Moitié bagnole, et moitié homme…

Que-plus-personne-ne-se-deplace-a-pied-

Le tracteur est une des premières automobiles qui ait réalisé la synthèse de la fabrication et du transport. Celle-ci devrait se généraliser. Il fallait bien qu’un jour un grand esprit méconnu eût une de ces idées simples que peut seule inspirer la passion du pouvoir ou du gain : du temps se perdait pendant le transport. De là, la bétonneuse automobile qui fabrique du ciment durant le trajet entre la gravière et le chantier. Espérons que l’esprit de progrès ne s’en tiendra pas là, et que nous aurons bientôt le marteau-pilon, le laminoir, le haut-fourneau automobile, etc. Pourquoi pas, même, l’école automobile ?

Un éminent ministre s’est avisé que l’on dispersait en vain un personnel précieux dans les écoles de campagne et il a donné l’ordre de procéder au « ramassage » scolaire : ainsi les petits campagnards connaîtront aussi les joies de de l’autobus de 18 heures. Mais tant qu’on y est, pourquoi ne pas leur faire des cours ? En arrivant à l’école ils auraient déjà avancé leur programme. Au fond, pourquoi ne pas motoriser l’habitat ? L’autobus-dortoir est la conclusion logique de la banlieue dortoir. […] Paris est mal adapté, et surtout pour le parisien ; ce véhicule réduit prétend à un gîte immense et coûteux tandis que sa bagnole s’esquinte au grand air. Pourquoi ces maisons ? Il suffirait d’un garage. Si le chauffeur acceptait enfin de dormir dans son auto, le problème de la circulation serait résolu en même temps que celui du logement. […]

Tout engin peut devenir automobile, non seulement la voiture, mais la bêche, l’escalier, le couteau, le fauteuil. Finalement, pourquoi pas l’homme lui-même ? L’association de l’homme et de l’auto reste précaire. Dupont s’est déjà aperçu qu’il était ridicule de traîner ses jambes à la remorque de sa tondeuse et il s’est assis dessus ; encore un petit progrès, et Dupont, définitivement greffé à son Rotondor, n’aura plus besoin de ses mollets qui vont s’atrophier progressivement. Pourquoi ne pas se débarrasser de cet arrière-train superflu et remplacer le moteur alternatif par le rotatif ? Quel avenir pour Renault si ce genre de prothèse devenait obligatoire ! Plus de risque de chômage dans l’automobile ! À peine sorti du ventre de sa maman, Bébé serait sectionné en deux et muni de sa traction arrière. Mais il serait stupide de s’en tenir là. Si le bas du corps humain ne vaut pas grand-chose, que dire du haut ! La direction notamment fonctionne au petit bonheur. Qu’on le remplace donc également par une machine, et l’homme deviendra aussi heureux, aussi efficace et moral, aussi dépourvu de problèmes qu’une DS toute neuve. A-t-on jamais vu une DS à l’agonie hurler d’angoisse et de douleur ou pisser du sang ? Si elle ne s’encombrait pas d’un conducteur, la DS périrait dignement sans se plaindre. La science nous a appris que le haut comme le bas de l’homme n’est qu’une machine imparfaite ; ayant mécanisé le bas, mécanisons le haut. Alors cette larve : l’hommauto, sera devenu l’insecte parfait : l’auto.

Extrait de L’hommauto (1967), de Bernard Charbonneau

Sur le même sujet, voir aussi l’article de Pierre Thiesset : « Debout les bouses !»

Bernard Charbonneau

A propos de Bernard Charbonneau

Bernard Charbonneau (né le 28 novembre 1910 à Bordeaux, France - mort le 28 avril 1996) est un penseur et un philosophe français écologiste, auteur d'articles dans La Gueule ouverte, Foi et vie, La République des Pyrénées ainsi que de plusieurs essais.

47 commentaires sur “Moitié bagnole, et moitié homme…

  1. julie

    Dites moi ,quelle est l’utilité de ce site a part déverser le flot de haine que vous contenez?
    Je sais pas mais pour moi être écolo c’est se bouger tous les jour pour préserver notre planète terre.
    Maintenant excusez-moi amis je vais au marché bio avec mon vélo!

  2. Pim

    @Julie : je n’ai pas encore lu l’article (ca ne saurait tarder), mais j’ai le sentiment que tu es du genre,  » je suis écolo, mais dans mon coin, sans déranger personne, et surtout pas les bagnolards… »
    Bref, tu essaies de sauver la planète par tes actes personnels (j’achète, bio, écolo local, je me déplace à vélo, je fais attention d’éteindre la lumière en sortant de la pièce etc.), mais tu acceptes complètement que le reste du monde s’en fiche et détruise tout? Drôle de comportement.
    Finalement, je préfère militer, remuer et faire bouger les bagnolards, les choquer un peu, pour qu’ils se rendent compte de leur comportement irresponsable.
    Sur ce je vais lire l’article et voir si j’y trouve de la haine…

  3. Pim

    Après lecture, je trouve beaucoup d’ironie dans ce texte…. Charbonneau ne fait que pousser l’absurdité de la société automobile à son extreme! Certes, c’est un peu provoquant, mais pas tant que ca… Finalement, aujourd’hui, on n’en est pas si loin. Le Mc drive, le ciné-parking américain, le supermarché ou tu récupères tes courses en bagnole commandées sur le net quelques heures plus tot.

    L’article de Pierre Thiesset, debout les bouses était plus direct, mais visait à remuer les feignasses grasses (ô mon dieu de la haine dans mes propos) qui ne savent plus parcourir 10m sans s’aider de leur voiture, parce que ô mon dieu, c’est fatiguant le vélo, parce que ô mon dieu iul fait froid, parce que ô mon dieu il va peut etre pleuvoir, parce que parce que….
    Julie, j’espère sincèrement que tu ne vas pas rester dans ta ‘bulle verte’, et voir plus loin que le capitalisme vert que la société marketting te vend comme le bonheur à l’état pur.

  4. MOAMOA

    PIM tu exagères, les feignasses grasses savent encore faire 10 mètres sans leur gadget d1 tonne… Par contre, j’évaluerai la distance à… 100 mètres environ. C’est en tout cas ce que j’observe systematiquement dans des villages qui ne connaissent pas de problèmes de circulation et de stationnement automobile.
    100 mètres, Julie.
    Alors oui, des articles comme celui-ci sont nécessaires histoire de créer peut être une inoffensive décharge électrique dans la moelle épinière de certain-e-s… Peut être…
    Et cela n’empêche pas les actions individuelles. Mais Je vous rappelle que l’impact de ce que vous faites, seule, est nul. Si vous n’essayez pas de convaincre les autres, faire votre marché bio à vélo ne sert à rien si ce n’est vous faire plaisir. Ce n’est pas le but rechercher par de nombreuses personnes ici d’après ce que j’ai pu voir.

  5. Tommili

    EH PIIIIME CA Y EST, je l’avais prédit pour déconner dans un vieux post, mais là c’est fait, « le chiotte de bagnole » au salon de l’auto de Taipei…

    http://it.notizie.yahoo.com/blogs/focus/arriva-la-toilette-da-auto-p3925.html

    Après le miam-vroum-drive, le prout-caca-vroum-drive.
    « ILS » l’ont fait, punaise de pouêt-prout, « ILS » les sortiront toutes, et je suis sûr que y aura des cons pour acheter çà. (oups, le vilain méprisant grossier que je suis)

    P’tain comme je me marre…

  6. bruno le hérisson

    C’est pas bien, j’ai regardé la TV, c’est encore pire quand vous apprendrez que c’est pour regarder turbo sur M6 la semaine dernière et l’émission vroum-vroum ce soir sur direct 8.

    Allez y jeter moi des pierres 🙂

    C’était super instructif pour voir l’enferment idéologique des présentateurs et journalistes de ces émissions.

    M6
    Un comparatif sur les 4*4 hybrides BM contre Porsche, c’est juste pour ne pas payé le malus de 2000 €
    Un voyage en angleterre avec une aston martin électrolux qui peut monter à 250 km/h
    La première voiture électrique avec un moteur thermique qui ne sert plus à la propulsion mais pour faire tourner un alternateur qui recharge les batteries. C’est américain, Même les shadocks n’auraient pas osés.

