait des zones pré-desertiques, des zones proches de la mer et dans lesquelles nous laissons, par pur égocentrisme et individualisme, la misère et la faim, des endroits où on ne survit même plus, poussant des populations entières à l’exode…

    Où iront-ils, d’après vous ? Là où nous aurons, nous, bons occidentaux, décidé de les mettre pour qu’ils ne nous gènent pas, pour que l’on puisse continuer à nous en mettre plein la gueule pendant qu’ils meurrent ? Ou droit chez nous, là où on leur montre continuellement que la vie est libre et belle, heureuse dans une consommation sans fin ? Rien que les zones désertiques, ce sont plus de 60 millions de personnes qui, d’ici moins de 10 ans, vont être obligé de se déplacer pour survivre ! Où pensez vous qu’ils iront ? Et comment ces imbéciles qui nous régentent peuvent-ils penser une seule seconde que nous ayons les moyens, si tant est que nous le souhaitions, de les empêcher, par des règlementations inhumaines, de venir ici, en occident, chercher le bonheur que nous leurs refusons chez eux ?

    Ces imbéciles en sont encore à pérorer : « c’est la faute aux chinois, aux indous… ». Salops de pauvres ! Voilà qu’ils veulent, eux aussi, vivre ! Pas de bol, ce ne sont pas les 300 millions d’Européens, engraissés et endormis à coup de pub et de mc do, élevé dans leur landeaux motorisés, qui pourrons empêcher ces presques 3 milliards d’humains, presque la moitié de la population terrestre, d’obtenir ce qu’ils veulent ! Mieux, si pour l’obtenir, ils doivent nous le prendre, nous serons dans l’incapacité de les en empêcher, parce que eux n’ont rien à perdre et qu’ils ont faim !

    Fustiger l’autre ? Ben non, ce n’est pas mon propos ! L’autre, c’est nous ! L’autre, c’est notre refus d’ouvrir les yeux ! L’autre, c’est notre acceptation de situations totalement hallucinantes, acceptation du pillage pour qu’1 % de la population vive mieux que 80 % réunis ! Acceptation de notre consommation débridée qui se montre, s’étale ! Acceptation, surtout que ce 1 % soit tellement puissant, alors qu’ils ne représentent rien d’un point de vue humain, qu’ils consomment autant, chacun, que l’ensemble des populations de certains pays ! C’est notre acceptation de faits, tel celui de ce milliardaire français qui, pour fêter son anniversaire, reçoit, à Venise, 600 convives dont presque 300 arrivent par jet privé !

    Et nous acceptons ça pourquoi ? Pour avoir le « droit d’avoir un travail, une maison, et une voiture »… Voilà le seul bonheur que nous sommes capable de réclamer ! Aussi hallucinant que cela puisse paraitre, après seulement 10 secondes de réflexion, nous acceptons le pillage et la misère imposée à 80 % de la population humaine pour avoir le droit de porter un collier et une laisse ! Et encore, ce collier et cette laisse, nous appelons ça le bonheur ! Nous les réclamons, nous pleurons quand on nous les reprend, où quand on parle seulement de les reprendre ! Et nous mordons, emplis de mauvaise foi, la main qui nous tend l’os qui, lui, nous rendrait réellement heureux !

    Il suffirait pourtant de peu, pour entrevoir un espoir ! 5 % des richesses des plus riches, de ceux qui, déjà, ont de quoi vivre des centaines de vies hors de tout besoin, de ces fameux 1 %, suffirait à enrayer la faim dans le monde ! Le budget militaire des USA, utilisé en une année pour massacrer des populations, couvrirait les besoins alimentaires mondiaux pendant 19 ans… Et pour la pollution, une vie en société, hors de l’individualisme, où la communauté serait la règle, et où le progrès servirait non pas la consommation, mais à la recherche du mieux être et du bonheur de l’espèce humaine dans son entier, suffirait à faire baisser la pollution… Mais nous nous accrochons à notre camping car qui ne roule qu’une fois l’an, à notre auto qui nous sert à aller au travail et qui engloutit à elle seule 1/3 de notre paie, à nos portables pour être joints là où nous n’irons jamais…

    Mais le pire, c’est que, grâce à ce comportement, il ne nous reste plus beaucoup de temps !… L’humanité saura-t-elle s’en rendre compte ? Ça n’en prend pas le chemin… mais j’espère me tromper !

