Novembre noir pour le marché automobile mondial

Si les marchés boursiers ont connu un « octobre noir » avec des baisses de l’ordre de 20% de la plupart des places financières, le marché automobile mondial a enregistré quant à lui un « novembre noir ».

Effondrement du marché automobile mondial

Les chiffres de novembre viennent en effet de tomber et ils sont catastrophiques pour l’industrie automobile. Le secteur attendait bien évidemment de mauvais résultats, mais à ce point sans doute pas. Car il s’agit d’une véritable bérézina, tout simplement un effondrement du marché automobile. Revue de détail de la désaffection croissante des gens pour l’automobile.

En Espagne, le marché automobile dévisse carrément. En novembre, les ventes de voitures neuves ont baissé de 50% par rapport à novembre 2007. Le recul du marché automobile espagnol se poursuit donc, avec une chute supérieure de dix points en novembre par rapport à octobre. Le recul cumulé depuis le début de l’année atteint 26%.

Le deuxième pays sur le marché ouest-européen à broyer du noir est le Royaume-Uni. Les immatriculations de voitures neuves y ont chuté de 36,8% en novembre par rapport au même mois de 2007, et de 10,7% sur les onze premiers mois de l’année.

En France, les ventes de voitures ont baissé de 14% en novembre (par rapport à novembre 2007), après une baisse de 7,4% en octobre. Ce qui constitue à n’en pas douter une belle performance dans un marché pourtant sous perfusion d’argent public suite à la mesure du bonus automobile et avant les futures primes à la casse de 1.000 euros ou autres Sarkozettes…

Le marché automobile allemand s’est effondré quant à lui de près de 18% sur un an en novembre, selon des chiffres publiés mardi par la fédération automobile VDIK. Le nombre des nouvelles immatriculations s’élève à environ 233.800 soit un plongeon de 17,6%. C’est également le quatrième mois consécutif de baisse.

En Italie, les ventes de voitures neuves se sont également effondrées en novembre avec un recul de 30%, par rapport à novembre 2007.

Mais le record du monde est détenu incontestablement par l’Islande, où le nombre de voitures vendues en Novembre a baissé de… 94,6%! En effet, seulement 74 voitures ont été vendues le mois dernier à l’échelle de ce pays peuplé quand même de 320.000 habitants…

Aux Etats-Unis, le premier marché automobile mondial s’enfonce un peu plus dans la crise en novembre, et ce pour le 13e mois consécutif. Le marché automobile américain s’effondre ainsi de 36,7 % en novembre. Le recul du marché, qui atteint son plus bas depuis 26 ans, est encore pire qu’en octobre (-31,9%). Plus grave, la baisse touche désormais à égalité les voitures et les light trucks, ces grosses cylindrées typiquement américaines (pick-up…). Les ventes de General Motors se sont effondrées de 41,3%, celles de Ford de 30,5%, et pour Chrysler de 47,1%. Ce dernier voit maintenant les ventes de ses grosses cylindrées chuter moins lourdement que les voitures traditionnelles, qui enregistrent une baisse de 56,8%.

Au Japon, les ventes de véhicules neufs ont chuté de 27% en novembre. Le coup d’arrêt des derniers mois se transforme en chute libre. Le marché automobile japonais est en train de connaître sa pire année en quatre décennies.

Même les marchés émergents ressentent désormais les effets de la crise. Le Brésil est ainsi à son tour pris dans la tourmente, avec une chute de 30% des immatriculations en novembre.

Le marché automobile indien a plongé quant à lui de près de 20% en novembre, sa chute la plus brutale en huit ans, signe que la crise du secteur n’épargne pas les économies émergentes.

Cerise sur le gâteau,  le marché automobile chinois, qui constituait il y a peu encore le nouvel eldorado de l’industrie automobile, commence lui aussi à donner de sérieux signes d’essoufflement… Les ventes de voitures neuves ont reculé en effet de 7,6% en novembre en Chine. Et l’association regroupant les constructeurs installés sur le sol chinois prévoit que les ventes devraient également reculer en décembre et sur l’ensemble du quatrième trimestre en raison de la poursuite du ralentissement de l’activité économique.

Pour les salariés de l’automobile déjà licenciés ou qui le seront bientôt du fait de la faillite automobile, on ne peut que conseiller vivement la lecture du texte suivant écrit par un ouvrier du constructeur automobile Volvo: Entre crise économique et crise écologique : L’industrie automobile a-t-elle encore un avenir?»

Autocrisis

A propos de Autocrisis

Théoricien de la crise automobile

2 commentaires sur “Novembre noir pour le marché automobile mondial

  1. Mic

    Franchement, je n’aime pas les voitures, mais je pense qu’il y a quelque chose de faux dans le ton de cet article. Si les commandes de voitures baissent, c’est clairement à cause du problème ponctuel de pouvoir d’achat. Ce n’est même pas à cause du prix du pétrôle puisqu’il a été divisé par 2.
    Donc oui, on achète beaucoup moins de voitures. Les gens remettent leurs achats à plus tard. Mais est-ce que pour autant on fera des articles avec des images de croque-mort le jour où la crise sera passée, et que les gens recommenceront à acheter des voitures (avec sûrement, des hausses importantes tous les mois) ?

  2. CarFree

    Ta remarque est intéressante, mais contrairement à toi, je pense que l’après-crise ne sera jamais plus comme avant… il y a effectivement un problème de pouvoir d’achat, mais pas seulement, il y a aussi un problème de surproduction structurelle, un problème d’inadaptation fondamentale de l’offre et de la demande et un problème de désaffection croissante des gens pour l’automobile. C’est surtout sur ce dernier point que, je pense, nous ne sommes pas d’accord. Mon point de vue, c’est que la pollution généralisée et les changements climatiques commencent à devenir un véritable problème dans la tête de plus en plus de gens… Tu rajoutes la fin programmée du pétrole et l’incapacité actuelle de l’industrie de fournir un autre modèle à grande échelle que le moteur thermique… et tu as tous les ingrédients d’une crise profonde et durable du secteur. Comme JM Jancovici, je pense que les voitures du futur seront plus petites, plus rares, plus lentes et plus chères:
    http://carfree.fr/index.php/2008/12/04/futur-les-voitures-seront-plus-petites-plus-rares-plus-lentes-et-plus-cheres/

Les commentaires sont clos.