    Direct 8 (juste quelques minutes, je ne suis pas masochiste)
    Olala ! la circulation autoimmobile est vraiment problématique en région parisienne, que font les pouvoirs publics ? Je vous recommande vivement cette merde de reportage fait par des journalistes qui ne sont pas neutre. Pour vous donner une idée, une pépite « les vélos ça tombe et en plus les casques ne sont pas obligatoires »

  7. Tommili

    http://it.notizie.yahoo.com/blogs/focus/arriva-la-toilette-da-auto-p3925.html

    Allez je résiste pas, je traduis le texte, trop marrant :

    « tu es coincé dans le trafic du périphérique à l’heure de pointe quand soudain…(gnnnn) tu as deséspérément besoin des toilettes. L’autogrill est loin et tu peux même pas te garer. La gêne se transforme bientôt en urgence et bientôt tu peux plus résister (aaaargh et guuurglle). Dans un cas pareil la seule chose qui te peut sauver est Joylet, la toilette portable étudiée exprès pour un usage automobilistique par Lian Shin, un « génial » entrepreneur de Taiwan.(déco artistique, sculptées, finitions fauteuil…les toilettes les plus folles du monde !)

    Eh c’est pas juste, c’est MOI que j’ai eu l’idée, je veux une part des bénéfices…nom d’un crottillon !

    Après, évidemment, pour vider le pot, ben tu fais comme pour les emballages du Mc drive, le paquet de clopes vide, le mouchoir, les papiers qui traînent, la cassette foutue, le chien, la canette vide, la belle mère,le cendrier, allez hop par la fenêtre, ni vu ni connu, pas dégueulasser la moquette quand même…

    Non là j’ai plus envie de rire, en fin de compte, parce que, les sales, ils se gênent même plus pour jeter en douce, comme des coupables honteux, non c’est au grand jour et devant tout le monde.

    Ah Moa, y a aussi les feignasses qui sortent du supermarché de bouffe, remplissent leur coffre, démarrent, et vont se garer sur le parking en face, de l’autre côté de la rue, pour aller acheter encore une bricole au magasin situé exactement en face, à vue de nez, moi je dirais trente cinq mètres, JE LES AI VUS MOI, ce sont les mêmes qui cherchent une place LE PLUS PRES de l’ENTREE, à défaut s’approprient la place Handicapé.

    Non, en vérité, j’ai plutôt comme qui dirait, envie de chialer.

  8. Legeographe

    « Après, évidemment, pour vider le pot, ben tu fais comme pour les emballages du Mc drive, le paquet de clopes vide, le mouchoir, les papiers qui traînent, la cassette foutue, le chien, la canette vide, la belle mère,le cendrier, allez hop par la fenêtre, ni vu ni connu, pas dégueulasser la moquette quand même… »

    C’est vrai que ça donne envie de chialer tellement la lutte est difficile malgré tout ce que l’on pourrait croire a priori… Mais je me suis dit, Tommili, que votre verbe pourrait vous être piqué (comme vos idées, en somme) par un humoriste, tellement votre paragraphe (cité ci-dessus) était bon.

  9. Legeographe

    Sinon, pour revenir à la merde Joylet, le slogan « What a relief » (Quel soulagement !) pourrait être remplacé par « Quelle consternation » (presque aussi grimaçante que la constipation).

  10. Legeographe

    Pour revenir à l’article, au sujet de la fabrication de béton (ou ciment ou mortier), on est très souvent quand même dans du transport et non de la confection durant transport, même si ça existe (voir lien ci-dessous) :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9tonni%C3%A8re#Mod.C3.A8les_sp.C3.A9cifiques

    Le camion que l’on voit le plus souvent en train de tourner et qui porte des gros volumes est un camion toupie (appelé aussi camion malaxeur) :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Malaxeur_%28camion%29

    La raison de toute ces transports fous est dû entre autres à la relativement rapide prise du béton et du ciment. Alors, pourquoi ne fabrique-t-on pas ces produits sur place ? La réponse nous vient du 19e siècle déjà. *Révolution industrielle* ! On n’a plus taillé les pierres sur les chantiers, mais on les calibrait toutes et on n’avait plus qu’à cimenter le tout en un temps record sur le chantier en question. Le gain de temps pour les grosses structures est en partie la raison de tout cela.

    Pour le béton ou le ciment ou le mortier, on le produit dans des centrales à béton (gains d’économie d’échelle, surtout dans les grosses structures). Ensuite, il faut tourner et tourner le produit durant tout son transport pour éviter le plus longtemps possible que celui-là prenne.

    Voilà, c’est un peu technique comme nuances, mais la raison à retenir est souvent la même : gain de temps (Lapin Blanc) dans le cadre de cette chère révolution industrielle (et économies d’échelles) ! La conséquence est souvent la même : perte d’énergie ! La catastrophe devient de jour en jour plus imminente, avec toujours la même cause physique : la loi de l’entropie (2e loi de la thermodynamique).

  11. julie

    De toutes façon ce n’est pas en déversant votre frustration sur un blog inconnu que vous changerez les choses.
    Moi j’ai une voiture car des fois je suis obligée de al prendre, mais je l’assume.
    Mais je roule beaucoup à vélo et ne mange pas de viande
    Moi je sauve la planète et pas vous, je fais même des donations à greenpeace! et ouais vous ne l’avez pas vu venir hein?

  12. Legeographe

    Julie, je vous rassure (enfin, quoique, je ne sais pas si c’est rassurant, c’est juste de l’honnêteté intellectuelle que de le dire mais pas encore de l’engagement suffisamment radical…), des gens intervenant sur ce site ont une voiture, dont moi-même.

    Julie, je vous prie de dire ce qui dans la frustration de vivre dans un monde voué à la bagnole est honteux.

    Sinon, si « troller » est votre passe-temps (désolé, je n’aime pas bien cette accusation, je n’aime pas discréditer, mais c’est cette fois plus fort que moi !), c’est un petit peu drôle pour vous seule, mais beaucoup moins que les Joylet de Tommili !

  13. julie

    Je vais vous dire,
    Je communique souvent avec mon correspondant allemand qui habite munich et qui fait partie d’une association qui fait pression sur la mairie pour rendre des rues piétonnes dans le centre-ville, et ils ont déjà eu gain de cause. C’est aussi lui qui m’a convaincue d’utiliser plus le vélo et de manger moins de viande. Mais de son côté, c’est un passionné de sport auto, il a été commissaires de rallyes locaux et du rallye d’allemagne.
    Comment-est-ce possible me diriez-vous?
    Tout simplement c’est un vrai écolo, car il s’attaque aux vrais problèmes et en fait pas de la figuration.

  14. dominique

    je pense pas que Julie « troll » , car il est certain que sur carfree, il y a quelques intervenants ( 3 ou ‘ ) qui sont prompts à dégainer les insultes, reconnaissez le, merci .
    Ne serait que l’article levez vous les bouses ! c’est sympa ça ???
    pourtant c’est bien ici

  15. Legeographe

    Julie, peut-être votre ami munichois fait-il avancer personnellement le schmilblick. Peut-être même plus que moi (si j’écris des articles sur ce site, cela ne m’empêche pas non plus de militer à Vélocité 63)…

    Sur l’image des rallyes et la valeur de développement des territoires qu’on leur accorde, il y a eu moult articles sur le présent site, dont lui par exemple :
    http://carfree.fr/index.php/2010/10/04/lalsace-loeb-otomisee/

    Personnellement et même collectivement, on peut faire avancer les choses sur un plan. Mais les images collectives que l’on entretient sur d’autres plans sont aussi dévastatrices : comme de continuer à dire que le défouloir « sportif » qui consiste à appuyer sur un champignon n’a pas de conséquences négatives sur l’image que l’on se fait de la *consommation* de la nature.

    « Vrai écolo », votre ami ? Il peut l’être dans beaucoup de ses idées, il peut même être très efficace dans la protection du piéton et du cycliste s’il se charge de dire que les voitures ne sont pas acceptables quand il y a densités de piétons et de cyclistes. Mais est-il normal d’accepter toujours autant de voitures même en dehors des villes (quand on prend la voiture pour 20 km de trajets pendulaires, soit 10 km à l’aller et 10 au retour, on fait quand même du mal à chère planète) ?

    Petit calcul :
    Prenons l’exemple de quelqu’un qui habite à 10km de son boulot qui est en ville (ou à la campagne, ça marche aussi). 20 km par jour rien que pour aller au boulot, c’est 100 km par semaine si l’on va travailler 5 jours par semaine au boulot (sans déplacements professionnels : que le trajet dodo-boulot ici). Si on enlève 5 semaines de congés payés (on va pas s’amuser à compter le nombre de jours fériés par an en France, on écarte cela du calcul même si ça m’arrange), le Français en général va travailler 47 semaines dans l’année ; 100 km par semaine, 47 semaine par an, ça fait :
    100 X 47 = 4700.
    4700 km, on est presque au nombre des 5000 km que l’on dit représenter 500 kg de GES équivalent carbone, cette limite que l’on disait représenter le droit moyen des humains (si on donne le même « droit » à polluer à un Éthiopien qu’à un Américain).

