Tropique du Cancer – Cancers sous les Tropiques

Une Histoire brève du Négationnisme en matière de Santé (première partie)

C’est bien connu, la bonne santé des Nations et le bonheur des populations dépendent du « développement industriel et de la croissance économique »… Pourtant, dans bien des pays développés, la Santé semble de plus en plus en difficulté. Elle peine de plus en plus et n’arrive plus vraiment à suivre les « progrès prodigieux » de la science médicale. Cette situation préoccupe un nombre toujours croissant de gens, d’associations et d’institutions. La question peut même se poser de savoir si la Santé ne souffre pas plus de la croissance économique qu’elle n’en bénéficie.

Il y a quelque temps un « cinéastre » célèbre, une star incontestée du cinéma contestataire a « épinglé » le système de santé de son pays. Dans un de ses derniers films (1), il nous apprend que l’état de santé du système de santé américain laisse à désirer… Récemment le nouveau président des États-Unis d’Amérique a tenté de relever le défi, améliorer quelque peu la situation et rendre présentable ce secteur resté trop longtemps sinistré pour un pays « développé ».

Sans conteste pour montrer la voie, le pays le plus puissant du monde doit pouvoir s’afficher avec un état de bonne santé digne d’une nation « hautement développée », y compris dans le domaine de « La Santé ». Pour l’Amérique, il s’agit au moins de réconcilier la science médicale avec son système de santé.

La science médicale américaine « très hautement développée » est considérée par la grande majorité des médecins du monde comme un exemple à suivre voire le modèle de référence. « Passer » un article dans une revue médicale en langue anglaise et qui plus est américaine, être reconnu par un comité de lecture de médecins américains, assure à son auteur une consécration internationale…

Mais malgré cette reconnaissance mondiale, la science médicale américaine semble toujours plus en difficulté dans la recherche de solutions thérapeutiques aux problèmes de santé de la population de son pays. Peut être que dans ce pays « hautement développé », santé, médecine et thérapeutique ne sont plus forcément des entités liées entre elles, voire même sont déjà devenues incapables de faire « bon ménage » entre elles (2).

Voyons, pour « la lutte contre le cancer », comment se débrouillent les autres « Nations développées » et résolvent leurs problèmes de santé en ce domaine phare de la science médicale. La France en exemple !

PNSE-SUMER-InVS-CHSCT-Afsse-CIRC-AGRICAN-GRECAN-LSTE-INCa-FIVA

Vous n’êtes pas un expert en cryptage informatique et vous n’avez pas non plus d’activité dans les services secrets. Tout ce charabia reste incompréhensible pour vous. On ne peut pas tout savoir ! Mais soyez sans crainte, tout ce monde expert vous veut du bien. Il n’a rien à voir avec le codage et la sécurité informatique. Ces sigles et acronymes représentent la diversité des bataillons et dispositifs de la « lutte contre le cancer » en France. Et la liste n’est pas exhaustive (3)…

Un demi-siècle de « Négationnisme » unanime, encore aujourd’hui acharné et persistant dans la lignée de l’euphorie triomphante des « Trente Glorieuses », on le soupçonnait depuis longtemps, des écologistes le criaient haut et fort dès les années « soixante dix », tout le monde le sait maintenant : « travailler donne le cancer, respirer donne le cancer, manger donne le cancer ».

La situation est maintenant devenue préoccupante. L’état-major technocratique veut prendre le problème très au sérieux, « la guerre au cancer est déclarée ». Il en va de la survie et de la crédibilité du « Développement Durable » dans les sociétés industrielles. Le vieux Jacques au Grand Cœur de la Miraculée Assomption, en a fait en son temps une « Priorité Nationale ».

Et son rejeton turbulent, Nikkola 1er de la Déjantée Information, héritier du trône aujourd’hui en fonction, offre à son peuple en péril une grande leçon de communication. L’environnement est malade, les spécialistes scientifiques le disent, il organise, pour faire bonne mesure, en écho aux Grands Chantiers Nationaux de son illustre prédécesseur président, un « Grenelle de l’Environnement »…

Le dispositif de la « guerre contre le cancer » est maintenant impressionnant par sa diversité et sa complexité.

