A la Réunion, la bagnole réconcilie le PS et l’UMP!

A La Réunion, l’amour de la bagnole transcende les clivages politiques. Après l’abandon du tram train régional par la nouvelle majorité (UMP) du Conseil Régional, son Président vient  de signer avec le Maire (PS) de Saint Denis une convention permettant de financer une étude d’un montant de 1,5 million d’euros pour déterminer la possibilité de réaliser un boulevard en souterrain au nord du chef lieu.

J’avais déjà  informé Carfree il y a quelques mois de l’abandon du projet Tram train initié il y a dix ans par Paul Vergès et la décision prise par la nouvelle majorité de basculer les crédits de l’Etat qui y étaient destinés, vers le tout routier dont une mirobolante nouvelle route du littoral à six voies qui devrait coûter la bagatelle de 2 milliards d’euros pour une dizaine de kms.

Voir ici : http://carfree.fr/index.php/2010/10/19/la-reunion-choisit-le-tout-automobile/

C’est pour permettre à cette future route si jamais elle se réalise, de traverser le chef lieu, que le Maire de Saint Denis, veut son tunnel routier afin de relier l’ouest à l’est de l’île. Les socialistes qui, eux aussi, avaient fait campagne aux élections Régionales contre le tram train, sont des partisans décomplexés du tout automobile. Une convention avec la Région est cependant nécessaire  car le Maire de Saint-Denis a besoin financièrement de cette collectivité pour réaliser  son projet  et le président de l’exécutif régional, Didier Robert, de son côté,  cherche un partenaire susceptible de redonner un peu de crédibilité à ses projets qui peinent à se concrétiser,  la pharaonique route du littoral et un projet quasi mort-né de super bus, baptisé pompeusement le « Trans Eco Express ».

Cette convention devrait donc rassurer le lobby automobile : car si Didier Robert  a déjà réussi l’exploit de basculer les 2 milliards de l’Etat  sur le tout routier, de son côté le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette,  n’est pas en reste : membre influent de la majorité du Conseil Général, il a fait voter un budget primitif 2011 où  les investissements pour les routes augmentent de +24 %  au détriment du transport des voyageurs dont les investissement baissent, eux,  de – 50%. Voilà des « valeurs » communes qui permettent de  singuliers rapprochements.

Le tunnel nord de Saint-Denis voulu par le Maire est en réalité un vieux projet datant des années 70, époque où régnait sans partage l’idéologie du tout automobile. Il est d’autant plus absurde que les études montrent que seuls 10 % du trafic venant de l’extérieur de Saint Denis traversent réellement la ville de part en part, les 90 % restants venant dans l’agglomération en général pour y travailler. Et d’autre part, un  boulevard  urbain à 2 X 2 voies,  inauguré en 2009 contourne désormais la ville par le sud.

On le sait,  de nouvelles infrastructures routières ont comme conséquences, non pas de diminuer les flux mais de les accroître par un effet d’attractivité. Un tunnel routier urbain au centre de la plus grande ville de l’outremer accentuerait inévitablement  la pression automobile sur le chef lieu qui souffre déjà d’embouteillages récurrents. Il est aussi périlleux en pleine époque de changement climatique et de montée des océans, de vouloir enterrer une voie de circulation sous le niveau de la mer. C’est enfin  un projet très coûteux,  évalué à 300 millions d’euros et dont les coûts d’exploitation rendraient nécessaire un péage comme au tunnel du Prado à Marseille.

Pour se justifier le Maire argue de sa volonté de rendre aux Dionysiens un libre accès au littoral actuellement coupé par le passage de la RN1. Mais une solution moins coûteuse et plus respectueuse de l’environnement,  évoquée par un rapport des Ponts & Chaussées,  consisterait à  transformer la RN1 en  un « boulevard de promenade de front de mer » sur le modèle de la Promenade des Anglais à Nice. Les chaussées seraient séparées par de vastes terre-pleins arborés  et la vitesse de circulation réduite à 40 km/h en appliquant la technique de « l’onde verte », c’est à dire en régulant  la circulation par la succession d’intersections dotées de feux : une voiture qui roule à la vitesse de l’onde ne rencontrera pas de feu rouge une fois la première intersection dépassée. Les voies perpendiculaires irriguant le tissu urbain environnant sont ouvertes sur le boulevard de front de mer par  des carrefours équipés de feux gérés en « onde verte »
tous les 120 mètres environ. Ces carrefours sont organisés pour la traversée des piétons (à niveau ou en dénivelé), les voitures, elles, étant astreintes à un plan de circulation. L’ensemble inclut de nombreux accès et des voies réservées aux vélos.