    4700 km, c’est ce que fait donc quelqu’un qui va au boulot en voiture, qui habite à 10 km de son boulot en ville dans un périurbain très proche (en banlieue pour les grandes agglomérations comme Paris, Lyon, Lille, etc.). Je ne parle pas de la construction d’une voiture qui donne une émission de 1500 kg de GES équivalent carbone. Et nous n’avons pas parlé des 5 semaines de congés où le gentil monsieur ira peut-être avec sa voiture jusque dans les pays voisins, ni des week-ends où le gentil monsieur va faire des petits allers-retours d’hyperactif ou bien même se payer une escapade dans les régions voisines.
    4700 km par an (en voiture) en trajets pendulaires sur une distance risible (cf l’article récent « Debout les bouses » sur le présent site) pour bien des gens qui ne souffrent pas d’un handicap (nous n’avons jamais dit ici que nous voulions voir souffrir ceux qui n’ont pas la chance d’avoir peu de problèmes de santé physique), et ça vous flingue 94% (4700/5000 =0,94 !) du « droit » éthique moyen de l’humain à émettre des GES.
    94%, dites-donc, il va pas beaucoup bouffer s’il veut pas dépasser les 500 kg de GES équivalent carbone, cet automobiliste pendulaire !

    Et encore, les 500 kg de GES équivalent carbone sont un calcul qui dépendait d’une démographie mondiale de 6 milliards ou 6 milliards et demi (je ne sais plus, désolé pour l’inexactitude). Or, on a dépassé les 6 888 800 000 :
    http://www.worldometers.info/fr/

    Je vous laisse savoir ce qu’il faut dire des rallyes automobiles (l’amour de la sensation d’avaler de l’asphalte, des km à toute vitesse, pour le plaisir de la route, pour le plaisir de refaire les légendaires « road movies », amène très vite les gens à faire ces 5000 km annuels plutôt qu’à se bouger le popotin pour 20 km quotidiens à vélo).
    J’ai mon idée sur ces rallyes (et pourtant, votre ami est peut-être un des meilleurs protecteurs du piéton et du cycliste dans les centres-villes, je ne peux pas le contredire tant que je n’ai pas vu son action).

    NB : quand je dis avoir une voiture, elle a fait environ 2500 km depuis février dernier et c’est déjà beaucoup trop (je ne la prends presque jamais, en fait, je la prête presque autant que je m’en sers moi-même… normal sur ce dernier point, puisque je ne m’en sers jamais seul… Je préfère me casser le cul à pédaler 150 km en un week-end plutôt que de prendre ma voiture pour aller à ce beau week-end où tout le beau monde a pensé à tout apporter (des boissons, des chips, de la bonne humeur) sauf à venir de façon réfléchie et responsable.

    Voilà.
    Je ne sais pas si je fais de la « figuration » quand je dis à mes potes qu’ils ne me feront pas prendre la voiture pour faire 3 kilomètres, et que je ne ferai pas un trajet en voiture pour dans le département alors que le département est une échelle encore à taille humaine pour un cycliste (pour informer les non-Français mais aussi les Français à tout hasard, le département est une circonscription administrative française qui a été délimitée à la fin du 18e siècle à une échelle permettant entre autres choses de pouvoir venir du bout du département jusqu’à la préfecture [chef-lieu du département] en une journée à cheval).

    Moi, mon road-movie, je le vis tous les jours sur mon vélo et j’y prends beaucoup de plaisir poétique. Malheureusement, même avec cela, les 2500 km depuis février dernier sont assez révélateurs de la vitesse à laquelle 5000 km se font en voiture, sans même que l’on s’en rende compte.

    Et je vous pose la question, Julie, question que vous pourriez à vrai dire poser à votre correspondant munichois (qui ne doit pas être un imbécile s’il croit bon de convaincre les gens du gâchis que représentent la surconsommation de transports motorisés et la surconsommation de viande) : combien un conducteur de rallye fait-il de km par an ? Et surtout, combien de GES pour 5000 km (puisque, à mon avis, vu l’agressivité de ces conduites sportives, vitesse et accélération comprises, on doit être bien au-delà des 500 kg de GES équivalent carbone) en rallye automobile ? Combien de parts d’Éthiopien, de Malien, de Nigérien, de Soudanais, de Tchadien, d’indigènes amazoniens, un conducteur de rallye ponctionne-t-il ? Personnellement, je crois en voler moins que n’importe quel conducteur de rallye…

  16. Pim

    @Julie : Ton pote allemand est plutot un bobo! Je prétend etre écolo la semaine parce que je fais du vélo la semaine, je mange bio, pas de viande bla bla bla bla mais le WE je pollue comme un abruti, je détruis les routes de campagne, mais je m’en fous, c’est pas chez moi, et j’ai bonne conscience car je suis écolo la semaine. Et pour les vacances, il part aux Seychelles en avion je présume….

  17. Pim

    Pour Julie, j’ajouterai que ta vision de l’écologie me fait penser à Ecologie magazine sur papier glacé, en vente dans toutes les grandes surfaces, entre le rayon charcuterie et bricolage, avec une couverture verte, des pubs pour le capitalisme vert, la voiture verte, les ‘bio’carburants, des produits bio directement importés du mexique, des yaourts banone pour rester mince au bio bifidus machin, des boules en plastiques pour la machine à laver, des gadgets machins magnétiques, des ampoules à economie d’energie, et surtout beaucoup de consommation, encore et toujours!!!!!

  18. apanivore

    Julie, je ne porterais pas de jugement sur ta personnalité et tes engagements écologiques sur les quelques lignes que tu as écrite. Mais évite un peu le « moi je, moi je ».

    Rien ne te dis que les habitués du site ne sont pas également engagés dans la politique locale, dans les associations, et dans l’action concrète. Rien ne te dis que ceux qui commentent ne se « bougent pas tous les jours ».

    Ici aussi on évite les jugements et les classements en importance de telle ou telle cause. Le « sport » automobile est une activité foncièrement polluante, n’en déplaise à ton ami allemand. Et ce n’est pas parce qu’il y a un tabou à s’attaquer aux loisirs de notre « société de loisirs » qu’il ne faut pas s’y attaquer.

  19. Legeographe

    Bon. désolé pour la longueur de mon dernier commentaire qui visait à faire des petits calculs pourtant utiles à rappeler.
    Oui, Dominique, je sais que, certaines fois, j’ai remarqué des propos insultants.
    Mais dans le cas de cet article, je ne vois aucune « haine ».
    Dans le cas de « Debout les bouses », je considère juste le style comme étant une retraduction d’un message passé par la publicité en question, message qui ne devrait même pas avoir besoin de faire l’objet d’une pub si les gens étaient assez intelligents ou courageux pour travailler leur forme physique. Est-ce que je suis en train de dire que les gens manquent d’intelligence ou de courage ? À vous de me donner une réponse qui soit valable si vous ne trouvez pas que les gens manquent d’intelligence ou de courage pour certaines choses évidentes (ne pas bouger du tout ses fesses, c’est pas très naturel, ça l’est *presque* [mais pas vraiment, puisque plein de maladies viennent contrecarrer le non-effort physique de la modernité] devenu pour une partie de la population tellement le corps est assisté de machines-prothèses avilissantes comme le dit l’article).
    « Debout les bouses », c’est en quelque sorte de l’humour sur ce qui est évident : « bougez », même l’INPES le dit et le redit, à raison.

    L’INPES ne demande quand même pas, dans sa pub, aux paralysés de se déplacer à vélo, ni aux culs-de-jatte de se déplacer à pied. L’INPES, pour parler avec des euphémismes non insultants, *préconise grandement aux gens en mesure de bouger de le faire s’ils ne veulent pas avoir de sérieuses complications à un âge avancé* (ou même pas avancé, puisque l’obésité par exemple est une complication qui arrive dès l’enfance, de nos jours). Voilà : sans efforts, nos enfants seront tous obèses (et le manque d’efforts physiques, la voiture y participe très très très grandement). Dit comme ça, on peut légitimer maintenant le « debout, les bouses ». Les gens qui n’entendent pas (ne comprennent pas) le message de l’INPES sont gravement sourds dans ce cas ! Alors, le « debout les bouses » ne me paraît pas insultant ; c’est juste dire une évidence de façon humoristique. Sur ce site, les questions qui ne sont pas évidentes n’ont pas l’habitude d’être traitées à la légère, à mon goût (d’où, d’ailleurs, des insultes qui ont été échangées çà ou là, mais pour des batailles intellectuelles). Là, pour ne pas comprendre le message de se bouger, ce n’est pas un message intellectuel. Tout adulte non handicapé qui lit l’article devrait être en mesure de recevoir une telle injonction sans qu’il ne voie de problème : « debout la bouse », c’est juste répéter ce qui est évident.

