La logistique du vélo

La Fédération Européenne des Cyclistes (ECF) lance un nouveau projet intitulé « Cycle Logistics » avec l’aide des institutions européennes. Ce projet vise à promouvoir le vélo en général et les vélos cargos en particulier pour assurer les livraisons en ville à la place des voitures et des camions.

Comme nos sociétés actuelles sont confrontées à la congestion urbaine, aux coûts croissants du carburant ainsi qu’à la pollution atmosphérique et au bruit, le transport des marchandises à vélo est maintenant vu comme une solution de transport viable. C’est clairement l’idée « Cycle Logistics », le projet européen en cours de lancement ce mois-ci.

« Toutes les sociétés modernes et les villes durables intégreront la livraison de marchandises par des vélos dans leurs systèmes logistiques« , proclame le Dr Bernhard Ensink, secrétaire général de la Fédération Européenne des Cyclistes (ECF), et l’un des principaux partenaires impliqués dans le projet. Le projet logistique CYCLE s’appuiera sur cette nouvelle tendance du transport des marchandises avec des bicyclettes et des vélos-cargos.

Ce projet européen débute à partir de mai 2011 et durera jusqu’en 2014 en couvrant 12 pays européens. Il s’appuiera sur l’expertise des autorités locales, le secteur privé, les groupes de cyclistes, des experts en communication et des agences de l’énergie. Avec ECF en tant que partenaire principal de ce projet, le projet logistique CYCLE s’efforcera d’éliminer les véhicules motorisés sur les routes en les remplaçant par des vélos pour transporter les marchandises dans les centres urbains à travers l’Europe.

Sur Carfree France, on est tellement convaincu que le vélo peut assurer les livraisons en ville qu’on en a même fait un livre intitulé… vélogistique bien sûr!

Le projet logistique CYCLE doit permettre d’atteindre une réduction conséquente de l’énergie utilisée pour le transport urbain de marchandises. Cet objectif sera réalisé grâce à la livraison finale intra-urbaine de marchandises à vélo en remplacement des véhicules motorisés. Le projet vise à économiser 1300 tonnes de carburant et 3500 tonnes de CO2, en utilisant 2000 vélos cargos dans les zones urbaines européennes qui devront réaliser au moins 10.000 livraisons.

« Actuellement, la moitié de tous les déplacements en ville sont liés au transport de marchandises avec des produits légers représentant plus du tiers de ces voyages« , explique le Chef de projet de l’ECF Randy Rzewnicki, notant « qu’il y a un énorme potentiel pour le développement du projet logistique CYCLE« .

En dépit de la tâche colossale qui s’annonce, Rzewnicki est optimiste: « A Berlin, Londres, Paris, et beaucoup d’autres villes d’ailleurs c’est déjà le cas pour de nombreuses entreprises. Même pour ceux qui ont des réseaux de livraison efficaces, la solution vélo peut conduire à une efficacité accrue« .

Afin de promouvoir ce changement, le projet logistique CYCLE va pousser pour une évolution des comportements à travers un large éventail de possibilités: les individus seront informés sur la façon d’utiliser leur vélo pour le transport de marchandises habituellement proposé par les voitures, les entreprises (par exemple les commerçants, les laveurs de vitres, les plombiers, etc.) seront encouragées à utiliser des vélos ou des vélos-cargos pour la livraison de fret, et tous les secteurs liés à la livraison seront poussés à augmenter les livraisons par cycle, y compris avec des remorques attachées aux vélos.

Même les services municipaux des villes et villages à travers l’Europe auront un rôle à jouer, en remplaçant leurs véhicules automobiles inutiles par des vélos-cargos pour assurer leurs services publics, par exemple le nettoyage des rues, l’entretien des parcs et jardins ou la maintenance des Vélos en Libre Service (VLS).

Pendant l’opération, le projet permettra également de tester les différents types de solutions de transport à vélo (vélos cargos, remorques, sacs et paniers), donnant aux consommateurs potentiels en Europe (particuliers, entreprises et gouvernements) l’accès à de précieuses informations.

Les partenaires du projet incluent: institut autrichien de recherche sur la mobilité (FGM-AMOR), Graz AT (coordinatrice), livraison Outspoken – Royaume-Uni (livraison par vélos), la ville de Ferrare en Italie; la ville d’Alba-Iulia en Roumanie; CIB Cyclisme Consultance (Hollande); Agence de l’énergie de Plovdiv (Bulgarie); Cycle Chic / Copenhagenize (Danemark); cycliste Touring Club (association nationale de cyclisme du Royaume-Uni)

Les partenaires du projet tiendront leurs premières réunions entre le 16 et le 20 mai à Copenhague, au Danemark.

Vous pouvez consulter le diaporama sur Flickr concernant la livraison par cycle et vélos cargos:
http://www.flickr.com/photos/61204891@N03/sets/72157626534165437/show/

Source: http://www.ecf.com/4289_1

Photo Credit : Mikael Colville-Andersen
www.copenhagenize.com

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

12 commentaires sur “La logistique du vélo

  1. Legeographe

    « le projet logistique CYCLE va pousser »… C’est pas beau de pousser un cycliste, il risque de tomber ! 😉

    Bon, il y aura des enveloppes accordées aux monteurs de projet ou pas ?

    Tout ceci me donne envie d’ouvrir une bouteille de champagne.

