Bande d’arrêt d’urgence

Chaque année, la voiture tue un million deux cent mille personnes dans le monde, un peu moins de quatre mille en France… Autopsie d’un mal universel, sous la forme d’une BD-pamphlet contre la civilisation de la voiture et sa célébration, ou comment la fonction d’automobiliste transforme de paisibles citoyens en assassins en puissance. Lire la suite…

Comment les riches tuent les pauvres

En tant que partisans d’une réduction drastique de la place de l’automobile dans nos sociétés, il faut se méfier des amalgames qui tendraient à regrouper tous les automobilistes dans le même sac. Certes, les automobilistes en tant que groupe social sont des tueurs potentiels de piétons et de cyclistes. Mais, il ne faut pas occulter non plus le fait qu’au sein même du groupe social des automobilistes, se joue une lutte à mort où les plus riches tuent les plus pauvres dans une impunité à peu près totale et qui plus est, de manière non-dite tant par les organismes officiels de la sécurité routière que par les médias. Lire la suite…

La loi du plus fort

Devant un triste constat (1 enfant tué par mois à vélo), une opération menée par une assurance a été reconduite devant la demande de l’éducation nationale et de la direction à la sécurité et à la circulation routières: il s’agit d’une sorte de « permis vélo » (sans validité légale, ce n’est que de la prévention) durant laquelle on apprend à nos enfants à maîtriser leur sécurité sur la route. Lire la suite…

À poil pour la sécurité routière

Dans le Haut-Doubs, on paye de sa personne pour sensibiliser aux dangers de la route. Le maire du Touillon-et-Loutelet (Haut-Doubs), Sébastien Populaire et ses conseillers municipaux se sont déshabillés devant l’objectif pour sensibiliser leurs administrés à la sécurité routière. Avec en  guise de cache-sexe, des panneaux routiers indiquant une vitesse maximum de 30 km/h. Lire la suite…

Crash au Conseil national de la sécurité routière

Deux experts démissionnent du Conseil national de la sécurité routière qu’ils jugent « en perdition ». Claudine Perez-Diaz, sociologue et chargée de recherche au CNRS, et Claude Got, professeur de médecine spécialiste de l’accidentologie, annoncent dans une tribune au journal « Le Monde » leur décision de démissionner du comité des experts auprès du Conseil national de la Sécurité routière, estimant que l’organisme « n’assume pas ses fonctions ». Lire la suite…