Mais cette prolifération, véritablement néoplasique, ces bataillons en manœuvre sur tous les fronts, ce déploiement bruyant de moyens matériels, cette armada d’institutions en tout genre n’a vraiment rien de rassurant. Le virage brutal du « Négationnisme » aux Plans Nationaux d’Urgence tous Azimut en dit long sur la gravité de la situation…

Serpentine, Amphibole, Chrysotile, Crocidolite, Amosite, Actinolite, Trémolite, Anthophyllite

Tous ces jolis noms ne vous évoquent rien, vous n’êtes pas géologue comme l’ex-PDG célèbre de BP et encore moins minéralogiste chevronné ; et les « belles pierres » ne vous passionnent pas. On ne peut pas tout savoir !

Presque un siècle de « Négationnisme »… On le savait depuis longtemps, des spécialistes le criaient haut et fort dès les années soixante dix (4), tout le monde le sait maintenant.

Les « pierres précieuses » du développement industriel et de la « Richesse des Nations » étaient cancérigènes. « Travailler donne le cancer, respirer donne le cancer, manger donne le cancer » !

L’amiante désigne un groupe de fibres minérales « naturelles » de compositions chimiques variées (5)… Et le Canada est un beau et grand pays, vaste étendue sauvage, immense et inépuisable forêt boréale à perte de vue dans le « Grand Nord » ; le rêve des amoureux de « Nature Sauvage » et des passionnés « d’Aventure » en contrées inhospitalières.

Mais ce grand pays est aussi une Grande Nation dynamique et industrieuse, soucieuse d’assurer son rang parmi les « meilleurs ». Évoluant discrètement dans l’ombre de son grand voisin qui concentre sur lui toutes les révoltes contre « l’Impérialisme Américain » et profitant de son image de marque propagée par les catalogues touristiques (6), le Canada, par la clairvoyance de son état-major, a su rentabiliser et optimiser ses nombreuses « richesses naturelles ».

Parmi les grands de la « déforestation massive » par son industrie forestière et son industrie minière exportée aux quatre coins du monde, il a su devenir récemment célèbre et stratégique pour la mise en exploitation de ses sables bitumeux dans l’Alberta. Mais le Canada est depuis longtemps un membre éminent, premier exportateur des « Big Five », de la production d’amiante (7). L’histoire de cette grande et interminable aventure technico-commerciale devenue catastrophe technico-médicale est aujourd’hui connue de tous. Presque cent ans de « Négationnisme » officiel et institutionnel et « Cent Mille Morts à venir » (8)…

176 – 200 – 292 – 469 – 598 – 840-…

Cette série de chiffres ne vous dit peut-être rien, vous n’êtes pas féru de numérologie et les mathématiques n’ont jamais réussi à vous passionner. On ne peut pas tout savoir ! Un demi-siècle de « Négationnisme »… On le savait depuis longtemps… Tout le monde le sait maintenant. Travailler donne le cancer, respirer donne le cancer…

Un mathématicien, fin analyste, verrait immédiatement dans cette suite de nombres une progression géométrique et trouverait sans trop de difficulté l’équation décrivant le phénomène. Il s’agit en effet de la croissance exponentielle des cancers broncho-pulmonaire directement liés au travail (9) (10).

Chaque chiffre représente, pour chaque année de 1996 à 2001, le nombre de cancers « reconnus en maladie professionnelle » en France. Perdre sa vie en voulant la gagner est une réalité toujours actuelle partout dans le monde, mais aussi et surtout dans les nations les plus développées et industrialisées.

Au rendez-vous de la « libération du travailleur » par l’industrialisation du travail, c’est le cancer qui s’est présenté en premier. A la vue des statistiques, au rythme où vont les choses (les chiffres sont têtus) on ne peut que conseiller, aux ouvriers de l’industrie les plus exposés, de « travailler moins pour perdre moins », il s’agit là, d’un message médical de prudence du Plan National Bis Contre le Cancer …

Chlordécone Monocrotophos Méthamidophos Chlorpyrifos Nphosphonométhylglycine …

Vous n’êtes pas pratiquant passionné de la Magie Noire, vous avez donc beaucoup de mal dans la prononciation de ces formules alambiquées. Vous n’avez pas non plus fréquenté dans votre jeunesse les cours de chimie organique. On ne peut pas tout savoir ! Mais, fin limier de l’écologie, vous avez flairé à plein nez et même jusqu’à la nausée les molécules secrètes de la « révolution verte ».

Il s’agit en effet de quelques-unes des très nombreuses molécules « phytosanitaires ». Et la pharmacopée mise à la disposition du jeune agriculteur syndiqué n’a rien à envier à celle du jeune médecin. Mais par chance pour ce dernier et par malchance pour le premier les posologies et conditionnements des produits et médicaments en questions n’utilisaient pas les mêmes unités. Gélule dosée en milligrammes dans un cas, baril dosé en kilogrammes dans l’autre cas.