    Sinon, aujourd’hui, j’étais en train de me demander quel est le nom de l’entreprise de livraison en vélo-cargo qui existe aujourd’hui à Saint-Étienne. Il y en a une, mais je n’ai pas le nom. Les Coursiers Verts (LCV) ont arrêté, sur Saint-Étienne du moins. Quelqu’un le sait-il, SVP ?

  2. Legeographe

    Oui, mais ce n’est pas à jour pour Saint-Etienne, Joshuadu34. Si j’ai la réponse, je vous l’apporte !

  3. Legeographe

    Eh bien merci, JL. C’est la bonne réponse, ils expliquent qu’ils succèdent aux Coursiers Verts, avec certains anciens Coursiers Verts.

  4. Pomme

    Bonjour,

    je suis coursier à vélo et partenaire de Chronopost International pour la livraison des petits colis sur le centre ville (piéton ou pas). Je suis plus ou moins d’accord avec cet article, il est évident qu’il faut réduire le nombre de voitures et de camions dans les villes et surtout dans les centres villes mais les éliminer… ce n’est pas une bonne idée.
    Le triporteur, ou vélo-cargo a une caisse d’environ 1500 L pour 200 KG, on peut mettre dedans des petits colis plus ou moins volumineux mais pas un volume trop important. La charge est vite atteinte si l’on distribue des colis allant jusqu’à 30 KG, même avec une bonne assistance électrique.
    Il y a le soucis aussi du nombre considérable de vélo-cargo pour distribuer tous les colis en centre ville de tous les transporteurs.
    Pour ne prendre que la ville dans laquelle je travail (130 000 habitants), le centre ville correspond a 2 camion (12 et 15 M3) et d’un vélo-cargo. Ils sont bien sur plein, pour mettre le volume des deux véhicules dans des triporteurs il en faudrait quelques dizaines.
    D’un point de vue communication, écologie et développement de petites structures c’est super, d’un point de vue économique ce n’est pas viable. Volume ne veut pas dire rentabilité, un triporteur remplit pour un client n’est pas rentable, sauf si le dépôt est accessible et le client a moins de 100 m (il faudrait une trentaine de client pour répercuter le cout du coursier, du vélo, de l’assurance de celui ci, de l’assurance de l’entreprise, du consommable (pneus, chaines, moteur, ect…), du dépôt (connexion internet, électricité, imprimer (parce qu’il faut imprimer les feuilles de routes) et les divers couts cachés de l’entreprise).
    La ville aura toujours besoin de véhicules de grosses capacités, ce genre de véhicules restent pour le moment thermique, mais le vélo-cargo a une place de premier choix et elle ne ferra que s’accroitre.

    Concernant la solution de remorque sur le vélo, de panier et sacs pour un simple coursier Oui, en courses interne ou propre. Les transporteurs nationaux ont des clauses trop strictes et les colis sont trop sujets aux vols pour être livrés comme ca. Le vélo-cargo, triporteur ou véhicules électriques sont plus fiables et plus sécurisants.

  5. Legeographe

    Malgré tout le courage que vous avez, Pomme, si ça se trouve dans 15 ou 20 ans, vous ne pourrez plus être le seul sur le marché dans votre ville. Si le coût de l’énergie augmente considérablement, alors vous aurez des concurrents. Et ils seront là parce que votre entreprise ne fera plus autant de marge avec les camions. Il viendra un temps où l’image de développement durable des entreprises, dans des créneaux, ne pourra plus être du « greenwashing ». Ces créneaux, ce sont ceux qui consomment beaucoup d’énergie bon marché actuellement, énergie qui deviendra « mauvais marché » (très chère).

  6. Pomme

    Je n’ai pas de flotte de véhicules thermiques. Comme je l’ai dit, je suis coursier à vélo et partenaire de Chronopost avec un vélo-cargo d’1,5M3. Pour le moment pas de concurrent, il ne faut pas voir les autres entreprises de coursiers comme t’elle, ils sont avant tout nos confrères. Être plusieurs sur une ville, c’est très bien, le marché est divisé et il y a beaucoup plus de crédibilité. Pour le volume de colis que j’ai, les statistiques sont presque les meilleurs, le vélo-cargo est un bon moyen sur les petites distances de livrer les petits colis, son rayon d’action est de 5Km allée/retour.
    Dans 10 ou 20 ans, il est temps de voir venir… D’ici là il y aura d’autres moyens de transport, mais nous n’y sommes pas.
    Il faut partager le marché fraîchement créé depuis une dizaine d’année, aujoud’hui nous avons besoin de vélo-cargo et de triporteur pour les petits volumes et petits colis, et des camions pour les gros volumes et gros colis (lourds les colis).

    Pour exemple: 1 client se fait livrer 10 colis, dont 6 en 25Kg, les autres en – de 5Kg = 170Kg. La charge possible pour un triporteur est d’environ 200Kg. Ou met ton les autres clients? Tout en respectant les délais avec 1 seul triporteur?

  7. Legeographe

    Oui, Pomme, vous avez raison, c’est une question de temps… Pour la présence de camions de livraison, il est indéniable qu’il est plus rentable pour encore quelques années. La taille croissante du marché, même s’il est divisé entre « concurrents », est une bonne chose.

  8. KELEST

    BONJOUR,
    Pomme serait il possible de pouvoir communiquer ensemble, nous sommes sur le meme creneau.

  9. Pomme

    Bonjour,
    nous pouvons communiquer. Vous pouvez me contacter par le biais de la société Metz’ager/Poste it (visible sur google, facebook, le blog coursiersenfrance).
     
    A bientôt

Les commentaires sont clos.