    Ensuite, l’INPES ne dit pas si c’est facile ou pas de se mettre au sport quand on est obèse. Ce n’est peut-être pas facile, mais il est évident que le problème se résoud de cette façon : le sport fait plus de bien que de mal dans ce cas-là. Les gens le savent, et l’obésité n’est pas une maladie incurable. L’INPES invite avec euphémisme les gens à « se sortir les doigts du cul » (pour prendre une expression vulgaire) parce que c’est une solution très très très simple : ce problème de santé se règle assez simplement avec de la volonté. Même situation pour la clope : le problème de la cigarette pourrait aussi se régler de façon simple pour tous ceux qui n’ont jamais commencé à fumer. La volonté est ici *celle de ne jamais commencer* ; et que le Ministère ait voulu mettre des photos absolument dégueulasses sur les paquets de clopes aurait à mon avis fait réfléchir ceux qui n’ont jamais fumé. Tu vois une image dégueu de ce qui est une réalité cachée, tu ne commences pas à fumer à la légère ; même quand t’es un pré-ado !
    Les photos dégueu ne m’auraient donc pas choqué.

    « Debout, les bouses » ne me choque pas, je peux en copier 300 lignes si vous voulez.

  20. Alain

    Faut dire que Julie peut avoir des gros apriori sur ce site (quand on voit qu’on se fait traiter de capitaliste parce qu’on dénonce les retards récurrents de la SNCF…).

    Son ami munichois n’est sans doute pas l’apotre de l’écologie profonde et son soutien aux rallies auto en est la preuve. Mais les apotres de l’écologie profonde, ça n’existe pas. Peut-être Pierre Rabbhi, mais depuis qu’il s’en va porter la bonne parole au Medef qui en rit, beaucoup moins qu’avant.

    En réalité, on peut toujours dire « machin salaud » ou « truc machin capitalo », en réalité, c’est TOUS coupables.
    Y’en a qui militent, ok. en fait, on milite tous. Mais bon, on milite avec quoi? Un ordinateur pour certains, un portable dans la poche pour d’autres, un petit voyage pour une conférence pour encore d’autres. Du mouvement, de la parlotte. Bref, de l’agitation humaine. C’est tout.

  21. MinouMinou

    « Y’en a qui militent, ok. en fait, on milite tous. Mais bon, on milite avec quoi? Un ordinateur pour certains, un portable dans la poche pour d’autres, un petit voyage pour une conférence pour encore d’autres. Du mouvement, de la parlotte. Bref, de l’agitation humaine. C’est tout. »

    Que de préjugés, Alain !
    Personnellement, en dehors de Carfree, je milite bien plus radicalement :

    1. Je travaille à faire connaître le Front de gauche dans les universités et dans les banlieues, au sein du « réseau jeunes » du Parti de Gauche, parce que pour moi – et ce n’est que mon avis – militer c’est amener la gauche authentique au pouvoir en 2012, et à ceux qui disent qu’elle n’est pas authentique je leur dis que c’est ce que nous avons de mieux.

    2. Considérant une certaine forme de sabotage et de destruction comme une forme de militantisme (et je reconnais que cela peut être inutile, mais je le fais quand même), je gène la circulation, je tagge des bagnoles et des caméras de surveillance.

    3. J’essaie de rappeler les profs à leur devoir.

    4. Évidemment je me déplace le plus souvent à pied, et je suis ravi de m’être fait voler mon vélo. Ce n’est qu’un objet. Je ne fais pas un caprice, moi. De temps en temps je prends le train, et je ne tape pas des pieds quand le train est en retard.

    Mais tout ça c’est de la parlotte, n’est-ce pas ? D’ailleurs tu n’as aucune preuve que je dis la vérité. Mais puisque tout n’est que parlotte, que viens-tu parlotter ici ?

    Va donc voir sur le forum des Alains qui concilient écologie et haine des grévistes…

  22. cycliste alcoolique

    Julie Julie, vous avez besoin d’un ami Munichois féru de sport automobile pour vous convaincre que de faire un peu plus de vélo? Effectivement vous allez perdre votre temps ici.
    Pour répondre rapidement à une de vos petites montée de lait. carfree.fr nous inspire ici au Québec. Je suis actifs dans dans certaines associations + conseiller dans un parti politique (municipal) au pouvoir, carfree.fr est une grande source d’information.

    D’ailleurs, merci Minou de m’avoir fait redécouvrir Mélenchon.

  23. Alain

    Salut Minou, toujours en forme.

    T’es au front de gauche? C’est bien de croire que la politique, ça sert encore surtout en oeuvrant dans les partis type staliniens. Moi, y’a belle lurette que je ne crois plus dans les politiciens. Au fait, quand tu croiseras Melenchon, n’oublie pas de lui parler des tibétains….
    Je comprends mieux tes réactions maintenant. N’oublie pas d’aller sur le site de Nicolino, t’en apprendras de belle…

    Je ne tape pas du pied quand le train est en retard, je tape du pied quand le train est TOUT LE TEMPS en retard, ce qui est le cas sur des dizaines de lignes.

    T’es bien le 1er mec qu’est content de se faire voler son vélo. Personnellement, je ne trouve pas ça drôle, ni intelligent. Ca montre juste la cupidité et la bêtise des hommes.

    cycliste Alcoolique:
    Je suppose que t’es conseiller au sein de Projet Montréal? fuis Melenchon alors, rien à voir avec l’organisation de Projet Montréal qui est participative, alors que le front de gauche, c’est un chef et les autres en dessous, malgré le fait qu’ils disent que non.

  24. MOA

    Alain, les tarifs SNCF vont augmenter. Annonce faite aujourd’hui.
    La raison De cette augmentation sous forme de quizz (comme a la télé ahahah) :

    -1- augmenter les salaires de ces « feignasses de cheminots » (corrigez si je ne traduis pas bien ce que vous en pensez »
    -2- entretenir l’infrastructure qui est dans un état pitoyable

    quand vous aurez trouver la réponse, reposez vous la question du service déplorable de la SNCF selon vous.

    je ne suis pas devin mais je suppute que vous allez préférer continuer à taper sur les gars de la SNCF. Me trompe-je?

    Au fait, bien enten

  25. MinouMinou

    « T’es au front de gauche? C’est bien de croire que la politique, ça sert encore surtout en oeuvrant dans les partis type staliniens. »

    Oh, comme tu es prévisible ! Le même discours que les médias ! Le lavage de cerveau fonctionne : « Mélenchon = stalinien ». Les médias le disent, c’est donc vrai ! Ben voyons. Tu as bien écouté tes maîtres, bravo !

    « Moi, y’a belle lurette que je ne crois plus dans les politiciens. »

    Ouais t’as trop raison y sont tous pourris, ne votons pas, laissons passer la droite jusqu’en 2030, et attendons le grand soir !

    « Au fait, quand tu croiseras Melenchon, n’oublie pas de lui parler des tibétains…. »

    Toujours la même pratique mesquine : décrédibiliser un homme en prenant un sujet particulier sur lequel il est faible, et oublier toutes ses qualités. Voir toujours le côté sombre. Omettre toujours, et volontairement, que Mélenchon n’est pas doctrinaire, que Mélenchon n’est pas le Parti de Gauche ni le Front de Gauche, mais en est le co-président, que le Front de gauche est composé de milliers de militants et pas seulement de Mr Mélenchon.

    « Je comprends mieux tes réactions maintenant. N’oublie pas d’aller sur le site de Nicolino, t’en apprendras de belle… »

    Merci du conseil. Je connais Nicolino et je l’estimais beaucoup jusqu’à ce qu’il tienne le discours pessimiste et nihiliste du « tous pourris », « attendons quelque chose », « quelque chose viendra », « il faut inventer »…

    « Je ne tape pas du pied quand le train est en retard, je tape du pied quand le train est TOUT LE TEMPS en retard, ce qui est le cas sur des dizaines de lignes. »

    Eh bien moi quand le train est TOUT LE TEMPS en retard, je ne tape pas des pieds non plus. Lis les Stoïciens, pour t’éduquer, ou éduques-toi toi-même. Deviens un homme, petit, c’est ridicule de pleurnicher comme ça. Aller va voir Maman elle va te moucher, tu as le nez qui coule.

