Gardarem lou nature

« Avec les beaux jours, j’aimerais me mettre au trial. Je cherche donc à échanger ma T 125 Suzuki de cross 76 contre une 125 trial de mêmes caractéristiques. » (Annonce Libé du mercredi 16 mai 1979) Avec des mecs de ce tabac-là, le capitalisme a lui aussi de beaux jours devant lui! Et c’est dans Libé que paraissent de telles annonces, gratuites s’il vous plait.

Que c’est beau la liberté et la gratuité. D’abord le pétrole on s’en fout, l’énergie c’est nous. Et demain on ira faire la manif à vélo.

Car vous savez la pollution, on est contre. Mais on est aussi pour un Nouvel Art de Vivre. On prend une trial (fauché si possible chez le marchand du coin malgré son fusil à lunettes et son gros chien de garde ). On y met un peu d’essence (fauchée aussi dans le réservoir de la 2 cv de l’écolo d’à côté). Et en route pour la grande aventure verte. A nous les grands espaces.

Et si un connard de randonneur pédestre et attardé se met à gueuler parce qu’on lui viole sa tranquillité, son coin de paysage et aussi un petit peu le petit bout de nature qui lui reste, alors on roule les mécaniques, debout sur les étriers. En grande vitesse on lui frôle le bout des doigts de pieds, avec un grand sourire narquois et méprisant, puis on met plein gaz, pour que ce demeuré à deux pattes en prenne plein les narines. Que voulez vous, on a la virilité qu’on peut quand on est un peu facho sur les bords, et qu’on s’en rend même pas compte (surtout si on passe une annonce dans Libé).

Lire aussi :  Une contestation non-violente est-elle suffisante?

Ouais, ça m’est arrivé dimanche passé dans un chouette coin du haut Bugey. Mais de ça Libé s’en fout. Il fait sa BA quotidienne, grâce à ses annonces gratuites.

Au fait, les motos crossards, les champions du tout terrain, c’est-y pas intégré dans la société de consommation vos conneries pétaradantes et mécanisées?

Vous croyez tout de même pas que les usines à motos et à buggy, Land rover et compagnie font partie d’un réseau marginal de production communautaire et biologique?

Vous savez, camarades libérés, la randonnée à pinces, c’est à l’œil.

Et pour finir, quand est-ce que tous les randonneurs se regrouperont pour déclencher enfin une bonne petite guérilla contre l’impérialisme conquérant de ces engins puants dits tout-terrain. Gardarem lou nature. Nom de dieu (s’il existe ).

Ça serait terriblement facile, parce que ces pétrolettes à crampons tout pétrole, faut pas exagérer, mais c’est bien loin de passer partout! Et y aurait de bonnes et chouettes embuscades à monter!

Gaucho

IRL 29, journal d’expression libertaire, été 1979.

Un commentaire sur “Gardarem lou nature

  1. Jean

    Le week end, dans les Vosges, il est compliqué de s’éloigner suffisamment d’une route pour ne plus entendre les véritables convois de motards, allemands pour beaucoup, qui parcourent les routes sinueuses de montagne, avec les ralentissements et les accélérations obligés. « Les pouvoirs publics semblent impuissants », dit la PQR (presse quotidienne régionale). Je pense qu’ils subissent également de fortes pressions des hôteliers-restaurateurs pour les inciter à ne rien faire.

Les commentaires sont clos.