Les gaz de schistes annoncent-ils une révolution?

Carbusters_Calle_Kaberg

Je vous ai parlé il y a quelques semaines des gaz de schistes. Plutôt, j’ai reproduit un article que j’avais écrit pour Charlie-Hebdo (voir ici). Si j’ai mis un point d’interrogation au titre du papier d’aujourd’hui, c’est bien entendu par précaution. N’étant nullement devin, ni ne souhaitant faire semblant, je ne suis pas certain de ce que j’écris. Mais de très nombreux éléments convergent vers un constat : la découverte de gisements – réels ou potentiels – de gaz de schistes un peu partout paraît devoir changer la donne énergétique mondiale.

D’ores et déjà, les États-Unis sont en train de se libérer à grande vitesse des importations massives de gaz naturel en provenance de pays instables ou même hostiles. Certains disent que ces « gaz non conventionnels » piégés dans des couches géologiques argileuses représentent au moins quatre fois les réserves de gaz jusqu’ici connues. Et c’est pourquoi des permis d’exploration sont accordés partout où ils sont demandés. En France, comme je l’ai écrit ici, Total, GDF Suez et des compagnies américaines ont déjà reçu une autorisation signée Jean-Louis Borloo. La zone la plus prometteuse se situerait en Ardèche, mais il en est bien d’autres.

Ce qui commence est assurément une bagarre mondiale d’une ampleur inédite, car elle touche et touchera au cœur de nos modes de vie. Déjà, les pétroliers affinent une propagande que l’on nous servira ad nauseam. Le gaz contribuerait nettement moins que le charbon à l’effet de serre. Ce qui est vrai, mais n’a en réalité aucun sens. Car les tenants de l’économie réelle n’ont qu’un seul but et l’auront jusqu’au bout : continuer. Continuer à produire des merdes que l’on entasse avant de les jeter. Et pour cela ajouter au pétrole, au charbon, au gaz conventionnel, au nucléaire, tout ce qu’ils trouveront à mettre dans leurs foutues machines. Aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre ne serait alors seulement tentée. Avec les gaz de schistes, nous allons droit à un emballement de la si vaste et si complexe machine climatique. Les ordres de grandeur font que plus rien n’aura d’importance. Si vous relâchons les milliers de milliards de mètres cubes de gaz de schistes contenus sous terre, la crise climatique deviendra probablement sans issue humaine. Il n’y a aucun compromis possible avec les criminels qui préparent cette nouvelle « révolution énergétique ». Ou nous arrêterons le développement des gaz de schistes – et la tâche est herculéenne-, ou nous subirons tous une défaite historique aux conséquences incalculables. Il faut d’ores et déjà s’y mettre. Pas demain. Maintenant. Car les pétroliers arpentent déjà notre terre. Nos terres. Notre terre.

Je vous mets ci-dessous, en anglais pardonnez-moi, un article ébouriffant du plus grand quotidien économique de la planète, The Financial Times (FT). Je n’ai pas le temps de le traduire, mais il n’est guère difficile. Bien que n’évoquant qu’à l’extrême marge les problèmes écologiques posés par les gaz de schistes, il est passionnant de la première à la dernière ligne. Voilà ce que voient les maîtres du monde : la possibilité pour l’Occident de reprendre la main face à la Russie et aux pays du Sud producteurs de gaz et même de pétrole. Le titre dit tout « Les gaz de schistes changeront le monde » (ici).

Shale Gas Will Change The World

Tuesday, 08 June 2010 06:54 Gideon Rachman, Financial Times

Everybody’s favourite moment in The Graduate is when the film’s hero is cornered by one of his parents’ friends. The older man’s advice to Benjamin Braddock consists of just one word – “plastics”. Something similar keeps happening to me at international conferences. I will be minding my own business, when a delegate will get up with a gleam in his eye and announce portentously – “shale gas!”

This conference chatter is a reflection of growing excitement in the US and Europe at the idea that we may have discovered a large part of the answer to one of the most vexatious problems in foreign and economic policy – energy security.

For decades, American politicians have vowed to pursue “energy independence” and to free the US from reliance on foreign supplies. Yet the reality was that America was facing a future of growing dependence on oil and gas from a variety of unstable, unfriendly and autocratic countries. Meanwhile, the European Union has become increasingly paranoid about its reliance on natural gas supplies from Russia – particularly given the Russian propensity to exert pressure on its neighbour, Ukraine, by cutting off gas supplies. Just to add to the frustrations for the US and Europe, one of the very few alternative suppliers of natural gas is Iran.

It has long been known that the US is sitting on potentially huge supplies of unconventional shale gas. But until recently, these reserves were very hard to exploit. Now, however, technological breakthroughs mean that many of the economic and technical concerns about exploiting shale gas reserves are being dealt with. Over the past three years, American production has soared. This year, the US overtook Russia to become the world’s biggest gas producer for the first time in a decade.