    « T’es bien le 1er mec qu’est content de se faire voler son vélo. Personnellement, je ne trouve pas ça drôle, ni intelligent. Ca montre juste la cupidité et la bêtise des hommes. »

    C’est la différence entre des gens comme toi et des gens comme moi, tu vois ? Il est question d’un objet. Ce n’est pas grave, ce n’est qu’un objet. Je me débrouille. Personnellement je me dis que celui qui m’a volé mon vélo n’est pas un riche, puisque les riches, par définition, n’ont pas besoin de voler. Je ne veux donc même pas savoir « pourquoi » on me l’a volé. Mon combat, c’est contre les riches que je le mène, et uniquement contre eux. Toi, tu es victime du lavage de cerveau capitaliste et médiatique : « Pauvres et classes moyennes, bouffez-vous la gueule entre vous pour que nous puissions continuer à mieux régner ». Moi je ne tombe pas dans le panneau. On m’a volé mon vélo ? Et alors ? Il y a plus urgent qu’en vouloir à plus pauvre que moi ou à mes égaux.
    Pareil pour l’anti-syndicalisme et l’anti-grévisme : tu tiens exactement le même discours que les sarkozystes.

    « le front de gauche, c’est un chef et les autres en dessous, malgré le fait qu’ils disent que non. »

    Voilà de la pure calomnie. La même calomnie que TF1 et autres médias sarkozystes. Pauvre Alain, victime de la propagande, qui ne comprend pas pourquoi Mélenchon se fait démolir par les médias. Les médias vivent du capitalisme, Mélenchon est donc leur ennemi. Ils défendent leur bifteck, donc ils doivent le calomnier, ils ne peuvent que le calomnier. Et tu tombes dans le panneau, comme les gros beaufs qui prennent la voix des médias pour celle de Dieu…

  26. Flower

    En ce qui concerne cet article, il est génial! Je suis certaine que de nombreuses personnes seraient ravies d’avoir des roues greffées à la place des jambes!! Surtout en ce qui concerne les personnes qui roulent en 2RM et qui ne souffrent pas de faire 5 mètres à pied, ni même 2!! Surtout à Marseille les gens en 2RM se garent systématiquement devant le lieu où ils se rendent, le plus souvent en plein milieu du trottoir et même s’ils doivent parcourir 50 mètres en roulant sur le trottoir!! Je considère que toutes les personnes en 2RM sont des feignasses. Pour les personnes en voiture à mon avis c’est moins systématique bien que très vrai, particulièrement aux Etats-Unis où là en dehors des villes c’est très très grave, les gens ne marchent plus du tout…

  27. MinouMinou

    Autre raison de cette calomnie, qui existe même à gauche : la peur du changement. Quand on a peur du changement, on invoque tout de suite le stalinisme et les goulags, comme ça la discussion est finie.
    Le premier qui dit goulag a gagné. Goulag ! Prem’s ! C’est moi que je l’ai dit avant ! Hop Mélenchon poubelle !
    Il veut rompre avec le productivisme ? Stalinien ! Poubelle ! Il veut prendre aux riches pour donner aux pauvres ? Populiste ! Non mais il se prend pour Robin des bois ou quoi, c’est dépassé ça, c’est plus à la mode, c’est pas « cool » de dire des choses aussi simples. Euh, pardon, simplistes. C’est vrai quoi, c’est « simpliste » de prétendre prendre aux riches pour donner aux pauvres et dire dire « qu’ils s’en aillent tous », « allez-y, dégagez, bon vent ! ». C’est plus à la mode et surtout c’est stalinien. Pfff !

  28. Alain

    Moa:
    Bien vu la propagande du gouvernement: Les tarifs ONT augmentés. Le mois dernier, mon billet d’abonnement TER s’est pris une augmentation. Le guichettier m’a assuré que non, mais j’ai payé plus cher et il a refusé de voir la réalité. Pour mieux améliorer le réseau? Mon oeil!!!! Z’ont de l’argent pour foutre des bornes WIFI dans les TGV et pour mettre des écrans plats dans les gares, z’ont des sous pour changer tous les écrans d’informations (à quoi ça sert? à rien, les anciens marchaient très bien) dans toutes les gares mais z’ont pas de sous pour les rails à entretenir? Foutage de gueule, comm’ à tous les étages, et argent dans les poches au frais des cons qui se font avoir…. Ca change pas…. C’est çà, le business!

    Minou:
    J’écoute pas les médias. Mais les mecs du Front de Gauche, j’en côtoie, disons que je les évite plutôt. Anciens mecs du PCF bien souvent.
    Le vélo, c’est qu’un objet. Ce n’est pas grave. Les objets ne sont pas graves, surtout quand on en a besoin et qu’on se l’ai fait tirer???
    Si les objets ne sont pas graves, file ton ordinateur à Mélenchon, ça lui servira peut-être pour sa propagande stalinienne.
    Mais oui, mais oui. Je suis un capitaliste égoîste, sarkosiste. De toutes les façons, dans les partis front de gauche, quand t’es pas d’accord, t’es un ennemi du peuple, à droite!!! C’est ton discours qui tient pas la route.
    D’ailleurs, tu crois que j’ai que cela à foutre d’attendre dans les gares des 10,15,30,40 mns par jour? tu crois que ma vie c’est payer pour attendre des trains, alors que j’ai d’autres choses à faire. Tu crois que si on a inventé les horaires, c’est pour ne pas les respecter.

    en plus, ton discours du « c’est les pauvres les voleurs, car les riches n’ont pas besoin de voler » c’est d’un pitoyable. Les voleurs sont les voleurs. Y’en a des riches (Madoff, Sarko, Bettencourt) et y’en a des pauvres.

    Je te parle de trains en retard de façon récurrente. Je ne vois pas le rapport avec les grèves, ni avec les syndicats. Ok, j’ai bien dit que les syndicats bobos, ceux qui rêvent de fournir une retraite dorée à leur sympathisants (pour qu’ils s’achètent un camping car et aillent pêcher au Maroc, oui, oui, y’en a) sont dans l’erreur consumériste. Ok, j’ai dit que leur grève ne mènent nulle part (le grand soir, ça n’existe pas et les politiques se foutent comme de l’an 40 des trains qui ne roulent pas, vu qu’ils ne le prennent pas. Ils prennent l’avion ou roulent à 300 sur les autoroutes).

    En réalité, tu dis que mon discours est futile, mais le tien n’est guère mieux.
    T’aimes pas Nicolino parce qu’il montre que y’a pas un politic(h)ien pour rattraper l’autre. Mais mon tout beau, ouvre les yeux, tu crois que je passe ma vie devant LCI ou I-TV à gober des erreurs et des mensonges, mais t’as pas dépassé l’idée que la démocratie aujourd’hi, c’est un jeu de dupes?
    C’est pas Mélenchon qui a écrit: « qu’ils s’en aillent tous ». Tous? Tous sauf lui, sans doute…. Un joli livre d’ailleurs, qui évoque les révoltes populaires d’amérique latine comme un exemple. Je pense qu’il connait bien l’Amérique Latine et ses fameuses révoltes. Celles des Lula et des Chavez, celles qui couvrent les forêts amazoniennes de champ de canne à sucre ou de maïs OGM, celle où dans ces champs les travailleurs sont toujours des esclaves comme il y a 20 ans. Celles des implants mammaires sur les filles de 10 ans au Brésil, de la société des portables, de l’internet. Bref, du même capitalisme que l’ennemi du nord mais en plus contrôlé.

    « Les médias vivent du capitalisme, Mélenchon est donc leur ennemi. »
    Ah ben oui: CQFD: une viste chez Drucker arrange tout?

    « Moi je ne tombe pas dans le panneau. »
    Moi non plus.

  29. CarFree

    Perso, j’ai vraiment du mal avec le discours « y font chier ces syndicalistes (cgt) de la sncf assis sur leurs privilèges »… Je crois comprendre la critique (en gros, ils défendent la société de consommation, leur pouvoir d’achat pour mieux acheter des produits toujours plus inutiles), sauf que cette critique rejoint dangereusement celle des sarkozystes et autre libéraux qui passent leur temps à taper sur les fonctionnaires « privilégiés », « qu’en foutent pas une rame »…
    Les amis de mes ennemis ne sont pas mes amis…
    Et je pense surtout que la critique (décroissante) des cheminots ne tient pas vraiment la route… Dans le contexte actuel, attaquer le service public ne sert pas la cause de la décroissance, mais celle du libéralisme! En outre, si les cheminots et les fonctionnaires font la grève pour leur pouvoir d’achat, cela ne se résume pas qu’à cela : très souvent ils font grève pour le service public, la défense des missions de service public, etc. Et même leur « défense du pouvoir d’achat » ne me paraît pas si coupable que cela… chacun lutte à sa manière dans le monde actuel. Et le lavage de cerveau consumériste permanent touche tout le monde à plus ou moins grande échelle… Les cheminots, comme d’autres, en sont aussi victimes. Tout le monde n’a pas forcément le temps, la capacité, la culture historique, conceptuelle, etc. pour tout remettre en question du jour au lendemain et jeter aux oubliettes des décennies de consumérisme martelé par la pub et le marketing, la télé et les médias… Evidemment qu’il faut que les gens évoluent, mais c’est un peu facile de taper sur les cheminots qui veulent plus de fric pour vivre quand une véritable caste de privilégiés (l’oligarchie au sens d’Hervé Kempf) s’en met plein les poches en privatisant toujours plus les services publics…

  30. Alain

    Carfree:
    Je crois avoir signaler que lorsque dans les gares les syndicats distribuent des tract, ils parlent en gros de la casse des services publiques dans le titre et finissent toujours dans le dernier paragraphe par parler par parler de leur salaire qu’il faut revaloriser. Essaie de leur parler de la décroissance comme je l’ai fait une fois, et je me suis fait taper dessus (un peu comme Minou, mais c’est logique, c’est la logique de l’extrème gauche). Moi, je n’y ai jamais lu « la défense du service public » mais plutôt « mon argent, ma bagnole, ma maison, mon petit rêve… ».