Une telle solution aurait l’avantage d’éviter le recours au tunnel urbain  et de rendre néanmoins aux Dionysiens l’accès à l’Océan tout en diminuant la pression de l’automobile. Mais visiblement  le lobby de la bagnole reste très puissant à La Réunion où certains rêvent de ceinturer l’île d’une  voie rapide qui permettrait d’en faire le tour sans jamais être arrêté par un feu ou un stop. Rappelons que Didier Robert s’est vu remettre en novembre dernier par la FNAUT, le « ticket rouge » du choix le plus rétrograde en matière de transport après sa décision de stopper le tram train et de lui préférer une nouvelle route.

JPM

JPM

A propos de JPM

Rédacteur de Carfree France, correspondant à l'île de la Réunion

12 commentaires sur “A la Réunion, la bagnole réconcilie le PS et l’UMP!

  1. JiBOM

    Et pendant ce temps, La Réunion tente d’attirer les touristes par une campagne de pub. C’est pour financer leur merde ?

  2. Laure

    et surtout pensons à la nature! après les incendies, l’expansion urbaine, super le patrimoine de l’UNESCO…

  3. Le cycliste intraitableLe cycliste intraitable

    J’avais très envie de visiter la Réunion un de ces jours, avec ce genre de politique j’ai nettement moins envie…

  4. Pim

    Rien que de penser à des autoroutes à la Réunion.. ca me donne plus envie d’y aller non plus

  5. Anthony Grégoirebaillecyclist

    Faut voir le bon coté des choses, ça évite que certains traversent/détruisent la planète en avion juste pour « visiter »!

  6. Pim

    c’est ce que je me disais ironiquement en écrivant mon précédent commentaire

  7. MOA

    Avec le prix du litron d’essence qui n’est pas prêt de s’arreter de flamber , je me pose une question : ces décideurs politiques ne penseraient-t-ils avec leur trou de balle par hasard… ou bien? Je m’interroge.

    Oui, je suis vulgaire, je sais, c’est triste.

  8. JiBOM

    Un peu de vulgarité, MOA, ça fait du bien de temps en temps. Ça permet d’extérioriser les tensions et on n’est même pas obligé d’insulter ! Ce serait trop bête de se priver.

  9. Noisette1325noisette1325

    route des tamarins à La Réunion

    voir l’article de wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Route_des_Tamarins

    voir la toute dernière photo, intitulée « Touristes sur la route des Tamarins en construction. » C’est dommage, ils sont de dos, mais j’imagine qu’ils doivent être béats d’admiration devant un si beau paysage.

  10. CarFree

    Pour ceux qui projettent un voyage à l’île de la Réunion, Vélomaxou a déniché un article non dénué d’humour signé Philippe Derny dans le n°43 du Randonneur .

    « L’avantage de la route du bas est d’offrir une piste cyclable censée isoler le cycliste du flot de véhicules fortement motorisés…Bien sûr, il y a des moments difficiles dus à une pratique courante des Réunionnais: le jet de Dodo par la fenêtre de la voiture… »

    Non il ne s’agit pas de l’antique volatile aujourd’hui disparu.

    Il s’agit de la canette de bière du même nom.

    Source: http://velomaxou.sportblog.fr/901353/La-Dodo-le-la/

  11. CarFree

    La voilà, la nouvelle « route du littoral en mer à six voies », qui nécessitera « entre 7 et 10 millions de mètres cubes de matériaux » et « 1,6 milliard d’euros » pour une longueur totale de seulement 12 petits kilomètres…

  12. MinouMinou

    Ouais mais oh, douze kilomètre à pieds, à la rame ou à vélo c’est l’enfer, c’est le moyen-âge la caverne le silex le retour la bougie, oh ! Faut vivre avec son temps !
    12 kilomètres, quelle souffrance atroce, tu ne te rends pas compte ! Ah ces écolos extrémistes, mon Dieu pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font !

Les commentaires sont clos.