Allégorie de la mort

Voici une œuvre d’art qui a fait sensation dès sa création et à chaque fois qu’elle a été exposée dans des galeries ou des musées. Il s’agit d’une installation d’Enzo Mari intitulée « Allegoria della morte » (Allégorie de la mort) réalisée en 1987 et exposée en France en 2013 à la cité du design de Saint-Etienne.

Enzo Mari (1932-2020) est un designer, architecte et illustrateur italien. Selon Alice Rawsthorn, autrice de Design As an Attitude, « Enzo Mari était un designer brillant, au sens conventionnel du terme, c’est-à-dire qu’il créait des objets formellement élégants et techniquement ingénieux qui remplissaient leur fonction avec efficacité tout en étant drôles, originaux et pleins d’esprit. » Elle ajoute: « Mais sa plus grande contribution au design a été sa détermination à en faire un champ politique, en y manifestant son anticonsumérisme, sa sensibilité aux droits des travailleurs et à l’environnement. Mari était un vrai personnage, véhément, sans compromis et souvent en proie à des accès de rage violente. Je l’ai entendu, un jour dans une conférence, accuser l’architecte Rem Koolhaas, qui était dans la salle, de ne pas être un architecte mais « un décorateur de vitrines pornographique… »

En 1987, il réalise « Allegoria della morte », une installation qui se compose de trois tombes en terre identiques avec trois pierres tombales distinctes.

Avec ces trois tombes, l’auteur a voulu représenter les trois religions qui existent aujourd’hui (du moins en 1987): une croix qui fait allusion à toutes les religions monothéistes, un marteau et une faucille qui font allusion à la religion laïque, et une croix gammée qui fait allusion à la religion de la marchandise, suggérée par une douzaine de modèles miniatures de voitures.

Lire aussi :  Provo

Selon Enzo Mari, s’il a immédiatement identifié les deux premières religions avec la croix et la faucille et le marteau, il a été plus difficile d’identifier le troisième symbole qui a nécessité environ un an de réflexion. La religion de la marchandise est identifiée par la croix gammée parce que, de même que le nazisme a éliminé d’abord des milliers, puis des millions de personnes (d’abord les opposants politiques, puis les juifs), la religion de la marchandise actuelle annonce le début d’un autre génocide que l’on ignore en espérant des miracles technologiques, oubliant que la technologie est avant tout une marchandise.

Le génocide que tout le monde connaît est celui de la planète elle-même, la destruction de l’écosystème, malgré laquelle tout le monde continue à rêver du Dieu de la marchandise. Avec cette œuvre, l’artiste espère susciter des comportements utiles au déconditionnement des gens… aujourd’hui le seul projet possible.

Un commentaire sur “Allégorie de la mort

  1. Joffrin

    Bien vu ; se rappeler que Mussolini était un fan absolu de voitures de sport dans la mouvance futuriste et c’est un peu pareil avec Hitler ; on a une sorte de retro futurisme ; cdmt, JP

Les commentaires sont clos.