Le coût faramineux du stationnement automobile pour la collectivité

Cette étude réalisée par Bruno CORDIER du bureau d’études ADETEC pour le compte de l’association Qualité Mobilité porte sur les dépenses publiques occasionnées par le stationnement automobile en France métropolitaine. Elle rappelle le coût faramineux du stationnement automobile pour la collectivité, coût payé par le contribuable, qu’il soit automobiliste ou pas…

Le coût du stationnement public pour les finances publiques

Le stationnement automobile représente un coût net d’environ 14 Md€ (milliards d’euros) par an pour les finances publiques et même 22 Md€ si l’on inclut les externalités monétarisées. Il s’agit de valeurs minimales, plusieurs de nos calculs ayant été effectués sur des hypothèses basses.

C’est davantage que les budgets des ministères de la transition énergétique (13,7 Md€), de la justice (12,5 Md€), de l’agriculture (6 Md€), de la culture (4,4 Md€) ou de la santé (3,4 Md€), par exemple.

Le coût du stationnement pour les finances publiques pourrait être réduit de 4 Md€ en taxant l’avantage en nature que représente le stationnement sur le lieu de travail, en améliorant le paiement des amendes et des forfaits post-stationnement (FPS) et en luttant contre certaines fraudes fiscales.

Avec environ 12,3 Md€, le stationnement gratuit sur voirie représente, de loin, le premier poste de dépenses. Le léger bénéfice fait sur le stationnement payant (0,45 Md€) n’en compense qu’une toute petite partie. Le stationnement sur voirie représente pourtant une appropriation de l’espace public à des fins privées, qui était interdite dans les premières versions du code de la route français et le reste au Japon. Aucun autre usage privé ne bénéficie d’une telle faveur. Or, la demande croît avec la hausse du parc automobile et il n’est pas possible de suivre cette croissance. Plutôt que de créer toujours davantage de places, l’espace public pourrait être redistribué de manière beaucoup plus utile pour la collectivité dans son ensemble et pour l’environnement: trottoirs élargis, aménagements cyclables, couloirs de bus, plantations, bancs, espaces de convivialité, jeux pour enfants, terrasses de cafés et de restaurants…

Lire aussi :  Comment le vélo a changé la forme des villes

Connaissant par ailleurs le rôle essentiel de l’offre de stationnement automobile sur l’usage de la voiture au détriment des modes de déplacement écologiquement, socialement et économiquement plus vertueux (marche, vélo, transports collectifs), l’argent public qui lui est consacré apparaît particulièrement contreproductif.

Au-delà de la simple question financière, se pose un véritable choix de société. Nous espérons que la présente étude contribuera à sa prise de conscience.

Enfin, il apparaît indispensable d’améliorer la prise en compte du stationnement dans la construction des données publiques, qui permettrait de mener une étude plus précise. En effet, comme indiqué en introduction, une partie des chiffres figurant dans la présente étude reposent sur des hypothèses de calcul, faute de données précises, donc doivent être considérés comme des ordres de grandeur.

Consulter l’étude complète sur le site ADETEC:
http://www.adetec-deplacements.com/Le%20co++t%20du%20stationnement%20automobile%20pour%20les%20finances%20publiques%20-%20rapport%20%28ADETEC%29.pdf

3 commentaires sur “Le coût faramineux du stationnement automobile pour la collectivité

  1. pedibus

    un grand merci à Bruno Cordier pour cette magnifique étude fouillée malgré la difficulté d’accès à la donnée… !

    il faudra bien sûr pas mal de temps de lecture et relecture pour la bien digérer ; néanmoins quelques remarques et questions déjà qui me turlupinent :

    – a-t-on idée de la part d’espace à stationnement réglementé dans les plus grands EPCI ainsi que d’une évolution assez récente… ?

    – peut-on faire quelques scénarios à partir de ça si l’on vise le « I want my money back » en puisant dans le gisement des 12,3 Md€ du stationnement gratuit sur voirie… ?

    –  une part de près de 15% pour le « contrôle et amendes » sur les recettes du stationnement payant dont celui en ouvrage je suppose ; dans le ressort territorial de certaines communes ou de certains EPCI le stationnement réglementé fait l’objet d’une délégation de service public, mais le délégataire se contrefout des bagnoles juchées sur le trottoir de l’autre côté de la rue non concerné par le stationnement payant (on peut également se poser la même question pour les véhicules LAPI ); peut-on évaluer le manque à gagner engendré par cette insuffisance de contrôle, voire trouver l’équilibre économique entre de nouvelles recettes escomptées et les moyens nouveaux à mettre en œuvre, comme l’embauche de nouveaux ASVP… ? certaines collectivités ont-elles réalisé ce type d’étude… ?

    – commence-t-on à documenter quantitativement le phénomène du stationnement automobile sur trottoir dans certaines collectivités ?

    – le CEREMA a cessé de produire son open data sur les chiffres du transport urbain depuis 2016, renvoyant au GART ou à l’UTP, cette dernière facturant plusieurs centaines d’euros ce que faisait paraître gratuitement le CEREMA avec son annuaire statistique annuel : quelle alternative aujourd’hui pour accéder à l’information comptable des réseaux… ?