  5. Guillaume

    Bonjour minou

    Sur la taxe carbone de Jancovici, le mieux si vous voulez avoir la version complète à la source est de lire « le plein s’il vous plaît » ou « c’est maintenant », coécrits par JM. Jancovici et A. Grandjean. Si vous êtes sur Lyon, je peux vous prêter le premier, mais je n’ai pas acheté le deuxième (dont je conseille encore plus fortement la lecture).
    Autrement, sur son site il y a la page http://manicore.com/documentation/taxe.html mais elle date un peu.

    Pour répondre à Carfree et l’article de PIM, je me permets de signaler que la critique de l’article concerne la version de la taxe (et les chiffres) envisagés par le gouvernement et pas le principe lui-même de la taxe. Je dirais en un mot que ce qui la différencie d’un droit à polluer est l’axiome fondateur que la taxe est en progression constante d’une année à l’autre, le but étant de se déshabituer du pétrole avec une transition contrôlée. Mais c’est un résumé bien pauvre et qui n’engage que moi, je vous invite à vous renseigner par vous-même et je n’ai pas d’autre lien que le site de jancovici sous la main.

  6. MinouMinou

    Merci beaucoup pour votre proposition, Guillaume ! Je suis à Lyon en effet, mais je trouverai plutôt un résumé ou quelque chose dans le genre afin de me faire une idée, car j’ai malheureusement trop de trucs chiants à lire pour la rentrée…
    Carfree, merci pour le lien. J’aime bien aussi l’article de Pim ( « pour pas qu’il marche de trop le pauv’ petit bambin choupinou » ).

  7. dominique

    bonsoir.
    J’ai essayé de poster un commentaire ici hier, visiblement j’ai fait une fausse maneuvre !
    j’avais bien mis la somme demandée pourtant ? mais peut être, comme sur d’autre site, faut ‘il s’inscrire auprès d’un admin avant ??
    c’est quand même pas parceque je suis une femme , je faisais remarquer que je n’en voyait jamais s’exprimer ici…
    merci de me dire ce qu’il faut faire
    Dominique

  8. Moi

    Vos propos sont ouvertement liberticides, alors à quand les camps de rééducation, les goulags et autres camps d’extermination. Vos propos ont un goût amer de totalitarisme néo Stalinien et rien de plus…….

  9. CarFree

    Toi, tu penses donc qu’interdire la parole aux négationnistes de la Shoah, c’est liberticide, totalitaire et néo-stalinien?
    Au fait, interdire de tuer, c’est aussi liberticide?

  10. dominique

    le négationisme est le fait de nier l’histoire, un évènement déjà passé.
    ll faut donc attendre que réchauffement il y ait eu, avec des catastrophes, pour voir si il y a des personnes qui nieraient ces faits.
    mais là, c’est prématuré, juste du vocabulaire pour impressionner.
    au Jancovici n’est celui qui est pour l’énergie nucléaire de quatrième génération ???
    Dominique

  11. MinouMinou

    Donc, selon vous, Dominique, il faut attendre pour avoir une preuve. Vous faites donc un pari, un pari que tout ira bien (alors que tout ne va déjà pas bien). Cela ne vous pose pas de problème ?

    Les fleuves et l’air pollués sont un fait, sont un évènement déjà passé et en cours. La destruction est un fait.

    Jancovici est peut-être un con, c’est possible, ne cherchez pas la petite bête. C’est vous la petite bête, qui pariez que tout ira bien, pour continuer de bagnoler sans vous poser de questions. C’est vous qui attendez des preuves. Si un jour vous les avez, ces preuves, qu’en ferez-vous ? Ne vaut-il pas mieux « prévenir que guérir » (surtout pour une maladie dont on ne connaît aucun remède) ?

    Autre chose : vous n’avez pas le monopole de la définition d’un mot. Et l’histoire n’est pas que le passé ; cette interprétation est la maladie des mauvais historiens. L’histoire, c’est le passé et le présent et le futur, parce qu’il n’y avait pas besoin d’être prophète au XIXe siècle pour prévoir les massacres de masses du XXe siècle, pour prévoir « des guerres comme il n’y en a jamais eu » (selon la phrase de Nietzsche, penseur du XIXe siècle). Et nombreux ont été les penseurs, les hommes simplement lucides du XIXe siècle, à prévoir les horreurs du siècle suivant.

