Crise financière: Le lobby automobile européen prépare le casse du siècle

L’Association Européenne des Constructeurs Automobiles (ACEA) a lancé aujourd’hui un appel aux autorités européennes pour qu’elles soutiennent le secteur automobile européen « confronté à la nécessité d’une mutation technologique« . Le lobby de l’automobile en Europe réclame d’une part un plan de financement à taux préférentiels doté de 40 Milliards d’Euros, pour développer des véhicules « plus efficaces en terme de consommation« , et d’autre part des soutiens à la destruction des véhicules de plus de 8 ans afin d’accélérer le renouvellement de la flotte.

« Les constructeurs font face à des consommateurs de plus en plus hésitants et appellent les gouvernements à répondre, stimuler l’économie, atténuer la crise du crédit et restaurer la confiance. C’est seulement à ces conditions que les consommateurs auront les besoins et la confiance nécessaires pour investir dans de nouveaux véhicules« , a expliqué Christian Streiff, le patron de Peugeot SA, qui préside également l’ACEA actuellement.

L’objectif de ce braquage financier sans précédent en Europe serait de « rester compétitif face aux concurrents américains« . Ces derniers ont reçu l’approbation de Washington pour une aide équivalente à presque 18 milliards d’euros. Le montant de l’aide réclamée en Europe devrait donc s’élever à 40 milliards d’euros, constitué de prêts à taux avantageux qui pourraient être financés en partie par le contribuable.

Nous allons donc devoir tous payer pour que les constructeurs automobile améliorent leurs voitures et les rendent compatibles avec les nouvelles normes européennes… C’est le casse du siècle, 40 milliards d’euros pris aux contribuables pour… continuer à leur faire acheter des voitures!

Mais que se passe-t-il donc? Les constructeurs européens seraient-ils au bord de la faillite?

Prenons le seul exemple de Peugeot puisque son directeur est l’actuel représentant du lobby automobile européen. Le bénéfice net du groupe Peugeot au premier semestre 2008 a atteint 733 millions d’euros (pour un seul semestre!), en hausse de 49%! Bref, c’est la misère et il est plus qu’urgent de se cotiser pour renflouer des groupes comme Peugeot SA…

Si on regarde les profits réalisés par Peugeot depuis 2002, on constate que le groupe industriel se porte plutôt bien. Mais où sont donc passés tous ces profits? Allez, au hasard, dans la poche des actionnaires et dans les golden parachutes ou autres golden hello des cadres supérieurs?

Donc, résumons, quand le secteur automobile va bien, on enregistre des profits gigantesques tous les ans qu’on redistribue aux actionnaires ou à la direction du groupe sous forme de stock-options ou autres primes d’intéressement. Bien sûr, on investit pas un centime d’euros dans les nouvelles technologies, des moteurs moins polluants, qui consomment moins ou qui se passent de pétrole. D’ailleurs, il n’y a que les écolos qui en parlent de ces problèmes de réchauffement climatique, de pollution ou d’épuisement de la ressource pétrolière…

Et quand le secteur commence à battre de l’aile pour cause d’augmentation du prix du pétrole, d’évolution des consommateurs et de crise économique et financière sur fond de précarisation et de baisse du pouvoir d’achat depuis des années maintenant, on appelle les pouvoirs publics à la rescousse…

Vous vous rendez compte, les profits de Peugeot sont en-dessous du milliard d’euros en 2006 et 2007… Que va dire la direction aux actionnaires? Cela va bien de supprimer quelques milliers d’emplois tous les ans, la routine quoi, mais cela ne permettra pas de rémunérer à la fois les actionnaires, l’équipe de direction et en plus, investir dans des technologies propres! Et puis quoi encore?

Heureusement, il existe la perle rare, le sauveur de l’industrie automobile, à savoir le contribuable européen! Non seulement il achète, plutôt cher, des voitures polluantes depuis des années, mais il va filer du fric aux constructeurs pour qu’ils lui vendent, toujours aussi cher, des voitures un peu moins polluantes!

Et il paraîtrait que tout ceci s’appelle le « capitalisme »…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

3 commentaires sur “Crise financière: Le lobby automobile européen prépare le casse du siècle

  1. CarFree

    Aux dernières nouvelles, il se pourrait bien que cette tentative de hold-up européen soit purement et simplement rejetée par la commission européenne. Enfin, ne crions pas victoire, car ces gens-là ont tendance à entrer par la fenêtre quand ils ont été sortis par la porte!

    Pas de prêt massif au secteur automobile
    Les constructeurs européens ont réclamé lundi l’octroi d’un prêt public de 40 milliards d’euros censé favoriser le développement de voitures plus respectueuses de l’environnement. Cette requête a toutefois été rejeté immédiatement par l’UE. « Cette idée ne mérite même pas d’être débattue », a répondu une source proche de la Commission, à l’origine de la législation sur la réduction des émissions de gaz qui divise les Etats membres de l’UE.
    source: http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/international/200841/pas-de-pret-massif-au-secteur-automobile_154658.html?popup

  2. Yôm

    Quand on pense à l’amélioration du réseau de transports en commun que 40 milliards d’€ pourraient engendrer…

Les commentaires sont clos.