Le jeune agriculteur aiguillonné dans la voie de la modernité, par son syndicat majoritaire la FNSEA et conseillé par les sommités scientifiques de l’INRA, mais aussi aidé et fasciné par les prospectus publicitaires des laboratoires « phytopharmaceutiques », s’est lancé « cœur vaillant », dans une « médecine dure » et volontariste pour ses plantes.

Une savante chimiothérapie massive, multiple, diversifiée et extensive l’a passionné pendant de nombreuses années. « Révolutionnaire Vert », avant-gardiste dévoué à la « Cause du Progrès », il s’est engagé dans la « protection des plantes » sans compter. Cinquante ans d’acharnement thérapeutique contre les « nuisibles » et les « ravageurs » ont fini par avoir la peau de notre jeune agriculteur, « phytothérapeute » en herbe.

Ravalé aujourd’hui au statut de rongeur de laboratoire en étant embrigadé dans une cohorte AGRICAN, on comptabilise sur lui la prolifération des cancers. Les vétérinaires surveillent le bétail, les cancérologues surveillent le cobaye (11). Lymphome, gliome, myélome, et autres cancers inquiètent ; les molécules secrètes de la « Révolution Verte » étaient cancérigènes. Cinquante ans de « Négationnisme »… On le soupçonnait depuis longtemps, des écologistes le criaient haut et fort depuis les années soixante dix (12), tout le monde le sait maintenant (13) : travailler, manger, respirer…

HAPH – HAPC – PCDF – TCDD – PCDD

Très au fait de l’actualité, vous soupçonnez fortement avoir à faire aux derniers résultats du séquençage du génome humain. Ou, un peu plus orienté sur les sciences humaines, vous penchez plutôt vers une prolifération de nouvelles formations de la « Droite Décomplexée ». Vous faites fausse route dans les deux cas. On ne peut pas tout savoir !

Cinquante ans de « Négationnisme »… On le soupçonnait depuis longtemps… Tout le monde le sait maintenant… Les molécules et technologies « innovantes » à la base des « miracles » de la « Fée Électrique » étaient cancérigènes.

Plan National Contre le Cancer, le préfet du Rhône conscient de sa mission devant la gravité de la situation, interdit la consommation du poisson pêché dans le fleuve en aval de la ville de Lyon (14).

Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques Halogénés (HAPH) est une vaste famille de molécules qui accompagnent le Développement Industriel depuis les années 1920. Certaines ont assuré la « Richesse des Nations ». Mais beaucoup d’autres sont des impuretés, indésirables mais inévitables de nombreux processus de fabrication ou bien apparaissant lors de l’incinération des déchets de la « société de consommation », ordures ménagères, boues d’épuration, ordures hospitalières (15).

Il s’agit, vous l’avez deviné de la célébrissime famille des « dioxines ». Celle-là même qui défraye la chronique depuis les années soixante. La liste de ces molécules est très longue, mais la plus illustre de ces molécules est le TCDD (16) ou « dioxine de Seveso » (17) ou encore mieux la « dioxine de Monsanto » en tant que contaminant de « l’Agent Orange ». Ce célèbre herbicide défoliant massivement utilisé dans la guerre chimique par l’armée américaine au Viêt-Nam, vient récemment d’être détrôné par les « dioxines » polluant le Rhône et la plupart des grands fleuves de la « Douce France » asservis, depuis cinquante ans, au développement industriel pour les « bons chiffres » de la « croissance ».

