Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

Dans le cadre du programme électoral du Parti Pirate pour les élections législatives 2022, on trouve une proposition intitulée « Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles… »

Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

EXPOSÉ DES MOTIFS

Nous Pirates, militons pour le partage équitable et raisonné des voies urbaines. Ce partage est actuellement inéquitable, en raison de la place déraisonnable laissée aux voitures individuelles, jusque dans l’hypercentre des villes. En effet, la voiture occupe aujourd’hui 50% des zones urbaines (lorsqu’elle y est autorisée), ainsi que de vastes espaces de parkings, pour seulement 1,2 personnes transportées en moyenne, et une utilisation très partielle lorsqu’elle n’est pas un outil de travail.

Cette situation est l’héritage d’une époque où la voiture individuelle était la norme, et un acquis social pour la mobilité de toutes et tous. Elle reste souvent indispensable dans les zones peu desservies par les transports publics, à faible densité de population.

Cependant, dans le cœur des villes les plus denses, l’accumulation des véhicules individuels est devenue source d’embouteillages, de pollutions, de bruits, au détriment des usagers eux-mêmes, et de la collectivité dans son ensemble. Face aux enjeux environnementaux, la surconsommation des ressources pour la construction et l’utilisation des voitures (quelles que soient les sources d’énergie), doit inciter à agir rapidement pour changer de modèle de transport en ville, à l’image des politiques menées dans plusieurs capitales européennes (Oslo, Madrid, Londres,…)

L’interdiction progressive et planifiée des véhicules individuels dans les centres-villes permettra de limiter toutes ces nuisances, mais aussi de réaliser des économies (moins de voies à entretenir, gain d’espace,…), d’améliorer les transports doux et collectifs, et faciliter l’action des véhicules d’urgence. Le calendrier doit permettre aux habitantes, aux habitants, et aux collectivités de s’adapter à ce nouveau modèle. Les récents progrès techniques en matière de transport et de communication, offrent une grande diversité de solutions pour parvenir à cet objectif.

CONTENU DE LA PROPOSITION

Le Parti Pirate propose la mise en place d’un calendrier progressif pour l’interdiction des voitures individuelles dans les centres-villes: 5 années pour la mise en place des services, 10 années pour le déploiement progressif des restrictions

Le Parti Pirate propose la création d’un plan de financement de services alternatifs: renforcement des transports doux et collectifs, parking-relais (gratuits pour les résidents et travailleurs), flotte de véhicules partagés à tarifs réduits (de préférence autonomes).

Le Parti Pirate propose l’interdiction des voitures individuelles prioritairement dans les plus grands centres urbains (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse), puis dans les autres grandes villes. A défaut, le Parti Pirate propose la mise en place de péages urbains. Le Parti Pirate propose également la mise en place de permis d’accès pour les usages professionnels, déménagements, et autres raisons exceptionnelles ainsi qu’une limitation à 30km/h pour toutes les voies.

Source: https://partipirate.org/

6 commentaires sur “Pouvoir vivre en ville sans voitures individuelles

  1. zaph

    vivent le pirates !

    une petite précision toutefois. Dans les centres urbains, c’est prés de 80 % de l’espace non bâti qui est dévolu à l’automobile. Il y a certes l’espace circulé mais aussi les espaces de stationnement . Espaces qui pourraient êtres rétrocédé aux piétons et enfants pour y jouer.

    Le calendrier de « dévoituration « de nos rues me semble pas assez contraignant.

    C’est tout de suite qu’il faut agir. Cette « plume » chaude qui nous caresse en ce moment ne doit pas faire oublier qu’un dôme chaud beaucoup plus nocif pourrait nous englober. Il y a urgence à de-bitumer les rues pour casser les îlots de chaleur.

    Les parcs de stationnement à l’air libre seront avantageusement transformés en places végétalisés .

    Tout ceci peut se faire sans mettre la société à terre puisque prés de 75 % de déplacements en zone urbaine sont inférieur à 5 kilomètres .

  2. Raph

    Il serait intéressant d’évoquer la position de ce parti sur les OGM. Vraiment.

  3. Pédibus

    les Pirates seraient sans doute encore plus féroces si leur argumentaire marchait sur deux jambes :

    outre les déplacements – avec la bagnole – il faut impérativement se préoccuper de l’aménagement de l’espace urbain, aujourd’hui générateur de mobilité inutile ; avec le seul exemple des commerces alimentaires on trouve déjà un commencement de réponse pour tarir le flux des bagnoles :

    le retour des commerces de proximité péricentraux, dont les petits supermarchés sans parking – à essaimer jusque dans les quartiers pavillonnaires et de grands ensembles – couplé avec une politique publique très restrictive à l’encontre des hypers et supermarchés périphériques, voilà déjà une façon élégante de porter un beau poignard entre les dents pour commencer à tailler en pièces le système automobile en ville…

     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq × 5 =