La présidence française de l’UE s’apprête à enterrer la future législation européenne sur le CO2 des automobiles

L’agence Reuters vient de révéler que la France, qui préside l’Union européenne jusqu’à la fin de l’année, s’apprête à enterrer le projet de législation européenne visant à limiter les émissions de CO2 des automobiles. La présidence française de l’UE aurait proposé aujourd’hui au groupe de travail du Conseil des ministres européens de l’Environnement, un compromis déplorable sur la future réglementation, qui devrait être bouclée sous peu. Ce texte constitue un véritable retour en arrière et prône des positions bien en deçà de celles votées la semaine dernière par les parlementaires européens de la Commission Environnement.

« C’est désormais patent : la France ne fait même plus semblant de vouloir limiter les émissions de CO2 des véhicules, condamne Anne Valette, chargée de campagne Climat de Greenpeace en France. Si un tel texte est accepté par l’Union européenne, les constructeurs pourront continuer de vendre des automobiles peu efficaces, gourmandes en carburant et très polluantes. Pour protéger les profits d’une poignée d’industriels, la France est en train de pousser l’Europe à brader la lutte contre le dérèglement du climat, la défense du pouvoir d’achat des citoyens et la réduction de la facture énergétique de l’Union ! »

Greenpeace vient de faire le calcul : avec le compromis présenté par la France, les véhicules vendus en Europe devront émettre en moyenne 161 g de CO2/km à l’horizon 2012. Soit bien plus que leurs rejets actuels qui s’élèvent à 158 g de CO2/km ! Le compromis proposé par la présidence française de l’UE, c’est-à-dire directement par le président de la République Nicolas Sarkozy, revient donc à ne pas légiférer du tout…

« Dans ces conditions, l’Europe sera incapable d’atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre qu’elle s’est fixés pour 2020 dans le cadre du protocole de Kyoto, reprend Anne Valette. La France n’est à l’écoute ni des citoyens qui réclament des véhicules moins gourmands en carburant, ni des parlementaires européens qui, la semaine dernière, votaient en faveur d’une réglementation bien plus ambitieuse. »

Plutôt que la lutte contre les changements climatiques, Nicolas Sarkozy confirme donc son choix de soutenir l’industrie automobile, et en premier lieu les constructeurs allemands, qui produisent les automobiles les plus polluantes et font un lobbying effréné contre le projet de réglementation européenne. Greenpeace appelle le Président français à revenir sur ce lamentable compromis et à respecter son engagement de faire de la lutte contre le dérèglement du climat la priorité de sa présidence de l’Union européenne.

Pour être à la hauteur du défi climatique, la future réglementation européenne doit :
– limiter la moyenne des émissions à 120 g de CO2/km d’ici à 2012 pour l’ensemble de la flotte ;
– fixer dès aujourd’hui un objectif de 80 g de CO2/km à l’horizon 2020 et exclure toute révision à la baisse de cet objectif.

Source: www.greenpeace.org

Greenpeace

A propos de Greenpeace

Organisation Non Gouvernementale (ONG) de défense de l'environnement