Le vélo aux Pays-Bas

« I want to ride my bicycle, I want to ride my bike ». On pourrait considérer la chanson « Bicycle race » de Queen comme l’hymne officieux des Pays-Bas. Et ce n’est pas moi qui le dit, mais le ministère des transports hollandais, dans une magnifique brochure sur l’usage du vélo et la politique cycliste aux Pays Bas, actualisée en 2009 et désormais disponible en Français.

On y apprend plein de choses intéressantes et qui pourraient inspirer beaucoup de monde en France, depuis les élus et les techniciens des villes en passant par les automobilistes qui pourraient avantageusement se mettre au vélo!

En moyenne, les Néerlandais effectuent 26% de leurs déplacements à bicyclette, ce qui constitue un record européen et sans doute aussi un record mondial. Dans certaines villes hollandaises, la part du vélo dans les déplacements monte même à 38% (Groningue), 37% (Zwolle) et même plus de 30% pour Amsterdam. Les principales villes enregistrent des scores compris entre 35% et 40%.

A titre de comparaison, les Français effectuent en moyenne seulement 5% de leurs déplacements à bicyclette, avec des maximums de 12% (Strasbourg) et 10% (Avignon). On voit le chemin qui reste à parcourir et les marges de progression de la pratique du vélo en France…

En outre, on constate que plus la pratique du vélo est importante et moins les accidents de vélo sont nombreux. Les Pays-Bas ont ainsi un des taux d’accidentologie vélo le plus faible d’Europe. Il n’y a pas de secret, la multiplication des aménagements cyclables, des réseaux cyclables cohérents et l’omniprésence des vélos sur les routes et les rues jouent dans le sens de la sécurisation de la pratique vélo. Les risques pour les cyclistes sont ainsi réduits dans les pays où l’utilisation de la bicyclette est intensive.

Parmi les anecdotes amusantes, on apprend dans cette brochure très bien documentée que les Pays-Bas sont le seul pays d’Europe à compter plus de bicyclettes que d’habitants! (Les Néerlandais possèdent en moyenne 1,11 vélo par personne)

Une politique cycliste efficace

La question de l’utilisation abondante du vélo aux Pays-Bas se pose régulièrement. La réponse à cette question est malaisée, même s’il est manifeste que de nombreux facteurs se conjuguent pour expliquer cette situation. Les facteurs morphologiques et spatiaux sont patents : il est bien évidemment plus agréable de pédaler sur un polder plat que dans une zone vallonnée. En outre, dans les villes néerlandaises compactes, de nombreux déplacements peuvent aisément s’effectuer à vélo en termes de distance.

De plus, des facteurs culturels enracinés dans l’histoire jouent également un grand rôle. Le vélo est à ce point ancré dans l’esprit des Néerlandais que pratiquement chaque enfant reçoit encore, à l’âge de quatre ans environ, son premier vélo – et apprend à l’utiliser.

Les arguments en faveur du vélo sont écrasants : le vélo est durable, sain, à émission zéro de tout, silencieux et propre, bon marché à l’achat et dans la fourniture d’infrastructures, efficace au niveau de l’espace et de la circulation, il améliore la circulation dans les villes et la qualité de la vie dans les zones résidentielles.

Sous cette perspective, la politique antivélos acharnée de certaines villes européennes est encore plus regrettable. Malgré tous ces arguments, la raison qui pousse les Néerlandais à faire du vélo, est ailleurs. Les Néerlandais aiment le vélo, tout simplement, ils trouvent cela relaxant, flexible et ils considèrent qu’il s’agit du moyen de transport urbain le plus pratique.

Tous ces facteurs sont bien évidemment sous-tendus par l’important pilier « politique » ; la politique – cycliste – est efficace aux Pays-Bas – et les exemples qui en témoignent sont légion.

Pour que la société puisse profiter de tous les avantages de la bicyclette, il faut absolument que les gens fassent du vélo. Et pour que les gens fassent du vélo, il faut que cela soit agréable, relaxant et sûr. On peut y parvenir avec ce qu’on a l’habitude d’appeler une bonne «politique cycliste ». La politique cycliste marche aux Pays-Bas – cela est on ne peut plus clair.

Pourquoi développer la pratique du vélo

Les Pays-Bas jouissent en effet d’une solide réputation cycliste, mais le vélo est devenu un phénomène à la mode au niveau mondial. Il occupe désormais une position importante dans les transports et dans la politique de la circulation routière de nombreux pays. Cela s’explique par un certain nombre de raisons pertinentes.