    Dire que les services publics ne marchent plus ou marchent tellement mal que ça dégoute de les prendre, çà n’a strictement rien à voir avec du sarkosisme, c’est juste voir. Il ne faut pas se voiler la face. Lorsqu’une chose ne marche pas, il faut le dire.
    Et quand ça ne marche pas, faut faire le gentil en se disant « oui, mais tu comprends, c’est du service public, faut prendre sur toi, faut rien dire, c’est de la faute à personne », autant fermer sa gueule sur tout. Parce qu’on pourrait aussi avoir le même discours pour la bagnole « il avait 200 mètres à faire, mais il est fatigué alors il peut, c’est pas grave, juste une fois, après tout, c’est pas la fin du monde ».

    D’ailleurs, le pouvoir d’achat, c’est la grosse farce du monde moderne: Dans ma boite, y’en a plein qu’on des BMW sur le parking, 3 portables dans la boite, 4 télés à la maison, qui vont à la mer l’été, et à la montagne l’hiver (tout en guelant sur la neige qui tombe sur le capot de leur BMW quand ils sont au boulot) mais qui ne mangent pas bio parce qu’ils n’ont pas les moyens et qui sont tout le temps en train de réclamer du fric « parce que la vie est dure » et que « le pouvoir s’effrite ».

    Dans le contexte actuel, critiquer les « services publics », qui d’ailleurs sont des concepts étatiques nationaux donc déjà fortement critiquables dans une société de décroissance, ne sert personne en effet. Mais faut-il mettre la tête dans le sable et ne pas dire ce qui est?
    On vit vraiment dans le mensonge par omission:
    Faut pas dire que les bagnoles polluent, faut pas dire que les syndicats sont des machines de propagande, faut pas dire que les poissons, oiseaux, abeilles meurent, que la mer est pollué, tout comme les rivières et les sols, que les politiques sont devenues des démagogues et des arrivistes, que ce monde s’auto-détruit. On se heurte toujours au même mur: refuser e voir la vérité car la vérité dérange.

  31. CarFree

    Personne ne dit « qu’il faut rien changer »… Les services publics doivent évoluer pour rester des services publics adaptés aux enjeux de notre société. Il faut juste être clair et bien capter les conséquences de ce qu’on avance… En matière de service public, la réalité, ce sont des décennies d’attaques en règle, de diminution du nombre de postes, de disparition des missions de service public, etc. Après, on s’étonne que « ça marche moins bien » ou « pas comme on voudrait »… Mais c’est une stratégie gouvernementale depuis des décennies: laisser pourrir les services en abandonnant des missions, en supprimant des postes de fonctionnaires tous les ans, en diminuant les moyens alloués, etc. pour prendre ensuite la population à témoin en disant : « voyez comme ça marche pas bien alors que si on privatisait, ce serait le paradis du consommateur »… Sauf que quand on regarde les résultats, par exemple en matière d’énergie (californie) ou de transport public (grande-bretagne), c’est carrément catastrophique!

  32. Alain

    Mouais, ce qui faut voir aussi, c’est que c’est tout juste si on n’a pas reproché à Julie de n’être pas assez radicale dans ses efforts (voir les commentaires à son encontre) et faut trouver des excuses aux syndicalistes consuméristes. Comprenne qui pourra.

    Faut qu’en même voir que les TER c’est financé en très grande partie par les régions, donc que c’est quand même à grosse base de financements publics mais on peut pas dire que ça s’améliore. En tout cas, pas dans ma région (Centre). Faut aller faire un tour sur le site du conseiller régional chargé du transport (donc chargé des TER), c’est à pleurer. Il passe son temps à écrire des articles sur le gouvernement qui blablabla. C’est un mec du PC. Mais pas un article qui parle de comment il va faire pour faire mieux avec les sous-sous qu’on lui file sans broncher (vu que les impots, on peut pas y’échapper).

    Un autre exemple? Dans ma ville (St Pierre Des Corps), majorité PCF. Les verts et le NPA ont demandé la fin de la concession municipale de l’eau accordée à Veolia. Et tu sais quoi? Le PCF s’y oppose, le PS aussi, des membres de l’asso ATTAC aussi: Après, on pourra toujours dire que si l’eau est privatisée, c’est de la faute au gouvernement…

    Tu veux un autre exemple? Les transport de bus scolaires qui s’arrêtent avant que la neige tombe, juste parce que les élus (cette fois-ci les élus du département) flippent. Et là encore une fois, une élue du PCF est chargé du transport. Après, on s’étonne que tout le monde monte dans sa bagnole pour tout ou pour rien. Là non plus, c’est pas de la faute du gouvernement.

    En réalité, c’est tout le pays qu’est pitoyable. Englué dans des luttes d’un autre âge, avec des jolis tribuns qui parlent pour ne rien dire chez Drucker et les autres tout en maudissant la société de l’image et les journalistes véreux, des décroissants qui passent leur vie derrière leur ordinateurs mais qu’on voit jamais aux actions écologiques (c’est le cas dans mon coin), franchement, ça m’étonne pas que les plus malins (sarko) et les bouffons qui les entoure s’en sortent sans trop de soucis. Faut voir l’état des gens qu’il y a en face. Pitoyable, à vomir, à ignorer.

  33. MOA

    Alain, la dernière intervention de carfree (et la toute première de tassin il me semble, dans un autre article) donne l’explication au fait que les services publics ne marchent pas au mieux. Tous les petits exemples de votre quotidien qui tentent de faire porter le chapeau aux cheminots (grasse mat’…) n’y changeront rien (cela me fait penser au traitement de l’info par les faits divers dont nous abreuvent les médias de masse que vous critiquez -a raison- bref).
    En plus comme l’a mentionné carfree l’exemple du rail en GB est un bon exemple pour voir ce que ça donnera si on continue comme ça avec la SNCF.
    Vous, vous tapez sur les cheminots, mon voisin tape sur les profs et ma collègue tape sur les guichetiers a la poste etc etc… bizarre non? Quel est le point commun? cheminots, postiers, profs : tous des branleurs c’est ça?
    … continuons… comme je le disais ailleurs votre attitude préfigure de ce qui risque de se passer quand le grand foutoir (dû au pbs énergétiques) arrivera.

  34. MOA

    Alain cela n’a rien à voir. Julie n’est pas assez radicale (on va dire ça comme ça) alors que vous vous trompez de cible. C’est ça qui est condamné ici. Autrement dit, le fait de taper sur des cheminots ne consiste pas à être radical, c’est juste une erreur. Le pb n’est pas là.

    On peut supposer qu’une grande proportion d’entre eux ne sont pas sensibilisés au pbs de notre planète/société provoqués par la sur-consommation gloutonne de tout… et donc la decroissance jetée a la figure de grévistes qui n’ont pas réfléchis au pb (mais pourquoi donc n’y ont ils pas réfléchi? Me parait être une bonne question) n’amenera a rien. Ils vont vous prendre un extra terrestre. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les retards que vous subissez dans les horaires sont provoqués parcaqu’ils sont de grosses feignasses privilégiées.

  35. MinouMinou

    À Alain,

    Dans tous les cas, concilier la décroissance avec le qualificatif « feignasse » – c’est-à-dire avec la valorisation du travail pour lui-même – c’est cocasse ! Il fallait y penser !

