Pour sauver la planète, consommez!

nblefilm

A l’occasion de la sortie de son film « Planet titanic », Nicolas Bertrand® vous offre en avant-première la bédé de son film choc. Elle est extraite de la bande dessinée de Casseurs de pub qui sera en kiosque à la mi-novembre. Pour sauver la planète, achetez-là !

http://www.pacte-contre-hulot.info/?chemin=textes/bede

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

18 commentaires sur “Pour sauver la planète, consommez!

  1. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Avec ce billet (mais surtout le site casseursdepub.org) on a la démonstration que Nicolas Sarkozy a vraiment réussi la déroute idéologique des gauchistes confinés dans leur impasse inexpugnable de pensée 😎

    Rendez-vous compte! Ils ont expulsé Laurent Joffrin de leur dernier carré de défense parce qu’il est coupable de n’avoir pas dénoncé la taxe carbone ! Mais qui leur reste-t-il ???? Ah! si! j’ai trouvé: Jean-Pierre Pernault: je ne l’ai jamais entendu dénoncer le changement climatique JP Pernault: ça doit-être trop compliqué pour son auditoire tellement allergique au discours des experts ou des scientifiques 😎

    Carfree: Je te serais reconnaissant de laisser passer mon commentaire ne serait-ce que pour expliquer que si il existe un seul autophobe non publiphobe, je serais celui-ci! 😎

    Je ne suis absolument pas gêné de dénoncer, d’un côté, la dérive publicitaire aberrante des panneaux routiers géants qui défigurent nos campagnes, et de l’autre côté, de recourir à la publicité Google (Adsens et Adwords) sur mes sites web (LecoLomobiLe.fr, LACPA.fr et CrypText.fr).

    J’ai trop d’estime pour carfree pour laisser passer ma chance d’y exprimer l’idée qu’on peut critiquer l’automobile particulière sans nécessairement remettre en cause la mécanique économique et ses grands fondements que sont la publicité, la propriété, le marché, le capital… en un mot, l’économie de marché.

    Scoop: le dernier carré des gauchistes est en train de fourbir ses dernières munitions pour dénoncer le dernier Satan -mais pas le moindre- Google! Ben oui! les Casseurs de Pub! qu’est-ce que vous attendez ? Le pire des grands-méchants-loups ! c’est Google ! Qu’est-ce qui fait la richesse de Google sinon cette horrible invention humaine qu’est la p_u_b_l_i_c_i_t_é ! ah! ah! ah! 😎

    PS: je fais de ce commentaire le dernier billet de mon blog sponsorisé par la publicité: agonieautomobile.fr 🙂

  2. Tom34

    Salut,

    Nicolas Hulot a des entrées dans les médias et la politique pour faire changer les choses de l’intérieur.

    Alors y a t’il compromi(ssion) avec le pouvoir ? Que celui qui a vu un politique agir sans arrière pensée jette la première pierre.

    A+
    TOM.

  3. Philippe Schwoerer

    Vendre une BD pour dénoncer la consommation !? Avec l’objectif d’en vendre le plus possible ? N’y aurait-il pas un petit problème ? Sont des écolos qui produisent cela ou tout au contraire des anti-écolos déguisés qui sapent un travail sans doute prompt à faire changer des mentalités ?

  4. URB

    Halala mais il n’y a que l’argent qui compte ?

    Pourquoi ne pas simplement le rendre téléchargeable ?

  5. URB

    Au fait je croyais que ce n’était pas bien la pub, pourquoi faire de la pub pour une BD ?

    N’allez pas pousser les gens à la sur-consommation quand même.

  6. Philippe Schwoerer

    Mon combat ici est de dénoncé l’enfermement dans lequel on peut isoler une personne, rendant le message écologique global très flou du grand public. Ici, Nicolas Hulot est attaqué.

    Or, il fait parti de ceux qui ont et continue de convertir les masses aux messages écologiques. Lire Terra Eco de septembre, l’article sur la télévision verte. En gros, on y dit que le message écologique global n’a commencé a être accepté dans son alarmisme que depuis la position de Nicolas Hulot et de son projet de départ appelé Grenelle de l’environnement.

    En attaquant publiquement ces porte flambeau grand public de l’écologie, on rend le message flou et on envoie implicitement une incitation à ne pas les suivre, donc à ne pas changer les comportements.