    Alors, ces hommes auraient-ils dû attendre de « voir » pour « croire » ? Répondez un peu pour voir puisque vous vous croyez si intelligente…

    Ces hommes n’étaient « même pas » des scientifiques. Or aujourd’hui, c’est une majorité des scientifiques et des spécialistes du climat qui annoncent des catastrophes à venir et qui décrivent les catastrophes en cours. Mais cela vous arrange bien d’écouter uniquement la minorité qui les nient, n’est-ce pas ?

    Et puis, le changement climatique n’est que la cerise sur le gâteau, car les sols sont pourris de ce qu’ont leur a fait subir en leur foutant des saloperies chimiques et en les emprisonnant du béton fabriqué pour VOTRE bagnole.

  12. MinouMinou

    Les débris dans son genre ont réponse à tout. Eux qui ne croient qu’en la science, la logique, la technique, le progrès …etc…, ils sont les premiers à remettre en cause la parole des scientifiques quand ça les arrange. Comique, non ?

    Près de 3000 membres forment le GIEC, et parce que quelques-uns (une vingtaine ?) auraient été soi-disant coupables de je ne sais quelle falsifications (consistant en une « exagération » de certains chiffres), voilà que le travail de la totalité du GIEC est remis en cause.

    Tout est bon pour ne pas changer, pour ne pas se remettre en cause. Tout. Chaque fois que ces cons attaquent les écolos, c’est pour mieux démontrer qu’il faut surtout ne rien changer.

    Si les débris dans son genre n’ont rien à se reprocher, pourquoi viennent-ils nous attaquer, nous « alarmistes », « terroristes », « staliniens », « extrémistes » ? La réponse de ce déchet est connue d’avance : en fait, tout va bien, il n’y a aucun problème et on est des méchants parce que elle c’est une gentille et etc…

    Mais dis-moi, Dominique, puisque nous sommes si cons que ça ici, pourquoi tu ne vas pas plutôt t’extasier sur des sites qui vantent l’utilité et l’inévitable besoin de la bagnole ? Si tu es du côté de la majorité qui a raison, pourquoi ce besoin de nous convaincre ? La majorité est plus forte puisqu’elle est majoritaire.

  13. dominique

    quelle avalanche d’insultes…
    vous ne supportez donc pas la moindre remarque ??
    c’était juste de la sémantique,
    mais dans mes propos , nullement, vous ne lisez tout ce que vous m’attribuez !!
    je nie la pollution actuelle ?? NON
    je vous traite de cons : NON
    est ce que je critique le GIEC : NON
    dis je quelque part qu’il ne faut pas changer : NON

    alors pourquoi ce déluge de mépris ???
    ça te vas Moa comme réponse ??

    Quant à Jancovici, je faisais remarquer, certa avec malice j’en conviens, qu’il y a des dissonances parmis les verts purs et durs, mais je trouve qu’il a le mérite du pragmatisme, et que l’on peut toujours en discuter, ou bien tout dialogue est interdit ici ( à part pour ceux qui ne disent que :oui, oui, oui, )
    bonne soirée
    à moi d’attendre votre réponse !

  14. MinouMinou

    Tu demandes si tout dialogue est possible ici, mais tu arrives avec tes gros sabots uniquement pour critiquer et cracher ta bile.

    Et je n’ai pas besoin de tes lumières pour être « sceptique » au sujet de Jancovici. J’avais fais part de mes doutes avant que tu débarques comme une enragée de contestation. Car tu n’es là que pour contester.

    « le négationisme est le fait de nier l’histoire, un évènement déjà passé.
    ll faut donc attendre que réchauffement il y ait eu, avec des catastrophes, pour voir si il y a des personnes qui nieraient ces faits.
    mais là, c’est prématuré, juste du vocabulaire pour impressionner. »

    Quant à ce jugement prétentieux, une avalanche d’insultes est le minimum. Désolé, je ne suis pas philosophe, je ne suis pas zen. Je pète des bagnoles et je gène la circulation tant que je peux. Dans un monde insensible, qui n’attend du changement que de ceux qui ont « réellement le pouvoir », impossible de rester neutre et zen.

    Alors si notre vocabulaire t’ « impressionne », on s’en fout. Ton avis de mouche n’intéresse personne puisqu’il ne fait pas avancer le schmilblick.