    Sauf qu’il y a une différence entre la feignasserie de celui qui prend sa bagnole pour ne pas fatiguer ses jambes, et la « feignasserie » de celui qui s’absente ou fait mal son boulot PARCE QU’ IL N’Y A PAS QUE LE BOULOT DANS LA VIE, PARCE QUE SON BOULOT C’EST DE LA MERDE et PARCE QUE LA « VALEUR TRAVAIL » C’EST UN CONCEPT CAPITALISTE que tu essayes de nous faire gober, ici sur Carfree.
    À d’autres, Alain ! Le travail n’est pas une valeur, sauf dans de très rares cas où celui-ci enrichit spirituellement l’homme qui s’y livre, et non pas seulement financièrement.

    Étant donnée l’apologie du travail que tu nous a infligée ici et ailleurs, je ne peux encore une fois que te répondre avec un aphorisme de Nietzsche :

    « Chercher du travail en vue du salaire – voilà en quoi presque tous les hommes sont égaux dans les pays civilisés : pour eux tous, le travail n’est qu’un moyen, non pas le but en soi ; aussi bien sont-ils peu raffinés dans le choix du travail, qui ne compte plus à leurs yeux que par la promesse du gain, pourvu qu’il en assure un appréciable. Or il se trouve quelques rares personnes qui préfèrent périr plutôt que de se livrer sans joie au travail ; ce sont ces natures portées à choisir et difficiles à satisfaire [ces « feignasses » sur qui tu craches, Alain] qui ne se contentent pas d’un gain considérable, dès lors que le travail ne constitue pas lui-même le gain des gains. […] Ces « feignasses » « […] veulent le travail et la nécessité pour autant qu’y soit associé le plaisir, et le travail le plus pénible, le plus dur s’il le faut. »*

    Et il est où, le plaisir, Alain, il est où l’enrichissement spirituel dans le travail d’un guichetier qui fait la même chose toute la journée et qui se fait insulter par des connards comme toi ? Pourquoi devrait-il bien faire son boulot ? Pourquoi devrait-il être servile, ponctuel, présent, enthousiaste, consciencieux ? Sa conscience, justement, devrait lui dicter le sabotage (non-violent, mais qui fait chier les capricieux comme toi qui croient que tout est un dû), l’absentéisme, le retard, le ralentissement de la cadence… en un mot : quelque chose qui se rapproche bien plus de la décroissance authentique que de ta décroissance à toi, que tu crois pouvoir rendre compatible avec la valorisation du travail.

    « Le vélo, c’est qu’un objet. Ce n’est pas grave. Les objets ne sont pas graves, surtout quand on en a besoin et qu’on se l’ai fait tirer???
    Si les objets ne sont pas graves, file ton ordinateur à Mélenchon, ça lui servira peut-être pour sa propagande stalinienne.
     »

    J’en ai autant rien à foutre de mon ordinateur que de mon vélo. Non, les objets ne sont pas graves. Pas pour moi. Il y a plus grave et sur ce point je te conseille – comme Carfree l’a évoqué plus haut – le livre de Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète.

    « en plus, ton discours du « c’est les pauvres les voleurs, car les riches n’ont pas besoin de voler » c’est d’un pitoyable. Les voleurs sont les voleurs. Y’en a des riches (Madoff, Sarko, Bettencourt) et y’en a des pauvres. »

    Tout à fait. Mais comme je ne suis pas un lâche, ceux contre qui je me bats sont les riches. La richesse de quelques-uns équivaut aux salaires de millions de personnes. J’estime donc qu’il y a une différence fondamentale entre voleur riche et « voleur » pauvre. Il y a une priorité : l’écologie – et celle-ci passe entre autre par le combat contre les possédants. Or ta haine ne fait que diviser les pauvres entre eux. Qu’est-ce que tu as contre un cheminot qui gagne 1300 euros et qui en demande 1500 ?
    Bien sûr, il y a plus urgent ! mais pourquoi cracher ton venin sur eux ? Attaques-toi aux puissants, lâche !

    « t’as pas dépassé l’idée que la démocratie aujourd’hi, c’est un jeu de dupes? »

    J’ai cité ici-même : http://carfree.fr/index.php/2010/12/02/un-tramway-nomme-plaisir/ le mot de Serge Portelli, magistrat et vice-président du Tribunal de Grande Instance de Paris : « Nous ne sommes plus en démocratie ». Et de la même façon que les magistrats ne sont pas « tous pourris, tous pareils », je pense qu’il n’y a pas que des « politic(h)iens », comme tu dis. Sinon, autant se tirer une balle. Je suis de nature pessimiste, mais j’y crois encore. À vrai dire, je fais semblant d’y croire encore, on ne sait jamais.

    « C’est pas Mélenchon qui a écrit: « qu’ils s’en aillent tous ». Tous? Tous sauf lui, sans doute…. »

    Tu répètes mot pour mot ce que disent les médias. Tu nous les a presque toutes faites : d’abord « otages », ensuite « syndicalistes privilégiés », puis « les salariés de la SNCF c’est un troupeau d’incapables », ou encore « Mélenchon stalinien », « Mélenchon veut-le-pouvoir-rien-que-pour-lui-tout-seul-le-méchant-opportuniste » …

    Allez Alain, encore ! Tu as bien encore un ou deux clichés qui traînent dans ta boîte à clichés, non ? Tu as oublié « parasite » et « crochets ». Je suis déçu, ce sont pourtant des classiques !
    Quant à l’expression « Qu’ils s’en aillent tous ! », elle est adressée aux riches qui n’ont qu’un argument à la bouche : « si vous nous taxez on se barre à l’étranger ». Mais qu’ils dégagent, putain ! Barrez-vous !

    « Je pense qu’il connait bien l’Amérique Latine et ses fameuses révoltes. Celles des Lula et des Chavez, celles qui couvrent les forêts amazoniennes de champ de canne à sucre ou de maïs OGM, celle où dans ces champs les travailleurs sont toujours des esclaves comme il y a 20 ans. Celles des implants mammaires sur les filles de 10 ans au Brésil, de la société des portables, de l’internet. Bref, du même capitalisme que l’ennemi du nord mais en plus contrôlé. »

    Je connais très mal l’Amérique latine. Je te crois, et Mélenchon n’est pas mon gourou, ok ? Tout n’est pas cohérent dans ses propos. Je ne suis pas d’accord avec lui sur tous les points. Mais pourquoi salir un homme en pointant ses défauts sans tenir compte de ses qualités, qui sont dans le cas présent (à mon humble avis) plus importantes ? Mettons que Mélenchon ne soit pas « ce que nous avons de mieux », mais ce que nous avons de « moins mauvais », ça te va ? Ou alors qu’y a t-il en face, s’il y a « moins mauvais » ? Qui ?
    C’est tellement facile de dénigrer sans connaître…

    *Le gai savoir, Livre premier, aphorisme 42.

  36. alain

    Moa:
    Je n’ai pas ciblé clairement les cheminots mais la SNCF dans son ensemble (les financeurs type conseil régional, les cheminots, les guichetiers, les chefs de quai…), bref, j’ai dénoncé un ensemble. J’ai même dit que c’est tout le pays qui est pitoyable.

    Minou; tu me saoules. Rien à battre de ta valeur travail, mais quand tu tes horaires de travail, faut bien que tu les respectes un minimum, non? Sion, le boulot, j’m »en tape. D’ailleurs, je suis au chomage dans un mois (plan social) et ça ne m’a pas fait pleurer.

    Si t’en a rien à foutre de ton ordinateur, file le et passe ton chemin. Tu passes ton temps à critiquer tout le monde sur ce site.
    Melenchon, des supers qualités? Comme tous les politiques beaux parleurs, il a été ministre, son travail était nul et n’a laissé aucune trace de grandeur et quelques années plus tard, on les voit se pointer avec LA solution. Bref, virez-les tous!!!

    Allez basta. J’ai d’autres choses à foutre qu’à perdre mon temps avec les mecs du frond e gauche. Je les déjà dit, je les cotoie et donc je les évite. Fin de la discussion pour ma part.

    N’oublie pas de donner ton ordinateur…

  37. MinouMinou

    Ben alors Alain, ta seule défense c’est « donne ton ordinateur » ?
    Je passe mon temps à critiquer tout le monde sur ce site ? Mais c’est toi qui dis que « c’est tout le pays qui est pitoyable ». Sur ce site il y a des gens admirables comme moa, joshua, tommili, cycliste alcoolique et bien d’autres. Est-ce que je passe mon temps à les critiquer ? Quand il arrive que nos points de vue divergent, nous ne nous insultons pas car justement il s’agit de divergences de point de vue, et pas d’insultes et de haine au départ.

  38. Raghnarok

    Le fait de dire « je pourrai donner mon ordinateur, ça me ferai rien » c’est pas qu’on veut le donner, simplement exprimer qu’on s’attarde uniquement sur l’aspect matériel des objets. Bien évidemment je n’ai aucun sentiment envers mon matériel, mais je le donnerai pas car il me rends service. Mais si demain je le perds bah tant pis. Je pense que Minou est plutôt dans cette optique la.

