2754 automobilistes

Ce qu’il y a de bien avec le micro-lobby « 40 millions d’automobilistes », c’est qu’ils n’ont vraiment pas peur du ridicule. Comme nous l’avons vu récemment, ils affirmaient déjà en 2014 que « la qualité de l’air n’a jamais été aussi bonne qu’aujourd’hui ». Aujourd’hui, ils racontent sur Twitter que la piétonnisation des voies sur berge à Paris est responsable de la dégradation de la pollution. Lire la suite…

Avant/Après (l’automobile)

Qui a dit que l’automobile revenait en force? Certains oiseaux de mauvaise augure voudraient faire croire que le retour de balancier est arrivé et qu’après de longues années où elle a été brimée (la pauvre!), l’automobile reprendrait désormais ses « droits » dans nos villes. Lire la suite…

La Rue aux enfants

Cafezoide fait depuis de nombreuses années un travail de grande qualité avec, en particulier, en éclaireur d’un espace public mieux partagé, au mois de mai, une Rue aux enfants magique mise en œuvre sur le Quai de la Loire dans le 19ème arrondissement de Paris. Lire la suite…

La métamorphose de l’espace public à Strasbourg

Strasbourg était comme toutes les grandes villes françaises dans les années 1960/1970, le paradis de la voiture. La ville a été progressivement adaptée à ce mode de transport afin qu’il puisse pénétrer jusqu’en son cœur même. La dernière ligne de tram « à l’ancienne » a été démantelée en 1960 pour faire place nette à la voiture. Lire la suite…

Marseille et la bouillabaisse routière

Champions d’Europe les Marseillais! Enfin presque, juste deuxième derrière Varsovie en matière d’embouteillages. Le dernier classement des villes les plus bouchonnées d’Europe a enfin accordé à Jean-Claude Gaudin le trophée qu’il méritait depuis longtemps. Après le bagnolo-trophée 2010, Marseille décroche une magnifique seconde place européenne. En route pour le championnat du monde et allez l’OM! Lire la suite…

Un port c’est fait pour les bateaux, pas pour les voitures

Les villes moyennes ont de plus en plus conscience qu’elles ont intérêt à réduire, voire supprimer, le stationnement automobile de surface si elle veulent maintenir leur attractivité. C’est le paradoxe de la société actuelle de constater que les citoyens utilisent leur voiture pour accéder aux espaces socialement attractifs, c’est-à-dire, les espaces débarrassés de voiture! Lire la suite…