Deux suggestions de taxes automobiles pour renflouer 6 milliards de déficit

Monsieur le Premier Ministre,

En France, en Europe et dans le monde, l’heure est aux économies. Je sais que vous êtes à l’affût de nouvelles ressources pour atténuer nos déficits abyssaux. C’est dans cette perspective que je vous suggère ces 2 pistes de revenus potentiels pour l’Etat qui, en plus de rapporter des liquidités tellement nécessaires en cette période d’austérité, accompagneraient la nécessaire mutation écologique de l’industrie automobile européenne.

1) Une taxe ‘roulage à vide’ qui s’appliquerait à toutes les automobiles individuelles européennes. Cette taxe infime de quelques centimes par kilomètre, s’appliquerait à la distance parcourue à vide par chaque siège passager. L’adaptation technique des habitacles dans ce sens serait très facile techniquement puisque les voitures modernes disposent déjà d’une alerte électronique d’oubli de la ceinture de sécurité.

2) Une taxe sur la publicité automobile proportionnelle aux budgets de communication colossaux des firmes automobiles européennes.

Par ces deux suggestions très simples à appliquer, j’espère, Monsieur le Premier Ministre, contribuer, à ma modeste mesure, à la résorption du déficit et à la nécessaire mutation de la mobilité motorisée individuelle européenne en encourageant le covoiturage.

GC
www.LecoLomobiLe.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

6 commentaires sur “Deux suggestions de taxes automobiles pour renflouer 6 milliards de déficit

  1. antec

    Des idées j’en ai :
    – Une taxe à l’achat qui serai calculé en fonction du poids, de la puissance, du nombre de place à bord, de la surface occupé au sol, du bruit émis et qui serai vraiment exponentielle donc insupportable assez rapidement.
    – Pareil pour les moto, quad, mobilettes.
    – Aucun remboursement de frais de déplacement dans les impôts.
    – Une redevance route calculé en fonction du nombre de véhicule dans le foyer.
    – Des péages autoroutier au poids et au nombre de personne à bord.

  2. Guillaume F

    Pour la mesure N°1, la parade sera vite trouvée : enclenchée toutes les ceintures de sécurité pour simuler une voiture pleine de de passagers…

  3. stefanopoulos

    Au delà même du sujet sur la voiture, voir un premier ministre bardé d’autocollants publicitaires comme un vulgaire joueur de foot a quelque chose de totalement révoltant… On pourrait croire à une photo montage si ce n’était la triste réalité.
    Il faudrait que les médias utilisent cette photo à chaque fois qu’ils parlent de Fillon. Systématiquement, même dans un autre contexte. La population, toutes tendances politiques confondues, finirait par comprendre le peu de valeur de cet homme et de son gouvernement.
     
    cette photo et la sortir

  4. Gilles ChomelLÉCOLOMOBILE

    Monsieur Fillon est un Français moyen et, comme beaucoup de Français, il aime l’automobile. Le problème c’est qu’il ne se rend pas compte de l’anachronisme de cette communication en ces temps de crises économique et environnementale. En plus, il tient des propos éculés de comptoir sur la « liberté » des automobilistes populistes: liberté de contribuer au réchauffement climatique, à la fragmentation de la biodiversité, à l’hécatombe humaine et animale, au stress et à la violence routière, à l’encombrement et à la congestion du domaine public, à la sédentarité directe et induite, à la pollution particulaire et à l’ozone, à la ghétoisation des banlieues, à l’épuisement des énergies fossiles, à la déshumanisation des centres ville, à leur dévégétalisation, à l’imperméabilisation des sols, aux surcoûts du bâtiment induits par les garages et les parkings, à l’artificialisation du permis de conduire, à son coût économique et au coût de la répression routière. Voyez ses propos dans le lien que j’ai indiqué dans mon précédent commentaire.
    Hier, j’ai vu Louis Schweitzer tenir des propos presque aussi irresponsables à une émission « le sens du progrès » sur Arte.

  5. JP CASSOU

    Une autre possibilité:
    Une taxe assise sur le coefficient d’encombrement, qui se calcule comme le rapport de la superficie du véhicule par le nombre de sièges: en effet, de plus en plus de gens achètent des véhicules utilitaires à deux places (pour des  raisons d’assurance) mais le véhicule occupe autant d’espace qu’une voiture ‘normale’. Cette taxe serait de 1000 euros multiplié par ce coefficient. Et hop: près de 20 Mds de récupérés …
     

Les commentaires sont clos.