Les automobilistes sont des feignasses

Bon, maintenant il faut se dire les choses et arrêter de pleurer sur le pauvre sort des automobilistes « obligés de prendre leur voiture pour aller au travail ». Si on suit le mode de pensée automobilistiquement correct, les gens seraient obligés de prendre la voiture à cause de la météo pourrie ou des dénivelés himalayens des villes françaises. Lire la suite…

Linas-sur-Bagnole

Linas est une petite commune (env. 6.600 habitants) du nord de l’Essonne. Elle fait partie de ces villes dont on peut dire qu’elles paient un lourd tribut à la voiture. Deux axes routiers à grande circulation la traversent: la Francilienne dans le sens Est-Ouest, et la Nationale 20 dans le sens Sud-Nord. Ces deux axes occasionnent de nombreuses nuisances: pollutions, divisions en quartiers dont 3 sont isolés du centre-ville, embouteillages récurrents et prolongés aux sorties de la commune aux heures de pointe, accidentologie en conséquence… Lire la suite…

Fuck l’automobile

Je déteste l’automobile. Je la déteste en tant que catégorie et dans chacun de ses spécimens. Je déteste les automobilistes, le trafic et ceux qui se plaignent d’être dans le trafic. Je déteste l’essence et les stations services ; j’ai un mépris particulier pour ceux qui s’achètent un VUS et qui après nous emmerdent avec le prix du gaz. J’haïs les pick-up jackés comme des chars d’assaut et j’haïs les douche-bags qui les conduisent et devinez quoi, j’haïs les bumper stickers de Choi Radio X qu’ils ont de collé partout. J’haïs les contraventions données par des policiers aux airs de bœufs, je déteste le pétrole, l’huile à moteur et le lave-glace; je déteste les drive-in, les stationnements souterrains, les stationnements extérieurs, je déteste les carcasses de voitures stationnées partout le long des rues qui ne sont que pollution visuelle. Je déteste de la même manière les boulevards à quatre voies qui déchirent les villes de mon pays et les autoroutes qui en déchirent les campagnes. L’automobile ça pue, c’est cher, ça pollue, c’est dangereux, c’est bruyant et c’est laid. Putain que c’est laid. Lire la suite…

De la nécessaire réduction de l’excès automobile

En 2012 et 2013 un groupe de travail « Ville à vivre » s’est régulièrement réuni pour préciser les contours de la « Ville à vivre », les conséquences de l’excès automobile, les modalités d’une réduction de la place et de la vitesse des véhicules motorisés et l’intérêt de développer les modes alternatifs. Cette démarche a permis la rédaction d’une note de synthèse qui, validée par le bureau de Rue de l’avenir, donne en conclusion quelques pistes de travail pour réussir la ville à vivre. Lire la suite…

Réflexion sur le transhumanisme : le côté indispensable de l’automobile

Il existe un bon nombre d’alternatives à l’automobile, parmi lesquelles les transports en commun et les modes de transports actifs (vélo, roller, marche à pieds). Mais malgré la promotion de ces différents types de déplacement, la voiture reste indispensable dans l’esprit de la majeure partie de la population occidentale. Lire la suite…

Automobilisme

Automobilisme de Gaston Couté à la Station-Théâtre : « c’est là qu’i’ sent tout l’ pouéd du Progrès ! » Dans le cadre du spectacle Sur la grand route, le poème qui va suivre sera dit par le comédien Philippe Languille et brassé à l’accordéon par Dany, de la cie Udre Olik, les Vendredi 8 et Samedi 9 Février à 20H30 à la Station-Théâtre. Lire la suite…

Nazisme, communisme et automobilisme

Pourquoi les hommes mettent-ils en place des systèmes qui les détruisent? A l’origine de l’apparition de l’automobile, il y a une utopie et un idéal d’indépendance et de liberté… Alors comment ce rêve a-t-il pu engendrer l’un des pires systèmes industriels? Comment cette idéologie a-t-elle pu inspirer une machine à tuer, à blesser, à polluer, à détruire, et entraîner au bout du compte un génocide de masse? Lire la suite…

Mise au point sur les déplacements routiers

Perception d’un cycliste du quotidien

Note : Cette présentation n’a absolument aucun objectif final qui soit écologique et de « conviction ». Elle est seulement destinée à partager un ressenti latent, ma (notre) perception en tant que cycliste(s) à usage utilitaire, si possible pour contribuer, pour une infime partie, à évoluer vers plus de respect mutuel entre les usagers de la route. Lire la suite…