    S’il y a des problèmes à régler entre mouvances écologiques, ce n’est pas sur la place publique qu’il faut le faire, mais bien en apartée. Dire par exemple à NH : « Là tu déconnes avec tes produits. Qu’est-ce qui compte le plus pour toi, ton message écologique ou le fric ». Ce qui pourrait par exemple lui permettre de répondre « ce fric me permet de faire un film pour sensibiliser le grand public et faire vivre mon centre d’accueil breton pour les enfants » ou tout simplement de dénoncer une entreprise commerciale qui profite de son image.

    Que cherche Carfree ? A diviser ceux qui sont prêts à modifier les comportements et récupérer quelques miettes d’entre-eux ? Ou à considérer son action comme un message majeur de l’écologie et se montrer solidaire avec un maximum de mouvements pour être plus fort ensemble ?

  7. URB

    Contre l’hypocrisie caractérisée.

    Qu’est-ce que tu en pense ?
    « Faites ce que je dis, pas ce que je fais »

    🙂

  8. CarFree

    Sur la publicité en général, je ne vais pas rappeler ici en quoi elle est un élément constitutif et moteur du système hyperconsumériste actuel qui nous mène tous droit dans le mur; en l’occurrence, il ne s’agit pas de l’interdire purement et simplement (même les déboulonneurs ne le préconisent pas), mais de la réglementer fortement (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui), autant sur le fond (éco-blanchiment, pub sexistes, etc.) que sur la forme (limitation de la quantité et du format des pubs).

    Conséquemment, il n’y a pas de contradiction à faire sur ce site un peu de pub pour un ouvrage qui dénonce, entre autres, la publicité, la consommation à outrance, etc.

    Car il ne s’agit pas d’interdire la consommation ?!? Il faudra toujours manger, boire, lire, se vêtir, etc. Vos critiques sont donc réductrices mais ne masquent pas votre volonté de ne pas questionner le modèle en place… On parle de limiter la consommation à outrance et les chiens de garde du système montrent aussitôt les crocs: « Ils veulent interdire la consommation! »

    Concernant Nicolas Hulot plus spécifiquement, je ne vais pas non plus expliquer ici en quoi il est nuisible pour la planète… un site le fait très bien: http://www.pacte-contre-hulot.info

    Mais à mon avis, il n’y a pas de problème à régler « entre mouvances écologiques » car Nicolas Hulot ne représente que lui-même et surtout pas une « mouvance écologique ». C’est un éco-tartuffe, tout comme YAB, dont l’action vise à maintenir le système en place pourtant destructeur pour la planète tout en se parant des oripeaux de l’écologie.

  9. Pim

    @Philippe & Carfree
    Vos débats me rappellent Home de YAB … Et ma position sur NH reste la même que pour YAB. Je pense qu’en 20 ans, NH a bien changé, et je ne suis pas sur que son but principal soit le fric, parce qu’avec tout ce qu’il a amassé dans le passé, je pense que ca lui suffit amplement. Aujourd’hui, NH ne jure plus par la science miracle qu’on nous vante mais qui n’existe pas (la voiture électrique par exemple) et a compris/ comprend peu à peu que la sobriété était probablement la meilleure solution.
    OK, ces sponsors puent un peu le gazole, mais le but de son film reportage est bien « la conversion de masse ». Avec son film on peut espérer que cela touche un bon pourcentage de gens pendant quelques jours, et puis que cela fasse réfléchir encore un plus faible pourcentage à plus long terme.

    On ne naît pas écolo, on le devient! L’écologie est un problème très complexe qui demande beaucoup d’esprit critique et du temps pour en comprendre l’ampleur, d’autant plus qu’il est repris aujourd’hui par toutes les entreprises à toutes les sauces, afin d’en dénaturer le sens et de noyer le poisson. Le greenwashing est vraiment un moyen de donner bonne conscience aux gens en leur faisant croire que s’ils achètent une seule ampoule basse consommation, cela suffit à compenser tous leurs autres gestes polluants!

