L’industrie automobile nous vendra bientôt des camions

Vendre toujours plus de voitures ne suffit pas à l’industrie automobile. Pour augmenter chiffre d’affaires et bénéfices, pourquoi ne pas vendre des voitures toujours plus lourdes, des modèles « suréquipés » avec toujours plus d’options, des 4×4 toujours plus gros, des picks-up ou autres camionnettes, etc. C’est ce que fait l’industrie automobile depuis maintenant plusieurs années.

Sur ce graphique, issu des chiffres très officiels d’Eurostat, on peut ainsi mesurer l’évolution du poids des voitures en France entre 1999 et 2007. En 1999, plus de la moitié du parc automobile français était composé de voitures pesant moins de 1000 kg. En 2007, ces voitures « légères » ne représentent plus que 28% du parc automobile, soit une chute de moitié en moins de 10 ans!

Inversement, les voitures pesant plus de 1.500 kg représentent en 2007 10% du parc automobile français, contre seulement 3% en 1999, soit une multiplication par trois en moins de 10 ans!

Une voiture d’1,5 tonne pèse mathématiquement 50% de plus qu’une voiture d’une tonne. C’est autant de matières premières en plus qu’il faudra extraire, produire, transporter, recycler pour toujours plus d’émissions de CO2 et de pollutions en tous genres.

Cette inflation du poids des voitures est liée évidemment à la mode des grosses voitures comme les 4×4 par exemple, mais aussi à l’augmentation perpétuelle du nombre d’équipements fournis en standard ou en option sur les véhicules.

Certains de ces équipements sont liés à ce que l’on appelle « la sécurité » (ABS, ASR, BAS, ESP, Airbags, etc.). Autant d’équipements destinés à tenter de limiter la morbidité intrinsèque de l’automobile. Beaucoup d’autres de ces équipements sont plus ou moins utiles (climatisation, fenêtres électriques, etc.)

Et comme dans le même temps, les constructeurs automobile doivent faire baisser la consommation moyenne des voitures pour satisfaire aux (faibles) normes européennes en matière d’émissions de CO2, vous imaginez la difficulté technologique qui consiste à faire baisser la consommation de carburant de voitures de plus en plus lourdes…

Car il n’est bien évidemment pas question d’envisager une baisse du poids des voitures: déjà que les voitures ne se vendent plus (-17% de ventes de voitures neuves en Europe sur les 12 derniers mois), bon courage pour vendre une voiture sans ABS, sans airbag, sans clim, etc.

Mais pas de problème, les constructeurs vont y arriver, quitte à dépenser des centaines de milliards en « recherche-développement » pour produire la voiture qui pèse 2 tonnes et consomme moins de 5 litres aux 100 km… Et tant pis si au passage on pille les ressources naturelles et si tout cet argent aurait pu servir à, au hasard, développer les transports collectifs…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

12 commentaires sur “L’industrie automobile nous vendra bientôt des camions

  1. sebsoupe

    et comme en parallèle le poids des automobilistes ne cesse d’augmenter lui aussi!!!… 😉

  2. Wombie

    et pourtant (pas taper, c’est un exemple), le concept de la voiture low-cost telle que la Logan à 975 kg montre quand ils veulent, les constructeurs arrivent à faire des trucs utilisables sans les remplir de gadgets pas vraiment utiles.

  3. CarFree

    @ Sebsoupe, on parle bien entendu de « poids à vide »…
    @ wombie, l’augmentation du poids des voitures décrite ici tient compte du phénomène des voitures low-cost comme la Logan, et pourtant les voitures de moins d’une tonne sont moitié moins nombreuses en 2007 par rapport à 1999…

  4. Raghnarok

    Je pense que ce problème ainsi que tous les autres du genre vont pas tarder à se résoudre avec le manque de pétrole qui arrive (et le manque de charbon qui va suivre…).
    Quand l’humain n’a plus le choix il change.

