Les villes doivent être totalement dépourvues de voitures pour rester vivables

Une équipe d’experts dirigée par des chercheurs de l’University College London (UCL) a créé un modèle mathématique pour l’utilisation des voitures dans une ville, qui a démontré que les villes du futur doivent devenir totalement sans voitures pour rester vivables.

Dans une étude publiée en juin 2021 et intitulée « A paradox of traffic and extra cars in a city as a collective behaviour, » des chercheurs appellent à un changement collectif de comportement afin de réduire le nombre de véhicules privés dans les villes.

La planification de villes sans voitures doit mettre l’accent sur la réduction de la dépendance à l’égard de la voiture, en favorisant des déplacements moins nombreux et plus courts, et en encourageant la marche et le vélo comme principaux modes de transport local et les transports publics pour les trajets plus longs. Les voitures ne devraient être utilisées qu’en cas d’urgence ou pour des occasions spéciales, déclarent les chercheurs.

À l’échelle mondiale, les voitures sont produites plus rapidement que la population n’augmente; 80 millions de voitures ont été produites en 2019, alors que la population a augmenté de 78 millions cette année-là. La seule production mondiale de voitures (y compris les voitures électriques) contribue à 4 % des émissions totales de carbone.

Pour cette étude, les chercheurs ont créé un modèle mathématique de l’utilisation de la voiture dans une ville dans laquelle les résidents utilisaient soit une voiture au quotidien, soit les transports publics. Comme « coût, » ils ont utilisé la durée des trajets, car c’est le facteur le plus important dans la décision de se déplacer. La base de référence du modèle est la conduite sans trafic.

Le modèle peut être appliqué à n’importe quelle ville. Il est particulièrement utile lorsqu’il est appliqué à des villes dans lesquelles plus de 90 % des déplacements se font en voiture, comme Dallas, Houston et Détroit aux États-Unis.

« La ville du futur, avec des millions de personnes, ne peut pas être construite autour des voitures et de leurs infrastructures coûteuses« , déclare le Dr Rafael Prieto Curiel (Centre for Advanced Spatial Analysis, University College London). « Dans quelques décennies, nous aurons des villes de 40 ou 50 millions d’habitants, et celles-ci pourraient ressembler à des parkings avec 40 ou 50 millions de voitures. L’idée que nous avons besoin de voitures vient d’une industrie très polluante et d’un marketing très coûteux. »

Pour modéliser un scénario extrême, les chercheurs ont utilisé une ville de 50 millions d’habitants, chacun possédant sa propre voiture. Si tous les résidents utilisent une voiture au quotidien pour tenter de minimiser leur temps de trajet, la ville atteint des niveaux de congestion extrêmes, nécessitant davantage d’infrastructures telles que des avenues, des parkings et des ponts pour accueillir toutes ces voitures : le pire scénario. Dans ces circonstances, la contribution que chaque automobiliste apporte en conduisant maximise les temps de trajet de l’ensemble de la population.

Bien que l’on suppose généralement que l’amélioration de l’infrastructure des transports publics améliore les coûts de base, puisque davantage de résidents optent pour ce mode de transport plutôt que pour la voiture, le modèle a montré que, même sans amélioration de l’infrastructure, les coûts de base pouvaient être réduits en diminuant le nombre de personnes autorisées à conduire en même temps. Par exemple, si un groupe de personnes est autorisé à conduire une semaine et doit utiliser d’autres modes de transport la semaine suivante, la durée moyenne des trajets domicile-travail pourrait être réduite jusqu’à 25 % avec un « partage modal non égoïste » où le nombre de voitures sur la route est réduit. Il en résulterait une diminution des encombrements et, en moyenne, une ville plus rapide.

Il est possible de décourager l’utilisation de la voiture en mettant en évidence les coûts locaux de l’utilisation de la voiture – tels que les embouteillages et la pollution atmosphérique – ainsi que par des interventions plus directes telles que les péages urbains, les péages et les contrôles de la circulation et du stationnement. Plus important encore, les villes doivent rendre les autres formes de transport plus attrayantes, notamment en veillant à ce que les transports publics soient rapides, fiables, sûrs et confortables. Londres, qui dispose d’une bonne infrastructure de transports publics, a en outre mis en place des péages urbains et des zones à faibles émissions. La ville de Mexico, quant à elle, a interdit certains véhicules sur la base de leur plaque d’immatriculation, mais a constaté que cela incitait les conducteurs à acheter des véhicules plus anciens et plus polluants pour contourner les restrictions.

Un des coauteurs de l’étude, le Dr Humberto González Ramírez, de l’Université Gustave Eiffel (Marne la Vallée, France), déclare: « Actuellement, une grande partie de l’espace des villes est consacrée aux voitures. Si notre objectif est d’avoir des villes plus vivables et durables, alors nous devons prendre une partie de cet espace et l’allouer à des modes de transport alternatifs: la marche, le vélo et les transports publics. »

Source : The Institution of Engineering and Technology

2 commentaires sur “Les villes doivent être totalement dépourvues de voitures pour rester vivables

  1. zaph

    Certes il faut réduire drastiquement l’usage de la voiture en ville mais surtout éviter de développer les villes et qu’elles atteignent des tailles incontrôlables.

    L' »avenir « souhaitable est à des centres urbains de taille moyenne polycentriques dans lesquels les quartiers sont des lieux de vie, de travail et non plus des cités dortoirs.

    Le XX siècle a sacrifié le territoire urbain a l’automobile. L’enjeu de la transition est de reprendre possession de ces territoires pour en faire des lieux plus habitables.

  2. Danny Letard

    Bonjour à tous et toutes,

    Pour moi, il faut supprimer d’urgence, si pas le plus vite possible toute circulation d’automobiles à moteur thermiques ou à essence au moins en ville.

    Pour moi, elles, ces automobiles, ont besoin de produire des NOx pour rouler vite.

    Sans production d’oxydes d’azote dans leurs cylindres, leur roues ne pourraient rouler que seulement en descente à plus de 10 km par heure.

    Cela peut s’expliquer chimiquement et en comprenant bien le principe des moteurs à essence ou diesel à 2 ou 4 temps.

    Le dioxyde d’azote est un poison violent et est coupable de la création de pluies acides et même serait en partie responsable du réchauffement climatique.

    Pour les autres types de véhicules motorisés, la pollution existera toujours pour les faire rouler même si c’est une pollution indirecte comme la création de panneaux solaires.

    Le mieux, pour moi, est de faire généraliser l’usage du vélo ou de la marche à pieds et encore …

    A votre service

Les commentaires sont clos.