     

     Or, la demande [de stationnement] croît avec la hausse du parc automobile et il n’est pas possible de suivre cette croissance.

    pour aller dans le sens de l’auteur voici des cartes de ma fabrication pour illustrer la tendance récente (inquiétante)  du taux de motorisation des ménages pour deux AOM et leur hinterland, Bordeaux et Caen et la commune de Nancy :

    https://www.hebergeur-image.com/upload/193.250.179.21-6426d1430d0d5.PNGcommentaires :ici évolution du tmm entre 2008 et 2019 en % ; zoom sur l’interco ; en dehors de rares baisses consistantes, comme à Pessac et Talence, on notera la même tendance dans la commune centre mais avec une valeur bien plus modeste de -2.8 points…on notera enfin le résultat inquiétant d’une commune de première couronne, rive droite, avec la croissance sur la période de 3.8 points à Floirac…https://www.hebergeur-image.com/upload/193.250.179.21-6426d5ddcdf6d.PNGcommentaire :le tmm en hausse dans la plupart des communes de Gironde, avec quelques îlots de baisse… : la marée automobile ne peut que continuer à monter dans l’agglo bordelaise (navetteurs périurbains)…

     

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

     

    tmm 2019 communes de Caen et première couronne :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640bc34b19890.PNGzoom tmm 2019 commune de Caen :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640bc3dce0203.PNG

     

    variation tmm Calvados sur 2014-2019 :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640bc45047add.PNGzoom sur Caen et première couronne :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640bc512eb9db.PNGzoom sur Caen :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640bc594f14ed.PNG

     

    commentaires :beaucoup de taches blanches dans les cartes d’évolution du fait de l’absence de continuité statistique après les fusions de communes ;beaucoup d’IRIS dans la commune même de Caen où le tmm augmente fortement, jusqu’à une valeur à deux chiffres sur 2014-2019…des IRIS centraux et périphériques où près d’un ménage sur deux n’est pas motorisé : quartiers gentrifiés mais aussi populaires (grands ensembles du Chemin Vert par exemple) ;une bonne nouvelle du côté de l’évolution récente à Caen : les ménages des IRIS à faible tmm ne se remotorisent pas, se démotorisent même…

     

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    ville de Nancy, données tmm à l’échelle fine de l’IRIS :

    très peu de périmètres où l’on démotorise fortement, localisés exclusivement en cœur d’agglo, lequel concentre également beaucoup de périmètres où augmente fortement le tmm :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640e5b34770a5.PNGzoom de la carte de la variation du tmm :https://www.hebergeur-image.com/upload/90.50.16.123-640e5cafb4ff7.PNG

     

     

     

     

  2. Wiminternet

    Pourtant c’est interdit depuis juillet 2015 de stationner sur le trottoir y compris devant son portail ou son garage malgré un panneau apposé avec son immatriculation

    Plus d’infos ?

    Stationnement interdit trottoir

    Beaucoup ne le savent pas encore mais c’est applicable depuis juillet 2015 !!

    Stationner sur un trottoir dans le sens de circulation ou pas et même devant son garage ou dans un virage est INTERDIT

    Cout du pv : 135€ au lieu de 35€ auparavant (reste à 35€ pour les 2 roues)

    article R.417-11 du code de la route

    https://www.legipermis.com/infractions/arret-stationnement-dangereux.html

     

    https://www.securite-routiere.gouv.fr/reglementation-liee-la-route/arret-et-stationnement

     

    http://urlr.me/P39mh

  3. pedibus

    eh oui mon bon vieux Wiminternet… !

    ça la paperasse législative et réglementaire on est fortiche dans le pays… quant aux moyens de contrôle et à la volonté politique qui va avec on peut toujours feuilleter les calendes turques…

    en attendant tu peux toujours passer un sacré savon à ces putingues d’édiles qui ont imaginé ça… :

    https://www.google.com/maps/@43.2970199,5.3895495,3a,31.5y,187.27h,89.34t/data=!3m6!1e1!3m4!1stODEMeocSrWdkq623gmnWQ!2e0!7i16384!8i8192

    oui, oui vous avez bien lu :

    « STATIONNEMENT AUTORISE A CHEVAL TROTTOIR-CHAUSSEE »

    et les deux trottoirs ont droit chacun leur panneau… :

    https://www.google.com/maps/@43.2970275,5.3895064,3a,75y,170.99h,83.38t/data=!3m6!1e1!3m4!1sa4RNsOwKPMZfFzEkU0V9og!2e0!7i16384!8i8192

    inutile de contacter l’association locale « Droit du piéton », elle est en dormance totale la belle… !

     

    n’allez pas croire que la fameuse rue de l’effondrement des valeurs du droit est la seule concernée : une multitude de rues ont droit à cette panneautique, comme celle-ci, capturée en février 2023, donc non « rectifiée » par le passage éclair d’une maire « écolo » :

    https://www.google.com/maps/@43.2976684,5.3905617,3a,19.6y,299.44h,86.07t/data=!3m6!1e1!3m4!1srjK_rW3s6cqephIZ6Jpmig!2e0!7i16384!8i8192

    la seule différence ici, avec la rue Jaubert, c’est un message raccourci « P A CHEVAL TROTTOIR CHAUSSEE », inventant le concept du « parking-trottoir », le trottoir d gauche étant lui protégé par le stationnement légal…

     

    s’il y a des Marseillais qui me lisent qu’ils veuillent bien me contacter – si Marcel veut bien accepter de faire l’intermédiaire – en laissant leur email pour envisager le montage d’un contentieux administratif contre la mairie…

     

Les commentaires sont clos.