  5. paladurpaladur

    Merci pour l’article!
    Il faut souligner que cette augmentation du poids des voitures accentuent l’usure des routes donc une augmentation des investissements financés par les impôts.
    Il faudrait aussi un graphique avec l’augmentation de la largeur des voitures, des gabarits des véhicules. Augmentation totalement absurde car les voies de circulations, elles, ne s’élargissent pas comme les places de parking d’ailleurs. Au moment où nous, les cyclistes, essayons de gagner notre place sur l’espace publique, les voitures s’étalent anachroniquement.

  6. Gilles ChomelLÉCOLOMOBILE

    Moi je croyais que le bonus écologique avait augmenté les ventes de voitures d’entrée de gamme aux dépens des modèles plus lourds.

    L’industrie automobile a toujours eu intérêt de disposer d’un espace routier brutal et violent où règnent la vitesse et la loi du plus fort qui pousse les clients à acheter les modèles les plus gros, les plus lourds, les plus rapides et les plus intimidants.

    L’espace routier paradisiaque des marchands c’est l’enfer des usagers, plus particulièrement, si ils sont piétons ou cyclistes.

  7. Yefka

    @Paladur : pas seulement pour les vélos. Utilisant la moto pour aller travailler avec ma copine les jours ou je ne télétravaille pas, les voitures « extra-large, extra-beauf » ne facilitent pas du tout la remonté de file.

    Ces vehicles sont également plus dangereux puisque comme ils sont surélevés, on ne peut pas voir à travers ce qui se passe devant lorsqu’on les suit.

  8. Legeographe

    Juste une question de vocabulaire, plutôt que de « morbidité », il faudrait parler (dans le contexte de la phrase) de « macabre ».
    La définition de la morbidité est ci-dessous :
    http://www.cnrtl.fr/definition/morbidit%C3%A9
    Et la définition de l’adjectif « macabre » (qui peut être substantivé, comme l’indique le lien ci-dessous) :
    http://www.cnrtl.fr/definition/macabre

    À moins que l’automobile ne soit considérée comme une maladie en elle-même (ce que pas mal de choses peuvent nous pousser à croire, en effet, tant on n’en sort pas, tant le microbe nous tient la grappe…).

  9. Legeographe

    Je me permets de faire une correction lexicographique car nous pouvons bien entendu parler de morbidité liée à l’automobile, mais c’est, à ce moment, des maladies causées par la voiture que nous devons parler.

    Et je suis d’accord pour dire que le terme de morbidité est utilisé à mauvais escient un peu partout, jusque dans les médias les plus hauts.

  10. Legeographe

    « L’industrie automobile a toujours eu intérêt de disposer d’un espace routier brutal et violent où règnent la vitesse et la loi du plus fort qui pousse les clients à acheter les modèles les plus gros, les plus lourds, les plus rapides et les plus intimidants. »

    Tout à fait vrai…
    Et donc, l’industrie automobile est un loup pour l’homme, en incitant à la guerre de tous contre tous : l’homme est un loup pour l’homme, sur la route, grâce à l’industrie automobile.

  11. Raghnarok

    L’homme est tellement facilement influençable… Dès qu’on peut lui proposer un « outil » ou un « esprit » qui le fera paraître ou être plus fort que son voisin, il l’adoptera.
    C’est à ce niveau la qu’il faut travailler, qu’est ce que ça apporte réellement d’être plus fort que son voisin?

  12. laurent RSVMR

    allons au bout de la logique de cet l’article
    un X5 BMW combien pèse-t-il ?
    combien coûte-t-il ?
    en répondant à ces 2 questions, nous obtenons un prix au kilo pour les consommateurs
    à comparer avec la Fiat 500, citroen C1, à la SMART, 107, IQ Mini etc
    à carfree de faire une liste de véhicules avec leur prix au kilo
    la révolution commence par là …
    comparons en euro constant les véhicules …des différentes époques

    les véhicules électriques seront-il aussi plus lourds pour s’inscrire dans cette tendance ????

    à suivre

Les commentaires sont clos.