Vive le vélo !

Affiche à télécharger, imprimer et diffuser sans modération.

Format carte postale (1024*723 pixels, 176 Ko)
Format affiche (2339*1652 pixels, 1,71 Mo)

Vive le vélo !

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

12 commentaires sur “Vive le vélo !

  1. Cantor

    Je suis un peu gêné par cette pub.

    Le vélo serait il un moyen de déplacement pour les pauvres qui ne peuvent pas se payer de l’essence ?

    Dans ce cas quelle honte d’utiliser un vélo !

    Personnellement, je ne suis financièrement pas à plaindre, mais si j’utilise un vélo c’est parce que c’est rapide, simple, facile à garer et surtout très agréable (quel bonheur tout les matin de redescendre le canal du midi pour aller au boulot…) et en aucun cas pour des raisons financières.

    Je comprend l’argument, mais je trouve un peu triste de l’utiliser. Ce n’es pas parce que polluer coûte trop cher qu’il faut arrêter de polluer, car dans ce cas, si le coût de l’essence était inférieur, alors il n’y aurait pas de problème avec la voiture ?

  2. Jean-Marc

    Sur le principe, en tant que cycliste pouvant payer une voiture, je suis d accord avec toi, cantor;
    MAIS, suffit d’écouter des conversations des automobilistes :

    ils nous parlent tjrs
    – du prix de leurs réparations / de leurs pneus / de l essence (qui monte),
    – de leurs bouchons (créés par eux…),
    – des travaux qui les gènent (bah, pourquoi ils ne roulent pas sur les trottoirs, dans les rues en travaux ? ou ne portent pas leur véhicules à l’épaule, si tout est défondé ? c est pas dur d’éliminer un problème quand on le veut), – des difficultés à aller à un endroit (en ville / au bureau / au…) soit à cause du parcours, soit à cause de la difficulté à se garer.
    – …

    Donc c est une affiche pour parler à certains automobilistes, pas aux cyclistes 🙂

    Une affiche sur « un bouchon ? tu es sûr ? », « des travaux, où çà? » avec un vélo remontant une file de voitures ou passant à coté d’une chaussée défoncée seraient utiles, en complément.
    Voire une affiche (double-sens cycliste) « un sens interdit ? tu crois ? » et une autre (vélo accroché à un réverbère) « parking plein ? ah ? si tu le dis »

  3. apanivore

    Moi ce qui me gêne c’est que je ne comprends pas tout.
    y’a des grosses variations entre les tableaux, apparemment mis dans le désordre. C’est pris à des dates différentes ?

  4. Le cycliste intraitable

    Sûrement !

    Mais cette technique d’énumération permet de « flatter » l’automobiliste qui trouve que son plein lui coûte de plus en plus cher le litre, même si ça n’augmente pas constamment, et pour ainsi dire en désordre.

    L’effet d’augmentation en désordre, qui accroît le sentiment de se faire arnaquer à la pompe, vise à toucher l’automobiliste dans son inconscient. C’est bien plus efficace que les textes longs avec plus de 10 mots par phrase, qui ne sont lues que par des intellos convaincus.

    Globalement, cette carte est une bonne idée, elle mérite d’être affichée sur les panneaux 4×3 aux entrées des villes. Si au moins un ou deux milliardaires soutenaient notre cause, ce serait beaucoup plus facile…

  5. Vive le fun (mais le fun en velo, pas en voiture)

    Non c’est pas si mal je crois cette affiche, en tout cas c’est fun 🙂

  6. cycliste alcoolique

    Je la trouve bien.
    Voici à quoi est réduit le monde de l’automobiliste.
    Coût de l’essence, coût de la bagnole, des réparation. Et tout ça pour perdre du temps, dans les bouchons.
    Devenir cycliste c’est s’affranchir de ce dictat.

  7. Legeographe

    Je trouve cette affiche drôle, en fait. La première chose, c’est que j’ai rigolé. Comme dit Cantor, ce n’est pas un message profond. C’est juste un message humoristique.

    Et l’humour pointe l’absurde là où les gens se sentiraient légitimes de râler (cf un peu la réponse de Jean-Marc).

  8. Gillesgilles

    Elle tombe a pique cette affiche pour illustrer cette phrase d’introduction de la
    proposition de loi n° 3960 ,visant à interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels que je vais afficher sur ma remorque vélo. (trouvée ici: http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/)

    Mesdames, Messieurs,

    Nous devons faire face aujourd’hui à un prix du baril de brut à la hausse. L’or noir, ressource naturelle non renouvelable qui a permis aux pays occidentaux de s’industrialiser et de s’enrichir au siècle dernier, est une denrée rare dont le prix ne cessera, à l’évidence, d’augmenter dans les années à venir…..

  9. espritcritique.be

    « Le cycliste intraitable » a tendance a survalorisé l' »efficacité » des messages en renvoyant tout texte plus ou moins construit dans le domaine des « intellos ». C’est là quelque chose de très binaire, et c’est justement un outil que le pouvoir a exploité copieusement dans ses tentatives démagogiques destinées au peuple.

    L’efficacité est essentielle, certes; mais la construction intellectuelle ne l’est pas moins. Il ne faut donc pas les opposer. Refuser le compliqué, c’est se résigner à ne pas apprendre à penser autrement, à amadouer la complexité qui amène à rendre ce qui était difficile… facile!

    Sinon, je te dirais, « Cantor », que je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Tu penses la consommation de carburant en terme monétaire (ce à quoi invite l’affiche évidemment); je pense qu’il faut modifier nos façons habituelles de penser et convertir cette consommation de carburant en jours de travail: par exemple, un plein équivaudrait à quatre ou huit heures de travail (en ne prenant en compte que l’acte d’achat, sans toutes les heures supplémentaires qu’ont nécessité sa production et son acheminement). En interprétant cette affiche comme une dévalorisation possible du cycliste, tu adoptes le mode de pensée dominant, qui jauge de tout en fonction de sa valeur monétaire.

    Je me libère de la voiture non pas parce que je n’ai pas les moyens mais parce que cela me permet de passer mon temps à faire autre chose. Je propose d’ailleurs à Carfree de faire une affiche de publicité pour voiture en convertissant le prix indiqué en journées et heures de travail (en ajoutant ceux nécessaires à l’assurance, la réparation, le temps passé dedans, etc… dans l’idée d’Illich et de Dupuy).

    Le pauvre est celui qui ne peut se passer de son automobile – même s’il est riche financièrement parlant-, pour autant que l’on accepte de ne pas se soumettre au diktat de la définition de la pauvreté et de la richesse.

Les commentaires sont clos.