  15. Moa

    Dominique : »ça te vas Moa comme réponse ?? »

    À vrai dire, peu importe que cela m’aille ou non. J’étais juste curieux de lire votre réponse.
    – Votre intervention n’était pas très pertinente -> chipoter sur le terme « négationisme ».
    – Minou a recentré le débat.
    – Votre réponse est dans le même ton que votre intervention. Pas très pertinente… mais elle apporte quand même quelques précisions même si ce n’est toujours pas sur le débat.

    Notez, je peux également intervenir en tenant des propos pas très pertinents, par contre, j’évite de polémiquer en jouant sur les mots sur des sujets d’importance capitale selon moi.

    Pourquoi? parce que un grand nombre de nos semblables (j’extrapole en observant mon entourage) n’ont pas d’avis sur ces sujets (« l’humain ruine la terre et entretient la misère dans les pays sud »), ça les gratte un peu aux entournures mais (in?)consciemment, ils ne veulent pas en entendre parler car cela signifierait changer leurs modes de vie confortables trop en profondeur.

    De ce fait, votre intervention en plus de ne rien apporter peut être préjudiciable pour forger l’avis de ces personnes qui liraient vos propos en ne creusant pas la question.

    De plus, votre remarque sur Jancovici s’apparentait à du dénigrement et non à de la malice (pour reprendre votre terme).
    —> »Jancovici est pour le nucléaire DONC tout ce qu’il peut dire sur réchauffement / crise énergétique ne peut être que bidon ».
    Votre réponse concernant Jancovici permet de lever cette ambiguïté puisque il semblerait que c’est par malice pour montrer les dissonances entre les « verts purs et durs » que vous avez fait cette remarque….. hors-sujet.
    Puisque l’on est dans la sémantique, quelle est votre définition de :  » verts purs et durs » ? cela m’interpelle chaque fois que je l’entend.

    Je constate que la plupart des contradicteurs sur ces thèmes environnements, bagnoles, climat, crise énergétique, sur-consommation, etc… (sur ce site et ailleurs) n’argumentent pas vraiment (ou bien leurs arguments sont rapidement démontables) mais se contentent de dénigrer, d’humilier / insulter, de caricaturer, de faire preuve de mauvaise foi.

    Pour ma part, je trouve ça hautement énervant…. donc je fais du vélo, ça me détend 🙂

    Tiens, pour info, il semblerait que les bouchons aient repris à Toulouse ce matin même… une collègue vient de se plaindre d’y avoir passé un temps considérable… dans les bouchons.

  16. Moa

    ah mais j’avais pas lu toutes les autres interventions de Dominique…

    C’est du lourd.

    1 Monique disparaît, 1 Dominique apparaît.

  17. Dominique

    Moa, Monique va répondre !
    je suis pas contadicteur, OU AVEZ VOUS LU CECI ???????????

    les verts purs et durs : ce n’est pas une insulte.
    Mais à vous lire, comme vous n’aimez pas le mouvement des Verts, Europe Ecologie, Hulot, etc, etc, etc ( peut être Bové ??),
    politiquement parlant vous vous situez à l’extrème vert si je puis dire
    ( il n’y a aucun rapprochement avec l’extrème droite dans mon propos, je tiens à le souligner ).
    Vous êtes, à mes yeux, et toujours politiquement parlant, dans la même position que l’extrème gauche
    par rapport au PS, par exemple.

    C’est une constatation, non une critique.

    ça va là ??

    Monique !

  18. MOAmoa

    ah.
    Vous définissez « verts purs et durs » en terme politique et en faisant des généralités.
    Je ne me reconnais pas dans vos teintes de couleurs donc… vert extrême, tout ça…etc…

    A mon humble avis, il aurait été plus pertinent de parler d’attitude, comportement, mode de vie, acte militant (je parle pas de politique là), niveau de conscientisation vis-à-vis des problèmes environnementaux etc..

    Bref, peu importe.

  19. dominique

    oui, il y a bien un moment ou, vottre attitude,comportement, mode de vie et acte militant se rerouvent sur, comme ils disent, l’échiquier politique.
    forcément vous êtes poliiques, même si vous ne trouvez pas en ce moment ( peut être ) de listes électorales méritant votre suffrage;
    et sur cet échiquier politique, on peut raisonnablement vous positionner
    chez les Verts, et une fois ça fait, vers l’extrème des Verts.
    voilà.
    encore une fois ce n’est pas une critique, mais nous sommes tous quelque part en politique, non ???
    Dominique

Les commentaires sont clos.