Premièrement : La circulation dans les villes se fluidifie. Le vélo occupe très peu de place dans la circulation comme dans les parkings et il est très flexible dans les déplacements de porte-à-porte. Aussi le vélo est-il souvent considéré comme le « dégrippant » du système de circulation urbaine.

Deuxièmement : Avec la marche à pied, le vélo est de loin la façon la plus durable de se déplacer. Pas d’émission, pas de bruit.

Troisièmement : Le vélo c’est la santé. Il permet de faire très facilement l’exercice physique dont on a besoin tous les jours. En faisant du vélo, on lutte non seulement contre l’obésité mais aussi contre les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer. La forme et la santé des gens s’améliorent.

Association vélo et transports en commun

En Hollande, environ 33 % de tous les voyageurs en train prennent leur vélo pour se rendre de leur domicile à la gare, chiffre exceptionnel si on le compare avec la réalité française. Un autre tiers des voyageurs vient à pied et le solde, avec un autre transport en commun ou la voiture.

L’explication de la quote-part élevée de la bicyclette s’explique principalement par le fait que 45% de tous les Néerlandais vivent à moins de 3 km d’une gare, ce qui constitue une distance très acceptable à vélo. Derrière ce chiffre, on mesure toute l’importance des politiques d’urbanisme et d’aménagement du territoire.

Jusqu’à présent, l’estimation du nombre de vélos (escomptés) dans les gares a toujours été trop faible. Aux heures de grande fréquentation, plus de 20.000 vélos sont recensés à Amsterdam Centraal et pratiquement autant à Leiden Centraal.

Le plus grand parking pour vélos est à l’heure actuelle prévu en gare d’Utrecht Centraal : pas moins de 17.500 emplacements (non) surveillés. Comparez avec la gare de votre ville, si elle possède une trentaine d’emplacements vélo, c’est le bout du monde!

Des autoroutes pour vélos

Enfin, en termes d’approches novatrices, la Hollande est sans doute le premier pays au monde à avoir créé une « autoroute pour vélos ».

La province néerlandaise du Brabant septentrional a en effet convié en 1998 toutes les communes à concevoir un itinéraire cyclable type, en vue de stimuler l’amélioration des liaisons interlocales à vélo. Le projet envoyé par la commune de Breda a été choisi.

L’autoroute pour vélo est une liaison cyclable de 7 km entre Breda et EttenLeur. L’aménagement de cette autoroute vise à assurer la continuité et la visibilité sur l’ensemble du trajet. Ce réseau octroie la priorité aux cyclistes à tous les croisements – exception faite d’un carrefour. Les pistes cyclables asphaltées sont revêtues d’une couleur rouge identifiable.

Trois abris et aires de repos ont été aménagés le long du tracé, où les cyclistes peuvent consulter des informations à propos de cette voie.

On souhaiterait que le « plan de relance » de l’économie française finance des autoroutes pour vélos plutôt que des autoroutes à voitures qui augmentent leur circulation et nécessitent régulièrement de nouvelles autoroutes pour lutter contre la congestion des autoroutes précédentes…

Enfin, la brochure présente de nombreuses fiches de cas et d’exemples illustrés de ce que les villes hollandaises font en matière de politique cyclable. Des exemples à méditer pour l’ensemble des villes françaises…

Et surtout, après avoir lu cette brochure rafraîchissante, on a envie que d’une seule chose, sortir faire un tour avec son vélo…

Le vélo aux Pays-Bas en 2009

Le vélo aux Pays Bas 2009
Mobycon / Fietsberaad / Ligtermoet & Partners , Ministerie van Verkeer en Waterstaat 2009
http://www.fietsberaad.nl/library/repository/bestanden/Leveloauxpaysbas2009.pdf

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

12 commentaires sur “Le vélo aux Pays-Bas

  1. feuvert

    AUTOROUTE pour CYCLISTE???? Mon Dieu… Il y’a 74 topics pour autoroute et je crois que c’est le premier qui en fait les éloges… Mais là vous oubliez vite le male que ça va engendrer à la construction…bref.

    la quote part elevé des cyclistes s’expliquent aussi car:
    -La hollande est tellement petite que tout est 3 km de tout.
    -La hollande est tellement plate aussi qu’on y roule aussi vite en montée qu’en descente.
    -Les hollandais sont tellement radins que ça les enmerdes de payer pour un peu de carburant. (ce qui est en fin de compte bénéfique pour eux et pour tout le monde je l’admets)

    Bizarrement quand les hollandais partent en vacance, c’est rarement à bicyclette… Ils auraient du mal à attacher leur caravane à l’arrière et ça les enmerderait trop de payer l’hôtel à l’étranger pour leur vacance.

