Assistés !

Ces derniers temps, les assistés montent au créneau, contre une nouvelle réduction, leurs représentants politiques, FN, républicains et acolytes menant la fronde. Ces pauvres victimes vont perdre 10 km/h sur une partie des routes. Comme toujours, victimes, vaches à lait, la misère du monde retombe sur les automobilistes, cette minorité détestée !

Et oui, l’automobiliste telle la vache à lait française continue d’exister grâce aux subventions. Il suffit de reprendre le cycle de vie d’une voiture pour se rendre compte de l’état d’assistanat de l’automobiliste.

Avant même la fabrication, les matières premières devront être extraites du sol, toujours plus importantes avec la voiture électroniquée. Pour l’accès aux terres rares, nos politiques vont dépenser leur temps d’élus du peuple français en relation diplomatique afin d’accéder au marché minier. Évidemment, même si ces droits sont acquis à bon prix, il faut aider ce pays accueillant à maintenir la stabilité politique, face au peuple rebelle à l’humeur minée.

A partir de là, on va pouvoir concevoir nos bolides de ville. Le secteur industriel va mal, il n’arrive pas à vendre toujours plus de voiture, et sans croissance, c’est la misère qui nous gagne. Nos politiques vont faire en sorte que nos industries, dont le fleuron automobile, reste en France, que leurs dirigeants restent milliardaires, que leurs actionnaires touchent plus que l’année dernière, et qu’ils ne risquent pas leur argent dans une prochaine crise. Un panel de mesure servira à protéger la richesse de ceux qui dirigent avec la mise en place du CICE qui aura permis de maintenir la rémunération des actionnaires, la suppression d’impôts sur la fortune et autres cadeaux fiscaux.

Maintenant la voiture produite, il faut bien la vendre. Alors, il faut aider les acheteurs, leur proposer de l’argent pour jeter leur voiture à la casse, à condition d’en acheter une nouvelle. Nicolas Hulot aura supprimé cette trop chère prime à l’achat d’un vélo électrique, pour mieux encourager l’achat d’une nouvelle voiture. Notre Ecolo 1er ne fait pas dans la vulgaire prime à la casse mais dans la prime à la conversion ! Et, pour flatter l’engagement écologique des riches automobilistes, une grosse prime à l’achat d’une voiture ¾ nucléaire.

On a bien dépensé l’argent public pour faire tourner l’industrie mondiale, maintenant tout le monde est équipé, il faut donc pouvoir rouler, c’est-à-dire créer et entretenir un réseau routier, avec ses routes bitumées, ses panneaux de signalisation, ses tunnels éclairés et aérés (faudrait pas s’asphyxier avec ses propres gaz), ses points routes sur chaînes de télé et radio publiques, et la couverture journalistique des différents départs en vacances, ses parkings, et puis les déneigeuses l’hiver et l’offre de couvertures chauffantes aux touristes bloqués sur la route des stations de skis (même pour les étrangers !).

Ça roule ! Et même tellement bien que certains vont y laisser des plumes. Et comme en France, nous sommes des humanistes, nous ne laissons pas les cadavres sur les routes, et on tente même de soigner les blessés. On mobilise une partie des soignants, déjà débordés, pour limiter la casse. Et pour limiter un peu plus la casse, de nombreux fonctionnaires et militaires vont passer leur temps, leur vie à contrôler, arrêter, punir les délinquants de la route. Et bien sûr, des campagnes de prévention routière sont déployées dans les médias, dans les écoles, et lors de toutes sortes d’évènement. Et grâce à ça, on n’a même pas 4000 morts par an, à peine 4 fois l’éradication de mon village.

Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi qu’on les aime, ces voitures. L’ensemble des collectivités va s’engager en ce sens, organisant ou subventionnant les salons de l’automobile, les rallyes, rassemblement de voitures anciennes racontant une histoire idéalisée de l’automobile.

Ce serait difficile de comptabiliser le coût complet de la société automobile, coût toutefois indispensable à son fonctionnement. Mais on peut voir que ce coût est réparti sur de nombreuses structures publiques : les ministères de l’aménagement du territoire, de l’industrie, du travail, des affaires étrangères, de la défense, de l’intérieur, de la santé, de l’éducation, des sports, de l’écologie,  l’assemblée nationale et bien sûr les collectivités locales.

Et oui, tout ce soutien pour que l’on puisse avancer en restant assis, sans effort. Tout cet argent dépensé pour entretenir la fainéantise. Ne serait-ce pas de l’assistanat ?

Avec un gouvernement de marcheurs, n’aimant que les 1ers de cordée, n’étant pas du genre à encourager l’assistanat ou à soutenir les activités déficitaires, ne voit-on pas poindre à l’horizon la fin de la société automobile française?

6 commentaires sur “Assistés !

  1. Prolo

    À lire cet article on croirait que tout est gratuit dans une voiture, des pneus au carburant, et que les voitures tournent en rond pour retourner à leur point de départ sans la valeur ajoutée du déplacement d’humains + matériel.

  2. jean-louis seuzaret

    @prolo

    « valeur ajoutée du déplacement humain » !?

    Une tonne de ferraille déplacée pour un déplacement de 70 kg d’humain sur un parcours de deux à cinq km en moyenne. Quelle efficacité énergétique!

    Plus 50000 mort par an-accident et maladie respiratoires, sans parler des estropiés devenus Handicapés à vie. Beaucoup de travail pour les hôpitaux, les pompes funèbres, les fabricants de fauteuil roulant etc… C’est effectivement bon pour la croissance du PIB.

    Une bien belle valeur ajoutée effectivement.

    Vieux calcul d’Ivan ILLICH: si on ajoute au temps de parcours de l’automobiliste, le temps passé dans les embouteillages, pour chercher une place de stationnement, le temps passé au travail pour financer tout les frais lié à l’auto, celui-ci se déplace à 6 km/h soit la vitesse d’un piéton!

  3. Thomas

    Il y a quelques mois, un ministre avait annoncé vouloir augmenter de tant le nombre de personnes allant travailler à vélo, ce qui permettrait de faire telles économies à la sécu (désolé, j’ai plus les chiffres en tête). J’ai calculé, en prenant en compte la distance moyenne domicile-travail qu’un km parcouru en voiture coûte 6 centimes à la sécurité sociale.

  4. Pédibuspedibus

    oh là là J-Louis… !  » 50000 mort par an-accident et maladie respiratoires » :

    sûrement que tu mets la pédale douce, en ne comptant pas la mortalité précoce due à l’inactivité physique, causée par la bagnole – obésité et comorbidités -…

    en omettant la disparition prématurée des seniors, causée par la bagnole, dont l’usage massif en ville, par exemple, les dissuade trop vite de continuer à marcher, réduisant alors leur autonomie et les précipitant dans la dépendance et un déclin fatal…

    Curieux de savoir comment on peut évaluer le cul caché de cet iceberg nécrosociétal qu’est le système automobile…

    En attendant, assistés autodestructeurs et crimininels à la fois, devraient être perçus « nos amis automobilistes »…

  5. Pédibuspedibus

    hum…

    toute sa « virilité » a dû se sublimer dans un machisme mécanique pétaradant, puant et fumant…

     

    BOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.