Wikileaks révèle le double langage de Borloo sur les négociations climatiques: que fera NKM à Cancun ?

wikileaks

Cancun est la première conférence mondiale sur le climat à laquelle assiste Nathalie Kosciusko-Morizet en tant que ministre de l’Écologie. Elle arrive aujourd’hui à Cancun et va avoir fort à faire pour clarifier la position de la France sur au moins trois points essentiels.

La France est elle pour ou contre un accord international contraignant ?

La publication par Wikileaks de télégrammes diplomatiques émis par l’ambassade américaine à Paris en début d’année met en lumière le double jeu de la France et de son ministre de l’époque, Jean-Louis Borloo, au sujet des négociations internationales sur le climat.

Dans le télégramme diplomatique (code : 10PARIS183 à consulter sur le site de wikileaks) JL Borloo confiait qu’un « accord contraignant » est illusoire et impossible…. tout en soutenant en public la position européenne !

D’un coté, la France s’est illustrée par des discours enflammés sur la nécessité d’un accord ambitieux et contraignant alors que, de l’autre, dans les couloirs, Jean-Louis Borloo défendait officieusement une approche fondée sur des engagements non contraignants, totalement inefficace, voire dangereuse.

Une telle approche, soutenue notamment par les Etats-Unis, a déjà fait la preuve de son inefficacité. Il est illusoire de croire que la somme des actions volontaires de chacun formera un tout cohérent et suffisant pour faire face à la crise climatique !

C’est précisément la question clef à l’agenda de Cancun.

Les signataires du Protocole de Kyoto vont-ils accepter une 2e période d’engagement et maintenir leurs actions dans un cadre contraignant sur la base d’un objectif commun de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre ? Ou abandonner le Protocole de Kyoto et s’engager sur une base volontaire ?

C’est la ligne rouge pour les pays en développement. Le Protocole de Kyoto est le seul cadre juridique contraignant permettant de lutter contre les changements climatiques à l’échelle globale. Sans un signal clair des signataires de leur volonté d’agir dans ce cadre, les négociations seront bloquées. Or le Japon a exprimé de fortes réticences à s’engager sur une 2e période et la position de l’Europe semble plus fragile que jamais… comme le prouvent les fuites de Wikileaks.

-20 ou -30 % de réduction des émissions européennes d’ici à 2020?

Autre enjeu de taille de la conférence de Cancun : reconnaitre et combler le fossé entre l’objectif des et les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés.

Jean-Louis Borloo défendait (en public…) le passage de l’Europe d’un objectif de – 20% à – 30% d’ici à 2020, sans conditions. Quelle est la position de la toute nouvelle ministre de l’Écologie ? Face au ministère de l’Industrie et de l’Énergie, ce dernier portefeuille lui ayant été retiré, Nathalie Kosciusko-Morizet saura-t-elle défendre cet objectif de – 30 %, qui est le minimum que l’Europe puisse faire pour retrouver une forme de leadership sur la scène des négociations internationales ?

Source: http://energie-climat.greenpeace.fr/

Aller plus loin :
Lire le billet d’Audrey Garric sur le Monde.fr : Pas d’accord climatique sans petits arrangements entre amis

Voir les billets précédents sur Cancun :
Après l’amère déception de Copenhague, en route vers Cancun
Cancun ne doit pas être une impasse pour la forêt !

Greenpeace

A propos de Greenpeace

Organisation Non Gouvernementale (ONG) de défense de l'environnement

6 commentaires sur “Wikileaks révèle le double langage de Borloo sur les négociations climatiques: que fera NKM à Cancun ?

  1. paladurpaladur

    Borloo est un tartuffe de l’écologie, on le savait déjà.

    Cancun ne sert à rien car il n’y a pas eu d’accord préalable

  2. Legeographe

    La « fuite » la plus grosse, c’est celle de l’essence dans les sous-sols du globe !

  3. tot

    Mais enfin, vous semblez débarquer dans un monde en guerre, découvrant la dictature.
    Il faut vous forcer un peu et admettre que ce Système est une dictature de fait. Pas besoin de WikiLeaks pour le voir. WikiLeaks confirme, et c’est une chance, une aubaine, un travail utile aux humains. Nous savons mais nous n’avons pas les mots pour le dire.
    DICTATURE.
    je vote contre le traité imbécile et anti-démocratique (preuves multiples) de l’UE mais il est adopté,
    je vote pour réduire les inégalités (Chirac) mais il ne fait rien ….
    Quand je dis je, je est la population.
    Idem OGM nucléaire pesticides, guerre en Irak (ah non ici une faille, non la France ‘amie’ de l’Irak de longue date, bcp de contrats d’armements- les USA aussi mais les USA savent changer plus vite et lâcher les anciens ‘amis’). On se rattrape avec l’Afghanistan et l’OTAN …

    Borloo est amusant, lisez le Canard, aucune de ses paroles n’est suivie de réalisations à la hauteur des promesses. Du bluff, et le pire ça marche ! Comment je ne sais pas.
    Mais lui ou les autres c’est pareil,
    A gauche pareil, en grande partie.

    Nos gouvernants sont CONTRAINTS, soumis, malgré la souveraineté théorique que nous leur déléguons.

    Reprenons le pouvoir.
    Certes nous ne savons pas faire. Les disputes intestines dont nous raffolons – ou que l’on nous impose – font la politique, c’est à dire du spectacle pendant que les affaires sont faites en secret, sans contrôles – attention – gros mot dégueulasse – dé-mo-cra-tique.
    Nous ne savons pas faire de la politique, l’éducation politique a été supprimé des programmes de l’instruction publique obligatoire. Devinez pourquoi ?

    Le reste, les, il faudrait que, les elle/il est méchant/e, elle/il est bien, elle/il est ceci cela c’est du dessin animé, des images pour télévores, pour cerveaux décérébrés, scientifiquement.

    Le grand maître actuel est Sarko, champion de la perception, masquant les réalités avec brio.
    ça marche !
    tant-pis pour nous.
    Nous allons vers de vraies catastrophes mondiales, auxquelles nos gouvernements, affairistes, rentiers, riches, auront contribué avec talent et cupidité.

    ‘Ils’ nous pourrissent la vie et ‘on’ se laisse faire.
    Le summum de la bestialité versus l’humain avec son cerveau hypertrophié, ses capacités …

Les commentaires sont clos.