The result is that the shipping terminals that the US built to receive liquid natural gas from overseas are now lying virtually empty. The rise of shale gas, which can be used to produce electricity, reduces dependence on domestically produced, but dirty, coal. If cars powered by electricity or gas improve, shale gas would also reduce reliance on Middle Eastern oil.

Both the EU and China are excited by the idea that they too may soon enjoy a shale gas bonanza. Chinese foreign policy has increasingly been driven by the need to secure energy supplies. But China looks as if it may have its own shale gas reserves, and has signed an agreement with the US to look into exploiting them.

The excitement in Europe is even more pronounced. Just as North Sea oil and gas supplies are running down, the British are hoping that they may discover exploitable supplies of shale gas in Wales and north-west England. The Poles, who have their own special reasons to fear energy dependence on Russia, also think they have exploitable reserves. Radek Sikorski, the Polish foreign minister, recently visited Houston to talk to the big US energy companies about shale gas.

Even if European reserves are not as promising as some hope, the EU still stands to benefit indirectly from American shale gas. Supplies of liquid natural gas from Africa and the Gulf, which might have gone to the US, are now being redirected to Europe – reducing the Union’s dependence on Russian gas.

The geopolitical effects of all this may be already being felt. In recent months, western officials have noticed a distinctly more friendly tone in their dealings with Russia. The Russians have signed a new nuclear arms reduction treaty with the US, accepted the idea of tougher sanctions on Iran and responded to the air crash on Russian soil that killed the Polish president and his entourage with unexpected openness and sensitivity.

Some western officials attribute this change in tone in the Kremlin to the US altering its position on missile defence; others credit the growing influence of President Dmitry Medvedev. But some think that Russia is already adapting its foreign policy in response to the sharp fall in the price of gas and the shift on world energy markets.

Of course, there are shale gas sceptics. Some veterans of the energy industry point out that there have been false dawns before – miraculous new sources of energy that disappointed in the end. It is true enough that most miracle cures fail – in energy, as in most other walks of life. But it is also true that predictions in the 1970s that the world was “running out” of fuel were disproved by a combination of technological advances and new discoveries – precisely the combination offered by shale gas.

Some environmentalists are also less than delighted by the shale gas revolution. There are concerns about environmental dangers posed to groundwater by the chemicals that are used to extract the shale gas – and such fears will only be heightened by the oil spill off the coast of Louisiana.

In the short term, increased use of gas will make it much easier for the US and Europe to cut emissions of carbon dioxide, because gas is much less polluting than coal. On the other hand, shale gas is still a fossil fuel and produces greenhouse gases. For those environmentalists who dream of a future powered by windmills and solar panels, the dash for gas is a distinctly mixed blessing.

Of course, shale gas cannot be a complete answer to the west’s energy security problems – far less to climate change. But in a world that is not short of bad tidings at the moment, shale gas is a welcome piece of genuinely good news.

Copyright 2010, Financial Times

Source: http://fabrice-nicolino.com

Image: Couverture pour Carbusters par Calle Kaberg

Fabrice Nicolino

A propos de Fabrice Nicolino

Journaliste français spécialisé sur les questions d'écologie

12 commentaires sur “Les gaz de schistes annoncent-ils une révolution?

  1. Pim

    En plus des problèmes que cite Fabrice Nicolino, ce mode d’exploitation serait aussi atrocement dégueulasse :
    je cite un extrait de cette interview de Roland Vially, géologue à IFP Energies nouvelles (http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/espace-decouverte-mieux-comprendre-les-enjeux-energetiques/tous-les-zooms/les-gaz-de-schistes-shale-gas)

     » * Ces techniques d’extraction ne posent-elles pas des problèmes environnementaux ?

    R.V. : L’impact environnemental n’est pas neutre puisque la fracturation hydraulique utilise une grande quantité d’eau. Cette eau doit être ensuite traitée car elle est souvent salée et peut contenir des métaux lourds. Par ailleurs, la multiplication des forages et des réseaux de « pipes » affectent les paysages, ce d’autant plus que la zone de drainage autour des puits étant faible, il peut y avoir un puits tous les 500 mètres.
    Même si l’impact sur l’environnement n’est pas le même aux États-Unis – qui possèdent de grands espaces inoccupés – qu’en Europe, c’est un sujet qui fait de plus en plus débat et qui devrait conduire au développement de techniques plus rationnelles et respectueuses de l’environnement.  »

    Et tous les pétroliers sont déjà dessus :
    « Total vient d’obtenir un permis d’exploration dans la région de Montélimar. Des permis ont aussi été pris en Suède par Shell, en Allemagne par ExxonMobil, en Pologne par presque tous les majors ainsi qu’en Lituanie. » (Avril 2010)

  2. MOAMOA

    Chouette ! on va pouvoir continuer à détruire des eco-systèmes, des espèces, piller de nouvelles ressources/minerais,…. et accessoirement creuser le fossé entre les riches et les pauvres (1 milliard d’affamés à ce jour donc… mais pourtant avec toute notre technologie au pétrole?! comment se fait-ce? bizarre !)….. chouette chouette chouette.