Jean-Marc Sérékian – octobre 2007 revu août 2010

(1) « Sicko », film documentaire de Michael Moore
(2) En effet pour la compréhension de cet article il faut avoir constamment à l’esprit qu’il s’agit bien d’entité séparé. Par exemple pour l’obésité la médecine propose, entre autres choses, comme solution thérapeutique la liposuccion ou « l’anneau gastrique », alors qu’une remise en cause du style de vie américain fait de sédentarité et d’alimentation hypercalorique serait plus judicieuse et moins coûteuse…
(3) Vocabulaire élémentaire de la guerre du cancer (liste non exhaustive) PNSE Plan National Santé Environnement ; SUMER SUrveillance Médicale des Risques professionnels des salariés ; InVS Institut de Veille Sanitaire ; Afsse Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement ; CMR agents Cancérogène Mutagène Reprotoxique ; CHSCT Comité d’Hygiène de Sécurité et des Condition de Travail ; CIRC Centre International de Recherche sur le Cancer ; AGRICAN cohorte française AGRIculture et CANcers, surveillance de la survenue des cancers dans une population d’agriculteurs. GRECAN Groupe Régional d’Étude sur le Cancer ; LSTE Laboratoire Santé Travail Environnement ; INCa Institut National du Cancer ; FIVA Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante
(4) En 1977 Le professeur Jean Bignon, pneumologue respecté, écrit à Raymond Barre premier ministre : Force est d’admettre que l’amiante est un cancérogène physique dont l’étendue des méfaits chez l’homme est actuellement bien connue et prédit des conséquences plus graves sur la santé publique pour les trente années à venir. Wikipedia : Scandale de l’amiante
(5) J. Ameille : « Cancers professionnels liés à l’amiante » La Revue du Praticien 15 oct. 2004
(6) Pour une connaissance de la face cachée du Canada et de sa technocratie « démocratique » voir Michel Jurdant « le défi écologique » Ed. Boréal Express 1984.
(7) Des cinq grands producteurs d’amiante que sont la Russie, le Kazakhstan, le Brésil le Canada et la Chine, c’est le Canada, état le plus « démocratiquement » élu et le pays le plus économiquement développé qui est le plus militant dans le maintien du commerce international de l’amiante, mais le Brésil, nouvelle étoile montante de la « démocratie », de la déforestation et des affaires vient déjà prêter main forte à son illustre prédécesseur.
(8) En référence au titre du livre de Malye F. « Amiante : 100 000 morts à venir » Le Cherche Midi 2004
(9) « En France, la mortalité par cancer est passée de 125 000 décès annuels en 1980 à 150 000 en 2000. La morbidité est passée de 170 000 nouveaux cas annuels en 1980 à 278 000 en 2000. » Annie Thébaud-Mony « Travail et inégalités sociales de santé : le cas des cancers professionnels » Revue du Praticien décembre 2004.
(10) Le Monde mer. 27 juin 2007 Paul Benkimoun « Cancer : les métiers à risques » … L’estimation est que 5 à 10% des cancers diagnostiqués sont liés à une exposition professionnelle à un agent cancérigène. Chaque année, en France, de 11 000 à 23 000 nouveaux cas de cancer sont attribuables aux conditions de travail… Les chiffres présentés dans le titre du paragraphe ne comptabilisent que les cancers bronchopulmonaires reconnus en « maladie professionnelle » mais les estimations statistiques pour ce type de cancer lié au travail sont beaucoup plus élevées, autour de 5000 actuellement…
(11) Isabelle Baldi, Pierre Lebailly « Cancers et Pesticide » Revue du Praticien, juin 2007 supplément. Les scientifiques, épidémiologistes ne font plus preuve de décence dans leurs manières de s’exprimer « Les agriculteurs constituent une population d’intérêt pour l’étude des effets des pesticides sur la survenue de cancers. »
(12) Le PAN (Pesticide Action Network), groupe de pression et d’information sur les dangers des pesticides est fondé aux Etats-Unis en 1982
(13) Sur l’histoire française exemplaire des pesticides voir : F. Nicolino et F. Veillerette « Pesticides : révélation sur un scandale français », Fayard 2007
(14) Le Monde mercredi 27 juin 2007 « Une mystérieuse pollution souille le Rhône »
(15) D Bard « Dérivés halogénés polycycliques » Encycl. Med. Chir Elsevier, Paris 1997
(16) 2,3,7,8-trétrachlorodibenzo-p-dioxine
(17) Seveso est le nom d’une commune de Lombardie au nord de Milan. . L’usine à l’origine de la catastrophe, le 10 juillet 1976, s’appelle Icmesa, située à Meda, commune limitrophe de Seveso, elle appartient à la société Givaudan, spécialisée dans l’industrie de la parfumerie et filiale du groupe suisse Roche. Wikipedia : Catastrophe de Seveso

Jean-Marc Sérékian

A propos de Jean-Marc Sérékian

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions d'énergie et de biodiversité.

2 commentaires sur “Tropique du Cancer – Cancers sous les Tropiques

  1. MOAmoa

    oups… mais d’où sort donc ce point d’interrogation ??

    Je reprends donc :

    Merci pour cet article !

Les commentaires sont clos.