La voiture décroche !

On le sent bien depuis quelques années, la voiture ce n’est plus ce que c’était. Trois indicateurs phares sont aujourd’hui simultanément au plus bas pour l’automobile: des achats de voitures en baisse, des parts modales qui chutent et des kilométrages annuels par véhicule qui au mieux stagnent (sans doute de l’ordre de 12 600km par voiture en 2011).

L’Observatoire des Mobilités et des Arbitrages Automobiles, une structure du BIPE financée entre autres par les constructeurs de voitures et donc pas vraiment subversive, tire la sonnette d’alarme: « Les ventes (de voitures) aux ménages s’effondrent depuis le début de l’année et la part du budget consacré à l’achat automobile n’a jamais été aussi bas en France« .

Et surtout, « l’usage de la voiture est en chute libre, particulièrement dans les zones denses« . A Paris, Lyon, Strasbourg et Marseille par exemple, la part modale de la voiture est passée sous le seuil fatidique des 50% (c’est-à-dire que désormais, plus d’un déplacement sur deux dans ces villes se fait sans voiture).

Sur le graphique, tiré de la page de présentation de l’Observatoire des Mobilités et des Arbitrages Automobiles, on constate bien le décrochage de la voiture (VP pour Voiture Particulière) au cours des années 2000.

Avant les années 2000, les voyageurs-kilomètres (Unité de mesure qui équivaut au transport d’un voyageur sur une distance d’un kilomètre) croissaient autant pour la voiture que pour les transports en commun. A partir des années 2000, les voyageurs-kilomètres en voiture stagnent, voire même commencent à baisser, ce qui est historique depuis l’apparition de l’automobile il y a plus de 100 ans!

Dans le même temps, les voyageurs-kilomètres en transports en commun continuent leur croissance, avec une augmentation de 35% entre 1995 et 2008.

Alors bien sûr, ce n’est pas encore la fin de l’automobile, mais ça ressemble bien au début de la fin!

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

10 commentaires sur “La voiture décroche !

  1. Yefka

    En même temps l’explosion des km sur les transports collectifs doit coïncider avec l’arrivée des compagnies aériennes low cost et l’utilisation de plus en plus courante de l’avion.

  2. GautamickaelGautamickael

    Même s’il est regrettable de constater que la motivation de ces changements restent avant tout pécuniaire, je pense, qu’on peut garder l’espoir que cette restriction de l’usage de l’automobile aménera une prise de conscience individuelle et collective. Du type ; j’utilise mon vélo ou les transports collectifs en vu de réduire mon budget et je constate rapidement que je me sens mieux, plus serein lorsque j’arrive à destination, mon poids se rééquilibre… … j’ai donc décidé de limiter complètement voir d’annuler l’utlisation de la voiture.
    Est ce envisageable ?

  3. Pim

    Tout comme YEFKA, je me suis posé la question de savoir si le transport en avion est pris en compte dans cette étude.
    En allant voir sur le(s) liens, je n’ai pas trouvé grand chose à part la liste des sponsors/membres de l’étude. Que des constructeurs auto et assureurs ou assimilables (25). Autrement dit, ce genre d’études leur sert clairement à réfléchir sur ‘comment faire pour que demain tout le monde continue d’acheter une voiture alors que plus personne n’en veut?’

  4. CarFree

    Difficile de répondre à la question posée par Yefka. Mais, en fonction des données que je connais par ailleurs, je suis quasiment sûr que le graphique ici parle de « mobilité intérieure » et ne prend donc pas en compte les déplacements France-Etranger.
    La question reste par contre ouverte pour les déplacements internes en avion, mais deux éléments n’amènent à penser qu’ils ne sont pas dans ce graphique:
    – En transport, même si l’avion peut être considéré comme un mode de transport collectif, il est tellement différent du reste qu’il est en général séparé des autres modes (en termes d’analyse). Ainsi, ce que l’on appelle traditionnellement « transports collectifs » consiste en général dans les bus, autocars, tramways et trains.
    – Il se trouve qu’en matière de mobilité avion en interne (i.e les « vols intérieurs »), il y a une baisse significative à partir du début des années 2000. Cela veut donc dire qu’il y a de moins en moins de vols intérieurs depuis 2000… Donc, la tendance de la courbe « avion » ne coïncide pas avec celle des transports collectifs que l’on peut voir ici.

    Pour la mobilité avion sur les vols intérieures, voir graphique page 18 du doc suivant:
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/spipwwwmedad/pdf/Etudes_documentsN3_cle519651.pdf

  5. Tassin

    @ Carfree :

    Question pointue : les déplacements en avion vers l’outre mer sont-ils considérés comme des vols intérieurs ou internationaux?
    Parce que les vacances à la Réunion ou aux Antilles ça en fait des km de déplacements « intérieurs ».

  6. CarFree

    En France, les déplacements dans les DOM-TOM sont des déplacements internes! C’est quoi ces allusions indépendantistes? 😉

  7. Tassin

    😀
    Ok donc les chiffres sur les vols intérieurs ne masquent pas l’explosion des vacances dans les DOM-TOM ces 15 dernières années.

  8. Gilles ChomelLÉCOLOMOBILE

    Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Énormément de facteurs contribuent à la désaffection de l’automobile particulière en France. C’est un peu la réponse du berger à la bergère. Les nombreuses causes à la désaffection automobile répondent à la multiplicité des formes de pollution apportée par ce mode de déplacement irresponsable et égoïste:
    – La SNCF lance des trajets low cost
    – Toutes les moyennes (ou grandes) villes françaises développent des politiques dissuasives à l’encontre de l’envahissement de leur territoire par les bagnoles,
    – Renchérissement de l’essence
    – Même la publicité surfe sur cette désaffection: sur mon blog, j’ai montré l’affiche de la MATMUT qui dissuade ses clients de renouveler leur voiture (AgonieAutomobile.blog.fr),
    – La lutte contre l’obésité et l’évolution des mentalités sur la sédentarité
    – La désaffection du commerce des hypermarchés
    – Le caractère normatif, abrutissant et somnolant de la conduite routière ne cesse de croître…
    Cette liste ouverte est sans fin… 😎

    Une fois n' »est pas coutume: à mon tour de publier cet article sur mon blog.

Les commentaires sont clos.