    Quant au dirigeants, je pense que les solutions ne viendront pas d’en haut (d’ailleurs sont-elles déjà venues d’en haut?). Le jour ou le peuple se réveillera alors la le changement se fera ressentir.
    Pour le moment effectivement ce n’est pas forcément une méthode que je trouve bonne de se plaindre et de faire la grève pour gagner 50€ de plus, mais ils n’ont pas vraiment de moyen de pression et nous nous devons surtout pas leur jeter le pierre mais combattre ensemble cette société pourrie jusqu’à la moelle.

    C’est que ensemble que nous sommes forts.

  39. MinouMinou

    « Bien évidemment je n’ai aucun sentiment envers mon matériel, mais je le donnerai pas car il me rends service. Mais si demain je le perds bah tant pis. Je pense que Minou est plutôt dans cette optique la. »

    En effet je suis dans cette optique-là.

    « Le jour ou le peuple se réveillera alors la le changement se fera ressentir. »

    Comme je l’ai déjà dit, selon cette maxime il s’agit donc d’attendre le « grand soir », qui ne viendra on ne sait quand…
    C’est le reproche que je fais à ceux qui ne croient pas, ou plus, en la politique. Je comprends tout à fait leur point de vue, je suis moi-même parfois tenté par cette « attente ». Mais ne courrons-nous pas le risque que ce « réveil » vienne trop tard ? Ne courrons-nous pas le risque que, en attendant ce réveil, l’homme finisse par ne plus penser du tout, et que ce réveil consiste à se battre pour une boîte de conserve périmée, parce que tout sera mort, parce que nous aurons attendu trop longtemps ? Ne courrons-nous pas le risque que la masse qui se révolte ne se révolte que pour une survie sans espoir, parce que sans nature, sans beauté, sans rien ?

    Des millions d’êtres humains aujourd’hui naissent dans le béton et ne connaîtront que le béton et les bidonvilles toute leur vie. Ils ne savent plus ce qu’est un arbre, un oiseau, tremper sa main dans une rivière. Pour quoi se battront-ils, pour quoi se battront leurs enfants, qui auront un monde encore pire ?

    « Pour le moment effectivement ce n’est pas forcément une méthode que je trouve bonne de se plaindre et de faire la grève pour gagner 50€ de plus »

    Ok, donc vous foutez en l’air des siècles de luttes pour les droits sociaux, comme ça, hop ! Des hommes, des enfants même sont morts pour bien moins que 50 euros ! Vous ne vous rendez même pas compte que vous avez un raisonnement capitaliste, là. Le problème, ce n’est pas bêtement « gagner plus », c’est la redistribution des richesses.

    Vous ne voudriez pas qu’ils se plaignent ? Mais vous êtes malade !

    Encore une fois je vous invite à vous questionner sur un évènement intéressant : le 25 décembre 1953, à Stockholm, a eu lieu, selon Jacques Ellul, une manifestation de « rebelles sans cause ». Sans cause, oui. Vous lisez bien : sans cause. Interrogez-vous. Interrogez-vous sur votre propre apologie de l’utilitarisme (gneeeuh c débil de se plaindre et de faire grève pour 50 euros gnnneuh). Interrogez-vous sur vos réflexes capitalistes, bordel de merde.

  40. Raghnarok

    Minou, je ne critique pas le fait de se battre pour gagner 50€ de plus, je critique surtout le fait que les gens n’ont (généralement) pas un raisonnement correcte derrière. Gagner 50€ de plus c’est bien, mais si c’est juste pour gagner plus alors ça ne sert, à mon avis, à rien.
    Oui il faut se battre pour la redistribution des richesses, mais il faut que les gens en soient conscient et aujourd’hui les gens sont plus intéressés par leur petite personne que par l’ensemble de ce que cela implique…

    Effectivement je ne crois plus trop en la politique, le problème est que si aujourd’hui je décide de passer par la voie politique pour faire changer les choses, dans combien de temps j’arriverai à vraiment modifier les choses de manière permanente et dans le bon sens? On l’a vu, la droite ne résout rien avec son capitalisme à l’extrême, mais la gauche n’est pas mieux, tous se vendent ou se contredisent une fois montés assez haut dans l’échelle…
    Si tu as une solution pour moi je suis preneur mais j’en ai pas de mon côté…

  41. MinouMinou

    « Oui il faut se battre pour la redistribution des richesses, mais il faut que les gens en soient conscient et aujourd’hui les gens sont plus intéressés par leur petite personne que par l’ensemble de ce que cela implique… »

    Bien sûr, mais pour que les gens soient conscients et s’intéressent à autre chose qu’à leur nombril, il faut déjà leur montrer autre chose que le capitalisme. Et les grèves peuvent peu à peu amener à un changement politique, donc à un changement de valeurs, à la fin du lavage de cerveau.
    Le problème c’est qu’aujourd’hui une grande partie de la population crache sur les grévistes. Riches, classes moyennes et même pauvres tiennent le même discours, et ça c’est très inquiétant. Bon, je ne vais pas revenir là-dessus…

    « On l’a vu, la droite ne résout rien avec son capitalisme à l’extrême, mais la gauche n’est pas mieux, tous se vendent ou se contredisent une fois montés assez haut dans l’échelle…
    Si tu as une solution pour moi je suis preneur mais j’en ai pas de mon côté…
     »

    D’abord la gauche c’est quoi ? Ce n’est pas le P.S. déjà, eux-mêmes l’avouent. Ce n’est pas Europe Écologie et pas vraiment les Verts. Ceux des Verts, d’EÉ et du P.S. qui s’en rendent compte s’en vont et rejoignent ce dont j’ai parlé plus haut.
    Une solution, oui j’en ai une. J’en ai déjà parlé et je veux pas être accusé de prosélytisme. Pour moi, il y a un homme et un parti qui porte des valeurs claires et authentiques, avec un programme : sortie du nucléaire, antiproductivisme, rendre le pouvoir au Parlement, limiter le pouvoir du président, refonder la République, dégager les riches qui ne veulent pas partager, arrêter la folie des agro-carburants, écouter le peuple, penser…
    Mais bien sûr, avec l’argument « tous pourris, tous menteurs, tous opportunistes », tout ça c’est du vent. Eh bien alors dans ce cas il n’y a qu’à attendre la fin en faisant comme Julie et tant d’autres : faire des petits actes isolés, qui peuvent être nécessaires et même indispensables, mais largement insuffisants, parce que minoritaires.
    Je soupçonne tous ceux qui vomissent sur Mélenchon de ne pas avoir regardé un seul interview de lui, et d’être victime de la propagande médiatique dont l’intérêt est que rien ne change.

  42. Raghnarok

    J’avoue ne pas avoir regardé un seul interview de Mélenchon, même je ne sais pas qui c’est, mais je suis pas français et donc je pense que c’est un petit bout d’excuse. Je vais aller jeter un oeil de suite.

  43. Legeographe

    Pour dire que je n’attache pas d’importance capitale (« caput, capitis = tête », en latin) à mon ordi et autre matériel, c’est que je me suis moi-même fait voler mon ordi il y a 2 ans et demi et je n’ai jamais pleurniché cette perte. Il y a un fort dommage à cette perte ; j’ai en effet dû en racheter un autre, j’en avais l’argent.

    Mais essayant de ne pas abuser des biens et en restant détachés de ceux-ci, je peux ne pas mourir de chagrin quand il arrive un pépin à un objet (attention, cela ne veut pas dire qu’il faille se contrefoutre de l’entretien du matériel car on favoriserait le vieillissement accéléré des objets et leur remplacement régulier). Quand tu touches à la voiture de certaines personnes avec ton bras, c’est dramatique (un peu en fait comme si tu avais levé la main sur eux) : on est bien dans la forme moitié-homme et moitié bagnole : la technique s’est greffée à nous et nous répondons de cette technique comme si remettre en cause le bien-fondé de celle-ci était un viol de la personne détentrice de l’objet (en gros, les automobilistes ont des tas d’associations dont le discours est non pas « Touche pas à mon pote » mais bien « Touche pas à ma belle voiture »).

  44. Legeographe

    N’étant pas encore un fan de Mélenchon, je ne vais rien dire sur lui en particulier. Mais la propension à ramener tous les discours de la gauche prononcée au stalinisme revient un peu au même que la loi de Godwin :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin

    Crier au stalinisme, dans notre société, pour un programme bien de gauche est facile, surtout que la nomenklatura de notre gouvernement actuel (et plutôt encore plus du président de la république) est pas mal non plus… (« petit père des potes », Nicolas Sarkozy ?)

Les commentaires sont clos.