Combien coûtent les routes ?

Vaste question qui touche au fondement même de notre société routière. Si on prend les chiffres officiels du lobby automobile, la construction et l’entretien des routes publiques ont coûté en France 14,4 milliards d’euros en 2009.

Dans une magnifique brochure de l’Union des Syndicats de l’Industrie Routière Française (USIRF) intitulée sobrement « La Route à la croisée des chemins – L’Etat de la Route 2010 », on découvre ainsi quelques chiffres sur la « réalité routière » française, et en particulier le Chiffre d’Affaires 2009 des travaux routiers publics.

On entend par « travaux routiers publics » tous les travaux de construction et d’entretien réalisés par le privé pour les différentes administrations publiques (Etat, Régions, Départements et Communes).

Premier problème: ces 14,14 milliards d’euros ne tiennent pas compte des travaux de construction (assez faibles) et d’entretien (assez nombreux) réalisés pour les administrations publiques par le secteur public lui-même; de nombreuses communes ou départements par exemple entretiennent tout ou partie de leur réseau routier avec leurs propres personnels, sans avoir recours au secteur privé des travaux routiers (hors achat de matériel ou de matériaux).

Second problème: ces 14,4 milliards d’euros ne tiennent pas compte des travaux routiers réalisés pour le secteur privé, depuis le goudronnage du petit chemin privé jusqu’au parking de supermarché de 500 places avec ses voies d’accès, en passant bien sûr par la construction et l’entretien des autoroutes privées…

Autrement dit, ces 14,4 milliards d’euros ne représentent qu’une partie de ce que coûtent réellement les routes.

Egalement, en considérant que les automobiles représentent environ 80% du trafic routier, il semble donc juste d’attribuer 80% de ces 14,4 milliards d’euros,  soit 11,5 milliards d’euros, aux seules voitures. Ce qui représente, pour un parc automobile français composé d’environ 30 millions de voitures, environ 380 euros/an/voiture.

Toujours est-il qu’on peut donc estimer qu’une quinzaine de milliards d’euros d’argent public partent tous les ans sur les routes pour assurer la survie du système automobile… A titre de comparaison, c’est deux fois plus que le budget annuel du ministère de la justice (6.6 milliards d’euros).

Il faudrait également ajouter à ce budget « routes » le coût total du carburant consommé par les voitures en France (environ 53 milliards d’euros par an). On pourrait aussi estimer ce que les ménages dépensent pour acheter leurs voitures neuves ou d’occasion. En France, le coût moyen d’une voiture neuve était en 2008 de 21451 euros, à multiplier par le nombre total de voitures vendues (2,3 millions en 2009), soit environ 49 milliards d’euros… Pour les voitures d’occasion, il s’en vend en moyenne 5,2 millions par an, mais il est difficile de trouve un « prix moyen ». En prenant l’hypothèse d’un prix moyen divisé par deux par rapport au neuf, on obtient un total d’environ 56 milliards d’euros dépensés par les Français dans les voitures d’occasion.

Si on résume, en cumulant travaux routiers (publics), dépenses en carburant et achat de voitures neuves et d’occasion, on obtient 173 milliards d’euros par an dans le « système automobile », soit plus que l’ensemble des ressources de l’Etat (recettes fiscales et non fiscales cumulées) s’élevant à 169 milliards d’euros en 2010…

Ah j’oubliais, on ne prend pas en compte ici les travaux de réparation et d’entretien des voitures, le coût des péages et du stationnement, le prix des amendes et des radars, les coûts liés à la pollution, aux accidents de la route, au bruit, à la santé,  etc. etc.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

2 commentaires sur “Combien coûtent les routes ?

  1. apanivore

    J’ai du mal à voir l’intérêt de l’article. C’est pour dénoncer un gaspillage d’argent ou pour dire que tout cet argent ce sont des emplois et qu’il faut donc maintenir les constructeurs sous perfusion ?

    Aligner des chiffres, juste pour aligner des chiffres, sans étayer un discours, ça me laisse perplexe.

    Sur le fond, attention ce sont surtout les poids-lourds qui dégradent les chaussées. « Les répercussions du passage d’un gros camion en surcharge sur la chaussée sont équivalentes à un convoi de 10.000 voitures qui passe en même temps ». nous dit le ministre de l’équipement et du transport marocain.
    http://www.leconomiste.com/article/fes-dotee-d-une-station-fixe-de-pesage-des-camions

    D’ailleurs on ne prend en compte que le trafic poids-lourds quand on choisit la structure d’une chaussée.
    http://www.cours-genie-civil.com/IMG/pdf/2Caracteristiques_des_chaussees_cours-routes_procedes-generaux-de-construction.pdf

    Donc les coûts de l’entretien des routes sont surtout le fait du tout routier, au détriment d’autres transports comme le fret ferroviaire.

  2. sqoia

    80% d’automobiles ?
    J’aurais dit moins… Est-ce qu’on a la source du chiffre ? Un diagramme en camembert quelque part ?

    Quelle part pour les vélos ? les deux roues motorisés ? les poids-lourds ?

    Finalement c’est ce diagramme de la part d’autos parmis les véhicules utilisant les chaussées qui devrait servir à évaluer la tendance et les résultats des actions de sensibilisation. Donc ce chiffre est crucial.

Les commentaires sont clos.