    Il y a encore quelques années, j’aurais cru en une pub Rono PolluEco2, et en toutes les actions du gouvernement sur le Grenelle. D’ailleurs j’y croyais dur comme fer, à la voiture électrique et même au véhicule de Denègre à air comprimé qu’il nous promet depuis 20 ans. J’espérais naivement que le Grenelle changerait les choses ! Finalement, en creusant un peu, on s’aperçoit que tout ca n’est qu’une vaste campagne de comm’ et que derrière ces belles affiches pleines de bonnes intentions humanisto-capitalistes, il y a bien plus de choses dont personne n’ose se vante (comme toutes les violations du Grenelle, à commencer par la construction d’autoroutes supplémentaires, les fermetures de lignes de train, le fait que le gouvernement accepte de donner des milliards aux industries autos sous prétexte de crise, etc…)
    Là où un constructeur auto vante sa seule voiture « raisonnable », il propose 30 modèles ultra polluants. Là où le gouvernement propose une idée intéressante, il tolère le contraire sous prétexte que « pouvoir d’achat bla bla bla crise bla bla bla ». Là où EDF fait une pub avec une belle éolienne, il construit un EPR. Là où on te vend du ferroutage, on te construit une autoroute « verte » ! Là où Total te fait une super pub pour te dire qu’il t’aime, il extrait des sables bitumineux au Canada et dément sa responsabilité lorsqu’un pétrolier s’échoue sur les côtes!

    Bref, aujourd’hui, quelqu’un qui s’intéresse à l’écologie de manière « light », croit à toutes ces bouffoneries et en la future voiture électrique. En creusant un peu, il découvrira rapidement la partie cachée de l’iceberg (<-- ca c'est pour le clin d'oeil à Titanic ), et en creusant un peu plus, il comprendra aussi l'urgence de consommer utile et sobre, et surtout il arrêtera de croire en toutes ces conneries ! Alors NH peut bien essayer de faire réfléchir en profondeur les gens 5min et de les sortir de leur monde publicitaire où tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil!

  10. Philippe Schwoerer

    Qu’on ne se méprenne pas sur mes propos. Mon intervention de départ n’a pas été du tout de critiquer que Carfree présente cette BD en vente.

    Seulement d’émettre des doutes sur ceux qui la font. Je ne connais pas ce groupe et j’aimerais savoir qui se cache derrière pour évaluer le crédit que je peux porter à leurs infos.

    Si Nicolas Hulot ne fait partie d’aucune mouvance écologique, il est sacrément fort le bonhomme, pour, à lui tout seul, sensibiliser autant de personnes au message écologique.

    Pour l’instant, je continue à lui accorder ma confiance, comme à YAB, car ils proposent tous les 2 des documents exploitables et exploités en classe pour sensibiliser les enfants à l’avenir de la planète.

    Il existe aujourd’hui plusieurs profils de personnes que le classerais (en en oubliant certains) majoritairement ainsi :
    1 – Ceux qui ont un intérêt à ce que ça continue comme ça sans rien changer, travestissant ou niant les résultats alarmant de l’état de la planète. Porte parole : Claude Allègre par exemple.
    2 – Ceux qui se fichent de l’avenir de la planète et prônent ouvertement le « continuez ainsi ». Après moi le déluge. Je ne modifie rien de mes comportements.
    3 – Ceux qui ont constaté qu’il se passe des chose et qu’il faut alerter les masses. Ils réorientent leurs activités et cherchent à mobiliser. Le discours est clair et séduisant, mais on pourrait trouver à redire de certaines de leurs habitudes. NH, YAB…
    4 – Une frange majoritaire et maléable, sensible aux médias et au people, éventuellement prête à se mobiliser devant un mouvement clair et d’ampleur.
    5 – Des gens déjà en mouvement qui essayent d’adapter le plus possible au quotidien leurs actions avec leurs idéaux réfléchis. Ils sont souvent dans l’ombre et leurs portes parole moins connus.
    6 – Des personnes qui ont une discipline de vie entièrement tournée vers l’avenir de la planète avec des portes parole moins connu mais qui se démènent. Pierre Rabbi en est un. Par l’action, ils comptent convertir. Leurs actions trouvent un écho par la médiatisation de la catégorie 3.
    7 – Des convertis qui vivent dans leur coin et qui ne cherchent pas à convertir les autres. Ils les ignorent. S’ils doivent s’exprimer, c’est uniquement pour critiquer sans être constructifs.

    Ce sont sans doute les 6 qui en font le plus et devraient être sur le devant de la scène. Peu connus, ils ne convaincront que peu de 4. Les 3 sont le mieux placé pour cela. Mais leur action est cassée par les 1 2 et 7 (sans doute aussi certains 6). C’est un tord, car c’est bien en convertissant rapidement le maximum de 4 que les choses pourront évoluer.

    NH a pris une position très stricte concernant le sommet de Copenhague. C’est lisible pour une majorité de 4.