    Ils sont vert parce qu’ils sont près de leur sous, c’est tout!

    Conclusion: soyez radins!

  2. Titoeuf

    Certes les Pays Bas sont un pays plat mais surtout ce n’est pas une nation productice d’automobiles.
    L’ absence de lobby automobile a surement pu favoriser le développemnt des déplacements à vélo et comme le dit trés bien l’article, plus il y a de cyclistes,e plus les gens ont envie de prendre le vélo.

    En France, nous préférons faire un plan de relance favorisant les lobbies autoroutiers et constructeurs automobiles.

  3. AntecAntec

    Hollandais radin… haha.
    Tu verrai leur baraque, leur mode de vie, tu ne penserai pas ça.

    Pour y avoir vécu 2 mois (ok c’est peu, mais c’était quand même plus long que de simple vacances touristiques) c’était vraiment le pied.

    Il y a peu de grandes surfaces comme chez nous, vous prenez votre vélo (en revenant du travail) et faites vos courses pour les 3 jours qui viennent.
    Les vélos sont top : éclairage efficace, dynamo dans le moyeux, 2 antivol intégrés, porte bagage (avant/arriére), sièges pour 2 enfants (avant/arrière), imperméable dans une poche sur le guidon (en 10 secondes vous êtes a l’abri, oui parcqu’il pleut quand même des fois), piste roulante et pneus adaptés, position confortable, chaine et dérailleur protégé.
    Le réseau est parfait, priorité au vélo quasi systématique par rapport au voitures, parking surveillé dans les centre villes.

    Effectivement le pays est plutôt petit et plat, mais du coup ils ont beaucoup de vent (d’où les éoliennes) et la météo pas souvent clémente. Un ami me disait qu’il ne regardait jamais la météo parce que c’était toujours pareil, beau/averses.

    Ils n’ont pas de constructeur de voiture et ils ne s’en portent pas plus mal, l’économie Néerlandaise est très compétitive.

  4. Vélove

    TITOEUF a dit: »Certes les Pays Bas sont un pays plat mais surtout ce n’est pas une nation productice d’automobiles. »

    Je ne sais pas si c’est une nation productrice de voitures, mais il y a quand même 90.000 salariés dans le secteur automobile aux Pays-Bas, ce qui est déjà pas mal pour un pays de 16 millions d’habitants.

  5. pimousse3000

    Super cet article! Et le commentaire d’Antec aussi. Ca laisse rêveur, mais c’est loin d’être gagné pour nous
    Sinon @Feuvert : Que de préjugés! Rien que de lire ca, ca me donne envie de te répondre. « Et ces français sont tellement cons, avec leur préjugés, leurs politiques d’immoilisme leurs grèves à tout va et leurs manifs pour tout et pour rien qu’on n’arrivera jamais à avancer »

  6. Legeographe

    Le chiffre de 1,11 vélo par habitant est en effet impressionnant. Attention toutefois à ne pas y voir que du bon. On peut voir là-dedans que l’homme occidental s’est habitué à accumuler et à avoir un vélo pour la plage, un pour les chemins, un pour la route, un pour la frime, un pour etc. ! Moi-même, je varie d’envies au fil des années, en termes de vélos (eh oui, je suis un enfant du capitalisme…). Allez demander à un Africain si son vélo n’est pas pour des dizaines de choses… J’ai vu des gens traîner des charges sur des chemins tout cabossés au Togo, le vélo n’avait même plus la selle apparente, celle-ci était toute recouverte du bazar installé sur le vélo.

    Sinon, la question du logement dans l’observation d’un niveau de vie, attention : le logement n’est pas une consommation, c’est une thésaurisation (et même un investissement pour certains qui en font leur métier, acheter des logements pour les revendre même longtemps après).

