Comment guérir un accro à la voiture

Les conducteurs sont plus susceptibles de passer au vélo qu’à la marche ou aux transports publics. Ce qui les empêche de se convertir est bien plus complexe que ce que les militants du vélo et les planificateurs ont pu croire jusqu’à présent.

Réunissant les résultats de l’enquête publique britannique la plus complète en son genre, Attitudes to Cycling est un rapport de 1997 du Transport Research Laboratory (TRL).

Les résultats les plus frappants s’articulent peut-être autour de la contradiction suivante: alors que le vélo est perçu comme une bonne chose et une chose à laquelle on peut aspirer, les cyclistes eux-mêmes sont perçus comme des pauvres, des faibles, des excentriques, des ratés de la société. Le vélo est quelque chose que l’on abandonne quand on grandit et que l’on achète une voiture.

L’automobile, en revanche, perd rapidement ses lettres de noblesse, mais les automobilistes parviennent à les conserver. Ils sont toujours perçus comme étant dotés d’une réussite financière, d’un statut social et d’un pouvoir personnel. C’est beaucoup de choses à abandonner pour se mettre au vélo.

Il semble que la décision de rejeter le vélo soit fortement influencée par trois facteurs que les défenseurs du vélo ont jusqu’à présent négligés ou n’ont pas abordés: l’image, l’inertie et la pression négative exercée par les pairs.

Selon le rapport, le public n’a tout simplement pas d’image mentale (de stéréotype) du cycliste ordinaire et ne peut donc pas se mettre à sa place. Même à York en Angleterre, où 20% des déplacements se font à vélo, « l’image du cycliste comme touriste ou étudiant tendent à dominer. »

Toutefois, ils ne réagiront que si on leur donne une image claire à laquelle ils peuvent facilement s’identifier. Le rapport indique que les entreprises et les institutions, les employeurs et les « autres influenceurs sociaux » ont un rôle crucial à jouer dans la revalorisation de l’image de l’humble pédaleur. En soutenant le cyclisme, en offrant des incitations et des aménagements, ils légitimeront effectivement l’activité comme quelque chose de convenable, voire de souhaitable, pour les classes « professionnelles. »

Le non-cycliste souffre d’une inertie chronique. Il ne trouve aucune raison valable de se mettre en selle et considère l’exercice comme gênant. En outre, les cyclistes sont perçus comme une nuisance, « les emmerdeurs les plus arrogants qui soient, » et ils occupent l’espace routier. Tous les arguments relatifs à la commodité, au plaisir et à la santé sont perdus pour ces personnes.

Heureusement, suggère le rapport, les inertes sont vulnérables à deux « déclencheurs. » Ils sont très ouverts à l’argument moral et deviennent de plus en plus « sociaux, » un état « dans lequel le souci de l’environnement et l’utilisation excessive de la voiture l’emportent sur les associations négatives avec le vélo. » Notre erreur est de nous concentrer sur le vélo en tant qu’alternative qu’ils ne recherchent pas, plutôt que sur des questions beaucoup plus larges d’amélioration de la vie urbaine dont le vélo fait simplement partie.

Lire aussi :  SUV

Cela va de pair avec la découverte plutôt alarmante que les initiatives de promotion du vélo (en particulier le réseau cyclable national) n’ont pas réussi à impressionner les non-cyclistes.

Bien que le comportement des conducteurs et la vitesse du trafic aient été cités comme les principaux facteurs de dissuasion, « les stratégies telles que la mise en place de pistes cyclables sûres n’ont pas suffi à induire un changement de comportement anticipé. » Il semble qu’aucune infrastructure cyclable séparée n’incitera les gens à laisser leur voiture au garage et à pédaler jusqu’aux magasins.

L’image publicitaire du dernier modèle automobile roulant sur une autoroute vide reste crédible, malgré sa déformation flagrante de la vérité. Comme le dit l’humoriste Ben Elton: « Ce n’est pas la voiture que je veux acheter, c’est la route qui s’ouvre à moi! »

Le rapport est une source d’inspiration en identifiant les campagnes de santé publique comme des modèles de marketing que les promoteurs du vélo devraient étudier s’ils veulent réussir à convaincre les irréductibles et encourager les cyclistes occasionnels à devenir des utilisateurs réguliers. L’important n’est pas de « chercher à affronter la voiture ou d’être perçu comme tel. »

L’étude Attitudes to Cycling est pionnière dans l’identification du lien entre l’utilisation de la voiture et la dépendance. « Dans une analogie très proche avec le tabagisme, nous avons besoin d’initiatives stratégiques pour rompre l’habitude. Il est difficile d’amener les gens à envisager un changement en s’attaquant au comportement même dont ils dépendent. »

Les accros à la voiture doivent être sevrés de leur prise biquotidienne, ce qui ne peut être réalisé par la notion plutôt simpliste « qu’en promouvant et en faisant la publicité des avantages personnels et environnementaux de la bicyclette, les gens feront plus de vélo. »

Reconnaissant que les individus sont à des stades différents de conversion, TRL recommande en outre une campagne ciblée prenant les gens par la main et les conduisant à l’illumination.

John Stuart Clark est journaliste indépendant, cycliste et caricaturiste.
Source: Carbusters n°2, été 1998.

5 commentaires sur “Comment guérir un accro à la voiture

  1. Carwalker

    Lui montrer les images de l’avenir de la voiture et des autres véhicules à moteurs privés

  2. Letard

    Bonjour à tous et toutes,

    Certains automobilistes plutôt que d’abandonner l’usage de la voiture et de rouler à vélo préfèrent utiliser des trottinettes électriques pliables et les placer dans leur coffre  après s’en être servi ou, mieux encore, rouler sur des trottinettes électriques de location ou en libre service et les abandonner n’importe où, même sur des trottoirs.

    A votre service.

    Danny

     

  3. Noham

    On ne peut pas guérir quelqu’un d’une passion. Quand allez vous comprendre que l’automobile est de l’art au-delà de la passion donc expliquez moi svp quel est votre problème de venir nous faire… à se point. Si vous aimez pas allez vous trouver une passion c’est pas la peine de se défouler comme ça sur des pneux ou de repeindre une concession Aston Martin en orange dont les véhicules font en moyenne 500km par ans.

Les commentaires sont clos.