    Sur Carfree, on retrouve toutes ces catégories. C’est pourquoi il s’y passe des choses intéressantes.

  11. Philippe Schwoerer

    @ Pim

    Je suis tes interventions avec beaucoup d’intérêt, car je les trouve souvent empreintes de sagesse. J’adhère globalement et majoritaiement à ce que tu dis. Nous ne devons pas être très éloignés dans nos chemins de vie personnels.

    Bonne continuation.

  12. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Il existe une loi universelle de la dérision automatique qui dit que toute personne qui atteint un certain degré de notoriété subit une critique accrue en comparaison de l’homme de la foule inconnu.

    Comme toute personnalité notoire, YA Bertrand, Al gore et N Hulot subissent cette loi du genre qui est une loi saine en démocratie.

    Personnellement, je ne suis pas gêné si on chambre gentiment N Hulot sur sa marque Ushuaïa. Par contre, ce genre de critique doit garder un ton de dérision gentille et pas sérieuse. Car il n’est pas sérieux de reprocher à YA Bertrand, Al gore ou N Hulot d’être des hommes d’affaires et de voyager en jet privé ou en hélicoptère! de faire des affaires commerciales et d’être partie prenante de la grande roue de l’économie qui brasse les notions de publicité, de capital, d’investissement et de pollution.

    Ils sont parties prenantes d’un système dont ils sont les acteurs parmi des milliers, mais ils sont parmi les rares à avoir le pouvoir d’infléchir le cap pris par le système entier!

    La majorité des participants de Carfree milite en faveur de l’écologie mais nous n’avons pas (encore.. 😎 ça va venir..) le pouvoir d’influence de l’une ou l’autre de ces 3 personnalités. Aussi est-il mal venue de les amoindrir par des critiques virulentes.

  13. URB

    De toute façon il faut bien se rendre compte que pour faire quelque chose (comme le film de NH par exemple) il faut de l’argent.

    Et malheureusement cet argent ne pousse pas dans les arbre et il faut bien allé le chercher quelque part.

  14. URB

    @CARFREE
    « Sur la publicité en général, je ne vais pas rappeler ici en quoi elle est un élément constitutif et moteur du système hyperconsumériste actuel qui nous mène tous droit dans le mur; en l’occurrence, il ne s’agit pas de l’interdire purement et simplement (même les déboulonneurs ne le préconisent pas), mais de la réglementer fortement (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui), autant sur le fond (éco-blanchiment, pub sexistes, etc.) que sur la forme (limitation de la quantité et du format des pubs).

    Conséquemment, il n’y a pas de contradiction à faire sur ce site un peu de pub pour un ouvrage qui dénonce, entre autres, la publicité, la consommation à outrance, etc. »

    En gros : « on décide ce qui est bon pour vous »
    Une espèce de censure publicitaire par des soit disant « bien-pensant ».
    Mais un système qui serait vite corrompu.

    Au fait il serait où le libre choix ?

  15. Le dje roch

    Je partage l’avis de Philippe Schwoerer. Les puristes (les pastissants contre hulot, etc.) qui dénoncent les soit-disants écotartufes, avec une assurance manichéiste, se trompent encore d’adversaire et sèment le trouble dans les esprits qui commencent enfin à prendre conscience de l’urgence écologique. L’adversaire de l’écologie est la société du gâchis et du « toujours plus », ce n’est pas ceux qui la dénoncent efficacement (malgré leur contradiction).
    Il est donc trop tard pour perdre du temps en désignant les vrais écolos des faux. Les écolopuristes devraient plutôt se servir de la voie tracée par Nicolas Bertrand® (comme ils l’appellent ironiquement) pour aller plus loin que lui.

  16. CarFree

    Apanivore: « il n’a pas du gagner beaucoup d’argent sur quelque-chose qui ne lui appartient pas. »

    Tout dépend de ce que l’on appelle « beaucoup »…

    « Outre ce que lui rapporte “Ushuaïa”, via sa société Eole Conseil, Hulot empoche de coquettes royalties sur les produits dérivés (5,25 % du pactole, soit 700 000 euros par an). Il y a des gels douche Ushuaïa, des lunettes Ushuaïa et même un très vert tout-terrain Peugeot Ushuaïa ! » Ushuaïa aïe aïe aïe !
    Les dossiers du Canard »Les profiteurs du bizness écolo« , avril 2010.
    http://carfree.fr/index.php/2010/04/13/les-profiteurs-du-bizness-ecolo/

Les commentaires sont clos.