    La question des autoroutes pour vélos est permanente. Veut-on être un lobby vélo comme il y a un lobby auto ? Si nous sommes un lobby vélo (et on peut certainement dire qu’il y a un réel et efficace lobby vélo aux Pays-Bas), alors ne risque-t-on pas de péter plus haut que notre cul (ça, c’est physiologiquement possible pour les cyclistes du Tour de France qui se mettent en position aérodynamique dans les descentes et ont ainsi les fesses en l’air… et pas à l’air !) et d’en oublier les à-pied ? À pied, en rollers, en en skate, à vélo, il faudrait que le lobby soit bien plus large que « vélo-tout-seul ». Faire une autoroute pour vélos, c’est encore très pratique dans notre esprit d’occidental : le temps, c’est de l’argent pour nous. Alors, on veut gagner ce temps. Et c’est vrai, c’est utile. Mais c’est pas forcément le mieux du mieux si l’on veut qu’un jour l’on considère le piéton comme dans tous ses droits en ville ou ailleurs.

    En bref, une autoroute pour vélos, ce doit être tracé et accepté et même voté en concertation avec les piétons. Ou rejeté si ceux-là n’en veulent pas ! D’ailleurs, Didier Tronchet, l’auteur du « Traité de vélosophie », est constamment à dire l’avantage du vélo sur la marche, mais il reconnaît que le vélo ne doit pas se fourvoyer dans le piège de la vitesse et de l’empressement.

  7. apanivore

    les hollandais sont aussi très multimodaux, un vélo pour faire domicile-gare, un vélo pour faire gare-travail. ça explique le 1,11 vélos/habitant en partie, ce n’est donc pas que par luxe, ou matérialisme pur.
    D’autres chiffres qui donnent le tournis, le stationnement des vélos :
    http://isabelleetlevelo.20minutes-blogs.fr/archive/2011/10/07/gares-et-stationnement-des-velos-les-pays-bas-a-la-traine.html
    On parle en milliers de places.
    Dans ma ville on s’enorgueillit de bientôt doubler 200 places (pour 80 000 habitants)
     
     

  8. filou2607

    Bonjour à tous! Manifestement Feu Vert n’a jamais mis les pieds aux Pays Bas et c’est dommage pour ce garçon. Les hollandais ne vivent pas comme nous et vivent en harmonie avec la nature. Moi j’ai vécu là bas et je peux vous jurez qu’il vaut mieux rouler à vélo qu’en voiture.
    C’est grâce à eux que je roule maintenant qu’à vélo mais électrique 🙂 et les économies je vous en parle pas. Par contre on est vraiment dans un pays latin quand je vois le comportement des automobilistes. Le vélo c’est bon pour tout la santé, la planète et le portefeuille. Je fais 30km par jour aller et retour et je pète la forme, et je suis bien heureux d’avoir rencontré ces gens là.
    Cordialement
     

  9. hans puts

    Chère Madame, cher Monsieur,

    Nous sommes une entreprise de location de vélos situé dans le cœur d’Amsterdam, sur le Singel, derrière le Palais du Dam. Nous possédons environs 300 vélos ce qui nous permet aisément de louer des vélos pour de grand groupe durant la haute saison. En 8 ans nous avons acquis assez d’expérience afin que vous puissiez compter sur notre savoir faire et notre flexibilité.

    Nous aimerions travailler avec vous en nous occupant de la location des vélos ainsi que des tours concernant la partie touristique francophone. Nous pouvons vous offrir une commission de 20%, ainsi que des réductions pour les grands groupes. Par ailleurs, si vous nous envoyez régulièrement des groupes nous pourrons aussi vous faire des prix.

    Grâce à l’implication et la motivation de nos guides, nos tours sont toujours un succès. Nous organisons deux fois par jours des tours historiques de la ville pendant 3 heures, durant lesquels nous baladons les groupes à travers tous les points important d’Amsterdam. Puisque les envies des touristes sont souvent différentes, nos guides s’adaptent aux gens afin de faire découvrir la ville à la fois à ceux qui ne la connaisse pas ou alors à ceux qui y ont déjà séjourné, en leur donnant une image variée de ce qu’Amsterdam peut offrir.

    Par notre tour culinaire à vélo, nous donnons l’occasion au groupe de découvrir des endroits typiques d’Amsterdam, où des collations traditionnelles peuvent y être dégustées. Le tour à vélo autour de la bière amène les clients dans 4 cafés typique d’Amsterdam où ils y brassent leurs propres bières. De plus nous offrons également une visite dans la région nord d’Amsterdam vers les polders: la région Waterland.

    En attendant une réponse de votre part.

    Sincères salutations.

Les commentaires sont clos.