Trafic automobile et interactions sociales

Ce graphique est tiré d’une étude sur trois quartiers résidentiels à San Francisco, réalisée en 1969 par Applyard et Lintell. Il montre le pouvoir de la mobilité motorisée, du trafic automobile, pour miner la vie de la communauté. Quand le trafic le long des voies résidentielles augmente, le nombre de personnes essayant de traverser les rues baisse, et le nombre de personnes qui connaissent leurs voisins de l’autre côté de la rue baisse aussi.

Ainsi, dans une rue de trafic automobile relativement calme (2.000 véhicules/jour et 200 en heure de pointe), le nombre moyen d’amis par personne est de 3. Dans une rue de très fort trafic automobile (16.000 véhicules/jour et 1.900 en heure de pointe), le nombre moyen d’amis par personne tombe à 0,9.

L’étude montre ainsi la corrélation entre le trafic automobile et les interactions sociales à l’échelle des quartiers.


Source: Applyard et Lintell (1969)
Agrandir le graphique (jpeg, 70 Ko)

Source:
John Adams, The Social Implications of Hypermobility, 1999
Report for OECD Project on Environmentally Sustainable Transport, Paris
Version .pdf (1,1 Mo)

John Adams

A propos de John Adams

Professeur de géographie à l'University College London, écologiste et théoricien du risque. Inventeur du concept "d’hypermobilité", il travaille, entre autres, sur les conséquences sociales de la voiture.

2 commentaires sur “Trafic automobile et interactions sociales

  1. Anonymous

    Rien à dire sur le message global… par contre, qu’on m’explique comment on peut être 0,9 dans une voiture… il faut au minimum un conducteur non ? Donc au minimum c’est 1… sans exception… (et non, les voitures garrées ne comptent pas, elles ne poluent pas vraiment quand elles ne roulent pas)

  2. Karl

    Il s’agit du nombre moyen d’amis par personne, et non pas du nombre de personnes par voiture. Comme toute moyenne, le résultat peut être inférieur à 1 ! Si deux personnes ont 0 ami et une personne a 1 ami, la moyenne des 3 personnes est de 0,33 ami par personne…

Les commentaires sont clos.