    Vu ce qu’on a été capable de (dé)faire avec du pétrole, si cette nouvelle source d’énergie s’avère réellement efficace, ça craint…

  3. cycliste alcoolique

    Il suffit de voir le documentaire GazLand qui montre, au dela des images spectaculaires de robinet d’eau domestiques s’enflammant a l’approche d’uen flamme, de chauffe-eau explosant, etc..) les consequences de ce mode d’exploitation sur la population locale: L’exploitation par fractionnement c’est polluer a coup sur la moindre source d’eau par les > 1000 differents produits chimiques injectes dans nos sous-sol. Pour fractionner il faut aussi injecter une enorme quantite d’eau, d’EAU encore!!
    Mias putain il faut CREVER LES EMPOISONNEURS. C’est la GUERRE!

  4. Moa

    Merci pour le lien Pim.

    J’ai noté cette phrase :
    « La fracturation de la roche suppose par ailleurs d’injecter de grandes quantités d’eau à haute pression et du sable. »

    Je pensais que l’accès à l’eau potable allait être un problème majeur d’ici les 25 prochaines années (ça l’est déjà actuellement… loin de chez nous. Des villageois de 2 villages se sont entre tués ces derniers temps -je ne sais plus dans quel pays- lors de la distribution hebdomadaire d’eau).

    Bon, manifestement, l’eau ne doit plus être un problème.

    ouf, me voilà soulagé.

    Et celle là aussi :

    « Le puits produit quelques années puis est abandonné, et un nouveau puits est foré quelques centaines de mètres plus loin.  »

    Et ça m’a fait penser tout de suite à ça Bakou : http://carfree.fr/index.php/2008/09/16/le-crash-petrolier-aura-lieu-ce-soir-a-la-tele/

    Va faire bon vivre à proximité (en plus de la pollution).

  5. Jean-Marc Sérékianjms

    Indépendamment des aspects environnementaux, le vif intérêt et la ruée des pétroliers pour ces « gaz de schiste » difficiles à extraire, peut être considérer comme un symptôme supplémentaire de la pénurie très prochaine des énergies fossiles « conventionnelles ».
    Le « Peak Oil » a fait « tilt » dans la tête des pétroliers !
    Mais comme leur métier c’est de forer et de chercher ou de chercher et de forer alors pour pouvoir continuer et ne pas être supplanté ils cherchent et ils forent ou encore ils forent et ils cherchent. C’est le métier qui veut ça !
    Associé aux problèmes environnementaux et notamment le détournement des ressources en eaux, on a encore un exemple pour dire : le capitalisme est le stade suprême du militarisme et représente l’utilisation terminale de l’écosystème.

  6. Pim

    @JMS ; à te lire, on a l’impression que tu vois ca comme une « bonne nouvelle », dans le sens où ca annonce la fin du pétrole.

    Je suis plus pessimiste et interprète ce genre d’évènement ainsi : les pétroliers sont tellement riches qu’ils investissent largement dans tous les secteurs d’énergie (y compris les énergies renouvelables et ‘durables’), même si ca risque d’être un flop… dans le seul but de conserver une domination énergétique certaine à l’ère du post pétrole.
    Bref, les pétroliers ca colle et pour de nombreuses générations encore. Et ton ironie sur le sujet n’annonce pas leur fin… hélas

  7. Yefka

    @PIM : indépendement de leur intérêt pour conserver le marché de l’énergie, leurs investissements dans les énergies renouvelables servent également a présenter une meilleure image vis à vis du grand public.
    Comme c’est le cas actuellement pour l’électrique dont les constructeurs font une promo importante alors que cela représente – et représentera – une part marginale des ventes ; ou encore Toyota redorant son image via la Prius, tout en étant l’un des premier constructeur mondiaux de 4×4.

  8. LEGEOGRAPHE

    Je trouve au contraire que JMS résume très bien l’histoire du capitalisme ; tant qu’il y a des restes, il se sert. Il ouvre le frigo, obstrue bien le passage devant la porte afin qu’aucune autre utilisation plus sage ne soit faite de ces ressources et il prend un frigo de catégorie environnementale D- (plutôt que A+) parce qu’avoir un frigo A+ ne sert à rien pour gagner des thunes.
    « Un peak oil ? Mais c’est bon ? On va trouver autre chose » (cette « autre chose », l’innovation, doit nous faire craindre le pire si l’on a quelques considérations sociales et environnementales).

