La dépendance pétrolière

Une étude commandée par Transports & Environnement et réalisée par Cambridge Econometrics montre que la dépendance de l’Union Européenne sur les importations de pétrole brut a augmenté au cours des 15 dernières années (de telle sorte que 88 % de tout le pétrole brut est importé). En 2015, l’Europe a dépensé au total environ 215 milliards d’euros en importations de pétrole brut. Cambridge Econometrics a produit des cartes montrant les flux commerciaux de pétrole vers l’Europe.

La dépendance de l’Europe en matière d’importations de pétrole brut a fortement augmenté au cours des 15 dernières années, tout comme sa dépendance aux importations de diesel qui a doublé entre 2001 et 2014. Dans le même temps, la production de pétrole en Europe (Grande-Bretagne, Norvège) a diminué, aggravant l’insécurité énergétique du continent.

Le transport est désormais le plus gros consommateur de pétrole en Europe, de l’ordre des deux tiers de la demande pour les produits pétroliers finaux.

La dépendance à l’égard des pays géopolitiquement à risque, notamment la Russie, a également augmenté. Nous savions déjà que les automobilistes aiment les dictateurs, mais cela n’a jamais été aussi vrai.

Ce qui existe à l’échelle européenne se vérifie à l’échelle française. Les deux cartes ci-dessous montrent l’évolution de la dépendance pétrolière française entre 2000 et 2014.

france-2000
Importations de pétrole brut en France en 2000.

france-2014
Importations de pétrole brut en France en 2014.

Si en 2000, la France avait parmi ses trois principaux fournisseurs de pétrole brut deux pays considérés comme stables et démocratiques (Norvège et Grande-Bretagne), ce n’est plus le cas en 2014 où les trois principaux fournisseurs de la France sont désormais l’Arabie Saoudite, le Kazakhstan et le Nigeria. La Russie, en quatrième position, représente même près de 10% du pétrole importé et on trouve également des pays particulièrement instables comme la Libye par exemple (5,6% du pétrole importé).

En quantité de pétrole brut importé, la France est passée de 85,222 kt en 2000 à 52,783 kt en 2014, ce qui représente une baisse d’environ 40%. Cependant, toutes les importations d’autres produits pétroliers augmentent (kérosène, diesel, etc.). Par ailleurs, si on raisonne en termes de coût et non plus de stocks, la facture pétrolière pour le seul pétrole brut est passée en France de 19 milliards d’euros en 2000 à plus de 29 milliards d’euros en 2014.

humour_oil

Plus de 20% de cette somme va directement à l’Arabie Saoudite, le pays « ami des droits de l’homme » (sans parler de ceux de la femme…).

Et 13% de ces 29 milliards d’euros vont directement dans la poche du roi de la corruption Noursoultan Nazarbayev, le « chef de la nation » du Kazakhstan depuis plus de 25 ans. On comprend mieux pourquoi François Hollande est obligé d’aller se ridiculiser au Kazakhstan en portant le costume traditionnel kazakh… Il faut bien les remplir de pétrole les réservoirs des automobilistes français! On critique beaucoup François Hollande, mais on ne peut pas dire qu’il ne donne pas de sa personne pour les automobilistes…

Enfin, près de 13% de cette somme vont au Nigeria où le président Muhammadu Buhari, qui collectionne les casseroles en matière de scandales financiers (en lien avec le pétrole) et de non respect des droits de l’homme, est favorable à la mise en place de la charia…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

Un commentaire sur “La dépendance pétrolière

Les commentaires sont clos.