2075: Les temps changent

En 2075, notre planète sera bien différente de ce que nous connaissons aujourd’hui. Au travers du destin de Julia dans un vignoble bordelais, Idrid et Faouzi au Mali, Lotte à Hambourg, Niels, son mari, et de Grace, au Canada, « 2075 : les temps changent » traite non seulement des répercussions écologiques, mais aussi géopolitiques et économiques du réchauffement climatique…

Basé sur des études scientifiques internationales, “Les temps changent”, docu-fiction sur le réchauffement climatique, propose une illustration de ce que pourrait être la vie sur terre en 2075.

Nous sommes en 2075. Le film suit quatre personnages dont le destin est affecté par d’importants bouleversements éco-climatiques touchant la totalité de la planète. Le scénario est basé sur les travaux du GIEC (le groupe de scientifiques chargé par l’ONU de l’étude du réchauffement de la terre et qui a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 2007.)

Les temps changent est un docu-drama ultra-réaliste, basé sur un scénario médian, traduisez ni trop pessimiste ni trop optimiste du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Le documentaire reprend les évènements majeurs que celui-ci prévoit si la température globale de la planète augmente de 3 degrés Celcius au cours du XXIème siècle.

Le climat en 2075…

En 2075, le niveau des océans a augmenté, ravageant les cultures, inondant nombreux pays, régions et îles. Les réfugiés climatiques, comme les qualifie le docu-fiction, se comptent par millions.

Le continent africain est devenu un immense désert. Le soleil brûle tout. Plus rien ne pousse. La population, dont Idrid et Faouzi constituent un exemple, est poussée à l’exode. Le Nord se trouve alors confronté à l’arrivée massive de millions de réfugiés venus du monde entier. Des millions d’apatrides qui se rassemblent dans des camps où les candidats à l’immigration sont choisis selon des critères drastiques : état de santé conforme aux normes européennes, jeunesse, force physique et caractère docile…

Les grandes villes du monde ont interdit l’automobile; les grands axes sont occupés par des lignes de tramways et recouverts de bâches blanches pour limiter les effets dévastateurs d’un ensoleillement quasi-permanent. 80% de la population mondiale vit désormais dans les villes.

Dans le bordelais, l’augmentation de la température, le manque de pluie et les invasions de crickets mettent en péril les vignobles qui se transforment progressivement en orangeraies… Et même les orangeraies n’ont plus assez d’eau. Ailleurs, c’est la pluie qui fait des ravages, menaçant les digues, inondant des villes.

Dans le grand Nord, 100 000 km de banquise disparaissent chaque année. La fonte des neiges a ouvert une nouvelle route maritime entre le pacifique et l’atlantique. La pollution, les guerres, les changements climatiques, la déforestation ont eu raison de 40 % des espèces animales. L’eau, denrée rare, est devenue l’objet de guerres.

2075 : Les temps changent

Distribution : Nancy Tate, Tantoo Cardinal, Vernon Dobtcheff, David Lahaye, Charles Mnene, Denver Isaac et Carrie Colak…

Docu-Fiction – 2008 – Réalisation : Marion Milne – Jean-Christophe de Revière – Scénario : Philippe Dusseau – Idée originale : Pascal Manoukian – Conseiller scientifique : Stéphane Hallegate – Co-production : Capa Drama – France 2 – Wizzfilms Inc – Voice Pictures Inc. ..

Greenworld

A propos de Greenworld

Contributeur de Carfree France climatiquement engagé dans les affaires du monde

3 commentaires sur “2075: Les temps changent

  1. o'toh

    Ce qui est le plus inquiétant dans ce film, c’est qu’en 2075 ils en sont encore à se dire que peut-être qu’ils serait temps de penser à faire quelque chose pour le climat, comme si ils venaient de découvrir d’un seul coup qu’il y a comme un léger problème…

    Mais bien fait quand même le film, j’ai bien aimé la muraille en carcasse de voitures, çà en en dit long sur le non-avenir de la bagnole individuelle…

    C’est maintenant au plus vite et immédiatement qu’il faut agir je dirais, pas tantôt pas t’aleur… tout de suite …

  2. Iro Boubacar

    je vraiment aimé le film le premier jour même, et toujours je envie de le revoir…

  3. Anonym

    A mon avis l’Homme est voué à détruire la Terre et ne sais faire rien d’autre. Malheureusement, sa soif de richesse et de pouvoir est toujours plus grande que la volonté d’aider et de faire le bien.
    La seule solution qui est bien-sûr totalement infaisable serait de retourner aux temps nomades. C’est dans mes rêves.

     » Quand le pouvoir de l’amour surpassera l’amour du pouvoir, le monde conaitra la paix « 

Les commentaires sont clos.