  9. Tardigrade

    Je me demande (*1) si certaines personnes très aisées ne s’imaginent pas eux ou leur descendance échapper à une éventuelle catastrophe climatique majeure, par exemple en émigrant aux pôles si on se prenait disons un + 10 degrés moyen d’augmentation! Mais je soupçonne qu’il soit possible de démontrer la quasi impossibilité d’assurer la sécurité de sa descendance dans ces conditions disons a + 2 générations et cela quelque soit sa fortune, et même sa propre sécurité pour les prochaine 40 années à venir, considérant le potentiel en famine, guerres civiles, épidémies, empoisonnement chimique, rejets nucléaire et emballement éventuel de centrales prises de cours par l’accumulation des problèmes, on ne peut exclure en effet que plusieurs équivalent de Chernobils se superposent au stress généraux!

    Dans ces conditions l’humanité étant parvenue à échapper aux menace les plus directes finirait probablement par dégénérer assez vite à cause de la radio-activité et de la consanguinité! On peut donc imaginer soit (1) et probablement une disparition globale de l’être humain (on se reproduit visiblement trop lentement pour un environnement beaucoup plus radioactif et trop vite pour s’installer actuellement et durablement en maître de la planète), (2) une régression culturelle majeure, retour à l’âge de la pierre? Les parents pressés par la survie auront-ils le temps d’assurer un minimum de survie de la culture d’origine chez leurs enfants? Lecture, écriture et mathématique auront elle encore une valeur suffisamment importante par rapport à d’autres tâches comme la chasse et la cueillette? … J’en doute!

    Si l’on arrive à démontrer que la survie du monde civilisé est quasiment impossible en ère post réchauffement climatique cela serait probablement utile pour tempérer certains excès d’optimisme en terme de bonne survie personnelle et familiale, ce qui augmenterait probablement la volonté d’éviter la catastrophe!

    (*1) en fait quasiment entendu des aveux allant dans cette direction, du genre échappatoire au Groenland et tout va très bien quand on regarde le feu d’artifice en compagnie d’autres élus prêt à reconstruire la future humanité! Mais cette fois une humanité améliorée vu qu’elle aura bénéficié d’une sélection « naturelle » impitoyable! De là à ce que certains pollueurs se prennent pour des bienfaiteurs participant activement à la sélection du patrimoine génétique humain il n’y a qu’un pas!

    D’où la nécessité d’insister sur l’incertitude totale d’un scénario post réchauffement climatique et de la forte probabilité de dégénérescence ou de disparition totale de l’être humain!

  10. Pietro

    Merci à M. Nicolino de ces articles, et à vous tous pour ce débat. La nouvelle consolide mes craintes pour la maison de l’humanité (trop ingénieuse pour gérer la pénurie et trop stupide pour gérer l’abondance): le risque majeur est une poubelle qui déborde plutôt qu’un frigo vide…

  11. MOA

    Ça c’est une projection du risque chez « nous » (reste à savoir pendant combien de temps le frigo sera plein et le pourcentage d’OGM à l’intérieur).

    Car la situation/projection loin de chez nous est plutôt : »frigo toujours plusss vide et poubelle qui déborde toujours plussss avec nos merdes »…

  12. Yôm

    Je me réjouis presque.
    Le désastre annoncé en Ardèche ou ailleurs sur notre splendide territoire national se déroule en Afrique et notamment au Nigeria depuis les années cinquante et ce, dans l’indifférence générale.
    C’est un champs de bataille.
    La faim, les maladies, les massacres, la mort. Voilà tout ce que sèment les industries pétrolières au mépris de toute vie, humaine, animale ou végétale.
    Voilà ce dont se contrefout quiconque remplit le réservoir de sa grosse merde de métal ou de son stupide souffleur de feuilles.
    Oui, je me réjouis à l’idée que les Nigérians puissent revivre, décolonisés, débarrassés des mercenaires Total ou Shell à la solde des petits et grands ménages français.
    J’ai hâte de voir s’écrouler notre empire colonial.

    Non, en réalité je ne peux pas me réjouir.
    Car cela n’arrivera pas.
    L’Ardèche pourrait brûler que les drômois s’en taperaient la queue sur le coin de la table en regardant le JT. Alors le Nigerian dans tout ça… au dessert ou à l’apéro?

    Désolé pour le cynisme, à force de voir défiler tant de caisses aux trois quarts vides mais pleines de bon gens honnêtes et fiers voir écolos, j’en attrape le désespoir .

Les commentaires sont clos.